Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 17:47

OUVERTURE DE LOGE D'APPRENTIF

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

V.M. F. 1er survt, ùetes-vous maçon ?

 

1ER SURV. Tous mes ff. me reconnaissent pour tel.

 

V.M. Quel est le premier devoir du maçon ?

 

1ER SURV. C'est de voir si la loge est couverte.

 

V.M. Veillez y f. terrible, après quoy !

 

F. TERR. Tout est bien couvert.

 

V.M. A quoi connaîtrai –je que vous êtes maçon ?

 

1ER SURV. Par mes signes, paroles, et attouchements.

 

V.M. Quels sont les signes d'un maçon ?

 

1ER SURV. Tous équerres, niveaux et perpendiculaires.

 

V.M. Quels en sont les attouchements ?

 

1ER SURV. Certains attouchements réguliers qui nous font connaître à nos ff..

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Midi plein, Vble.

 

V.M. A midi plein, mes ff., il est tems de commencer nos travaux.

 

V.M. FF. 1er et 2ème surcvts, annoncés à tous les ff. que je suis dans le dessein d'ouvrir la loge d'apprentifs !

 

Ceci s'annonce.

 

V.M. Quelle est notre 1èere obligation, F. 1er survt ?

 

1ER SURV. C'est d'avoir la G.C. très Vble.

 

Tous les ff. se mettent à l'ordre.

 

Le Vble frappe trois coup et fait le signe.

 

V.M.

 

V.M. Mes ff., la loge est ouverte.

 

V.M. F. 1er survt, quel est l'attouchement de l'apprentif ?

 

V..M. Donnés le au 2ème survt !

 

V.M. Est-il juste ?

 

1ER SURV. Oui, très Vble.

 

 

OUVERTURE DE LOGE DE COMPAGNON

 

On est à l'ordre de compagnon.

 

V.M. Etes-vous compagnon ?

 

1ER SURV. Oui, très Vble, je le suis.

 

V.M. Pourquoi vous êtes-vous fait compagnon ?

 

1ER SURV. Pour connaître la lettre – G -.

 

V.M.. Que signifie-t-elle ?

 

1ER SURV. Géométrie, science des sciences.

 

V.M. Où est située cette lettre ?

 

F. TERR. Au milieu de l'étoile flamboyante.

 

V.M. Quelle est la 2ème de son obligation ?

 

1ER SURV. D'avoir le C. A.

 

Le Vble frappe cinq coups et dit :

 

V.M.

 

V.M. La loge d'Apprentif et ouverte !

 

Les survts font leur devoir, tous les ff. sont à l'ordre

On demande l'heure qu'il est, l'âge, l'attouchement et le mot.

 

 

OUVERTURE DE LOGE DE MAITRE

 

V.M. F. survt, êtes-vous maître ?

 

1ER SURV. Oui, très Vble, je le suis. Approuvés moi, désapprouvés moi, l'ac m'est connu.

 

V.M. A quoi connaîtrai-je que vous êtes maître ?

 

1ER SURV. A mes ignes, attouchements, paroles et aux cinq points parfaits de mon entrée en loge.

 

V.M. Donnés les moi !

 

1ER SURV. Donnés moi le premier, je vous donnerai le 2ème.

 

V.M. Je le garde !

 

F. TERR. Je le cache.

 

A l'ordre de compagnon, tous.

 

V.M. Que cachés-vous ?

 

1ER SURV. Le secret des maçons et de la Maçonnerie.

 

V.M. Comment avés-vous été reçu maître ?

 

1ER SURV. Par le tombeau d'H.

 

V.M. Quelle est la 3ème obligation ?

 

1ER SURV. D'avoir les E.B.

 

On fait le signe.

 

Le Vble frappe 9 coups et dit :

 

V.M.

 

V.M. La loge de maître est ouverte !

 

Ce que les survts répètent à la loge.


Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 17:36

CONSTITUTION EN USAGE AU ROYAUME DE NAPLES ENTRE 1750 ET 1785.

Statuts préliminaires du R. Ordre des Francs-Maçons à lire lors de la Réception de tout nouveau Frère, dans lesquels sont prescrits les principaux critères requis de tous ceux qui aspirent à être admis selon les Anciennes Archives des Loges répandues sur la surface de la Terre et qui sont pratiqués et observés par toutes les Loges de l'Ordre. 

 I Qui aspire à être admis dans le Très Respectable Ordre, doit avant toute autre chose, promettre et jurer solennellement, un zèle sincère et inviolable pour la Religion, pour son Souverain et pour celui qui règne là ou la Loge est ouverte et d'être de bonnes et honnêtes mœurs.

II Les Athées déclarés sont refoulés ou exclus de l'Ordre, à moins qu'ils n'aient abjuré, préalablement leurs erreurs en pleine Assemblée et sont également proscrits les Juifs, les Turcs et les Gentils, tous les membres devant absolument être Chrétiens, c'est-à-dire professer l'une des différentes Communions Chrétiennes des Baptisés.

III Quiconque sera également suspecté de vice infâme et contre nature sera indigne d'être admis dans la Respectable Société, à moins qu'il n'ait donné des preuves assez claires de son innocence durant trois ans et de son respect pour le beau sexe ou à moins qu'il s'amende.

IV Tous ceux qui placeront leur bonheur dans la boisson, la bonne chère ou dans toute autre sorte de vice et le perfectionnement de leur Esprit dans le jeu, faire le pitre ou en apprenant l'histoire des Favorites, parler dans le langage des ruelles et lire des Œuvres variées, ne sont pas capables d'entrer dans l'Ordre.

V Ceux qui sont habituellement bizarres, idolâtres et préoccupés de leur propre personne ou de leur apparence, de leur perruque et de leurs ornements, sont obligés, dès leur réception dans l'Ordre, de se vêtir simplement, sans galons, sans broderies sans frange et sans aucun ornement féminin durant tout le temps de son Noviciat.

VI Les tristes hypocrites en valeur et en fausse dévotion probatoires, sont proscrits de la Société.

VII Qui sera en conflit avec un Membre de la Société, ne pourra être admis s'il n'a promis préalablement, de se réconcilier avec son ennemi et chacun qui le verra à l'Assemblée ou dans la Société, devra le traiter à l'avenir comme un Ami et un Frère.

VIII Ceux qui désirent ardemment être admis dans l'Ordre, devront obligatoirement, dès leur réception, être disposés et résolus à ne pas montrer le moindre ressentiment ou à vouloir tirer vengeance d'un Frère pour quelque motif que ce soit, dispute ou occasion qui pourrait survenir, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de la Loge mais il doit se sentir obligé de porter ses justes doléances devant l'Assemblée des Maîtres et en attendre le règlement ou la sentence et s'en remettra absolument à la sagesse et à l'arbitrage qui devra arranger et accorder les parties qui, d'aventure, pourraient s'être opposées entre les Membres.

Ceci est un article primordial, s'il en était autrement, il s'agirait d'une procédure diamétralement opposée à l'esprit des excellents et fondamentaux Statuts de l'Ordre dont le but, vrai, sérieux et important, consiste, avant out, à maintenir une Amitié et une Fraternité entière et inaltérable entre les Membres de ce respectable Corps.

IX Il n'est permis à aucun Frère se trouvant en conversation ou dans quelque réunion ou avec des échanges mal à propos, de discourir sur les défauts et faiblesses de Frères mais on doit se reconnaître dans l'obligation précise d'en parler toujours en bien et avantageusement, avec prudence, de manière à excuser et couvrir de la meilleure façon qu'il sera possible ces défauts , petites légèretés ou manquements dans lesquels ce Frère se retrouverait.

X Le critère principal et fondamental, à la base de tous les autres, que la Respectable Société nous propose, étant de vivre en harmonie entre Frères dans une Amitié et une Fraternité sincères et indéfectibles, elle exige rigoureusement à cet effet qu'avant chaque admission s'il avait eu ou s'il ya une relation galante avec la femme d'un Frère, que dans ce cas, on doive jurer solennellement de s'abstenir dans l'avenir de telles relations afin de ne pas donner la moindre occasion de rancœur, de dérangements ou de rixes entre Frères. Et cela ne doit pas seulement comprendre la femme du Frère de cette Loge mais , en général, de toutes les Loges de Frères Francs-Maçons, reconnus comme tels, de quelque Loge qu'ils soient dans celles réparties sur la surface de la Terre.

XI Celui qui aspire à être admis parmi les Frères de l'Ordre, est tenu et déclare qu'il est sincère, loyal et de bonne foi en toutes choses et, à cet effet, il doit promettre solennellement lors de sa réception, de n'être ni menteur, ni mensonger de quelque manière que ce soit et avec qui que ce soit et particulièrement avec les Frères car le mensonge est un vice intrinsèquement destructeur de la société humaine.

XII Toute personne qui, jouant de son esprit, s'est amusée à écrire des satires ou autres compositions, en vers ou en prose, au détriment de la réputation d'autrui, ne pourra être admise dans l'Ordre si elle ne promet pas préalablement et publiquement devant l'Assemblée des Frères à détruire les écrits médisants et si elle ne s'engage pas à réparer le préjudice occasionné par les autres écrits.

XIII Tous ceux qui ont été reçus dans l'Ordre, sont tenus de promettre qu'à l'avenir, ils placeront le plaisir de savoir avant celui de briller et qu'ils auront le Beau à l'esprit et le Bien dans le cœur et que jamais il ne montreront sans l'amour de l'autre.

 Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 21:35

DEMANDE Mon Frère, d'où venez-vous ?

 

REPONSE Très vénérable, de la loge St. Jean.

 

DEMANDE Que fait-on à la loge St. Jean ?

 

REPONSE On y élève des temples à la vertu et l'on y creuse des cachots pour les vices.

 

DEMANDE Qu'apportez-vous ?

 

REPONSE Salut, prospérité et bon accueil à tous les ff.

 

DEMANDE Que venez-vous faire ici ?

 

REPONSE Vaincre mes passions; soumettre ma volonté et faire de nouveaux progrès dans la Maçonnerie.

 

DEMANDE Mon frère, que demandez-vous ?

 

REPONSE D'être admis à vos augustes travaux.

 

V.M. Prenez place mon cher frère, vos lumières et vos vertus vous en donnent le droit.

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 16:59

DESCRIPTION DE LA LOGE

 

La loge doit être tendue en noir, parsemée de tettes de morts avec des os en sautoir, entourée de larmes blanches.

 

A loccident sera peint un squelette, à lorient, l'autel en transparent avec une tette de mort sur des os en sautoir, entouré de larmes, le tout éclairé d'une seule lumière.

 

Tous les off. en noir, le chapeau rabattu.

 

Le M. se nomme très respectable, les survts, Vbles ff..

 

Tous les dignitaires Vbles, ainsi que les autres ff..

 

Le tableau de la loge représentera le tombeau d'Hiram, au milieu duquel sera un triangle et l'ancien mot en langage hébraïque et une branche d'acacia, peinte dans les bordures et à leurs places, orient, occident, midy et 7on et ces deuxderniers, et en dedans M.B., à l'occident, le compas et à lorient, l'équere.

 

Au milieu, à loccident, une tette de mort.

 

 

PROPOSITION DU CANDIDAT

 

La loge ouverte en la forme accoutumée, le parrain propose à la loge le f. compagnon à passer à la maîtrise.

 

Le f. T.R., le propose ensuite à toute la loge qui acquiesse en étendant la main droite sur le tableau.

 

Ensuitte, les aclamations ordinaires.

 

Le parrain y répond de même.

 

Le Vble convient de l'heure et du jour de la réception.

 

On charge ensuitte le parrain de dire au candidat de se tenir prêt pour cette cérémonie et luy même, se charge des choses nécessaires pour la réception.

 

Ensuitte, le T.R. ayant demandé aux Vbles survts si aucun des frères nont rien à proposer de plus pour la propagation de l'ordre, il ferme la loge en la manière dite.

 

OUVERTURE DE LA LOGE DE RECEPTION

 

Le T.R.M. à lorient, les Vbles survts à loccident, tous les maîtres placés sur 2 colonnes, le T.R.M. frappe un coup de maillet, répété par les deux survts.

 

T.R.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

T.R.M. F. 1er survt, êtes vous maître ?

 

1ER SURV. T.R., approuvés moy, désapprouvés moy, l'accassia m'est connu.

 

T.R.M. Où avés vous été reçu maître, Vble f. 2ème survt ?

 

2EME SURV. Sur le tombeau d'Hiram, T.R..

 

T.R.M. Quelle profondeur, f. 2ème survt ?

 

2EME SURV. Cinq pieds, T.R..

 

T.R.M. Quelle largeur ?

 

2EME SURV. Trois pieds, T.R..

 

T.R.M. A quy connaissés vous que vous êtes maître, f. 2ème survt ?

 

2EME SURV. A mes signes, paroles et attouchements et aux cinq points parfaits de la maîtrise.

 

T.R.M. Quelle heure est-il, f. 1er survt ?

 

2EME SURV. Midy plein, T.R..

 

T.R.M. Quel est le devoir des survts ?

 

2EME SURV. S'assurer si tous les ff. présents sont maîtres et si nous sommes couverts.

 

T.R.M. Faites voir par le Vble f. des cérémonies si nous sommes couverts et assurez vous sur vos colonnes si nous sommes tous maîtres !

 

Cecy exécuté et annoncépar les survts, le T.R., sur ce rapport, frappe 9 coups ainsi :

 

T.R.M.

 

T.R.M. F. 1er et 2ème survts, annoncés à cette R. loge qu'il est midy plein, que c'est l'heure que les maîtres se mettent à louvrage, il est tems de commencer nos travaux, je vais ouvrir la loge par les signes accoutumés.

 

T.R.M. A moy, mes ff.,

 

Tout le monde se tient debout, on fait les signes et les attouchements et le R. dit :

 

T.R.M. f. 1er survt, annoncés que la loge de maître est ouverte.

 

Mes ff., prenés vos places.

 

Cecy rapporté et annoncé en la forme ordinaire, le R. fait les questions suivantes :

 

T.R.M. Quel motif nous rassemble, f. 1er survt ?

 

1ER SURV. T.R., la propagation de lordre et un apprentif compagnon qui demande à être admis à la maîtrise.

 

T.R.M. Quel est ce compagnon, f. 2ème survt ?

 

2EME SURV. T.R., un f. de la loge qui a été scrutiné et admis à ce grade, nommé ***** tel *****.

 

T.R.M. Qui en répond ?

 

2EME SURV. Le f. tel *****.

 

T.R.M. F.., connaissés vous assez les qualités du f. proposé pour être digne detre admis parmy nous ?

 

2EME SURV. Oui, très R..

 

T.R.M.

 

Tout le monde, à lordre.

 

T.R.M. Vbles ff. 1er et 2ème survts, officiers et tous les ff. qui composés cette respectable loge, mes ff., sur la réponse du f. tel ***** qui répond  du compagnon proposé par luy, consentés vous qu'il soit introduit parmy nous ?

 

On y acquiesse en étendant la main droite sur le tableau, ensuitte on fait les acclamations et le M. dit :

 

T.R.M. Vbles ff. 1er et 2ème survts, ordonnés au Vénérable f. M. des Cérémonies d'aller préparer le candidat, qu'il se fasse habiller en compagnon et luy fasse répéter les mots sacrés, de passe et la marche des deux premiers grades de l'art royal.

 

Tout exécuté, le M. des Cérémonies sorti, la loge se tient sans ordre en grand silence.

 

RECEPTION DU MAITRE

 

T.R.M. Le M. des Cérémonies ayant exécuté lordre qu'on luy a donné, conduit le candidat à la porte de la loge où il frape en compagnon.

 

M.D. C.  00 0 0 0

 

Le f. expert annonce au 2ème survt qu'on frape à la porte du temple en comopagnon.

 

Tout exécuté et le rapport fait de la part des officiers comme cy dessus, et après que le T.R. a fait demander le nom, la qualité, la religion et si le candidat a fait son tems et si les maîtres sont contents de luy, on le fait introduire à loccident entre les 2 survts, la tette tournée à la porte.

 

T.R.M. Que mamenéz-vous Vble f. M. des Cérémonies ?

 

M.D.C. T.R., c'est un apprentif compagnon qui demande l'augmentation de ses salaires en désirant d'être reçu maître.

 

T.R.M. Savez-vous Mr, je me sert de ce terme car je ne vous crois plus capable de porter le titre de frère, savez-vous, dis-je, ce que c'est que de posséder le titre de maître ou vous aspirés ?

 

Si nous sommes en butte envers les profanes dans les premiers grades de la Maçonnerie, combien devons-nous letre en ce grade envers de faux frères.

 

T.R.M. Vous êtes de ce nombre, malheureux que vous êtes !

 

Il nous est parvenu un récit fidel de votre déloyauté envers un ordre aussi respectable que le notre !

 

Vous avés sans doute oublié le serment solennel que vous avés contracté dans vos premiers grades pour ne point révéler nos mistères, vous les avés enfreins en les révélant à des profanes indignes d'être cités.

 

On nous a révélé le tout et nous sommes prêts à vous faire subir le sort que vous avés mérits ou retirés vous, il est tems !

 

T.R.M. Qu'avés vous à répondre à ce que je dis ?

 

Réponse du candidat.

 

T.R.M. Vous êtes bien audacieux d'être si ferme dans votre réponse pendant que nous avons icy des preuves incontestables de ce crime et un autre plus considérable car un de nos ff., ayant été assassiné par trois malheureux compagnons, vous êtes cité pour être de ce nombre.

 

Que répondés vous à cella ?

 

Réponse du candidat.

 

T.R.M. Quoy, téméraire, vous osés démentir ce que tant de dignes ff. rapportent avec la sincérité qu'imprime un lieu si respectable ?

 

D'après cella, vous netes plus digne de vivre parmi nous, ni de porter le vray titre de f..

 

En conséquence, f. M. des Cérémonies, dégradez moy ce malheureux, des titres distinctifs de la Maçonnerie.

 

Le M. des Cérémonies luy arrache le tablier et les gands et les jéte de cotté en disant :

 

M.D.C. Je vous dégrade de ces ornements que vous netes plus digne de porter !

 

Ensuitte, on luy fait plusieurs questions pour l'intimider après quoy, le Me ordonne de le faire voyager.

 

Les voyages finis, on luy en fait encore faire d'autres.

 

S'il persiste, on luy fait le cadavre ensuite passer par-dessus en marche de maître.

 

3 f., dont un au midy, un au 7on, armés chacun d'un rouleau de carton, luy demandant le mot de Me. A chaque pas, ne pouvant le leur donner, luy donnent un coup de rouleau disant

 

Penses à la mort !

 

Cette marche faite, le candidat devant l'autel, les pieds en équerre, vis-à-vis le compas tracé à lorient, le R. le fait mettre à genouil devant l'autel, la main droite sur l'évangile, les 2 survts à cotés de luy, le maître luy fait prêter l'obligation suivante :

 

OBLIGATION

 

Je promet et je m'engage, parole dhonneur et de maçon, devant cette respectable loge, et en présence du G.A.D.L. qui est Dieu, de garder le secret des maîtres, non seulement envers les profanes mais encore envers les apprentifs et compagnons, d'aider et servir mes ff., de tout mon pouvoir, de garder tous les secrets de l'art royal et de suivre à la lettre, les statuts et règlements de la loge.

 

Si je manque à aucune de ces obligations, d'avoir les entrailles arrachées, mon corps brulé, réduit en cendres jeté au vent afin qu'il ne soit plus fait mention de moy parmi les hommes et les maçons, ainsi que Dieu me soit en aide et son saint évangile.

 

Amen !

 

Le maître luy frape en Me de son épée sur la tette et dit :

 

T.R.M. Par le pouvoir que j'ay reçu du Gd Orient de France et celuy que me donne cette R.L., je vous reçois maître maçon.

 

On fait, après l'avoir relevé, les acclamations par trois fois.

 

  DISCOURS DU R. MAITRE

 

T.R.M. Tout ce qui s'offre à nos yeux, mon T.C.F., vous représente le bonheur où nous sommes de la perte que nous avons faite de notre respectable maître Hiram dont nous conservons précieusement la mémoire et dont je vais faire le récit funeste de sa mort.

 

Salomon, le plus digne des rois de son temps ayant désiré d'élever un temple à l'éternel suivant l'ordre qu'il en avait reçu du prophète royal, son père, députa des ambassadeurs à Hiram, roy de Thir, le priant de luy envoyer un habile architecte qui était à son service et quantités de cèdres du Liban, situés dans ses états ainsi que des pierres écaries qui étaient dans ses carières, le priant à son tour d'accepter en représailles de ce service, vingt mille muids de bleds et farines et vingt mille mezures d'huil pour soulager son peuple attaqué de la famine.

 

Le roy de Thir fit l'accueil le plus favorable aux députés de Salomon et fit ordonner à tous ses sujets de mettre la main à l'œuvre, tant dans les carières que sur le mont et louest du Liban, ce qui accelera l'envoy qu'il fit à Salomon pour la conduite d'un célèbre architecte qui avait adopté et même donné d'Hiram. Ce célèbre architecte, sous les ordres du roy de Thir, fit embarquer tous ses matériaux qui débarquèrent heureusement au port de Joppé pour être ensuitte transportés à Jérusalem où Salomon luy fit le plus grand accueil en orant du titre de surintendant des ouvrages du temple, de ses superbes batiments et palais.

 

T.R.M. Hiram, flatté de l'accueil favorable que luy fit Salomon, débuta par un chef d'œuvre qui plut beaucoup à ce sage roy.

Il fondit deux colonnes de bronze ornés de chapiteaux et de pomes de grenades sans nombre, les destinant pour être placées à l'entrée du temple et les nomma Jakin, BOOZ. Ala première il payait les apprentifs et la seconde, les compagnons. La multitude de ses ouvriers au nombre de 30 mille, savoir 300 maîtres et 27 mille tant compagnons, qu'apprentifs fit que ce sage architecte employa toute sa prudence pour ne pas confondre le salaire des maîtres avec celuy des compagnons ny celuy des compagnons avec celuy des apprentifs. A cet effet, il donna à chaque ouvrier de ses classes, des signes, mots et attouchements pour recevoir leur salaire.

 

3 malheureux compagnons, le cœur plein d'envie et de cupidité, résolurent ent'eux d'arracher le mot de maître, de gré ou de force pour en percevoir la paye ou de l'assassiner.

Et, pour accomplir leur funeste dessein, furent s'emposter l'un à la porte d'occident, l'autre à la porte du midy et le dernier à la porte de lorient.

 

Hiram, accoutumé tous les jours à faire la revue intérieure du temple, fut un jour, le soir, pour visiter les travaux, entrant par la porte de l'occident. Il y trouva le 1er de ses malheureux qui l'arrêta et luy demanda brusquement le mot de Me pour, ensuitte, en avoir la paye. Hiram luy répondit que ce n'était pas de cette façon qu'il le donnait, que quand son zelle mériterait d'y être appelé, il le luy donnerait.

 

Ce malheureux, piqué du refus d'Hiram, luy détacha un grand coup de règle sur la tette qui le fit chanceller. Cependant, il ne perdit point connaissance et s'en fur pour sortir par la du midy où il trouva le second de ses scélérats qui l'arrêta en luy faisant la même demande que le premier. Hiram lu fit la même réponse.

Ce malheureux en étant peu satisfait, luy porta un coup de maillet qui le fit trébucher.

 

T.R.M. Cependant, il eut assez de force pour se trainer jusqu'à la porte de lorient où il trouva le dernier de ses scélérats qui, luy ayant fait les mêmes questions auxquelles il répondit de même qu'aux autres, luy porta un si furieux coup de masse, qu'il l'étendit mort.

 

A ce dernier coup, on étend le candidat sur le tombeau.

 

Note : Pendant le discours, on aura soin de faire lever en silence le f dernier reçu qui est couché pour simulaire.

 

Les 2 survts acoootés du candidat; auront soin de croïger leurs jambes droites et gauches derrière celles du candidat afin qu'il soit plus aizé à renverser. Les autres off. tiendront le drap élevé pour le couvrir, un autre luy mettra son tablier sur le visage et, par-dessus, le linge teint de sang, un mouchoir rouge et blanc.

 

Le 1er survt luy mettra le pied droit en équerre et le 2ème, la main droite sur le cœur, à lordre de compagnon et la gauche, étendue le long de la cuisse gauche. On alume les 9 bougies pendant ce temps et le tout en silence.

 

Le tout disposé comme cy dessus, le Me dit :

 

T.R.M. Mes Vbles ff., en mémoire de la perte de notre respectable frère Hiram, jurons tous sur son tombeau de le venger ainsi que tous les réfractaires de notre ordre.

 

Alors, tous les présents ont la pointe de leurs épées sur le candélabre en disant :

 

TOUS Nous le jurons tous.

 

Le Me dit :

 

T.R.M. F. 2ème survt, je vous prie de vous faire accompagner de 2 ff de votre colonnes, prenez chaquun une lumière et allés à la recherche de notre RMe !

 

Cecy exécuté en faisant le tour du simulaire, le Me dit :

 

T.R.M. Quelles nouvelles m'apportez vous, f. 2ème survt ?

 

2EME SURV. T.R., malgré notre zelle, nous n'avons rien trouver.

 

On pose la branche d'accassia sur le drap.

 

T.R.M. F. 1er survt, vous serez peut être plus heureux dans vos recherches, prenez aussi 2 ff. de votre colonne et allez à la recherche de ce que nous désirons trouver !

 

On le fait.

 

T.R.M. Vos recherches ont-elles été plus fructueuses, f. 1er survt ?

 

1ER SURV. Non, R., nous avons cherché partout et nous n'avons rien trouvé.

 

T.R.M. Aydés moy donc, mes ff., à trouver ce que nous cherchons.

 

Toute la loge suit le Me à la recherche et, s'étant arrêté au 3ème tour, il aperçoit la branche et dit :

 

T.R.M. Mes ff., j'apperçois une branche d'accassias plantée sur une terre fraîchement remuée, nous y trouverons peut-être ce que nous cherchons !

 

Alors, le Me découvre le candidat par gradation, étant découvert, tous font le signe dd'horeur.

Le Me dit :

 

T.R.M. C'est luy, mes ff., c'est le corps de notre R.Me qui a été assassiné. Le voilà encorre à l'ordre de compagnon mais qui sait si on ne luy a pas arraché le mot de Me.

 

Jurons tous que le 1er mot que l'un de nous lachera sera, à l'avenir, le mot de Me.

 

On fait le signe d'appel, ensuitte, le Me prend le candidat par l'index qu'il laisse glisser en disant :

 

T.R.M. Jakin.

 

Ensuitte, par le 2ème doigt, de la même main et de la même manière, en disant :

 

T.R.M. BOOZ.

 

Ensuitte, on fait la chêne en prononçant à l'oreille M.B..

 

Ensuitte, le Me relève le candidat par les cinq points parfaits de la maîtrise.

 

S'il y a plusieurs récipiendaires, on diffère à leurs donner les signes, mots et attouchements ainsi que le reste du discours suivant.

 

On le fait à la dernière réception, tous ensemble.

 

DISCOURS DE RECEPTION

 

T.R.M. Mon T.C.F.,

 

Je vous ai dit cy devant de quelle manière notre R.Me fut assassiné.

Les 3 scélérats qui avaient former ce complot, s'étant réunis après l'assassinat commis, enlevèrent le corps d'Hiram et furent le mettre sur un tas de pierres dont ils le couvrirent jusqu'au lendemain matin où ils le prirent à la pointe du jour pour aller l'enterrer plus loin.

 

Ils le portèrent sur une monticule à quelques pas du temple, creusèrent la terre et le mirent dans cette fosse, le couvrirent de terre et plantèrent dessus une branche d'accassias pour reconnaître l'endroit afin de l'exhumer au 2 fois.

 

Salomon, inquiet au bout de 7 jours de ne plus voir paraître son architecte, fit assembler tous les Mes et leur fit part de sa douleur en les priant d'aller à sa recherche.

 

Tous voulurent y aller mais Salomon en détacha seulement9, savoir 3 à chaquune des colonnes du temple. Leur recherche fut infructueuse.

 

Un deux, fatigué et harassé de lassitude, fut pour se reposer sur une monticule.

 

T.R.M. En s'asseyant, il posa la mainsur une branche d'accassias qui était plantée dans une terre fraîchement remuée, laquelle se détachant, lui resta à la main, ce qui lui fit soubçonner qu'Hiram était peut être enterré là.

 

Il fit le signe d'appel aux autres huit mes qui accoururent à ce signe ensuitte, ils fouillèrent la terre et découvrirent en effet le corps d'Hiram.

 

A son aspect, ils firent le signe d'efroy et jurèrent ensemble de le venger.

 

Ensuitte, ils firent faire leur rapport à Salomon qui fit exhumer le corps d'Hiram mais, en se relevant, un des mes le prit par l'index de la main droite en disant Jakin mais comme depuis 7 jours qu'il était là et que la chair était corrompue, elle se détacha des os.

 

Un autre le prit par le doigt 2 disant BOOZ.

 

Il en fut de même et dans la crainte que le mot de me eut été intercepté par les assassins, ils convinrent que le premier mot qui serait de soi-même laché parmi eux, serait le mot de me.

 

Un troisième des plus anciens des mes le prit par le poignet et le releva de la même manière que vous avez été relevé en disant aux autres : Ma. ca. bé., ce qui signifie "la chair quitte les os".

 

Ensuitte ils le transportèrent au palais de Salomonqui luy fit faire un superbe cercueil sur lequel il fit graver le pantercule où était en triangle, le mot Dieu, en hébreux, qui est Jehona, ancien mot de me qui se nomme parole perdue.

 

Salomon fit placer ce tombeau dans une des salles de son palais en attendant que le temple fut achevé, lieu destiné pour sa sépulture.

 

On fait icy les acclamations.

 

MOTS, SIGNES ET ATTOUCHEMENTS ET MARCHE

 

T.R.M. Mon cher frère, nous avons en ce grade comme dans tous les autres, des signes, mots et attouchements pour nous reconnaître. Le signe de Me se fait en 3 termes : le 1er est celuy defroy, signe que firent les ff. qui ont reconnu le corps du R.Me Hiram, le 2ème est celuy d'appel, est celuy que fit celuy des fff. qui fut s'en reposer sur la monticule où était plantéé la branche d'accassias qui fit découvrir l'endroit où était le corps d'Hiram, le 3ème, qui se nomme signe de repos, est celuy don nous nous servons pour nous tenir à l'ordre de maître et qui est le symbole de l'obligation que vous avés contractée dans la maîtrise: nous avons encore un autre signe que nous appellons signe de secours; il se fait en entrelassant les deux mains renversées et les portant au dessus de la tette en s'écriant : A moy les enfants de la veuve. Ce signe ne se fait que dans les plus grands dangers où l'on puisse se trouver.

 

Le mot sacré est M.A.C.A.B.E., qui ne se prononce qu'en loge et à l'oreille. le mot de passe avec lequel on entre en loge est Giblin., qui signifie bon maçon..

 

Les attouchements de Me sont les 5 points parfaits de la maîtrise par lesquels vous avés été relevé du dessus du tombeau d'Hiram.

1 Pied contre pied, qui signifie que nous devons tous marcher dans le même sentier.

2 Genouil contre genouil, que nous devons fléchir l'un devant l'autre sans nous humilier.

3 Estomac contre estomac, que nos cœurs doivent être toujours unis ensemble.

4 La griffe et l'accolade, que nous devons nous soutenir dans l'adversité.

5 Le baisé de paix, que nos ames doivent se confondre et ne former qu'une même pensée.

 

T.R.M. F. Me des Cérémonies, conduisés le frère nouvellement initié aux Vbles ff. 1er et 2ème survts pour se faire reconnaître en qualité de Me.

 

Il le fait.

Après que le candidat s'est fait reconnaître, le Me dit :

 

T.R.M. Vble Me des Cérémonies, faites moy parvenir le f. nouvellement initié à la maîtrise par la marche de ce grade.

 

On le fait. Ensuitte, le Me luy dit :

 

T.R.M. Mon frère, je vous réhabilite dans tous vos droits. Quand on vous a dégradé du tablier de compagnon vous disant que vous n'étiez plus digne de le porter, c'est qu'à lavenir vous en porterés un plus distingué qui est celuy de maître. En voicy un que je vous prie d'accepter !

 

T.R.M. F. Me des Cérémonies, seignez ce tablier au f. !

 

Ensuitte, il l'embrasse et le place à sa gauche et l'orateur fait le discours suivant :

 

DISCOURS DE L'ORATEUR

 

OR. La dignité de Me à laquelle vous aspiriés, mon frère, est une distinction si glorieuse dans notre ordre que pour en être dignement revêtu, il faut l'avoir mérité par de longs travaux et par une vie bien épurée.

 

Cependant, notre R.L. veut bien avoir de l'indulgence à votre égard, elle vous dispense de votre noviciat mais cet à condition que vous mériterez cette faveur particulière par un redoublement de zelle, de constance et de fidélité.

 

Vous êtes initié dans tout ce que la franche maçonnerie ou l'art royal a de plus sublime et de plus caché.

 

OR. Le voile va se lever devant vos yeux et vous allés connaître les vrais mérites de notre ordre dont les maîtres sont les seuls et vrais dépositaires, mais en même tems, mon frère, je vais vous avertir que les engagements que vous venés de contracter, sont beaucoup plus forts et que vos devoirs vont être d'une autre espèce que ceux du 1er grade.

Les qualités requises des apprentifs et compagnons sont peu de choses en comparaison de celles qu'on exige des maîtres.

 

Nos obligations sont plus étroites et l'observance en est plus difficile comme aussi, notre secret doit être gardé plus religieusement car ce n'est pas assez de nous garantir des surprises des profanes, il faut même, e,core, que nous que nous soyons continuellement en garde contre nos propres ff. apprentifs et compagnons.

Faites y bien attention, mon f., et conservés toujours la discution la plus exacte et la plus scrupuleuse sur tout ce qui se passera dans les assemblées et loge de maître ou vous assisterés.

 

Autre chose que la R. loge vous recommande particulièrement, est la complaisance envers tous les bons ff. qui vous demanderont des instructions et l'intégrité dans l'exercisse des charges que la loge pourra vous confier dans la suitte. Tachés de vous en acquitter avec dissernement et non par vanité pour en tirer gloire mais dans la seule intention de bien remplir votre devoir avec zelle, ardeur et un désintéressement tel que l'esprit de l'ordre exige de vous.

 

On fait les acclamations, ensuitte l'orateur continue.

 

OR. Au reste, mon frère, je crois qu'il est inutile de vous répéter qu'à ces différents devoirs, vous joindrés constamment la pratique des vertus qui, étant réunies ensemble, forment le caractère de lhonnet homme et, en même tems, celuy de véritable maçon.

 

Le candidat remercie.

 

INSTRUCTION

 

QUESTION Etes-vous maître ?

 

REPONSE Approuvés moy ou désapprouvés moy, laccassia m'est connu.

 

QUESTION Ou avez-vous été reçu maître ?

 

REPONSE Sur le tombeau d'Hiram.

 

QUESTION Quelle longueur avait-il ?

 

REPONSE 7 pieds.

 

QUESTION Quelle profondeur ?

 

REPONSE Cinq pieds.

 

QUESTION Quelle largeur ?

 

REPONSE Trois pieds.

 

QUESTION Qui ornait ce tombeau ?

 

REPONSE Le pantocule ou triangle, au milieu duquel était le nom de Dieu, en hébreu parole perdue et innominable.

Une branche d'aaccassia, une tette de mort et 9 larmes.

 

QUESTION A quoy connaîtray-je que vous êtes maître ?

 

REPONSE A mes signes, mots et attouchements et aux cinq points parfaits de la maîtrise.

 

QUESTION Quels sont les signes des maîtres ?

 

REPONSE Il y en a trois qui se font ensemble.

 

QUESTION Comment les appelés-vous ?

 

REPONSE Le 1er est celuy defroy,

le 2ème, celuy d'appel,

le 3ème, celuy de secours.

 

QUESTION Si vous étiez en péril, que feriez-vous ?

 

REPONSE Je joindrai mes mains ainssi sur ma tête et en disant ; A moy les enfants de la veuve.

 

QUESTION Comment appelés-vous ce signe ?

 

REPONSE Celuy de secours.

 

QUESTION Pourquoy les maîtres se nomment-iles enfants de la veuve ?

 

REPONSE Parce que Hiram étant mort sans enfants et qu'il était fils d'une veuve de la tribu de Nephtaly et que nous regardant comme descendants d'Hiram, nous nous nommons enfants de la veuve.

 

QUESTION Quel est l'attouchement des maîtres ?

 

REPONSE Les cinq points parfaits de la maîtrise.

 

QUESTION Expliquez les moy !

 

REPONSE Le 1er, pied contre le pied,

le 2ème, genouil contre genouil,

le 3ème, poitrine contre poitrine,

le 4ème, la griffe et l'accollade

et le 5ème, le baisé de paix.

 

QUESTION Que signifient les cinq points parfaits ?

 

REPONSE Pied contre pied, que nous devons marcher dans le même sentier;

genouil contre genouil, que nous devons fléchir l'un devant l'autre, sans nous humiliés;

estomac contre estomac, que nos cœurs doivent être unis ensemble;

la griffe, que nous devons nous soutenir dans le besoin et le baisé de paix, que nos ames doivent se confondre ensemble pour ne former qu'une seule pensée.

 

QUESTION Qu'avés vous aperçu étant entré en loge ?

 

REPONSE Faible lumière, tristesse profonde et douleur amère.

 

QUESTION Quel est le mot de maître ?

 

REPONSE Maccabé.

 

QUESTION Que signifie-t-il ?

 

REPONSE La chair quitte les os.

 

QUESTION Quel est le mot de passe ?

 

REPONSE Giblin.

 

QUESTION Que signifie-t-il ?

 

REPONSE Bon maçon.

 

QUESTION Quel est le nom d'un fils de maçon ?

 

REPONSE Luffetau.

 

QUESTION Quel est son privilège ?

 

REPONSE D'être reçu à 16 ans révolus et même avant toute personnes de quelques qualités quelles soient dans les 3 premiers grades de la maçonnerie.

 

QUESTION Où travaillent les maîtres ?

 

REPONSE Dans la chambre du milieu.

 

QUESTION Comment y parvient-on ?

 

REPONSE Par un escalier en forme de vis qui se termine par 3, 5, 7.

 

QUESTION Expliquez-moi ces membres !

 

REPONSE C'est l'image d'une loge juste et parfaite: 3 la forment, 5 la rendent juste et 7 parfaite. Ils nous représentent aussi l'âge des 3 premiers grades de la maçonnerie, 3 ans les apprentifs, 5 ans les compagnons et 7 les maîtres.

 

QUESTION Quel âge avés-vous ?

 

REPONSE 7 ans et plus 2, R.

 

QUESTION Sur quoy avés vous travaillé comme Me ?

 

REPONSE Sur la planche à trasser.

 

QUESTION Avec quoy avés vous travaillé ?

 

REPONSE Avec la craye, le charbon et lauge.

 

QUESTION Que représentent ces matériaux ?

 

REPONSE La craye, candeur, le charbon, ardeur et lauge, silence.

 

QUESTION Si vous aviez perdu un f. Me, où le trouveriez-vous ?

 

REPONSE Entre l'équerre et le compas, luy étant impossible de s'en écarter.

 

QUESTION Combien d'ouvriers employat'on à la confection du temple de Salomon ?

 

REPONSE 30.000 ouvriers.

 

QUESTION Combien de maîtres ?

 

REPONSE 3 mille.

 

QUESTION Combien d'apprentif et de compagnons ?

 

REPONSE Vingt sept mille.

 

QUESTION Qui en eut le commandement ?

 

REPONSE Hiram, celuy dont nous faisons mémoire.

 

QUESTION Qui envoya les cèdres du Liban et les pierres équeries et l'architecte que reçu Salomon ?

 

REPONSE Hiram, roi de Thir.

 

QUESTION Aquoy faisait on differance d'Hiram architecte à Hiram roy ?

 

REPONSE Parce que le premier avait le surnom d'habil qui veut dire inspiré de Dieu.

 

QUESTION Ou le débarqua t'il ?

 

REPONSE Au port de Joppé.

 

QUESTION Quelle récompense en reçu le roy de Thir ?

 

REPONSE Comme la famine était dans son royaume, Salomon, en reconnaissance de ses bienfaits, luy envoya 20000 muids de farine, autant de froment et autant de mesures d'huille.

 

QUESTION Où tenés vous le secret des maçons ?

 

REPONSE Dans le cœur.

 

QUESTION Comment le conservés-vous ?

 

REPONSE Je le garde en faisant le signe.

 

Le maître faisant le signe, le compagnon dit :

 

REPONSE Je le cherche.

 

QUESTION Où le conservés-vous ?

 

REPONSE Dans une burette de corail, garnie d'ivoire.

 

QUESTION En avés la clef ?

 

REPONSE La voicy.

 

On montre la langue.

 

CLOTURE DE LA LOGE

 

T.R.M. Le Me frappe un coup et fait demander par les surveillants si les ff n'ont rien à proposer pour la propagation de la maîtrise.

 

Sur leurs réponses, il dit :

 

T.R.M. Vble f. 1er surveillant, avés-vous été payé ?

 

1ER SURV. Respectable, je suis content.

 

T.R.M. Et vous, Vble 2ème surveillant ?

 

2EME SURV. Je suis content R..

 

T.R.M. Tous les Vbles maîtres sur vos colonnes, le sont-ils ?

 

1ER SURV. Ils le sont, très R..

 

T.R.M. Où avés-vous été payés ?

 

1ER SURV. Dans la chambre du milieu.

 

T.R.M. Quelle heure est-il ?

 

2EME SURV. Minuit plein.

 

T.R.M. Puisque tous les ff. sont contents, qu'il est minuit plein, c'est l'heure que les maîtresquittent leurs ouvrages.

 

T.R.M. Vbles ff. 1er et 2ème surveillants, avertisseés vos colonnes que je vais fermer la loge par les signes accoutumés.

 

Ils l'annoncent et rapporte en la manière.

 

Le Me se lève et dit :

 

T.R.M. A moy, mes ff .,

 

T.R.M.

 

TOUS Tous font le signe.

 

La loge est fermée.

 

Note Qu'avant la clôture, on passe la bourse des pauvres et on renouvelle l'obligation.

 

LOGE DE TABLE

 

Il n'y a dans le banquet de ce grade qu'une commémoration de la veuve que l'on tire sans honneurs, sous la serviette.

 

Le Me commande de charger, ce qui étant fait, tout le monde debout et à l'ordre de ce grade, le Me dit :

 

T.R.M. Mes Vbles frères, en commémoration de la veuve et par la douleur que nous ressentons de la perte de son fils, notre respectable maître, nous allons tirer ce canon de poudre faite sans honneur.

 

Chacun prend sa serviette qu'il mest devant son visage et boit par-dessous.

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 16:38

DESCRIPTION DE LA LOGE

 

La loge est décorée comme pour les apprentis à l'exception de l'étoile flamboyante qu'on éclaire et qu'on ajoute au tableau ainsi que la pierre cubique à pointe et deux lumières de plus du côté de l'occident.

 

 

  OUVERTURE DE LA LOGE

 

Les survts et tous les ff sont placés comme à la loge d'apprentis.

 

V.M. 1er Survt, êtes-vous compagnon ?

 

1ER SURV. Ouï, très Vble, je le suis.

 

V.M. Pourquoy vous êtes-vous fait recevoir compagnon ?

 

1ER SURV. Pour connaître la lettre – G -.

 

V.M. Que signifie cette lettre ?

 

1ER SURV. Géométrie ou 5° des sciences.

 

V.M. Où est située cette lettre ?

 

1ER SURV. Au milieu de l'étoile flamboyante.

 

V.M. Quel est votre devoir, f 1er survt ?

 

1ER SURV. De voir si la loge est couverte et si tous les ff présents sont compagnons.

 

V.M. Comment aveés-vous été reçu compagnon ?

 

1ER SURV. En passant de la colonne J. à la colonne B..

 

V.M. Quel âge avés-vous ?

 

1ER SURV. Cinq ans, très Vble.

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Midy plein.

 

V.M. A midy plein, mes ff, c'est l'heure que les compagnons se mettent à l'ouvrage.

 

FF. 1er et 2ème survts, avertissez les ff que je suis dans l'intention d'ouvrir la loge de ce grade.

 

Les survts annoncent en la forme ordinaire.

 

Le Vble fait le signe et les acclamations de ce grade et dit :

 

V.M. Mes ff., la loge est ouverte.

 

Après avoir été annoncé par chaque survt sur sa colonne, le Vble procède à ce qui suit

 

V.M. Quel motif nous rassemble, f. 1er survt ?

 

1ER SURV. La proposition de l'ordre et d'un apprentif de cette loge qui désire parvenir au grade de compagnon.

 

V.M. Mes ff., le f. tel, qui répond de l'apprentif proposé demande qu'il soit admis au grade de compagnon si vous l'en jugés digne.

 

On étand la main sur le tableau et suppose que lacquiessement soit général, on fait les acclamations en la forme ordinaire.

 

Cela exécuté,

 

V.M. F. M. des cérémonies, allés préparer le candidat et luy faites entendre que par grace, la loge le dispense du tems qu'il avait à faire avant que d'obtenir ce grade.

 

Le M. des Cérémonies sort avec le f. tuileur, ferme et couvre la loge, se tient à la porte.

 

Le M. des Cérémonies salue le candidat et luy dit que la loge, à l'avenir, contant sur son zelle, discrétion et ferveur à remplir les devoirs des maçonsn, a conclud de le faire passer au grade de compagnon, lequel ne se donne qu'après trois ans d'apprentissage, luy fait répéter la marche, signes, mots et attouchements d'apprentif

 

Puis, il le conduit à la porte de la loge, habillé en apprentif et à l'ordre de ce grade, il frappe en compagnon.

 

Le f. tuileur va annoncer au 2ème survt qui le dit au 1er et celuy ci au Vble qui de faire voir qui s'est.

 

RECEPTION

 

Le f. tuileur, par ordre des survts, armé de son glaive, entrouvre la porte, la pointe en dehors et demande :

 

TUIL. Que demandés vous ?

 

M. D. C. C'est un apprentif de cette loge qui désire être reçu compagnon.

 

On ferme la porte et on rapporte cecy comme dessus.

 

V.M. Faites le introduire avec le mot de passe et le campés à l'ordre et à la marche d'apprentifs.

 

On l'introduit ainsy et le Vble luy dit :

 

V.M. Mon frère, cette respectable loge, en faveur de votre zelle, veut bien vous dispenser de faire le temps prescrit aux compagnons, elle espère que vous en serés reconnaissant et que la seconde lumière quelle va vous donner, vous donnera plus de fortitude dans vos travaux.

 

V.M. F. M. des Cérémonies, faites voyager le f. de lorient à loccident par la voye du midy et le faites travailler en apprentif et compagnon.

 

Le M. des Cérémonies le prend par la main et luy fait faire trois tours de la loge, au 3ème, le campe à la pierre brute où il le fait frapper dessus en apprentif, enssuite il annonce au 2ème survt que le récipiendaire a fait son premier voyage et travaille en apprentif.

 

Ceci, rapporté au maître en la forme ordinaire, le Vble dit :

 

V.M. Faites lut faire ses deux derniers voyages et travailler ensuitte sur la pierre cubique par la baterie ordinaire de ce grade.

 

Le M. des Cérémonies, après avoir exécuté les ordres du maîitre et finit, annonce comme dessus.

 

V.M. Faites moy parvenir le f. par 3 pas de compagnon en passant de la colonne J. à la colonne B..

 

On luy fait faire cette marche pour se rendre à l'autel devant lequel il met le genou droit dans l'équerre où il prête l'obligation suivante :

 

OBLIGATION

 

V.M. Répétes avec moy :

 

V.M. Je promet et mangagr, paraule dhonneur et de maçon, en présence du G.A.D.L. et de cette respectable loge, de ne jamais révéler le secret des compagnons aux apprentifs et encore moins aux profanes comme aussi d'aider et de secourir mes frères de tout mon pouvoir et ce, sous peine d'avoir le cœur arraché si je suis réfractaire à ma parole ainsi que Dieu me soit en ayde.

 

Pendant cette obligation, tous les frères sont découverts et ont leurs épées à la main sur la tette du candidat.

 

Le M le fait relever, luy pause son épée sur la tette, frappe dessus en compagnon, disant :

 

V.M. Par le pouvoir que jay et celuy que me donne cette respectable loge, je vous recoits compagnon maçon.

 

Il le relève et luy donne les signes, mots et attouchements pour se faire reconnaitre à ses ff. après qu'il les a recus.

 

SIGNES, MOTS ET MARQUES.

 

Le signe est de porter la main droite sur le cœur et la tirer du cotté droit comme si lon voulait se larracher.

Le mot qui ne se prononce quen loge sepelle comme celuy d'apprentifs est :

B. O. O. Z.

Le mot de passe est : Schibolet. Lattouchement est de prendre la main droite, appuyer le pouce sur la première phalange du 2ème doigt e donner les secousses et pulsations ainsi que la baterie de ce grade quoyque, par des innovations, on ait voulu la changer en donnant 3 pulsations, savoir : une sur l'index, l'autre sur le 2ème doit et la 3ème sur l'index ou la jointure, ce que je nay jamais approuvé étant irrégulier.

 

Ensuitte, le M. des Cérémonies fait l'explication du tableau au grade d'apprentif et va se faire reconnaitre à tous les ff, commancant par les survts et ensuitte les visiteurs guidés par le M. des Cérémonies, après quoy, lorateur prononce le discours suivant

 

OR. Mon T.C. F., le très vénérable ordre des f. maçons dans lequel vous venés d'entrer et dans son institution un acte de sagesse dont l'amour de la fraternité fait la baze et le fondement le plus solide.

 

Mon dessin nest pas aujourdhuy de vous parler de son origine mais le devoir de ma charge m'oblige de vous faire connaître que non-obstant la corruption des hommes, il s'est trouvé toujours des amateurs de la sagesse qui ont pris p)laisir à cultiver la vertu, les arts et les sciences dans toute leur étendue , sans parler des exemples que nous ont laissé les Egyptiens, les Grecs et les Romains.

 

Notre ordre seul, par son antiquité, l'emporte infiniment sur bien d'autres et nous fournirait des modèles dignes detre imités par tout le monde.

apprendrez à le connaître quand vous serés plus particulièrement instruit de nos mistères.

 

Je me contenteray maintenant de vous marquer le but de notre sage fondateur et ce qu'il s'est proposé en instituant notre ordre et les règles qu'il a jugé à propos de nous prescrire, ses intentions, pour nen faire quun seul corps, de faire revivre, autant qu'il est possible, le tems heureux d'estrée, de Saturne et d'Erée et nous procurer tous les avantages qu'une harmonie fraternelle peut y enfermer.

 

OR. Pour y parvenir, il nous prescrivit des devoirs, des obligations qui se réduisent à la pratique des vertus morales qui composent le caractère de l'honnet homme et d'un maçon.

 

L'humanité par exemple, la charité envers nos frères, sont les premières règles de notre art. Les loix de l'amitié nous sont sacrées, lempire sur les passions et la suppression de l'amour-propre nous sont particulièrement recommandées.

 

( ICI, UNE PAGE A ETE DECHIREE. ELLE A PEUT-ETRE ETE REMPLACEE PAR CE QUI SUIT QUI SE TROUVE A LA FIN DE L'OUVRAGE !)

 

OR. C'est au sentiment, seul, dans ses règles qui doivent être aussi de pur sentiment. Des hommes qui ne sont, en effet, liés et subordonnés que par le sentiment, n'admètes que des sujets capables d'en respecter l'empire.

 

L'esprit de domination et de supériorité est bany de nos loges et nous savons accorder une parfaite égalité avec une parfaite subordination.

 

La discrétion, la droiture, la générosité, sont les vertus essentielles d'un bon frère et, sans elles, la qualité de franc-maçon n'est qu'un fanthomme.

 

( FIN DE L'ADDITION DE LA DERNIERE PAGE)

 

Suite du texte

 

OR. … notre ordre respectable et que, conformément aux ff. de cette respectable loge, nous observons exactement les devoirs et obligations que vous avés contracté, bien persuadés que sans cella, il est inutile de se flatter d'être vray maçon.

 

Icy, le récipiendaire remercie par un petit discours la loge, des grâces qu'elle vient de luy accorder.

 

On procède à l'instruction suivante qui n'est pas fort étendue, ayant expliqué, auparavant, celle d'apprentif qui l'est beaucoup plus.

 

INSTRUCTION

 

DEMANDE Etes-vous compagnon ?

 

REPONSE Oui, je le suis, très Vénérable.

 

DEMANDE Pourquoi vous êtes-vous fait compagnon ?

 

REPONSE C'est pour connaître la lettre – G -.

 

DEMANDE Que signifie-t-elle ?

 

REPONSE Géométrie ou S des Sciences.

 

DEMANDE Où est-elle située ?

 

REPONSE Au milieu de l'Etoile flamboyante.

 

DEMANDE Comment avés vous été reçu compagnon ?

 

REPONSE En passant de la colonne J. à la colonne B..

 

DEMANDE Que signifie cette colonne ?

 

REPONSE Ma force est en Dieu.

 

DEMANDE Sur quoy avés vous travaillé ?

 

REPONSE Sur la pierre cubique en pierre.

 

DEMANDE A quoy vous sert-elle ?

 

REPONSE A éguiser les outils des compagnons.

 

DEMANDE Que signifie la houppe dentelée ?

 

REPONSE La parfaite union des ff..

 

DEMANDE Que signifie l'étoile flamboyante ?

 

REPONSE La majesté du G.A.D.L..

 

DEMANDE Combien avés vous de meubles ?

 

REPONSE Trois, le maillet, la bible, le compas.

 

DEMANDE A quoy servent-ils ?

 

REPONSE Le maillet à donner lordre, la bible à preter l'obligation, le compas à compasser nos mœurs.

 

DEMANDE Combien y a-t-il de bijoux ?

 

REPONSE Six, trois mobiliers et trois immobiliers.

 

DEMANDE Quels sont les trois mobiliers ?

 

REPONSE L'équerre que porte le Vble, le niveau que porte le 1er survt, la ligne de plomb que porte le 2ème survt.

 

DEMANDE A quoy servent ces bijoux ?

 

REPONSE L'équerre pour régler nos actions, le niveau pour nous égaller à nos ff., la ligne de plomb que toutes grâces vient d'en haut.

 

DEMANDE Combien avés vous d'ornements dans votre loge ?

 

REPONSE 3, la houppe dentelée, le pavé mosaïque, l'étoile flamboyante.

 

DEMANDE Que représentent ces trois ornements ?

 

REPONSE La houppe dentelée représente la parfaite image de la vertu que doit pratiquer un bon frère, le pavé mosaïque, quoique séparé ou est toujours uni, l'étoile flamboyante, la majesté suprême.

 

DEMANDE Qui entoure la loge ?

 

REPONSE L'union des frères.

 

DEMANDE Sur quoy est-elle fondée ?

 

REPONSE Sur trois piliers : force, sagesse, beauté.

 

DEMANDE Donnez moy une explication de cella !

 

REPONSE Le Vble est la sagesse pour entreprendre, le 1er survt, la force pour soutenir, le 2ème survt, la beauté pour orner.

 

DEMANDE Tout bon maçon doit-il posséder trois vertus ?

 

REPONSE Oui, très Vble, en faisant consister la sagesse dans ses mœurs, la force dans son union avec ses ff., la beauté dans son caractère.

 

DEMANDE Ou s'assemblent les apprentifs pour recevoir leur salaire ainsi que les compagnons ?

 

REPONSE Les apprentifs à la colonne J., les compagnons, à la colonne B..

 

DEMANDE Ou sont situées ces colonnes ?

 

REPONSE A l'occident, vis-à-vis l'une de l'autre.

 

DEMANDE Quelle hauteur ont-elles ?

 

REPONSE Dix-huit coudées.

 

DEMANDE Combien de circonférence ?

 

REPONSE Douze coudées.

 

DEMANDE Quelle épaisseur ?

 

REPONSE 4 doits.

 

DEMANDE De quoy sont-elles ornées ?

 

REPONSE D'un chapiteau couvert de pommes de grenades, sans nombre.

 

DEMANDE F. 1er survt, donnés le signe d'attoichement au 2ème degré !

 

Ils se le donne.

 

DEMANDE Est-il juste ?

 

REPONSE Oui, très Vble.

 

DEMANDE Donnez le mot d'ordre !

 

REPONSE Dites moy la 1ère lettre, je dirai la 2ème.

 

DEMANDE B.

 

REPONSE O.

 

DEMANDE O .

 

REPONSE Z.

 

DEMANDE Bo.

 

REPONSE Oz.

 

DEMANDE Dites moi le mot de passe !

 

REPONSE Scibolet.

 

DEMANDE Que signifie t il ?

 

REPONSE Epie de bled en hébreux, mot de ralliement qu'avaient les Israélites sur les bords du Jourdain.

 

DEMANDE Etes vous content de votre salaire ?

 

REPONSE Je le suis, très Vble.

 

DEMANDE Si vous aviés perdu un frère, où le trouveriés vous ?

 

REPONSE Entre les deux colonnes.

 

DEMANDE Avés vous vu votre maître ?

 

REPONSE Oui, très vénérable.

 

DEMANDE Comment est il habillé ?

 

REPONSE D'or et dazur.

 

DEMANDE Quest ce qui couvre son chef ?

 

REPONSE Un triangle.

 

DEMANDE Que sernés vous à votre maître ?

 

REPONSE Craye, charbon et chyment.

 

DEMANDE Quel âge avés vous ?

 

REPONSE Cinq ans et plus.

 

L'on demande si on a rien à proposer pour la propagation de l'ordre et sur la réponse on ferme la loge comme suit, préalablement avoir fait courir la boïtte des pauvres.

 

CLOTURE DE LA LOGE

 

V.M. Où se tient le Vble en Loge ?

 

1ER SURV. A l'orient, de même que le soleil se lève en cette partie, le Vble si tient pour ouvrir et fermer la loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents.

 

V.M. Où se trouvent les survts ?

 

2EME SURV. A loccident, de même que le soleil se couche en cette partie, les survts si tiennent pour ayder le Vble à fermer la loge.

 

V.M. Depuis quand travaillés vous ?

 

1ER SURV. Depuis le lundy à midy jusqu'au samedy à midy.

 

V.M. Quelle heure est il ?

 

2EME SURV. Minuit plein.

 

V.M. Avés vous été payé ?

 

1ER SURV. Je suis content.

 

V.M.

 

V.M. F. 1er et 2ème survts, faites avertir qu'il est minuit plein, que nous sommes payés et contents et que je suis dans le dessein de fermer la loge de compagnon, le tout annoncé en la forme ordinaire.

 

On ferme paer le signe après lequel on fait la chene.

 

V.M. Retirons nous en paix, la loge est fermée.

 

FIN DE LA LOGE ET DU TRAVAIL DE COMPAGNON

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 14:42

LOGE DE TABLE

 

S’il y a un banquet après la loge comme il est d’uzage au jour de réception on si trouve à l’heure dite avec exactitude. Tout doit sy passer dans une récréation descente..

 

Lorsquon a servi, le f servant vient avertir que le banquet est servi.

 

Tous les ff passent dans la salle. La table doit former un fer à cheval. Le Vble se place au milieu des survts ou à chaque bout observant sil est possible lemplacement comme à la loge , lorateur a la droite du Vble le secrétaire à la gauche, le récipiendaire après et sil y en a deux un de chaque cotté.

 

Le Vble et les survts prennent leurs places enssuitte les dignitaires et tous les ff Avant de s’asseoir le Vble fait la prière suivante.

 

V.M. Que le G.A.D.L.U. bénisse les materiaux que nous allons prendre pour réparer nos forces et nous fasse la grasce de ne les employer qu’à sa gloire.

 

Amen.

 

Le 1er service finit et le second servi ou s’il y en a qu’un le Vble frape un coup.

 

V.M.

 

Alors tout le monde doit être dans le plus profond silence et ne toucher a rien de ce qui est sur la table pas meme dans son assiette ny pain ny autres choses.

Tout ainsi dispausé,

 

V.M. f 1er survt à quelle heure les maçons commencent ils leurs ouvrages ?

 

1ER SURV. A midy très Vble.

 

V.M. Quel est le devoir des survts ?

 

1ER SURV. De voir si la loge est couverte.

 

V.M. FF 1er et 2e survts faites charger et aligner pour la 1re santé d’obligation.

 

Les survts ordonnent.

 

Tout étant disposé,

 

1ER SURV. Tout est chargé et aligné sur ma colonne.

 

2EME SURV. Tout est chargé et aligné sur ma colonne.

 

V.M. L’orient se joint mes ff.

 

Il se lève ainsi que tous les ff à l'ordre.

 

V.M. La santé que j’ay à proposer est celle du roy Louis 16, nous y joindrons celle de la reine et de toute la famille royalle.

Cette santé sera tirée avec toutes les honneurs due a la maçonnerie par 3 fois, ce sera moy qui auray la faveur den commander lexercisse.

 

Les survts lannoncent chaqu’un sur sa colonne et annoncé le Vble dit :

 

V.M. Amoy mes ff, la main droite aux armes, haut le canon, anjou, feu, bon feu, triple et parfait feu.

 

On fait le signe en portant le canon de la mamelle gauche à la mamelle droite et en avant par trois fois.

On pause le canon dememe et on célèbre le vivat apres lequel chaqu’un reprend sa place quoyquil y a des loges ou lon tire les trois santés dobligation de suitte et dautres ou on met un intervalle.

 

Les 3 santés tiré le 1er survt demande une santé au Vble quil luy accorde, il fait charger et aligner sur les deux colonnes et annonce la santé du Vble présent.

 

Lorateur et le second survt l’anoncent, on la tire comme on la dit cy dessus.

 

La dernière santé est celle de tous les maçons et maçonnes, Custos, Custines, répandus sur lun et sur l’autre émisphère. Elle se tire debout faisant lachene et chantant le dernier couplet et plusieurs du cantique des apprentifs.

 

Alors le f.servant doit etre admis à cette santé. La loge se ferme comme il a été dit observant avant la clauture de faire passer la boite des pauvres.

  Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 14:36

INSTRUCTIONS 1ER TEMPLE

 

DEMANDE Etes-vous maçon ?

 

REPONSE Mes ff et compagnons me reconnaissent pour tel.

 

DEMANDE A quoy reconnaîtray je que vous etes maçon ?

 

REPONSE Par les signes, parolles et attouchements.

 

DEMANDE Quel est le signe d’un maçon ?

 

REPONSE Tous equerres niveaux et perpendiculaires.

 

DEMANDE Donnes moy le signe dapprentif ?

 

REPONSE On le donne

 

DEMANDE Donnes moy la parolle ?

 

REPONSE Je l’epelleray avec vous, dites moy la 1er lettre je vous diray la seconde.

 

DEMANDE J REPONSE J

 

DEMANDE A REPONSE A

 

DEMANDE K REPONSE K

 

DEMANDE I REPONSE I

 

DEMANDE N REPONSE N

 

DEMANDE Que veut dire ce mot ?

 

REPONSE J’espère en Dieu et c’est le nom de la 1er collonne du temple de Salomon auprès de laquelle sassemblaient les apprentifs pour recevoir l’ordre.

 

DEMANDE Quel est le mot de passe ?

 

REPONSE Tubalkin

 

DEMANDE Que veut dire ce mot ?

 

REPONSE C’est le nom du fils de Lameck qui le 1er travailla aux méteaux.

 

DEMANDE Quel est le premier soin dun maçon ?

 

REPONSE De voir si la loge est bien couverte.

 

DEMANDE D’ou venes vous ?

 

REPONSE De la loge de St-Jean.

 

DEMANDE Quelles recommandations avés-vous ?

 

REPONSE Bon accueil aux ff viziteurs de cette loge.

 

DEMANDE N’apportes vous rien de plus ?

 

REPONSE Le maître de la loge de St Jean vous salue par trois fois 3

 

DEMANDE Que venés vous faire en loge ?

 

REPONSE Vaincre mes passions, soumettre mes volontés et faire de nouveaux progrès dans la maçonnerie.

 

DEMANDE Que demandes vous ?

 

REPONSE Une place parmy vous si men croyés dignes.

 

DEMANDE Ou aves vous été reçu maçon ?

 

REPONSE Dans une loge complète et reguliere.

 

DEMANDE Combien y-a-t-il de sortes de loges ?

 

REPONSE 3 : la simple, la juste, la parfaite.

 

DEMANDE Qui compose la simple ?

 

REPONSE 3 : un Vble et 2 Survts.

 

DEMANDE Qui compose la juste ?

 

REPONSE 5 : un Vble 2 survts 2 apprentifs compagnons.

 

DEMANDE Qui compose la parfaite ?

 

REPONSE 7 : un Vble, 2 Survts et 4 maîtres.

 

DEMANDE Qui la gouverne ?

 

REPONSE Un Vble et 2 Survts.

 

DEMANDE Ou est placé le Vble ?

 

REPONSE A lorient.

 

DEMANDE Pourquoy ?

 

REPONSE De même que le soleil se lève à lorient pour ouvrir le jour aussi le Vble sy place pour ouvrir la loge, l’éclairer, la gouverner et maître les ouvriers a loeuvre.

 

DEMANDE Ou sont places les Survts ?

 

REPONSE A loccident..

 

DEMANDE Pourquoy ?

 

REPONSE De même que le soleil se couche dans cette partie pour fermer le jour les survts sy placent pour fermer la loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents.

 

DEMANDE Où se tiennent les apprentifs ?

 

REPONSE Au nord.

 

DEMANDE Pourquoy ?

 

REPONSE Pour garder et renforcer la loge

 

DEMANDE Pourquoy vous êtes fait maçon ?

 

REPONSE Parce que j’étais dans les ténèbres et que j’ay voulu voir la lumière.

 

DEMANDE Par qui avés vous été introduit en loge ?

 

REPONSE Par un amis qui ma remis à un autre amis que jay reconnu après pour être le 2e survt.

 

DEMANDE Qui vous a examiné ?

 

REPONSE L’expert.

 

DEMANDE Dans quel etat eties vous alors ?

 

REPONSE Ny nud ny vêtu, ceppendant dune maniere descente et depourvus de tous meteaux.

 

DEMANDE Pourquoy ny nud ny vetud ?

 

REPONSE Parce que la vertu n’a pas besoin dornement pour paraître avec éclat.

 

DEMANDE Pourquoy depourvu de tous meteaux ?

 

REPONSE Parce que lorsqu’on bati le temple de Salomon on n’entendit aucun bruit de marteaux n’y d’autres outils composés en metail.

 

DEMANDE Comment a ton pu elever un si vaste edifice sans le secours daucuns instruments composé de metail ?

 

REPONSE C’est que Hiram roy de Thir envoya à Salomon des cèdres du Liban tous tailles et prest à poser et que Salomon en fit autant dans ses carrières de pierres dont il avait besoin pour la construction du temple.

 

DEMANDE Comment aves vous été introduit en loge ?

 

REPONSE Par trois grands coups.

 

DEMANDE Que signifient ces trois grands coups ?

 

REPONSE Trois parolles de lécriture sainte : frapés et on vous ouvrira, cherchés et vous trouverés, demandés et on vous donnera.

 

DEMANDE Que vous ont produit ces trois grands coups ?

 

REPONSE Un 2e survt

 

DEMANDE Qu’atil fait de vous ?

 

REPONSE Il m’a fait faire 3 fois le tour de la loge par le 7on et m’a remis à loccident entre les mains du 2e surveillant.

 

DEMANDE Que cherchies vous dans cette route ?

 

REPONSE La lumière.

 

DEMANDE Que vous a fait faire le 1er surt ?

 

REPONSE Il m’a fait metre le pied en équerre et voyager en maçon, enssuitte m’a présenté au Vble.

 

DEMANDE Comment voyagent les apprentifs ?

 

REPONSE De lorient à loccident

 

DEMANDE Pourquoi ?

 

REPONSE Pour chercher la lumière.

 

DEMANDE Qu’a fait le Vble de vous ?

 

REPONSE Avec le désir sincerre que j’avais et du consentement de la loge il m’a reçu maçon.

 

DEMANDE Comment le Vble vous atil reçu maçon ?

 

REPONSE Avec toutes les formalités requises. J’étais dépourvu de tous meteaux, javais le genouil droit sur léquerre, le soulier gauche en pantoufle, la main droite sur lévangile, de la gauche je tenais un compas à demy ouvert posé sur la mamelle gauche qui etait nue.

 

DEMANDE Que faisies vous dans cette posture ?

 

REPONSE Je contractais l’engagement de garder le secret des maçons et de la maçonnerie.

 

DEMANDE Quels sont ses secrets ?

 

REPONSE Des paroles, des attouchements et des signes sans nombre.

 

DEMANDE Qu’avés vous vu quand vous etes entre en loge ?

 

REPONSE Rien que l’esprit humain puisse comprendre.

 

DEMANDE Quand on vous a donné la lumière qu’avés vous apperçu ?

 

REPONSE Trois grandes lumières.

 

DEMANDE Ou étaient elles placées ?

 

REPONSE Une à lorient une à loccident la 3ème au midy.

 

DEMANDE Pourquoi n’y en avait-il pas au Nord ?

 

REPONSE C’est que les rayons du soleil pénètrent faiblement dans cette partie.

 

DEMANDE A quoy servent ces trois grandes lumières ?

 

REPONSE A éclairer ceux qui vivent en loge, ceux qui y travaillent et ceux qui s’en retournent.

 

DEMANDE Ou est située notre loge ?

 

REPONSE Dans la vallée de Josaphat, au pied de la plus haute montagne.

 

DEMANDE Quelle forme atelle ?

 

REPONSE Un carré long.

 

DEMANDE Quelle longueur ?

 

REPONSE De lorient à loccident.

 

DEMANDE Quelle profondeur ?

 

REPONSE De la surface de la terre au centre.

 

DEMANDE Quelle largeur ?

 

REPONSE Du midy au septentrion.

 

DEMANDE Quelle hauteur ?

 

REPONSE Des pieds, des toises et des coudées sans nombre.

 

DEMANDE Qui la couvre ?

 

REPONSE Un dais céleste parsemé d’étoiles.

 

DEMANDE Qui la soutient ?

 

REPONSE Trois grands piliers.

 

DEMANDE Comment les nommet’on ?

 

REPONSE Sagesse, force et beauté.

 

DEMANDE Pourqu’oy les nommet’on ainsi ?

 

REPONSE Sagesse pour inventer, force pour soutenir, beauté pour orner.

 

DEMANDE Combien y a t il de fenêtres dans votre loge ?

 

REPONSE Trois.

 

DEMANDE Ou sont elles placées ?

 

REPONSE Une à lorient, une à loccident, et la 3e au midy.

 

DEMANDE Combien y a-t-il de bijoux dans votre loge ?

 

REPONSE Trois mobiliers et trois immobiliers.

 

DEMANDE Quels sont les trois bijoux mobiliers ?

 

REPONSE L’équerre, le niveau, et la ligne d’aplomb.

 

DEMANDE Quels sont les trois immobiliers ?

 

REPONSE La planche à tracer, la pierre cubique à pointe, la pierre brute.

 

DEMANDE La planche à tracer, la pierre cubique à pointe, la pierre brute

 

REPONSE Lequerre sert à donner la forme, le niveau à metre à luni et la ligne d’aplomb à élever des perpendiculaires sur leurs bazes.

 

DEMANDE Quel est luzage des bijoux immobiliers ?

 

REPONSE La planche à tracer sert aux maitres à lever leurs places, la pierre cubique à pointe aux compagnons pur éguiser leurs outils, la pierre brute aux apprentifs pour travailler.

 

DEMANDE Combien y a-t-il de meubles dans cette loge ?

 

REPONSE Trois : la bible, le compas, le maillet.

 

DEMANDE Quel est leur uzage ?

 

REPONSE La bible sert à preter l’obligation, le compas à compasser nos mœurs, et le maillet à donner l’ordre.

 

DEMANDE A qui est dediée votre loge ?

 

REPONSE A St Jean.

 

DEMANDE Pourquoy ?

 

REPONSE C’est que aux temps des guerres saintes dans la Palestine les chevalliers M réunirent aux chevalliers de St Jean de Jérusalem.

 

DEMANDE Pourquoy met-on l’espée à la main quand on reçoit un fmaçon ?

 

REPONSE C’est pour écarter les profanes.

 

DEMANDE Combien y a-t-il de sortes de maçons ?

 

REPONSE De deux sortes ceux de theorie et ceux de pratiques.

 

DEMANDE Quaprenies vous etant maçon de pratique ?

 

REPONSE Une bonne morale, à epurer nos mœurs et à nous rendre agréables à tout le monde.

 

DEMANDE Quest-ce que le maçon de pratique ?

 

REPONSE C’est l’ouvrier tailleur de pierres qui élève les perpendiculaires sur leurs bazes.

 

DEMANDE Quels sont les devoirs d’un maçon ?

 

REPONSE C’est de fuir le vice et pratiquer la vertu.

 

DEMANDE Quelles sont les qualités d’un maçon ?

 

REPONSE Force, sagesse, beauté.

 

DEMANDE Comment réunit il ces 3 qualités ?

 

REPONSE La force est dans lunion avec les ff, la sagesse dans ses mœurs et la beauté dans son caractère.

 

DEMANDE Quel age aves-vous ?

 

REPONSE Trois ans.

 

L’instruction pourrait être plus longue mais il suffit quelle soit analogue aux circonstances de la réception.

  Document transmis par notre B.A.F VOLKER

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 00:30

2° partie

Maçonnerie Rouge ou hauts Grades

Les hauts grades sous la dénomination 1°d’Elu Secret, 2° Grand Elu Ecossais 3 ° Chevalier d'Orient, et 4° Rose-Croix ou sous la dénomination de premier, second, troisième et quatrième ordre formant l'attribution du Chapitre Métropolitain, lequel est composé des Sept Chapitres fondateurs séant à Paris, savoir :

1° Les Amis intimes,

2° L'amitié,

3° Les Frères unis de Saint Henry

4° Salomon,

5° L'harmonie.

6° la réunion des amis intimes

7° et l’amitié.

Le Chapitre Métropolitain s’assemble d’obligation aux Solstices d’été et d’hiver et à l’équinoxe du printemps, c'est-à-dire le jeudi qui précède le dimanche d’après la pleine lune du printemps, le 29ème jour du 4ème mois et le 8ème jour du 10ème mois de chaque année ; les autres assemblées sont extraordinaires.

L’initiation aux quatre ordres, toutes les affaires qui lui sont particulières, celles qui y sont portées des chapitres tant à Paris ou dans les différents lieus de la République auxquels il a accordé des lettres particulières comportant le matériel des travaux.

L’adresse est Au Sieur Palerni rue du Vieux Colombier N° 490 fb. St. Germain à Paris.

Note : Sur les noms des douze mois de l’année adoptée par le Chapitre Métropolitain on se sert de la Dénomination des mois de l’année civile des hébreux qui commence par le mois Tisri qui répond au mois de mars, premier mois de l’année suivant le Registre du Chapitre Métropolitain et pour l’année, on se sert de figures hiéroglyphiques représentant les nombres ci-après :

On fera bien attention que le non de l’année ne doit pas être celui de l’année courante, il doit être celui du nombre de révolutions de 33 ans qui se sont écoulé depuis la naissance de notre Souverain Rédempteur Jésus Christ et préciser le nombre d’années qui se sont aussi écoulés depuis la Grande Maitrise de l’ordre sous le grand maitre actuel, Roëttiers de Moutaleau, qui en 1800 est le Sérénissime Grand Maitre.

Grade d’Elu Secret

Le signe se fait par celui qui le demande en tirant son poignard de la main droite et le levant pour frapper.

Celui qui répond, ferme la main droite, le pouce en l’air, lève le poing ainsi fermé et le renverse.

L’ordre est de fermer la main droite, le pouce levé et la porter ainsi sur le côté droit à la hauteur de la hanche, comme si on tenait une épée, la pointe en l’air.

L’attouchement, pour celui qui le demande est de présenter le poing fermé, le pouce en l’air, de la main droite.

Celui qui répond doit saisir le pouce avec la main fermée, ceci se répète avec vitesse, trois fois de la même manière.

La parole est Nekum.

Le mot de passe est Abibalc

La Batterie se fait par neuf coups ainsi qu’il suit :

00000000 - 0

Ecossais

Le signe s’appelle signe d’extase. Il se fait les bras étendus jusqu’à la hauteur de l’épaule, les mains ouvertes en équerre, la tête penchée sur l’épaule gauche, le pied gauche en arrière, l’on y substitue le signe d’écharpe lequel se fait en portant la main droite à la hauteur de l’épaule gauche et la retirant le long du corps vers la hanche droite.

Ce signe sert pour saluer ou pour demander la parole.

Le contre signe est celui du ventre coupé, on porte la main droite à gauche et on la tire horizontalement.

L’attouchement se fait en se prenant mutuellement la main droite

et la renversant trois fois en disant à chaque renversement, l’une de ces trois paroles : Berith , Neder ,Schélemouth

La marche s’exécute par 3, 5, 7 et 9 savoir, trois pas d’apprenti, cinq du pied droit, sept du pied gauche et trois du pied droit, trois du pied gauche et les trois derniers du pied droit.

Le mot de passe est Elhanam

La parole est Schem, hamm, phorasch

La Batterie se fait par 3, 5, 7 et 9.

00 0

00 0 0 0

00 0 0 0 0 0

00 0 00 0 00 0

La pierre cubique

Cette pierre est représentée par un châssis recouvert en toile peinte de couleur d’agathe elle est portée sur un piédestal d’un pied de hauteur, exécutée également par un ________ recouvert en toile peinte de couleur de _____ rouge.

Ce châssis présente une de ses pointes et est orné de moulures et de sculptures dorées.

La face à droite porte un soleil rayonnant, à gauche l’étoile flamboyante et la lettre G au milieu.

Sur la face de derrière, il y a un compas ouvert dont les pointes portent sur un quart de cercle entre les chiffres 3, 5, 7

La face de la pierre qui est en devant porte dans ses cases tous les mots sacrés de l’une et l’autre maçonnerie quand on a la clef pour les lire.

Les chiffres qui sont autour désignent le grand Cube de 3 dans toutes ses multiplications. Quand le récipiendaire rapporte de la voûte sacrée le Delta, il le remet au V. qui dérange un peu la pierre et la place dessous sur le piédestal et remet la pierre à sa place.

Pour lire l’alphabet on commence par la case du bas à gauche, on monte à la seconde et on descend en diagonale, ensuite on remonte pour redescendre et ainsi de suite.

On lit par ce moyen la pierre cubique en commençant par le t, on monte à l’u et on descend au b pour remonter à l’a et descend à l, ainsi de suite.

 Chevalier d’Orient

Le signe se fait en portant la main droite étendue à l’épaule gauche et la descendant diagonalement et en serpentant vers la hanche droite.

L’on répond en portant la main droite sur la garde de son épée.

L’attouchement est de porter la main droite sur son épée pour combattre, passant le pied droit en arrière en tournant un peu le corps, la main gauche étendue en l’air comme si on voulait repousser quelqu’un ;

De sorte que les deux ff. dans cette position se rencontrent les deux mains gauches, en enclavant les doigts et sur le champ s’embrassent.

Le mot de passe est Yavaurum Hammaim

La parole est Juda, à quoi on répond Benjamin.

La marche se fait par sept pas, trois pas de maître, trois pas en arrière et un en avant.

La Batterie se fait par sept.

0000 000

L’ordre est de tirer son glaive, de le porter à la hanche droite.

Rose-Croix

Il y a deux signes, l’un d’eux demande et l’autre répond.

Le premier est de lever les yeux au ciel, de porter les deux mains jointes et renversées à la hauteur du front et les laisser tomber perpendiculairement sur le ventre.

Le deuxième est de lever la main droite à la hauteur du front, tous les doigts fermés, excepté l’index qui montre le ciel en ayant les yeux élevés.

Il y a un troisième signe qu’on appelle signe de secours et qui ne se fait que quand on est en danger :

On croise la jambe droite derrière la gauche, à la hauteur du gras de jambe, on y répond en croisant la gauche derrière la droite.

L’attouchement se fait en croisant les deux mains sur la poitrine, l’un de l’autre, ce qui s’appelle attouchement de bonne foi ou le bon pasteur.

Celui qui demande pose la main droite sur la mamelle droite de l’autre. Celui qui répond en fait de même, ensuite on pose la main gauche sur la mamelle gauche et ainsi de suite : puis on s’embrasse en disant : paix profonde.

Le mot de passe est Emmanuel.

La parole est INRI

La Batterie se fait par sept :

000000 0

Décorations sur les hauts grades

1° L’Elu porte un cordon noir de la largeur de quatre pouces moiré sur lequel est brodé trois têtes de mort, avec légende : vaincre ou mourir.

Au bas, est attaché un petit poignard dont le manche est doré et la lame en argent, le cordon se porte en bandoulière de gauche à droite.

Le tablier est doublé et bordé de noir sur lequel sont peintes quelques figures représentant la mort et aux trois assassins d’hiram.

2° L’Elu Ecossais est un cordon ponceau moiré de même largeur au bas duquel est attaché un triple triangle, il se porte aussi de gauche à droite.

Le Tablier est bordé et doublé de ponceau, on peut y faire peindre les attributions, analogues à la réception.

3° Le Chevalier d’Orient le cordon est un ruban vert moiré que l’on porte de gauche à droite ; au bas duquel sont attachées deux petites épées croisées.

Le Tablier est doublé et bordé de vert, on peint dessus les attributs du grade.

On porte une ceinture de taffetas vert d’eau, on y peint un fleuve, un pont et un homme combattant seul contre plusieurs qui s’opposent à son passage.

4° Le Rose Croix- il y a deux ornements différents.

Dans le premier appartement, c’est un cordon noir de quatre pouces de large moiré, porté en sautoir sur la poitrine au bas du quel est attachée une petite croix d’écaille fondue, rouge, chargée d’une rose épanouie en or, ainsi que ses feuilles, elle doit être incrustée dans la croix.

A droite et à gauche du cordon est attachée une croix de ruban cramoisi.

Le tablier de ce premier grade est bordé et doublé de noir et une croix au milieu cramoisie.

Dans le second appartement, c’est un cordon cramoisi de même largeur porté en sautoir, au bas duquel pend un bijou, qui est un compas ouvert sur un quart de cercle ; d’un côté est gravé le mot sacré du grade en caractère hiéroglyphique et de l’autre, le mot de passe.

La tête du compas est surmontée d’une couronne antique à pointe la quelle est d’argent ; entre le compas et le quart de cercle, est une croix sur la quelle est une rose épanouie avec quelques feuilles, la rose porte sur le croisillon et son pied descend jusqu’au quart de cercle, de l’autre côté est l’étoile flamboyante et la lettre G au milieu.

En bas de la croix il y a un aigle les ailes déployées et de l’autre côté un pélican avec ses petits dans leur nid.

Ces oiseaux et la rose sont en argent.

Le tablier est bordé de cramoisi, l’habillement du chevalier est une chasuble courte, blanche, de soie ou de laine, ayant une croix devant et derrière de ruban cramoisi.

Entrée dans un Atelier

V., 1er, 2ème et vous tous, mes frères.

Qu’il est doux et consolateur pour un voyageur isolé de rencontrer en tout pays, un peuple de frères et d’amis !

C’est ce que j’éprouve en cet instant, mes frères et si jamais j’ai ressenti l’extrême avantage de la maçonnerie, c’est au sein de ce respectable atelier.

Heureux, trois fois heureux ! celui qui eut le bonheur de coopérer à l’architecture sublime de ce temple auguste dont les Colonnes sacrées sont à la fois l’emblème des valeurs et des vertus qui vous caractérisent.

Mon plus grand désir en venant parmi vous, mes frères, est de partager vos glorieux travaux, de m’éclairer de vos lumières et faire de nouveaux progrès dans la maçonnerie.

Ne pouvant trouver des expressions assez fortes pour vous témoigner toute la Joie dont mon âme est atteinte.

Je vais recourir aux batteries et acclamations maçonniques.

Vivant, Vivant, semper Vivant.

  Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

 

Repost 0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 13:20

RITUEL ET RÈGLEMENT

DE LA LOGE DE L "HEUREUSE –ALLIANCE"

DE LA VILLE D’UZERCHE

L’ART ROYAL

Une communication de l’abbé Brousse, en trois parties, (sur une centaine de pages), a réalisé la transcription de manuscrits provenant de la Loge l’Heureuse Alliance qui existait à Uzerche en Corrèze, avant la Révolution, probablement dès 1767.

Elle comptait 18 Frères, tous notables.

Elle n'a pas été au nombre des Loges qui se sont placées sous les auspices du Grand Orient en 1773.

Son affiliation à cette Obédience ne s’est effectuée qu’en janvier 1781.

En 1784, elle s'installe au 6 de l'actuelle rue Jean Gentet à Uzerche (Corrèze).

Elle comptera près de 80 Frères à la veille de la Révolutions.

Le premier de ces manuscrits date de 1780.

Il a trait aux trois grades bleus du Rite Français, (Ouvertures et Fermetures des Travaux, Initiation, Réception au 2°Grade, Réception au 3° Grade et Loge de table.)

Le second concerne le Règlement de Loge et date du 8 juillet 1782 ( 8ème jour du 5ème mois 5782 )

 Documents aimablement communiqués par Monsieur Gilbert Beaubatie

( Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, année 1914 )

 

DESCRIPTION DE LA LOGE


 Elle doit former un carré long, tandus dune tapisserie bleue avec des colonades, au dessus desquelles seront des trophées maconniques ;à l’orient sera placé un petit autel sur lequel sera la bible, un compas et un maillet ; au dessus un dais avec des rideaux de taffetas ou autres étoffes bleues ; sur le devant la houpe dentellée placée sur le frontispice du dais avec cimétrie, dont les houpes viennent servir de ligament aux rideaux ; derrière l’autel un fauteuil en vemours bleu pour le Vénérable au dessus duquel sera placée l’étoille flanboyante avecla lettre G :. au milieu, un transparent à ctté ; à droite sera de même une petite table triangulaire où sera placé l’orateur sur un tabouret au dessus duquel sera aussi le soleil et une lumière sur la table à gauche ; du ctté du 7on (*) sera aussi une petite table où sera placé le secrétaire sur un tabouret ; au dessus sera la lune en transparant ; du cotté du midy au 7on (lisez septentrion) seront des banquettes peintes en bleu pour les frères ; les maîtres les plus anciens occuperont le midy et les apprentis et compagnons occuperont le 7on ainsi que les jeunes maîtres qui se placeront à cotté du secrétaire ; à l’occident de chaque cotté de la porte seront placés les deux colonnes J:. B :., la colonne J :. du cotté du 7on devant laquelle sera placé le 2e surveillant sur un tabouret, la colonne B :. du cotté du midy devant laquelle sera placé le 1er surveillant sur un tabouret ; ils auront chaqu’un devant soy un grand chandelier triangulaire ou sera placé sur chaqu’un leur maillet qui sert pour faire executer les ordres du venerable.

 Derrière les deux collones du cotté du midy sera en peinture et en relief Arpocrate le dieu du sillence et au 7on Minerve déesse de la sagesse ; en face de la porte a lorient un troisième chandelier triangulaire comme celuy des survts

 – le ciel sera tendu d’un tapis bleu céleste parsemé détoilles dor ; le pavé à la mosaïque au milieu duquel sera le tracé de la loge

 

– au bas des 7 marches du temple au fond desquelles est un compas a demy ouvert ; au dessous au pied de lauteil un Equerre ou on fait metre le genouil dessus au recipiendaire ; la loge doit être éclairée par neuf chandeliers à 3 branches savoir : 4 au midy, 3 au 7on et 2 à loccident au dessus d’Apocrate et lautre au dessus de Minerve

 

– tout ainssi disposé le Vble les Sts et officiers ainssi que tous les ff comme il a été dit on procède aux travaux suivants

TRADUCTION ( * ) 7 on = Septentrion.


 

OUVERTURE DE LA LOGE

V.M. Frère 1er survt êtes vous maçon ?


1ER SURV. Très Vble, mes ff et compagnons me reconnaissent pour tel.


V.M. A quoy connaîtray je que vous etes maçon ?


1ER SURV. Par mes signes, parolles et atouchements.


V.M. Quels sont les signes d’un f ?


1ER SURV. Tous Equerres niveaux et perpendiculaires.


V.M. Quels en sont les attouchements ?


1ER SURV. Certains que les ff se donnent entr’eux pour se reconnaître


V.M. Quelle heure est-il f 2eme Surt ?


2EME SURV. Midy plain très vénérable.


V.M. Quel est le devoir des Surts f :.1er ?


1ER SURV. Devoirs si nous sommes couverts et si tous les ff :. présents sont maçons.


V.M. Quel age aves vous comme apprentif ?


1ER SURV. Trois ans.


V.M. Mes ff, puisque vous avés trois ans et qu’il est midy plain cest lheure que les maçons se mettent à louvrage, assurés-vous si les ff sont maçons et si nous sommes couverts.


Jcy descente par la voye du f Me des cérémonies qui demande le mot de passe à tous les ff le rapporte au 2e Survt qui le rapporte au 1er, celuy ci au Venble qui dit :


V.M. F 1er Survt donnés lattouchement au 2e ainssi que le mot sacré et faites le moy parvenir chaqu’un par votre collonne.


Le 1er surveillant le donne au 2 et puis le prennent du f Le plus près deux qui en fait de même à son voisin jusqu’à ce quil est parvenu au secretaire et au f orateur qui le donne au Venble.


V.M. Il est juste.


V.M. Mes ff er et 2e Surveits annoncés chaqu’un sur votre colonne que je vais ouvrir la loge d’apprentif par les signes accoutumés aydés moy mes ff.


V.M. A Lordre.


Tous les ff se lèvent de bout, mettent la main droite en équerre sous la gorge.


V.M. Quel est le premier point de notre obligation f 1er Survt ?


1ER SURV. Davoir plutôt la gorge coupée que de révéler nos secrets.


V.M. Ne perdons jamais de vue mes frères une si grande obligation


V.M.


Il fait le signe.

On tire la main horisontalement à lépaule droite la laissant tomber diagonalement sur la hanche droite ; on fait les acclamations ainssi


V.M. La loge est ouverte.

Mes ff reprenés vos places et qu’on se tiène avec descence.


Si on est assemblé ce jour pour quelque réception on fait les questions suivantes après lesquelles on procède comme cy-après.

Si au contraire on traite des affaires de la loge la parolle doit être portée par le 1er Survt ; si c’est un f qui ait quelque chose à proposer apres que le 1er Survt a demandé la lecture des anciens travaux au Vble il demande la parolle au Surt de la collonne et après luy avoir été accordée par le Vble se tient debout, fait sa proposition qui doit être succincte et il doit se reassoir que par ordre du Vble.

 

QUESTIONS PRELIMINAIRES A LA RECEPTION.

 

V.M. Quel motif nous rassemble aujourd’hui f 1er Survt ?

 

1ER SURV. La proposition de l’ordre, t. vble, et un gentilhomme profane proposé et accepté dans nos derniers travaux, ou que le f tel a à proposer à la respectable loge.

 

S’il a été proposé et scrutiné et que ce soit le jour marqué pour la réception on procède comme cy-après, si au contraire il est proposé ce jour là on fait ce qui suit et ne peut être admis qu’un mois apres s’il est du lieu.

 

QUESTIONS A UN PROFANE A PROPOSER.

 

Le f qui doit proposer le profane se lève, demande la parole au 1er Surt de sa collonne et après luy avoir été accordée par le Vble, dit :

 

T. Vble après avoir depuis longtemps épié les démarches du profane – un tel – je n’ay rien trouvé en luy qui m’enpeche de le proposer à la respectable loge ; son caractère et ses mœurs sont conformes a ceux dun vray maçon et je présume qu’un jour il pourrait être un ornement de notre ordre.

 

Cecy dit le f reprend sa place par ordre du Vble qui dit :

 

V.M. Mon frère je suis très sensible au zelle que vous marqués, je vais proposer le profane à la R loge très convaincu que les ff qui le connaissent luy rendront la justice qui luy est düe et luy accorderont leurs suffrages.

FF. 1er et 2eme Surts, FF. orateur, secretaire, officiers, dignitaires, mes ff maîtres et compagnons et apprentifs qui composés cette respectable loge, notre très cher frère ****** a la faveur de nous proposer le profane – tel –

Consentés vous mes FF. qu’il passe à lescrutin ?

 

On y acquiesse en etendant la main sur le tableau et quand un f connaîtrait des raisons qui pourraient exclure le profane il ne doit pas le dire il doit attendre le scrutin et aucun f ne doit si opposer excepté que le f qui le propose peut être soupçonné d’etre capable de proposer un mauvais sujet reconnu de plusieurs frères, alors un pour tous se leve de la forme ordinaire expose les raisons et si elles sont claires il est exclu sans autre formalité et le f qui porte ces raisons doit le faire sans témoigner aucune aigreur au f qui l’a proposé au contraire avec douceur et affabilité

S’il est une table on procède insi.

 

MANIERE DE SCRUTINER

 

Le Vble ayant demandé l’escrutin, le fsecrétaire le sort. Le Vble le met sur lauteil, compte autant de fèves noires que de blanches, après quoy il met sa boette de chaque cotté et dit :

 

V.M. Que chaque fviène prendre icy une fève noire et une fève blanche ; il se fournit lui-même et il fait passer au forateur et secrétaire.

 

Le Me des ceremonies après que tous les offsont fournis va porter au 1er et 2e Survts ne pouvant quitter leurs places sans se faire relever ce qui menerait trop loin.

 

Quand tout le monde est fourni le Vble dit :

 

V.M. Je vous exhorte mes ff, à n’avoir aucun égard pour le profane proposé, mais aussi qu’aucune affaire que vous pourries avoir eu avec luy ne nous prive du plaisir de l’admettre parmy nous si dailleurs vous luy en connaissés les qualités requises.

 

Alors le Vble commence le 1er a metre sa fève, ensuitte un fde chaque collonne chaqu’un a son tour.

Le tout fini, le Me des ceremonies prend les boettes les portes au 2 Survts qui mettent les fèves et rapporte les boittes sur lautel ou étant placées il met ses fèves une dans chaque boitte, salue le Vble et reprend sa place.

Le Vble ouvre la boitte et s’il trouve qu’il y ait des blanches avec des noires ou des noires avec des blanches.

 

Na qu’une seule suffit pour l’esclure pour toujours.

 

V.M. Je suis faché que le profane n’ait pas eu tous les suffrages.

 

Cella dit, On procède aux travaux ordinaires de la loge commençant par la lecture des derniers travaux.

 

Le cas arrivant que le proposé soit accepté le Vble dit : Mes ff célébrons un vivat en faveur du profane proposé et accepté par la voix unanime.

 

Après lequel on convient du jour de la réception qui doit être fixé par une personne de l’endroit à un mois de distance de lacceptation et sil a été scruptiné à la dernière loge et accepté alors on procède à la réception comme il suit :

 

ORDRE DE RECEPTION

 

1 Le parrain qui a proposé le candida doit savoir prévenir les fraix de réception ainssi que les fraix du blanchissage et des autres fraix conformément aux statuts et règlements de la loge.

 

2 Il doit être muni du tout avant que de lintroduire sans quoy il doit icy même de ses propres fonds le consigner entre les mains du trésorier avant son introduction dans la loge.

 

3 Il doit luy indiquer le jour – sans lui dire qu’un tel jour, à une telle heure il se trouve à un tel endroit , qu’une personne ira le prendre là pour affaire.

 

4 Le jour venu le parain prend avec luy un fexpert , luy indique lendroit ou le candidat l'attend.

 

5 Le f expert se transporte à lheure dite au lieu indiqué, demande Monsieur*******.

 

Après lavoir salué luy dit :

 

EXP. Mr suivés-moy sil vous plait jay quelque chose a vous dire dans un endroit.

 

Il le conduit à la loge sans luy dire autre chose et faire en sorte quand il entre qu’il n’apperçoive pas aucun des membres, le met dans la chambre noire et luy dit :

 

EXP. Vous nignorés peut être pas Mr le motif de ma mission mais en ce cas je suis charmé de vous en prévenir sur le bon rapport qu’on a fait de vous à la respectable loge et sur la demande qui luy a été faite par un de vos amis de vouloir bien vous admettre parmy nous elle a bien voulu vous accepter esperant que vous donnerés des preuves authentiques de votre zelle et empressement à etre initié dans nos mistères.

 

Cella dit – sort brusquement

 

Après sa réponse le ferme dans la chambre et va rendre compte a la loge de sa mission qui pour lors doit être ouverte.

 

  Il frappe en maçon ; le f terrible y repond ; après sa reponse le f terrible dit :

 

F. EXP. f 2e Surt on frape a la porte du temple en maçon.


2EME SURV. f 1e Surt on frape a la porte du temple en maçon.

 

1ER SURV. V. Maître on frape a la porte du temple en maçon.

 

V.M. 1er Survt faites voir qui s’est et si c’est un f de la loge admettes le sous le mot de passe.

 

Le 1er Surt le dit au 2e, celuy cy au fterrible.

 

  Le f terrible qui frape en dedans et demande qui frape a la porte du temple en maçon. Sur la réponse il entrouvre la porte la pointe de son glaive en dehors, luy demande le mot de passe

 

Après lavoir reçu il lintroduit et referme la porte

 

Le f expert en entrant salue le Vble à lordre et à la marche, rend compte de sa mission, annonce le récipiendaire dans la chambre noire, prend place par ordre du Vble.

 

Il doit y avoir dans la chambre noire une petite table, une chandelle, un livre de dévotion que le fexpert qui y conduit le candidat luy ordonne de lire ainssi qu’une chèse pour s’asseoir.

 

Alors le Vble pour qu’il n’y ait point de confusion ordonne à chaqu’un des frères la conduite qu’il doit tenir dans la cérémonie et ordonne à chaqu’un de ceux qui doivent ayder dans la réception ce quil a à faire avec la dernière descence et gravité.

 

Tout cella fait il dit :

 

V.M. f me des ceremonies voulés vous avoir la bonté d’aller préparer le candidat et quand il sera prêt vous reviendrez nous en faire part.

 

Le Maître des ceremonies sort avec deux ff deputés à cet effet saluent le Vble de la loge et vont à la chambre noire. Les deux frères se cachent et le maître des ceremonies ouvre la porte et après avoir salué le candidat luy dit :

 

M. D.C. Mr voici l’heureux moment où vous allés parvenir à entrer dans nos mistères, létat où vous vous trouverés ne doit point vous surprendre nous ne pouvons trop vous assurer de l’homme fragille et quelque pure que soit votre intantion il ne nous appartient pas de scruter au fond de votre cœur.

 

M. D. C. Ce n’est qu’au grand maître de toutes choses qu’est réservée cette connaissance.

 

C’est par une soumission aveugle que nous vous connaîtrons digne d’être dans notre ordre respectable .

 

Voyes si vous voulés vous conformer à subir toutes les épreuves requises par nos lois, répondé ; ensuitte :

 

je suis charge encore de vous dire que rien parmy nous n’est suspect ny contraire aux lois divines et humaines à l’état et à la religion ainsi reflechissés mûrement.

 

il attend sa réponse – après :

 

M. D. C. Puisque vous voulés Mr mètre toute votre confiance en moy et nous marquer aveuglément toute votre résignation je vous prie de me remètre tous les metteaux que vous avés sur vous or argent fert et généralement quelquonque que vous pouvés avoir, source funeste du vice dont je vous prive pour un moment pour vous marquer la pureté avec laquelle on doit entrer dans notre temple respectable.

 

Luy otant l’habit,


M. D. C. Quittés tous les ornements qui vous couvrent, c’est pour vous montrer que lhomme vertueux pauvre ou riche est égallement admis parmis nous.

 

luy faisant maître les souliers en pantoufle,

 

M. D. C. Ses souliers en pantoufle marquent que dors énavant danq quel état que vous soyés vous devez être prêt de voller au secours de vos frères.

 

lui decouvrant le genouil droit,

 

M. D. C. le genouil découvert marque que vous devés être toujours prêt à le fléchir devant leternel.

 

luy passant le bras droit nud.

 

M. D. C. Le passement de bras nous sert dun signe assuré de l’état de votre sexe pour n’être pas surpris par celuy qui est le symbole de l’indiscretion et qui n’est point admis parmy nous –

 

faites bien vos reflexions sur tout ce que je vous ai dit et songés quil y va de la vie du premier mouvement que vous ferés pour vous débander les yeux.

 

Il sort en faisant beaucoup de bruit et alors les deux frères qui sont près de là le remplacent lépée à la main dans un profond silence.

 

Des qu’il a otté les metteaux il doit avoir un mouchoir blanc, et lui bander les yeux – il va rendre compte à la loge que le récipiendaire est prêt.

 

M. D. C. Alors le Vble donne l’ordre à un caquun de ce quil doit faire dans la réception – il y a même des loges ou après les ordres donnés ont suspent les travaux par des coups de maillet jusques à ce que les epreuves exterieures soient finies qui alors reprennent leur cours par un coup de mailet – dememe tout ainssi ordonné le maître des ceremonies sort ainssi que tous les ff employés à quelque fonction en sillence et va retrouver le candidat.

 

Il ouvre la porte avec beaucoup de bruit et lui dit :

 

M. D. C. Aves vous bien fait vos reflexions Mr sur ce que je vous ai dit il y a un moment ?

 

Réponse du candidat.

 

M. D. C. Je suis encore chargé de vous dire si ce nest point un esprit de curiosité qui vous porte à faire cette demarche pour ensuitte en faire un badinage et divulguer nos mistères aux profanes vulgaires ; si par malheur pour vous s’était là vos sentiments je vous conseille de vous retirer d’icy il en est encore temps. ;

dites moy la dessus votre dernière pensée.

 

Réponse du candidat.

 

M. D. C. Suivés moy Mr et mettés toute votre confiance en celuy qui vous guide, observés un profond sillance et surtout ne marqués aucune frayeur n’y crainte.

 

Il le fait voyager a lextérieur de la loge mais déçament accompagné des deux offqui l’ont gardé dans la chambre noire, les autres etant chaquun à la place quil leur a ete ordonné de se tenir par le Vble pour ayder aux épreuves telles quelles sont prescrites pour luzage de la loge.

 

ces epreuves exterieures finies, le me des ceremonies le remet dans la chambre noire il le fait asseoir et luy dit :

 

M. D. C. Les difficultes et les peines que vous venés déssuyer en faisant le trajet ne sont rien en comparaison des épreuves rigoureuses que lon exigera de vous – étant entré en loge : voyés si vous vous sentés assés de courage et de force pour les supporter ou bien retirés vous il en est encore tems.

 

Si le candidat persiste,


M. D. C. Frères qui m’aidés dans nos travaux apportés la coupe d’aliance pour fortifier le candidat et luy donner le courage nécessaire pour subir toutes les epreuves quon va exiger de luy.

 

Il luy donne un vere de vin ou de liqueur luy disant :

 

M. D. C. Reflechissés vous Mr, mais songés que c’est le dernier vère de vin que vous boirés parmy nous de votre vie profane.

 

Alors tous les ff se retirent en silence dans la loge et les travaux reprennent leurs cours ordinaire par un coup de maillet par le Vble repeté par les Survts.

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

V.M. ff 1er et 2eme Survts annoncés que la loge suspendue a repris son cours et que tout y soit observé régulièrement et avec descence.

 

M. D. C. cecy anoncé en la forme ordinaire le me des ceremonies conduit à la porte du temple le recipiendaire et frape un grand coup qui est annoncé par le f terrible au 2e Survt celuy-ci au 1er et ce dernier au Vble qui dit

 

V.M. Survt faites voir qui frappe à la porte du temple en profane.

 

Cecy rapporté en la forme ordinaire au f terrible il entrouvre la porte la pointe de son epee en dehors et dit :

 

F. TERR. Qui est ce qui frappe a la porte du temple en profane ?

 

M. D. C. C’est un gentilhomme profane qui demande dêtre admis parmy nous.

 

Le f terrible après avoir pris cette reponse ferme la porte et dit :

 

F. TERR. Retires vous profanes !

 

Puis, rend la reponse au 2e Survt qui l’annonce à lordinaire.

 

M. D. C. Le f Me des Ceremonies frape un 2e coup, comme le 1er annonce de même quil est dit cy dessus.

 

V.M. Faites luy demander son nom, son surnom, son âge, sa qualité, son pays, et la religion quil professe.

 

On execute lordre du Vble en la forme ordinaire et on rapporte la réponse.

 

cecy fait et rapporté, le Vble dicte au sécretaire.

 

V.M. Un tel… agé de… natif de… professant la religion…

 

dans cette intervalle le Me des ceremonies frape le 3e coup égal aux deux premiers annonce de même.

 

V.M. Mes ff cpnsentés vous que le profane tel… soit introduit et admis parmy nous ?

 

On y acquiesse en étendant la main sur le tableau.

 

V.M. Qu’on l'introduise et qu’il soit placé entre les deux survts.

 

Le f terrible ouvre les deux batans de la porte avec grand bruit.

 

Pendant ce tems le Me des cérémonies lui dit :

 

F. TERR. Armés vous de fermeté et de courage je vous abandonne.

 

le f terrible le prend par le bras l’entre avec précipitation, le remet au 2e survt qui le remet au 1er qui s’empare de luy luy prenant une main et luy appuyant l’autre sur lepaule luy dit :

 

1ER SURV. Vous aves peur ? ou quelque chose de semblable

 

Tous les ff debout et à lordre pendant cette pause observent le silence.

 

V.M. A moy mes ff ?

 

On fait le signe et on donne en laissant tomber la main un grand coup sur la basque de l’habit et on fait du bruit avec le tablier apres quoy le vénérable luy fait les questions suivantes.

 

V.M.Que demandes vous Mr ?

 

CANDIDAT D’être reçu maçon.

 

V.M. Dites moy Mr n’est ce pas un esprit de curiozité qui vous engage à faire cette demande aussi temeraire quaudacieuse pour enssuitte divulguer nos mistères aux profanes et nous tourner en ridicule ?

 

Repondés !

 

Réponse du Candidat.

 

V.M. Prenes garde Mr à ce que vous nous dites, faites y bien attention et sachés que nous avons en mains de quoy punir les prévaricateurs.

 

V.M. Connaissez vous l’état que vous allés embrasser quelque maçon indiscret vous aurait-il devoilé quelquun de nos mistères ?

 

Je vous somme de nous dire la verité.

 

Repondés !

 

L’etat ou vous paraissés devant nous nous marque une aveugle soumission de votre part et peut être pourrions-nous y ajouter la bonne foy.

Il est à souhaiter pour vous quelle soit sincerre et que vous laccompagnies de la fermeté et du courage que vous devés nous montrer en pareil cas.

 

Vous sentes vous cette fermeté et ce courage que vous voules nous montrer pour subir les rigoureuses epreuves imposees par nos loix ?

 

Repondés !

 

V.M. Metés la dernière attention à ce que je me fais l’honneur de vous dire. Tout ce que vous aves fait jusques icy n’est rien en comparaison de ce que vous avés à faire prenés y garde et répondés à mes questions ou bien retires vous sur le champ

 

Réponse du Candidat.

 

V.M. Vous parlés aveuglément mais on va voir si vous avés cette fermeté et ce courage que vous avés l’audace de soutenir d’un front si serein.

 

V.M. F expert chirurgien prépares vous à tirer du sang du candidat!

 

V.M. Mr marqués nous la partie ou vous voulés être saigne ?

 

Après sa réponse le f expert chirurgien approche, lui met la ligature à la partie quil luy a indiquée et demande combien il faut luy en tirer.

 

VM. Dites moy Mr consentes vous et êtes vous prêt à verser votre sang pour le bien de l’ordre et le secours de vos ff ?

 

Réponse du Candidat.

 

Fexpert chirurgien dites luy la quantité ?

 

V.M. Mes ff combien ?

 

Les uns disent beaucoup, les autres moins et enfin on conclut pour une petite quantité soit une once plus ou moins.

 

V.M. Tires luy telle quantité afin que par cette purification on luy tire le reste de sang qui le relie aux foles passions des mortels et le délie des vices

 

Le f expert chirurgien fait la ligature, fait semblant de le piquer avec un curedent ou un morceau de glace qui fait le même effet. Il doit y avoir un fqui fait couler quelques gouttes d’eau tiède sur la picure.

 

Cella fait,

 

V.M. Vous sentes vous mal à lestomac ?

 

Quelqu’un des ff aurait-il un flacon ?

 

Il est arrivé quelques fois que dans cette purification il s’en est trouvé certains qui sont évanouis.

 

Réponse du Candidat.

 

V.M. F expert purifiés le par le feu afin que par cette purification on le dégage, désunisse des grossiers mortels et qu’on l’unisse aux vertus.

 

Alors le frère chargé de cette fonction prend deux ou trois chandelles allumées d’une main, de l’autre une évergette où on a semé beaucoup de faine, frote dessus avec sa main, fait voler la poudre à travers les luminons, ce qui fait une grande fumée quil luy fait passer devant la figure sans néanmoins la brûler ce à quoy il faut prendre garde.

 

Cella fini : il y a des loges où on purifie par l’air mais c’est une purification nuisible à la santé, cest pourquoy je la passe sous silence et je passe à la marque du fer laissant à chaqu’un la liberté de faire ce quil avizera.

 

V.M. Persistés vous encore ?

 

Répondés !

 

Après sa réponse,

 

V.M. Ce nest pas le tout, nous avons accoutumés parmy nous de porter une marque pour nous reconnaître voyés Mr si vous voulès vous conformer aux loix et à quel endroit vous voulés quon vous lapplique.

 

Repondes !

 

Après sa réponse,

 

F expert appliqués luy notre marque. Le fer est-il chaud ?

 

Le f expert alors luy frote la partie et luy echauffe la main, les autres soufflent avec un souflee et lexpert dit : portés le fer s’il est chaud. On fait semblant de l’apporter, on a un morceau de glace qu’on luy applique sur la partie qui fait le même effet du fer chaud.

 

Cella fait,

 

V.M. Persistés vous encore ?

 

Repondes ?

 

V.M. Prenes garde Mr toutes les epreuves qu’on a exigé de vous ne sont rien en comparaison de celles qui vous restent à faire ; vous n’aves quun pas pour arriver mais il est dangereux. J’espère que vous ne démentirés pas cette fermeté courageuse que vous avés montré jusques à present.

 

Persistes vous ?

 

Repondes ?

 

V.M. F premier survt faites faire les dernières épreuves au candidat luy faisant faire les 3 voyages de loccident par la voye du midy au 7on

 

Alors le 1er survt le prend par la main et luy dit :

 

1ER SURV. Prenez garde Mr la route que vous allés suivre est épineuse et dangereuse, mettes votre confiance en celuy qui vous guide.

 

Il lui fait faire les trois voyages autour du tracé de la loge observant de luy faire, à chaque tour, saluer l’orient par une inclinaison – les 3 voyages finit le place à loccident entre luy et le 2me survt.

 

On annonce quil a fini les trois voyages.

 

V.M. Persistes vous ?

Repondés !

 

Sur sa réponse,

 

V.M. F Me des cérémonies faites éxecuter les 7 marches du temple au candidat pour luy montrer quil a 7 monstres à terrasser et 7 vertus à pratiquer.

 

Le Me des ceremonies luy fait faire 7 pas comme s’il montait un escalier qui doivent le conduire au pied de lauteil où étant arrivé luy fait mettre le genouil droit à terre sur l’équerre la main droite sur levangile, luy fait tenir de la main gauche un compas demy ouvert sur le cœur et en cette posture prononce lobligation suivante que le Vble luy dicte après que le forateur luy a dit ce qui suit :

 

OR. Vous alles embrasser un etat respectable où il ny a rien contre la loy, contre la religion ny contre les mœurs. Le Vble vous dira le reste.

 

V.M. Répétes avec moy :

 

Je fais serment et m’engage à la présence du GADL qui est Dieu et de cette respectable assemblée de ne jamais révéler les secrets de la Maçonnerie qui me seront confiés aux profanes, de ne jamais en parler que devant des maçons réguliers ; je m’engage de plus d’aider et secourir mes ff de tout mon pouvoir, et si j’enfreins cette obligation je consens à avoir la gorge coupée et quil ne soitplus fait mention de moy parmy les hommes ; ainsi que Dieu me soit en ayde et son saint evangile.


Le Vble alors prend son épée luy appuye la lame sur la tette et dit : par le pouvoir que j’ay et du consentement de cette respectable loge je vous reçois maçon, frape 3 coups dessus ainsi : 00 0

 

Cella fait,

 

V.M. Relevés vous !

 

V.M. Précipités le au bas du temple !

 

V.M. Les 2 survts le prenent et le remetent à loccident entr’eux deux.

 

Etant là,

 

V.M. Que demandes vous ?

 

On lui souffle : La Lumière.

 

0 Tout le monde fait le signe donne un grand coup de main sur le basque de lhabit.

 

V.M.

 

OR. Tous les ff prenent leurs épées et tournent la pointe du cotté du candidat, cachent autant que faire se peut leur figure par lopposition.

 

V.M.

 

Le Mr des ceremonies doit être tout prêt derrière le candidat pour luy enlever le bandeau.

 

En cette posture le Vble ainsi que tous les ff restent une pause après quoy le Vble luy dit :

 

V.M. Toutes ses epees que vous voyés contre vous sont pour marquer quelles sont tirées pour votre deffense si par malheur il vous arrive quelque accident fâcheux comme aussi pour votre destruction si vous étiés réfractaire aux en engagements que vous venés de contracter.

 

Cella suffit !

 

Mon f allés vous habiller et je vous feray part après de nos mistères.

 

Le f Mre des ceremonies sort avec le candidat va luy remettre ses meteaux après quoy il le reconduit à la loge ou il frape en maçon, on l’annonce et il entre le recipiendaire entre les deux survts, après quoy le Vble dit :

 

V.M. F Mre des ceremonies campés le recipiendaire en maçon et faites le parvenir par trois pas travailler à la pierre brute.

 

Le Mre des ceremonies campe le candidat en maçon et luy fait faire les 3 pas, luy fait saluer le Vble luy donne le maillet et le fait frapper 3 coups ainsi sur la pierre brute.

 

V.M. Monsieur nous avons parmy nous des signes attouchements pour nous reconnaître que je vais vous communiquer ; auparavant voicy un tablier blanc que je vous fais présens le plus ancien des ordres et qui par sa blancheur vous marque la candeur de l’ame d’un bon maçon.

 

V.M. Voilà une paire de gans d‘homme qui vous demontrera qu’un bon maçon na doit jamais tremper ses mains dans l’iniquité.

 

V.M. Voilà une paire de gans de femme que vous ferés présens a votre maçonne.

Ils sont pour leur marquer que pour détruire l’idée vulgaire nous nous souvenons d’elles dans nos délibérations.

 

V.M. Voilà le signe qui est le premier point de notre obligation : davoir plutôt la gorge coupée que de révéler nos secrets – on met la main sur la gorge on la tire ainsi à lepaule droite la laissant tomber sur la hanche.

 

l’attouchement : luy prenant sa main droite avec la sienne luy appuyer le pouce sur la 1er phalange de lindex et luy donner trois petites secousses qu’il luy fait répéter.

 

le mot sacré est JAKIN que je vais epeler avec vous.

Dites moi la 1er lettre, je vais dire la 2e JAKIN Kin – JAKIN.

C’est le nom de la 1er collonne qui était a lentrée du temple de Salomon où s’assemblaient les apprentifs.

 

le mot de passage est TUBALKIN.

 

V.M. Jusqu'à présent je m’étais servi du mot de Mr permettés que vous donnant le baiser de paix je le change en celuy de tendre frère.

 

Il lembrasse par trois fois et luy dit :

 

V.M. Allés maintenant vous faire reconnaître par tous les ff, le cher mètre des cérémonies aura la bonté de vous conduire.

 

Le Mre des cérémonies le prend, luy fait commencer par le 1er survt ensuitte par le 2, après l’orateur, le secrétaire et ensuitte les dignitaires les maîtres et compagnons et les apprentifs.

 

En luy donnant la place dhonneur à la droite du Vble il finit par luy cette ceremonie.

 

L’orateur prononce un discours succint analogue à la reception après lequel le Mre des cérémonies prens le nouveau reçu lépée a la main le conduit au bas du tableau de la loge ou il lui fait l’explication suivante.

 

S’il est reçu compagnon de suite on le remet après la réception ainsi que le discours.

 

EXPLICATION DU TABLEAU.

 

V.M. Ce qui s’offre a vos yeux mon Tcf sont des figures simboliques qui tendent à la perfection de la maçonnerie par exemple.

 

Le Compas que vous avés tenu sur le cœur dans votre réception vous marque en décrivant un cercle que nos actions ne doivent jamais sécarter du sentier de la vertu.

 

L equerre que porte le Vble sert à former nos mœurs.

 

Les niveaux que porte le 1er survt, de conserver toujours une pareil unité avec nos ff.

 

La perpendiculaire que porte le 2ème survt à soutenir dans la paix et l’union.

 

V.M. Cette houppe dantelée est la parfaite image de la vertu que doit pratiquer un bon frère.

Le Soleil père de la nature qui vivifie toutes choses excite en nous le désir de connaître plus à fond nos mistères.

La Lune qui la nuit nous eclaire fait allusion aux maçons qui ne doivent jamais être dans les ténèbres.

Cet astre radieux appellé etoile flamboyante où est située la lettre – G -, que tout compagnon doit reverer, nous représente la majesté suprême du G.A.D.L..

Ces deux collonnes sont celles où vous avés travaillé en qualité d’apprentifs et de compagnons, la 2ème signiffie *************

La 1er j’espère en Dieu.

En effet mon fun apprentif espère par son zelle faire du progrès dans l’ordre. Ces deux collonnes furent le choef d’œuvre dun habille maçon qui conduisit l’ouvrage du temple de Salomohn et que tout bon maçon révère.

Les 7 degrés que l’on vous adit être les 7 monstres que vous devés terrasser représentent les 7 péchés capitaux que tout bon maçon doit fouler aux pieds.

Les 7 vertus qu’il doit pratiquer est les 7 jours de la semaine dont le GADL en employa six à la construction du genre humain et se reposa le 7e.

Le pavé mosaïque fait connaître la parfaite union des ffqui quoique séparés sont toujours unis ensemble.

Cette voute arsurée vous marque l’immensité de notre ordre répandu sur la surface de la terre et des eaux ou se trouvent nos ff.

Cette pierre brute ou vous avés travaillé comme apprentif montre que toutes vos actions doivent s’executer suivant la pratique des vertus.

Les 3 pas que vous avés fait représentent les 3 colonnes qui soutiennent notre loge connue sous les noms de force, sagesse et beauté, vertus que doit pratiquer tout bon maçon. En faisant consister la force dans son union avec ses ff, la sagesse dans ses mœurs et la vertu dans son caractère, c’est ce que cette Vble loge espère de vous mon TCF et qui vous fera parvenir avec zelle a un grade plus eminent.

 

L’explication finie le Vble dit :

 

V.M. A moy mes ff ?

 

Célébrons un vivat en faveur du f. nouvellement initié.

 

Tous les ff se lèvent debout a lordre, font les acclamations par trois fois 3et cella fait le me des ceremonies fait répondre le recipiendaire ainsi :

 

RECIP. Très Vble 1er et 2e Survts, ff orateur et secrétaire officiers et dignitaires de cette respectable loge, sensible à la faveur que vous venes de ma faire, pénétré de la plus vive joye et reconnaissance je vay répondre avec les mêmes honneurs.

 

Cella fait on procède aux travaux de la loge, ensuitte à l’instruction suivante après laquelle on signe les travaux avant la clauture.

 

INSTRUCTION

 

L’instruction finie on procède aux travaux de la loge, on en fait lecture après laquelle tous les ffvont se signer, apres quoy on procède à la clauture comme il est cy apres dit.

 

CLOTURE DE LA LOGE

 

V.M. Quelle heure est il f 1er survt ?

 

1ER SURV. Minuit plein très venerable.

 

V.M. Combien de temps travaillent les maçons ?

 

1ER SURV. Depuis le lundy jusques au samedy a minuit.

 

V.M. Demandés si personne na rien a proposer pour la propagation de lordre sur les 2 collonnes ?

 

Après le rapport du 1er et 2e surt,

 

V.M. Puisquil est minuit plein, il est temps de finir nos travaux . FF 1er et 2e survts annoncés chaqu’un sur vos colonnes que je vais fermer la loge par les signes accoutumés.

 

Alors tous les ff se levent debout ainsi que le Vble qui dit :

 

V.M. Promettes mes ff sous les mêmes obligations que vous avés contractées de ne rien révéler de ce qui s’est passé aujourd’hui parmy nous aux profanes pas meme aux ff absents.

 

On acquiesse en étendant la main sur le tableau.

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

Le Vénérable fait le signe ainsi que tous les ff.

 

V.M. Que vous reste-t-il à faire f 1er survt ?

 

1ER SURV. A bénir l’Eternel, à soulager l’indigent.

 

V.M. Ne perdez pas de vue cette obligation mes frères,

 

Retirés vous en paix, la loge est fermée.

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 20:04

Note sur le G. O.de france

1° partie

Le G.O. de France est une administration qui fait les loix et Règlements Généraux de la maçonnerie dans l’étendue du territoire français et dans les pays Etrangers faisant partie de sa correspondance, c.à.d. ceux où il a constitué des loges.

Cette administration a arretté que le titre de G. Maître de l’Ordre serait abrogé et que celui de G.V. lui serait substitué, lequel a été conféré à l’unanimité au T.C.f.Roëttiers de Montaleau, auquel on a conservé les honneurs et les prérogatives de la Gde mtrise.

Le G.O. se compose de tous les Vén. des loges régulières ou de leur représentant, soit de Paris, soit des Départements et des Pays étrangers qui sont de sa correspondance.

Le G.O. s’est formé en quatre Chambres qui ont chacune leurs attributions et des jours d’assemblées aussi différents.

La Chambre d’administration s’occupe des finances et elle s’assemble les Douze et Vingt Deux de chaque mois, elle présente aux offices vacants.

C’est dans l’une ou dans l’autre de ces assemblées que les paquets adressés au GO sont enregistrés, et au secrétariat appelés par ordre de N°, ouverts par l’officier qui préside, qui les renvoye aux Chambres suivant leurs attributions, lesquelles nomment des rapporteurs, qui après les avoir bien examinés, en font leur rapport dans une assemblée suivante, alors on Délibère et on prend un arrêté qui est porté sur le livre des annotations. Le secrétaire aux expéditions en fait part aux loges ou aux ff. qui ont fait l’adresse au GO.

La Chambre Symbolique s’assemble les dix-sept et vingt-sept de chaque mois. Elle a dans son attribution la connaissance et la décision des affaires qui regardent la mrie bleue aux grades symboliques.

La Chambre des Grades s’assemble les dix-huit et vingt-huit de chaque mois. Elle connaît et décide toutes les affaires qui concernent la maçonnerie rouge et les hauts grades.

La Grande Loge ou Conseil, s’assemble les huit et toutes les fois que des décisions des autres chambres y sont évoquées par appel Par les ateliers ou par les ff. qui n’ont pas été satisfaits, alors elle juge en dernier ressort et la question est fermée quelle que soit la décision.

Le GO a quatre tenues d’obligation par an, savoir le 24 mars et de septembre, à la St. Jean d’été et d’hyver, il s’assemble encore assez ordinairement le 23 du mois et il a aussi des assemblées extra-ordinaires.

L’adresse du GO de f est au Sieur Legrand Netori rue du Vieux Colombier n° 450 faubourg St. Germain à Paris.

Maçonnerie française

Premier Grade

1er Grade Apprenti

Il y a un signe, des mots et attouchements au moyen desquels on peut se faire reconnaître

Le signe d’appti se fait en portant la main droite étendue à la gorge de manière que le larynx se trouve entre l’index et le pouce, on élève le coude à la hauteur de la main, ce qui forme une ligne horizontale, on tire la main horizontalement et on la laisse tomber perpendiculairement.

De ces deux mouvements, il résulte une Equerre, ce signe nous rappelle l’engagement que nous avons pris d’avoir plutôt la gorge coupée que de révéler nos mistères.

La main placée comme il vient d’être dit, à la gorge s’appelle être à l’ordre.

L’attouchement se fait en se prenant mutuellement La main de manière que les quatre doigts de chacun soient dans la paume de la main de l’autre et aussi le pouce sur la 1ère phalange ou jointure de l’index de l’autre : on frappe (ou plutôt on fait sentir par un mouvement invisible) trois coups sur la jointure avec le pouce, deux précipités et un lent, ainsi figuré .. . 

Le mot de passe est :tubalchain.

La parole sacrée ou mot d’ordre est J , Ce dernier mot ne se prononce qu’en épelant, et on répond à celui qui le demande, dite moi la 1ère lettre, je vous dirai la seconde.

j – a – k – i – n.

Il y a encore un mot annuel que le GO renouvelle chaque année.

On entre en Loge par trois pas, en partant du pied droit et faisant suivre le gauche en équerre, ayant la main droite à l’ordre.

L’âge d’apprenti est trois ans.

La Batterie se fait par trois.. . 

2ème Grade Compagnon

Il y a dans ce Grade, comme dans le 1er un mot sacré un mot de passe, un signe, un attouchement et aussi une manière de se mettre à l’ordre.

La parole sacrée est B, elle s’épelle comme celle d’apprenti, elle signifie : Persévérance dans le bien..

Le mot de passe est : Schiboleth et signifie : nombreux comme les épis de blé.

Le signe se fait en se mettant à l’ordre (mettant la main droite sur le cœur, les quatre doigts rapprochés et le pouce élevé, ce qui forme l’Equerre) et retirant la main et l’avant-bras de gauche à droite jusqu’au dessous de l’épaule en laissant ensuite tomber la mains perpendiculairement, ce qui forme une équerre.

L’attouchement se fait en frappant avec le pouce de la main droite, trois coups sur la première phalange de l’index de celui à qui on prend la main comme au grade d’apprenti et deux autres sur la même phalange du Médius.

L’entrée en Loge se fait par cinq pas, les trois d’apprenti, un ensuite à droite et l’autre à gauche, ayant la main à l’ordre.

La Batterie se fait par cinq .. . ..

L’âge du Compagnon est cinq ans.

3ème Grade Maître

Le signe se fait en se mettant à l’ordre qui est de tenir la main étendue horizontalement le pouce contre la poitrine et les quatre doigts serrés les uns contre les autres.

La parole sacrée est mac benach qui signifie ; la chair quitte les os.

Le mot de passe est Giblim, un maitre s’appelle Gabaon

L’attouchement se fait en se présentant la main droite à l’ordre la portant ensuite à la hauteur du front en reculant le pied droit en arrière en signe d’horreur ; se présentant ensuite la main droite en forme de griffe, portant le pied et le genou droit l’un contre l’autre, on s’embrasse en disant le mot sacré.

L’entrée en Loge se fait par trois pas, un a gauche, le second à droite, et le troisième en avant, portant la main ) l’ordre.

La batterie se fait par neuf coups, trois fois trois

l’âge du Maître est sept ans et plus.

Si on demande, êtes-vous maçon ? on rép. l’accacia m’est co.

Il y a un signe de Détresse, il consiste à porter les mains jointes sur la tête, le plat de la main vers le ciel et dire : A moi les Enfans de la V.

Décoration des trois 1er Grades

- Apprenti – Compagnon – Maître -

1° L’Apprenti n’a qu’un simple tablier blanc tout uni.

2° Le Compagnon a le tablier blanc sur lequel est brodé un maillet, un ciseau, un compas, une équerre, un levier et une règle.

3° Le Mtre porte un tablier blanc bordé de noir, un cercueil au milieu, chargé d’une branche d’acacia et d’un triangle en or où est gravé l’ancien nom sacré de maitre en hébreu avec des larmes autour du cercueil.

Il porte en outre, un ruban blanc moiré de quatre pouces de large au bas duquel est attaché une rosette.

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens