Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 13:55

Sade

Philosophe et pseudo franc-maçon?

de Jean Van Win

Editions de la Hutte

van-win-a-prendre.jpg

Présentation de l'éditeur

Tendance. Sade est aujourd’hui tendance. Il «faut» avoir lu Sade ; il «faut» émettre un avis nuancé mais informé sur Justine, Juliette et surtout sur l’insupportable et nauséabond "Les Cent Journées de Sodome", afin de situer cet ex-écrivain maudit comme l’une des étoiles montantes de la liberté inconditionnelle et illimitée des mœurs contemporaines. Du moi absolu. De l’individualisme exacerbé et divinisé du «divin» marquis.

Potentat local sous la monarchie absolue – et nous verrons à quel point il abuse de ses privilèges – son existence se déroule dans une société qui va basculer avec fracas d’une quiétude généralement conventionnelle dans une tourmente frénétique, pour venir se ranger sous le licou et les éperons du despotisme impérial.

La société française du temps est communément catholique, en dépit d’isolats non négligeables de protestants, de libertins irréligieux, voire même de rares athées, restés timides jusqu’à la fin du siècle.

On a dit Sade franc-maçon. On l’a dit et répété abondamment. Quelle sorte de franc-maçon pouvait-il être, dans une institution du meilleur ton, composée essentiellement mais non exclusivement d’aristocrates, de bourgeois, d’ecclésiastiques, d’artistes et de savants, pour la plupart fils soumis de l’Église, et pour la plupart aussi, fort peu concernés, sauf exceptions, par les débats philosophiques et métaphysiques ?

Voici donc la première étude exhaustive sur les rapports entre le marquis de Sade, réputé initié, et la franc-maçonnerie. Jean van Win est né en 1935 à Bruxelles. Il consacre désormais son temps à l’écriture et à la critique historique, analysant en particulier divers mythes maçonniques nés au XVIIIème siècle en France et en Belgique. Il a publié entre autres "Mais qui a tué Mozart ?" (Eder), grand succès de librairie (8 000 ex vendus) et "Contre Guénon" aux éditions de La Hutte.

Les Chapitres du livre

1: La Franc-Maçonnerie catholique du XVIII° Siècle.

2: L'athéisme en Loge: émergence et évolution.

3: Le marquis de Sade, philosophe et Franc-Maçon?

4: Evolution des rituels de la maçonnerie française au lendemain de la Révolution.

5: La Franc-Maçonnerie est elle morte en 1789.

Repost 0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 22:15

 Fondateurs :

                                                       Amis intimes (Paris) Amitié (Paris)

                                                       Frères unis de Saint-Henri (Paris)

                                                       Harmonie (Paris)

                                                       Réunion des Amis intimes (Paris)

                                                       Salomon (Paris)

                                                       Trinité (Paris)

Affiliés

31 juillet                              1784   La Parfaite Harmonie (Abbeville)

31 juillet                                                L'Etoile polaire (Abbeville)

31 août                                                  La Parfaite Union (Eu)

1er octobre                                          Triple Union et Parfaite Amitié (Reims)

20 novembre                                       Le Triomphe de l'Amitié (Draguignan)

20 novembre                                       Raoul (Pavilly)

24 mars                               1785    Le Vrai Zèle (Auxerre)

24 mars                                                Noble et Parfaite Unité (Paris)

19 mai                                                   La Zélée (Bayonne)

11 juin                                                    Heureuse Réunion (Paris)

29 juin                                                  Saint-Louis des Amis réunis (Calais)

23 juillet                                               Sainte-Emilie (Ferrières)

23 juillet                                               L'Heureuse Réunion (Limoges)

23 juillet                                               Le Maréchal de Coigny (Régt du colonel général dragons Chateaudun)

22 novembre                                       Chapitre de Lille (Lille)

Constitués

22 novembre                      1785    Saint Pierre ès liens (Saint-Pierre-le-Moutiers)

17 janvier                             1786   Saint-Christophe de la Forte Union (Alençon)

17 janvier                                              L'Union (Lorient)

2 février                                                La Madeleine (Montargis)

4 mars                                                  La Réunion des Élus (Aunay)

4 mars                                                  Le Tendre Accueil (Angers)

1er avril                                                Amis de la Vraie Règle (Perpignan)

2 mai                                                    La Concorde (Versailles - La Cour)

2 mai                                                    Les Amis unis (Laval)

2 mai                                                    Saint-Louis Saint-Philippe de la Gloire (Nancy)

16  mai                                                  Les Amis réunis (Régt de la Marine inf ; Antibes)

17   juin                                                  Saint-Marc (Saint-Denis) 17 juin  Les Coeurs Unis (Dieppe)

29 juin                                                 Raoul et Parfaite Union (Rouen) [Réunis]

29 juillet                                              Saint-Antoine des Amis réunis (Pont à Mousson)

20 septembre                                     Les Amis réunis dans la Bonne Foi (Montpellier)

20 septembre                                     Henri IV et Sully (Nîmes)

25 novembre                                      Triple Essence, Dauphine et Essence des Mœurs (Saint-Malo)

2 février                               1787    Les Amis de la Paix (Bourges)

2 février                                               Les Élus de Sully (Brest)

27 mars                                                Chapitre provincial de Provence (Aix)

27 mars                                                Chapitre d'Aix (Aix)

27 mars                                                La Parfaite Union (Epinal)

27 mars                                                Neuf Soeurs (Toul)

12 juin                                                  Chapitre du Mans (Le Mans)

12 juin                                                  La Régularité (Gardes du Roi ; 2e Compagnie française, à Troyes)

12 juin                                                  Maréchal de Saxe (Régt de Septimanie cavalerie)

4 août                                                  Saint-Jean des Chevaliers Amis (Régt d'Armagnac inf; Saint-Lô)

4 août                                                  La Constance (Régt de Béarn inf; Metz)

4 août                                                  Les Vrais Amis (Régt de Bourbonnais inf; Metz)

Colonies

14 janvier                             1785    Parfaite Harmonie (Saint-Denis, à l'Ile Bourbon)

8 décembre                         1786    Les Vingt-Un (Port-Louis, à l'Ile de France)

27 mars                                1787    La Paix (Pointe à Pitre, Guadeloupe)

27 mars                                                La Parfaite Union et Tendre Fraternité (Saint-Pierre, Martinique)

5 avril                                                  La Fraternité cosmopolite (Pondichéry)
29 juin
                                                 Chapitre de la Guadeloupe (Basse-Terre)

29 juin                                                 La Trinité, le Zèle et la Bienfaisance (Martinique)

Etranger

2 février                               1787   Nouvelle alliance (Maestricht)

8 mai                                                    Parfaite Egalité (Liège)

29 juin                                                 Chapitre de Moutier (Moutier en Tarentaise)

Repost 0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 21:42

Statuts et règlemens généraux

du Grand Chapitre Général de France.

Article 1

Les Chapitres des Loges de la constitution du Grand Orient forment le Chapitre sous la dénomination du Grand Chapitre Général de France.

Article 2e

Les Chapitres réunis auront le titre de Fondateurs et ne pourront à ce titre excéder le nombre de neuf chapitres.

Article 3e

La résidence du Grand Chapitre Général est invariablement de l'Orient de Paris.

Article 4e

Un des neufs Chapitres Fondateurs venant à cesser ses travaux par défaut de membres ou autrement, il sera remplacé aussitôt par le plus ancien des chapitres affiliés à l'Orient de Paris.

Article 5e

Tout Chapitre de Loge de la constitution du Grand Orient pourra se présenter pour être admis à l'affiliation au Grand Chapitre Généra1.

Le nombre tant de Paris que des Provinces étant illimité.

Article 6e

Les 9 Chapitres fondateurs prendront rang conformément au rang des signatures de leur représentant sur la planche qui constate la réunion du dit Chapitre en Grand Chapitre Général.

Article 7e

Les Chapitres affiliés soit de Paris, soit des Provinces prendront rang à la date de leur demande régulièrement faite au Grand Chapitre Général.

Article 8e

Les Chapitres affiliés qui deviendront Fondateurs par remplacement prendront rang à la date de leur agrégation.

Article 9e

Les membres des Neuf Chapitres fondateurs seront tous membres du Grand Chapitre Général avec voix consultative seulement, et ne seront éligibles à aucune dignité, ils ne seront admis à aucun comité.

Article 10e

Pour avoir la voix délibérative, ils seront tenus de se faire affilier de nouveau.

Article 11e

Il leur sera expédié un bref et fourni un bijou par le Grand Chapitre Général.

Article 12e

Les membres des Chapitres affiliés seront admis comme visiteurs seulement avec voix consultative, ils auront place aux dessus de tout visiteur de Chapitre non affilié, l'entrée ne leur sera accordée qu'avec le bref de leur Chapitre particulier.

Article 13e

Chaque Chapitre Fondateur sera représenté par un député, lequel aura voix délibérative dans toutes les assemblées, il ne sera admis à aucun comité, s'il n'est lui-même membre affilié du Grand Chapitre Général.

Article 14e

Chaque Chapitre affilié sera pareillement représenté par un député conformément à l'article précédent.

Article 15e

Les députés des neuf Chapitres fondateurs apposeront leurs signatures au bas de leur acte de réunion et de formation du Grand Chapitre Généra1, lequel acte sera mis en-tête des règlements. Ils apposeront pareillement leurs signatures en fin des règlements généraux et particuliers, et parapheront tous les livres d'architecture.

Article 16e

Les députés des Chapitres affiliés apposeront leurs signatures en fin des règlements généraux et particuliers.

Article 17e

Aucun député ne sera reconnu que son pouvoir n'ait été visé par le Grand Chapitre Général.

Article 18e

Tout Chapitre de Loge de l'association du Grand Orient qui désirera s'affilier en fera la demande au grand Chapitre Général soit directement, soit par la voie d'un député, lequel remettra son pouvoir au grand Chapitre Général pour y être visé et ensuite rester déposé aux archives.

Article 19e

Aussitôt l'affiliation accordée par le grand Chapitre Général à un Chapitre particulier, il lui sera expédié des lettres d'affiliation et copie des règlements.

- Il lui sera délivré le bijou du Grand Chapitre General.

- Le député préliminairement à l'envoi des lettres d'affiliation sera tenu d'apposer sa signature au bas des règlements généraux et particuliers.

Article 20e

Les Loges de l'association du Grand Orient résidantes à Paris qui désireront former un Chapitre en feront la demande conformément à l'article 18, une fois en instance la Loge enverra ses membres au Grand Chapitre pour être admis successivement jusqu'au 4ème Ordre inclusivement.

Lorsqu'une Loge en instance aura pu réunir 7 R.C., il lui sera accordé des pouvoirs et par suite des lettres d'affiliation.

Les Loges résidantes en Province en useront de même, dans le cas où aucun de leur membre ne serait R.C., mais dès qu'ils pourront se réunir au nombre de 3 R.C., le Grand Chapitre Général leur accordera provisoirement un pouvoir, avec faculté d'en augmenter le nombre jusqu'à 7, dès que ce dernier nombre sera complet il sera fait une nouvelle demande sur laquelle les pouvoirs leur seront expédiés et par suite des lettres d'affiliation.

Article 21e

Pour distinguer les différents membres suivant leur rapport au Grand Chapitre Général, chaque rosette tenant le bijou sera distincte.

Le député d'un Chapitre Fondateur aura un ruban ponceau avec une rosette blanche dans l'intérieur de la rosette ponceau.

Le député d'un chapitre affilié aura un ruban ponceau avec une rosette verte dans l'intérieur id.

Les membres des Chapitres Fondateurs auront un ruban ponceau avec une rosette aurore id.

Les membres des Chapitres affiliés tant de Paris que des Provinces auront un ruban ponceau avec une rosette noire id.

Les membres du Grand Chapitre Général auront un ruban ponceau, avec une rosette de même couleur.

Article 22e

Les Chapitres affiliés enverront chaque année le tableau des membres composant leur Chapitre particulier, lequel doit être arrêté dans une assemblée qui se tiendra le Jeudy qui précédera le Diman¬che d'après la pleine lune de l’Equinoxe du Printemps. Tout Chapitre qui désirera s'affilier remettra au Grand Chapitre Général copie collationnée des constitutions dudit Chapitre.

Article 23e

Les Chapitre Fondateurs enverront chaque année le tableau des membres de la Loge à laquelle ils appartiennent. Ce tableau doit être arrêté dans l'assemblée qui sera la plus près de l'Equinoxe du Printemps.

Article 24e

Les noms des Chapitres affiliés et des députés seront inscrits sur un tableau Général, lequel sera placé dans la salle d'assemblée.

Article 25e

Les noms de tous les membres du grand Chapitre Général, seront pareillement inscrits sur un tableau général divisé suivant l'ordre qui sera prescrit par le Grand Chapitre General.

Article 26e

Pour devenir membre du Grand Chapitre Général il faudra appartenir à l'un des neuf Chapitres fondateurs, ou a l'un des Chapitres affiliés.

Cependant on pourra admettre à titre de membre du Grand Chapitre Général un frère de chaque Loge de la correspondance du grand Orient séante a Paris, tout Frère de Province pareillement delà correspondance du Grand Orient, tous les officiers d'Honneur et en exercice du grand Orient.

Article 27e

Le Grand Chapitre Général renfermera dans son sein, autant qu'il sera possible, toutes les connaissances maçonniques, en conséquence les grades, en partant de ceux qui suivent immédiatement la maitrise seront conférés successivement, et ainsi qu'il va être dit ci-après.

Article 28e

Toutes les formules différentes et multipliées seront classées et rangées suivant le grade dont elles dépendent.

Chaque grade ainsi classé sera connu sous la dénomination d'Ordre.

Article 29e

Le Grand Chapitre Général renfermera toutes les connaissances dans cinq Ordres.

Le 1er Ordre comprendra tous les intermédiaires de la maîtrise à l'Elu. L'élu en sera le complément.

Le 2ème Ordre comprendra l'Ecossais, tous écossais possibles, et ce qui y est relatif.

Le 3ème Ordre comprendra le Chev. d'O. et tout ce qui y a rapport.

Le 4ème Ordre comprendra le R.C. et tout ce qui y est relatif.

Le 5ème Ordre comprendra tous les grades physiques et métaphysiques et tous les systèmes, particulièrement ceux adoptés par des associations maçonniques en vigueur.

Article 30e

Le Grand Chapitre Général aura quinze Officiers dont six seront Officiers Généraux.

1) Le Président, qui aura le titre de T. S. et G. Maître,

2) Les deux Surveillants, ayant les titres de Grand 1er et 2ème

Surveillant,

3) L'Orateur,

4) Le Secrétaire Général,

5) Le trésorier,

6) Le Grand Aumônier Hospitalier,

7) L'architecte,

8) Le garde des Sceaux et Archives,

9) 2 M es des Cérémonies,

10) 4 Experts dont 2 pour l'intérieur et deux pour le porche.

Le 1er Ordre aura 9 Officiers pris dans le Grand Chapitre Général.

1) Le Président,

2) Les 2 Surveillants,

3) L'orateur,

4) Le secrétaire,

5) Le Maitre des Cérémonies,

6) et 3 Experts.

Le 2ème Ordre aura 15 Officiers pris dans le grand Chapitre  GénéraI.

1) Le Président,

2) Les deux Surveillants,

3) L'Orateur,

4) Le Secrétaire,

5) Le Maitre des Cérémonies,

6) et 9 Experts.

Le 3ème Ordre aura 9 Officiers pris dans la Grand Chapitre Général.

1) Le Président,

2) Les 2 Surveillants,

3) L'Orateur,

4) Le Secrétaire,

5) Le Maitre des Cérémonies,

6) et 3 Experts.

Le 4ème Ordre en aura 15, les mêmes du Grand Chapitre Général.

Le 5ème Ordre sera composé de 27 membres pris dans le Grand Chapitre Général, savoir :

1 Président et 26 Experts.

Article 31e

Attendu que les Connaissances provenant de divers systèmes entraînent un travail suivi et des lumières qu'on ne peut acquérir que successivement et à force de zèle et d'assiduité, le 5ème Ordre sera subdivisé, sa subdivision sera de neuf, lesquels seront élus par l'assemblée ses membres composant le dit 5ème Ordre.

Aussitôt la nomination des neuf, le 5ème Ordre en donnera connaissance au Grand Chapitre Général.

Cette subdivision s'occupera essentiellement de classer chaque grade suivant l'Ordre auquel il appartient, ainsi que de toutes les connaissances maçonniques de toute nature qu'elles puissent être.

Article 32e

Les membres composant le 5ème Ordre n'auront aucune préséance ni prépondérance au Grand Chapitre Général, ni dans aucune assemblée, concernant les différents Ordres.

Article 33e

Aux 27 membres composant le 5ème Ordre seront joints les Officiers Généraux du Grand Chapitre Général.

Les dits Officiers Généraux seront de tous les Ordres, en observant que le Président du Grand Chapitre Généra1 prendra place auprès du Président de chaque Ordre sans avoir droit de le déplacer.

Article 34e

Les 27 Frères formant le 5ème Ordre composeront le bureau de correspondance et le comité du grand Chapitre Général.

L'expédition de toutes les affaires y sera faite.

Article 35e

Toutes les affaires seront renvoyées à cet Ordre pour y être préparées et discutées à l'effet de rendre compte au Grand Chapitre Général. Tous les paquets adressés au Grand Chapitre Général seront ouverts, enregistrés et renvoyés au Président de chaque Ordre, assemblée tenante, suivant la nature de l'affaire présentée.

Article 36e

Chaque Ordre embrassera dans son travail tout ce qui pourra le concerner.

Article 37e

Le Grand Chapitre Général fera l'élection des officiers et membres qui composeront tous les Ordres.

Article 38e

A la vacance d'une place, l'Ordre dans lequel la vacance aura lieu, présentera trois sujets au Grand Chapitre Général lequel en élira un des trois.

Article 39e

Tous les Officiers, tant du Grand Chapitre Général que des Ordres différents seront nommés chaque année dans l'assemblée générale de l'Equinoxe du Printemps, et pourront être continués dans leur office.

Article 40e

Sur les 27 attachés au 5ème Ordre, 9 seront permanents et les 18 autres seront éligibles tous les trois ans.

Article 41e

A l'ouverture des travaux dans chaque Ordre on se servira de la formule : Le Grand Chapitre Général, ouvre ses travaux au.....Ordre.

Article 42e

Lorsqu'un Frère d'une loge d'un des Chapitres Fondateurs ou affiliés se présentera pour être initié dans un des Ordres, il ne pourra le faire qu'avec un certificat signé de trois membres du Chapitre de la Loge conformément à la délibération du dit Chapitre, soit fondateur, soit affilié.

Article 43e

Les Chapitres affiliés qui ne s'assembleront qu'au grade de R.C. enverront les membres de leur Loge .au Grand Chapitre Général pour être initiés successivement aux différents Ordres jusqu'au 4ème Ordre exclusivement.

Les Loges de la correspondance du Grand Orient pourront cependant envoyer leurs membres au Grand Chapitre Général dans les différents Ordres, pour y acquérir les connaissances maçonniques jusqu'au R. .C. exclusivement ; une fois parvenus à cet Ordre, il en sera usé conformément à l'article 26 du présent règlement.

Article 44e

Un Aspirant, c'est-à-dire celui qui n'a pas le grade désigné au 4ème Ordre, ne pourra assister à une assemblée du Chapitre Général ; il sera convoqué lors de la réception de son Ordre, il y aura voix délibérative dans le cas seulement de réception, et visitera les Ordres au-dessous de celui auquel il aura été reçu.

Article 45e

Dans chaque Ordre sera le tableau des membres qui y seront initiés avec le nom de la Loge à laquelle ils appartiendront, conformément au modèle qui sera arrêté par le Grand Chapitre Général.

Article 46e

Chaque membre initié dans l'un des Ordres portera à la boutonnière un ruban distinctif, savoir:

Le 1er Ordre un ruban noir

Le 2ème Ordre un ruban rouge

Le 3ème Ordre un ruban vert

Le 4ème Ordre un ruban ponceau, avec un bijou représentant une croix.

Le 5ème Ordre n'aura point de marque distinctive.

Article 47e

Tout membre attaché au Chapitre qui aura un grade quelconque, en remettra le cahier au Grand Chapitre Généra1 pour y être examiné dans le 5ème Ordre, et classé s'il est jugé nécessaire, en conséquence. Tous les cahiers des grades relatifs à tous les ordres seront déposés au Secrétariat. Chaque membre, suivant son Ordre, aura la faculté d'aller consulter les différents cahiers relatifs à l'Ordre dans lequel il aura été admis, sans pouvoir les déplacer, n'y en prendre des copies, pas même d'extrait, à raison de cette facilité de s'instruire: on s'attachera par préférence au cérémonial dans les diverses acceptions.

Le cahier de chaque grade adopté par le Grand Chapitre Général sera communiqué avec le plus de circonspection possible aux chapitres affiliés et à leurs frais.

Article 48e

Le Grand Chapitre Général s'assemblera trois fois l'an ; aux deux solstices, d'été et d'hiver, et à l’équinoxe du Printemps, c'est-à-dire le Jeudy qui précédera le dimanche d'après la pleine lune de l’équinoxe du Printemps, le 29 juin, fête de St-Pierre et St-Paul, et le 8 Xbre, fête de la Vierge.

Les trois premiers Ordres s'assembleront une fois par mois, le premier mois en comité et le deuxième mois pour réception.

Le 4ème Ordre, une fois tous les deux mois à jour fixe.

Le 5ème Ordre, deux fois par mois, une fois en comité à jour fixe, et l'autre à son choix.

Article 49e

Aux trois assemblées du Grand Chapitre Généra1 il n'y sera traité que d'affaires générales. L'on y entendra le compte que rendra l'Orateur de chaque Ordre, lequel sera fait par écrit pour être déposé aux archives.

Article 50e

Les comptes des Trésoriers seront arrêtés à l'assemblée générale du 8 Xbre, après avoir été vérifiés dans le comité des vingt-sept.

Article 51e

Les timbres, sceaux, patentes, archives et livres d'architecture ne pourront être déplacés du local du grand Chapitre Généra1.

Article 52e

Il y aura un mot d'ordre, lequel changera chaque année, et sera donné par le Président du Grand Chapitre Généra1 au moment de son installation, il sera envoyé à tous les Chapitres en caractères hiéroglyphiques.

Article 53e

Tous les paquets seront adressés à monsieur Pierre Le Chalanget -anagramme du Chapitre.

Article 54e

Règlement de finance

L'affiliation au G.Ch.Gl. sera payée 18 L

Le 1er Ordre 12 L

Le 2ème Ordre 12 L

Le 3ème Ordre 12 L

Le 4ème Ordre servant pour le Grand Chapitre Général  24 L

L'affiliation des Chapitres Particuliers 6 L

Les Bref et Bijou pour les Chapitres Affiliés 6 L

Les Bref et Bijou pour les membres non votants des Chapitres Fondateurs 9 L

Lorsqu'ils voudront obtenir le droit de voter conformément à l'article l0ème, ils ne payeront plus que 21 L attendu qu'ils auront déjà payé 9 L pour leur bref et bijou.

Le Bijou pour le député d'un Chapitre Affilié 6 L

Article 55e

Chaque Loge affiliée de Paris et des Provinces payera par représentation de ce que chaque R. C. doit au Grand Chapitre Général la somme de 3 par an, sans que cette somme puisse être augmentée ou diminuée sous tel prétexte que ce puisse être.

Article 56e

Chaque membre du Grand Chapitre Général payera annuellement la somme de douze livres par semestre et d'avance.

Article 57e

Au moyen des règlements ci-dessus les Chapitres fondateurs ne pourront conférer des grades au-dessus de la Maîtrise.

Article 58e

Chaque année dans l'assemblée Générale du 8 Xbre, il sera fait lecture des présents règlements que tout membre du Chapitre sera tenu de signer.

Arrêté le 19 mars 1784

Collationné conforme à l'original.

Repost 0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 02:16

A L'OR. DE L'UN.

D'UN LIEU TRES SAINT,

OU REGNENT L'UNION, LA PAIX ET L'EGALITE;

LA FOI, L'ESPERANCE ET LA CHARITE;

 

PAR LES N.S.

LE GRAND CHAPITRE GÉNÉRAL DE FRANCE.

A

Tous ses TTT. RRR. & PPP.FFF. les Chevaliers de l’Aigle Blanc , Souverains Princes , Maçons libres d'Heredom sous le titre de R.C. , en tels Empires , Royaumes , Duchés , Provinces & Pays qu'ils habitent , présens & à venir.

S.S.S.

TTT. RRR. & PPP. FFF. Chevaliers.

Le grand Chapitre Général de France vous notifie que, cejourd'hui deuxième jour du douzième mois de l'année 5783, suivant le comput hiramien & du sixieme mois ( Adar) , de l'an de la M. du S. 1751 , suivant son comput, dans son assemblée générale des Députés des Souverains Chapitres, 1°. de la réunion des amis intimes, 2°. des amis intimes, 3°. des frères unis de S. Henry, 4°. de l'amitié, 5°. de l'harmonie, 6°. de Salomon , 7°. de la Trinité, tous existans sous l'Orient de Paris, M.P. ; les travaux desdits sept souverains chapitres ont été ouverts au nom & sous l'autorité du S.

A l’Orient par son T. R. & P.F. C. Jean Pierre Graffin, très-sage, très-excellent & très-parfait Maître de son d. souverain Chapitre de la réunion des amis intimes ; & député d'icelui.

A l’Occident par ses TT. RR. & PP. FF. CC. très-excellens & parfait Maîtres Joseph André Turrel, député de son d. S. Ch. des amis intimes : & Guillaume Louis Valete, député de son d. S. Ch. de Salomon.

En présence de ses TTT. RRR. & PPP. FFF. CCC., Jean-Louis Monnot , député de son d. S. Ch. des Frères unis de S. Henry ; Alexandre-Louis Roettiers de Montaleau, député de son d. S.Ch.de l'amitié; Louis-Georges-Isaac Salivet, député de son dit S. Ch. de l’harmonie ; & Marc Langlois , député de son d. S. Ch.de la Trinité.

Tous lesd. TTT. RRR. & PPP. FFF., Chevaliers, députés desd. sept Souverains Chapitres, dûment respectivement convoqués & légitimement assemblés, en un lieu T.S. , au nom & sous l'autorité du S. , à l'effet d'y agiter , traiter & décider les matières qui y seroient proposées.

Et encore en présence de ses TTT. RRR. & PPP. CCC. tous respectivement membres desdits sept Souverains Chapitres ; savoir, André Pomme , Léger-François Graffin , Ambroise-Louis-Joseph de Gaya , Pierre-Antoine Fleury , Pierre d'Albarade , Frederick-David Perret, Edme Clair , Jean-Charles Carpentier, François-Hilaire du Verger de Ville-Neuve, Jean-Etienne Porcher des Bauges , Barthélémy Girard, Jean-Louis -Paschal Girard , Antoine-Jean Barbarin , Bertrand Pelletier , David Vaffe , Jean Sedillot de Perfieux, Pierre-Guillaume Pautonnier , Charles-Blaise-Léon Millon , Jean-Baptiste Oudet, Ernest-Frederick. Baron de Walterftorff, Henry-Jean Bellevaux, Olivier-François Lambert de Bournoux , Nithier-Joseph Mareschal, Jérosme Fabre , Jean-Pierre-Zacharie le Mire , Cosme-Jean Richard , Guy de Hillerin , Claude-Joseph de la Bioliere , Jean-Mathieu Chevalier , Joachim Ceyrat , Marie-Philippe-Auguste Belot, André-Pierre Coursin , Olivier-Julien Baron , Elie-Nicolas-Marie Miroir, Pierre-Barbe de Pugieux , Jean-Baptiste de Belloste , Pierre-Claude de Launay le Bled , Antoine-François Gaume , Claude-François Virvaux, Pierre-Dominique-Louis Chicanneau, Louis-Antoine Guillaume, Pierre-Louis-Paul Randon de Lucenay, Charles-François Colin de Cancey, Ant.Gilles Savin, Dominique l’Affilard, Louis Marcoul Magnier de Gondreville, Pierre-Louis-Honoré Divid, Christian d'Ewal, Comte de Walter, Alexandre-Paul Marquis de Château-neuf Randon, Stanislas-Adam-Auguste de S. Jean de Monet, Antoine-Joseph Bifton, François-Anselm Chambon , Jean-Louis Alexandre , Charles-Pierre Bocquillon , Julien Meirieu , Jean-Antoine d'Oisy de Villargennes , Jean-Louis-Pierre-Paul Abbé de la Courteste, Charles-Louis Prudhomme , Jean-Baptiste Barbot, Barthélémy Barbot , Picrre-Felix-Joseph Rivière , Claude-Ferdinand Pitra d'Usson , Charles-Louis Capet , Jean-François Coslon d'Argene , Philippe Chaudron , Edme- Léonard Jacquinelle , Antoine-Jean-Baptiste Maillefer , Jean Rochet , Louis Desveux , Jean-Roch Charles , Etienne Richaud , Pierre Jurandon , Jacques Mullot , Louis Lasneau d'Orgeval , Pierre Claude de l'Attache de Fay , Jean-Louis-Marie Valentin de la Roque , Pierre-Augustin de la Hogue, Patrice-Charles-François Perrier : & invités par lesdits sept Souverains Chapitres à décorer de leur présence & éclairer de leur lumières les travaux de ce jour.

Son d. T. R. & P. F. C. Alexandre Louis Roettiers de Montaleau a été prié de faire les fonctions de Grand Orateur & notre d.T.R.&. P. F.C. Louis-Georges-Isaac Salivet celles de Grand Secrétaire.

Le Grand Orateur a dit que « lesdits sept Souverains Chapitres ne se sont & ne sont congrégés que dans le désir & le dessein de former entre eux un grand Chapitre Général qui réunit à perpétuité, en France, sous son régime & sous son Gouvernement, tous les Souverains Chapitres qui y existent à prêtent & y existeront à l'avenir, afin de réformer l'Acéphalité qui les caractérise & d'en purger les abus. »

En conséquence il a requis que « sa proposition fût mise en avant & agitée; qu'il y fût statué ; qu'il le fût pareillement sur la manière d'exécuter dignement ce qui ferait délibéré. »

Sur quoi la matière mise en délibération sur les colonnes ; les observations recueillies ; ledit grand Orateur entendu en ses conclusions & le scrutin délivré & recueilli.

Tous & chacun desdits sept Souverains Chapitres , par leur députés : & tous les autres d. TTT. RRR. & PPP. FFF. Chevaliers Membres desdits sept Souverains Chapitres à qui il a été Concédé de voter ont, à l'unanimité, dit & déclaré , disent & déclarent ce qui suit :

ARTICLE PREMIER.

Lcsdits sept Souverains Chapitres, susnommés, s'unissent, s'associent & se coadunent, par ces présentes, pour dorénavant & à toujours former, en France, par association , un grand Chapitre général , sons le titre distinctif de grand Chapitre Général de France.

ARTICLE II.

Le grand Chapitre général de France, sera & ne sera essentiellement composé que 1° de sesdits sept Souverains Chapitres , 2°, des Membres de chacun de sesdits sept Souverains Chapitres.

ARTICLE III.

Le grand Chapitre général de France sera l’assemblée générale de tous les Souverains Chapitres qui existent & qui existeront régulièrement en France. Il sera le point central auquel les très-sages et les députés , où les députés de tous lesdits Souverains Chapitres se réuniront & dans lequel ils apporteront de toutes les parties du Royaume , déposeront & mettront en commun les pouvoirs & les lumières de leur Souverains Chapitres , afin de concourir surement aux opérations générales, utiles & nécessaires à sa conservation, à sa gloire , & à son accroissement.

ARTICLE IV.

Le grand Chapitre Général de France entend néanmoins que chacun de sesdits sept Souverains Chapitres conserve, séparément & à part lui, son existance & sa  manière d’exister, suivant ses loixs & ses usages, comme par le passé; pour par chacun d'eux exister & n'exister à l'avenir que sous le régime, le gouvernement, les statuts & reglemens généraux & les réglemens particuliers & de discipline du grand Chapitre général de France.

ARTICLE V.

Le rôle desdits sept Souverains Chapitres & des ТТT. RRR. & РРР. FFF. Chevaliers qui composent & forment le grand Chapitre général de France, sera incessamment dressé, publié & adressé à chacun desdits sept Souverains Chapitres & à chacun de leur membres.

ARTICLE VI.

Le grand Chapitre général de France déclare qu'il n'affiliera à lui aucun Souverain Chapitre qu'il ne soit celui d'une loge régulière pourvue de constitutions renouvellées ou accordées par le G. O. de France.

ARTICLE VII.

Le grand Chapitre général de France a délibéré, arrêté & voulu, délibère, arrête & veut qu'il soit incessamment procédé à la rédaction & confection de statuts & règlemens généraux, règlemens particuliers & de discipline , qui devront être & seront en effet inviolablement observés tant en icelui, que par tous & chacun des Souverains Chapitres qu'il jugera , dores en avant, à propos de s'affilier. A cet effet il a commis & député, commet & députe sesdits TTT. RRR. & PPP. FFF. CCC. Jean-Pierre Saurine, Alexandre-Louis Roettiers de Montaleau & Louis-Georges-Isaac Salivet.

ARTICLE VIII.

Le grand Chapitre général de France a pareillement délibéré, arrêté & voulu, délibère, arrête & veut qu'il soit procédé à une rédaction plus simple de tous & chacun les hauts & sublimes grades. Et afin d'établir une entière uniformité soit dans la pratique, soit dans la collation d’iceux, non-seulement dans son sein, mais encore dans tous les Souverains Chapitres qu'il s'affiliera; il ordonne que les cahiers de ces grades seront scrupuleusement revisés & réduits en un seul, même & unique point de forme. A cet effet, il commet & députe sesdits TTT. RRR. & PPP.FFF. Chevaliers, Jean-Pierre Graffin, Charles-Blaise-Léon Millon & Alexandre Louis Roettiers de Montaleau.

Le grand Chapitre général de France a procédé ensuite à l'élection de ses grands Officiers.

A l’unanimité ont été élus très-sage &. Grand Maître , sondit T.R. & P.F.C. Jean-Pierre Graffin ; premier & second Grands Surveillans sesdits TT. RR. & PP. FF. Chevaliers , Claude-Joseph de la Biolliere & Pierre-Louis Castel ; Grand Orateur sondit T. R. & P. F.C., Stanislas-Adam-Auguste de S. Jean de Monet ; Grand Secrétaire sondit T. R.& P. F. C., Pierre-Dominique-Louis Chicaneau; Grand Chancelier-Garde des Sceaux, Timbre & Archives, Ambroise-Louis-Joseph de Gaya ; Grand Maître des Cérémonies du dedans, Pierre-Antoine Fleury ; Grand Maître des Cérémonies du dehors, Pierre d'Albarade ; Grand Trésorier, Frédérick-David Perret ; Grand Contrôleur, Edme Clair; Grand .Aumônier Hospitalier , Jean - Charles Carpentier ; Grand, premier Expert, François-Hilaire du Verger de Ville-Neuve.

Il a été applaudi à cette élection.

Lcsdits Grands Officiers ont prêté leur obligation & il y a été applaudi.

Ils ont été installés & il a été applaudi à leur installation.

Le Grand Chapitre Général de France a voulu & ordonné, veut & ordonne que lesdits Grands Officiers ne puissent exercer leurs fonctions que jusques au jour du Jeudi Saint prochain inclusivement & qu'à ce jour il soit procédé à élection nouvelle de ses Grands Officiers & il a été applaudi a cette ordonnance.

Le Grand Chapitre Général de France à ensuite juré solennellement au G. Arch. de l'Univers, en sa présence ; chacun de sesdits sept Chapitres, dans les mains de chacun de sesdits six autres Chapitres & chaque Membre de tous & un chacun de sesdits sept Souverains Chapitres dans les mains de tous & chacun desdits autres Membres respectifs de sesdits sept Souverains Chapitres , d'exécuter & de procurer par ses successeurs l'exécution entière & inviolable de toutes & chacunes les choses dessusdites.

Il a été pareillement applaudi à cette obligation.

Fait & donné à l’Orient de l’Univers, le Siège Effectif se tenant à Paris , la première année de l’avènement du T.R.&P.F. Chevalier Jean-Pierre Graffin, Grand Maître dudit Grand Chapitre Général de France, à la Grande Maitrise de l'Ordre; comme LV Grand Maitre, les jours, mois & an dessusdits.

Signatures des Participants

 

Scellé & Timbré par nous Grand Chancelier, Garde des

Sceaux, Timbre & Archives

de Gaya                                                                         

 

 Par commandement du Grand

Chapitre Général de France

Chicaneau

 

Repost 0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 17:44

Un réédition, attendu par tous les amoureux du Rite Français

Les trois Grands Piliers de la Franc-maçonnerie,

Colonnes et Chandeliers dans la tradition Maçonnique.

 de René Desaguliers (René Guilly) 

Editions VEGA

 

amazone.jpg 

 

Repost 0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 14:10

 

Chapitre-Rf-L-encyclopedique-1787-Toulouse.jpg

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 19:27

ANCIEN TABLEAU DE MAITRE

Maitre RF

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 18:51

La Houppe dentellée : cordelière ou « floche », décor ou symbole ?

Jean van Win

Sourions un peu. Depuis mon entrée dans l’Ordre maçonnique, j’ai toujours été intrigué par l’un des « symboles » qui nous sont le plus familiers : la « houppe dentellée ». J’ai lu, comme tout maçon, les développements imaginatifs des inévitables Boucher, Plantagenet, Bayard, et autres Wirth, aujourd’hui rafraîchis par Mainguy.

C’est ainsi qu’une première explication, d’inspiration opérative, consiste à voir dans cette cordelière, la « corde à nœuds » des bâtisseurs de cathédrales, instrument qui permettait aux Maîtres d’Oeuvre de tracer et de reporter des proportions sans recourir aux mathématiques ni à la géométrie. Je me suis livré à quelques exercices qui donnent en effet l’angle droit avec une simple cordelière à nœuds.

Mais, s’il s’agit de reproduire l’outil de ces géniaux illettrés aux mains calleuses, n’aurait-il pas comporté quelques bons nœuds bien serrés au lieu de ces frivoles lacs d’amour et de ces féminines houppes dentellées ? Je n’étais pas du tout convaincu par cette interprétation.

Je n’ai pas non plus été convaincu par les dissertations fumeuses portant sur le « symbole de l’infini » ni sur celui du « nombre huit couché ou paresseux » que certains décèlent dans les lacs d’amour. Bien moins encore par la nécessité, présentée souvent comme impérieuses, de tracer trois lacs d’amour au premier grade, cinq au deuxième et sept au troisième ! Une autre école nie farouchement cette nécessité, et une « sous école » prétend au contraire que les lacs doivent aller par douze, en l’honneur du Zodiaque qui comporte douze signes, voire même en souvenir des douze apôtres…Une abondante iconographie, aussi incohérente que les diverses théories qu’elle prétend illustrer, nous est offerte en témoignage de l’infinie capacité imaginative de nos frères et sœurs.

Je finis par me demander de quoi il pouvait bien être question, si l’on abandonne l’univers mythique si cher à nombre d’entre nous, et si l’on envisage le symbole sous un angle purement historique et factuel. D’où vient-il ? Que tente-t-il d’exprimer ?

Il s’agit d’une cordelière comportant un certain nombre de nœuds plats (de deux au minimum à douze au maximum !), terminée à chacune de ses deux extrémités par une houppe. En Belgique, une houppe est qualifiée de « floche », telle celle qui ornait les bérets de police des soldats d’avant la guerre de 1940, à la façon d’un chasse-mouche. Chaque régiment avait sa couleur, semble-t-il. En Maçonnerie, cette cordelière délimite les faces Nord, Est et Sud des tableaux de loge français, car les Anglais ignorent cette cordelière qui se répandra dans les tableaux de toute l’Europe au départ de la France.

Une houppe, depuis que ma grand-mère m’a initié aux contes de Perrault et plus particulièrement aux aventures de Riquet à la Houppe, est une touffe de brins de laine, de soie, de duvet ; définition plus élégante encore due au petit Larousse, c’est « un petit bout de ruban effiloché qui s’échappait du ferret de l’aiguillette » !

La houppe (ou houpe au XVIIIe siècle) est donc l’extrémité de la cordelière, et non la cordelière dans sa totalité. On a donc pris la partie pour le tout, et la « houppe » française, à l’origine, est bien l’équivalent de la « floche » belge !

Mais pourquoi qualifie-t-on, en maçonnerie, cette houppe de « dentellée » ?

Retournons cette fois au petit Robert qui nous dira : « dentellé : tissu très ajouré, orné de dessins, et qui représente généralement un bord dentelé ». Ce n’est donc pas la bonne piste, car ceci ne nous éclaire en aucune façon. Que viendraient donc faire ces décoratives et frivoles dentelles sur un très sérieux tableau de loge, même pour accompagner une houppe ? Cherchons plus loin. « Dentelé : qui présente des pointes et des creux. Voir indentation. Feuille dentelée ou dentée ». Que viendrait faire sur nos tableaux, dont on sait qu’ils représentent le Temple de Salomon, d’une part une bien inconcevable dentelle, et d’autre part « une floche avec des pointes et des creux ? ». En français, cela n’a aucun sens précis, et ne possède pas le moindre rapport avec la construction que je viens d’évoquer.

Tableau 2

Alors, où se situe la première apparition de l’expression « houppe dentelée » et quel pouvait être son sens à l’origine ?

A ma connaissance, c’est très probablement le fameux Louis Travenol (dit aussi Léonard Gabanon) qui, en 1744, publia pour la première fois en France une représentation de tableau de loge, dans une divulgation intitulée : « Le Catéchisme des Francs-Maçons ». Trois autres divulgations l’avaient précédée : « La Réception d’un Frey Maçons » en 1737, « La Réception Mystérieuse » en 1738 et « Le Secret des Francs-Maçons » en 1742. Nous reproduisons ici le premier tableau de loge au grade d’Apprentif-Compagnon probablement jamais révélé au grand public français.

En n° 15, la légende de ce tableau porte : houppe dentellée. Voici donc la première référence, semble-t-il.

Comme toujours, pour percer les mystères des sources françaises de la Franc-Maçonnerie, retournons aux premières pratiques maçonniques anglaises qui se répandirent à Paris, afin d’y trouver, éventuellement, une version intacte d’une pratique mal comprise ou mal traduite chez nous. Et c’est bien le cas ici !

Donc, en 1742, l’abbé Pérau publie « Le Secret des Francs Maçons ». Il se base sur le texte anglais d’une divulgation célèbre et importante : « Masonry Dissected », publiée en Angleterre en 1730 par Samuel Prichard. Mais les connaissances linguistiques du bon abbé sont assez limitées, et ses traductions approximatives. Par exemple, sous sa plume :

Mosaïck Pavement devient Palais mosaïque

Blazing Star devient Dais constellé d’étoiles

Intended Tarsel devient Houpe dentellée

Tarsel n’existe pas dans les dictionnaires contemporains. L’erreur de Pérau provient peut-être d’une mauvaise lecture et d’une confusion qu’il aurait commise avec Tassel , qui signifie gland, et donc avec tasselled, orné de glands.

Que dit le texte original de Prichard en 1730, qu’il n’est pas nécessaire de traduire, tant il est accessible :

Q : Have you any furniture in your lodge ?

A : Yes.

Q : What is it ?

A : Mosaïck pavement, Blazing Star and Indented Tarsel.

Q : What are they ?

A : Mosaïck Pavement, the ground Floor of the Lodge ; Blazing Star, the Center ; Indented Tarsel, the Border round about it.

Donc, le pavement mosaïque constitue le sol de la loge ; l’Etoile flamboyante en est le centre ; le Tarsel « denté » en est la bordure “ tout autour”.

tAL2.jpg

Comme on le sait, la bordure des tableaux de loge anglais comporte presque toujours une frise composée de triangles blancs et noirs alternés, ou de carrés blancs et noirs coupés en diagonale, disposés comme des dents, c'est-à-dire « indented ». Les tableaux de loge français de la même époque qui ont repris cet usage anglais sont extrêmement rares. Nous en publions un exemplaire ci-contre. De nos jours, une survivance inaltérée peut être vue sur « les tapis » de loge du Rite Ecossais Rectifié, qui a conservé intacts ses usages de 1778.

L’usage français au premier grade veut donc, depuis Pérau probablement, que ce que l’on appelle improprement « la houppe dentellée » représente une corde, pourvue de plusieurs nœuds plats, et terminée par deux « floches », soit deux glands effilochés. De nombreuses divulgations ultérieures, de nombreuses gravures et de nombreux rituels reprendront la même expression qui, en dépit de son illogisme et de sa totale incorrection, va constituer au fil du temps un usage établi, aussitôt baptisé « tradition ». Et ceci n’est pas un cas isolé. L’enlèvement des gants blancs pour la chaîne d’union est, à mon avis, une dérive occultiste subie par nombre de rationalistes.

Pourquoi donc les premiers maçons français en sont-ils venus à remplacer la « bordure dentée » des tableaux anglais par une corde baptisée « houppe dentellée » de la plus bizarre des façons qui soient ?

En France, dès 1744, la « houppe dentelée » constitue un ornement surajouté aux tableaux de loge, si on les compare aux tableaux anglais contemporains. Ces derniers ignorent la houppe de nos jours comme ils l’ont du reste toujours ignorée. C’est là incontestablement l’un des éléments originaux et constitutifs du « style » français, de « l’esprit » ou de la « spécificité » française, comme l’habitude curieuse de conserver le port de l’épée en loge , de même que celui du chapeau, voire encore une copie du cordon bleu très sélect de l’Ordre du Saint Esprit, usages répandus dans la bonne société qui fréquentait les salons.

Une lueur apparaît toutefois avec le célèbre Louis Travenol, alias Léonard Gabanon, qui, dans la seconde de ses divulgations publiée en 1747 : « La Désolation des Entrepreneurs Modernes du Temple de Jérusalem », décrit enfin la « houppe » comme : « une espèce de Cordon de Veuve qui entoure le haut du Dessein » (sic). Il est étonnant que Travenol soit le seul auteur français de cette époque qui ait envisagé cette explication à caractère héraldique.

Cette fort intéressante description coïncide chronologiquement avec une autre expression qui apparaît dans les rituels en 1745, en relation avec le récent grade de Maître maçon (vers 1725 à Londres) et qui qualifie les Maçons d’« Enfans de la Veuve » (sic) par allusion à Hiram, dont la Bible nous dit ( ch.VII, v.14 de Rois) qu’il était « fils d’un Tyrien et d’une veuve de la tribu de Nephtali ». On se souviendra avec amusement de l’affirmation comique d’un illustre représentant de l’école maçonnique mythique, qui faisait de cette expression un hommage à…la veuve d’Hiram !

Cet ornement, qui apparaît très tôt sur nombre de pierres tombales ou autres, mais qui accompagne aussi certaines armoiries civiles ou ecclésiastiques, va nous inciter à faire une incursion dans un domaine truffé de la symbolique la plus riche qui soit : l’Art héraldique. Et cette incursion va nous donner, avec beaucoup de simplicité, la clef de ce petit problème.

Dans son remarquable « Dictionnaire héraldique » paru en 1974, Georges de Crayencour décrit deux types de blasons qui vont nous éclairer ; le premier est celui des veuves. Il nous dit ceci : « Les Veuves portent deux écus : celui aux armes de leur mari et le leur ; tous deux accolés et entourés, à partir du XVIe siècle, d’une cordelière à entrelacs ou d’un cordon de soie tressé d’argent et de sable…La cordelière en filet à nœuds est une sorte de lacs d’amour…Il se distingue par la présence de trois nœuds serrés, mis en chef et les deux autres en flanc… ». Voici donc une première explication, tirée de l’Art héraldique.

Il en existe une seconde, provenant de la même source, mais plus surprenante, car elle se réfère, non plus de l’art héraldique propre aux veuves, mais bien à celui qui se rapporte aux ecclésiastiques, de l’un et l’autre sexe d’ailleurs. La correspondance entre les lacs d’amour des princes et princesses de l’Eglise et ceux des Francs-Maçons est assez piquante. Elle s’observe de nos jours encore aux frontons de nombreuses abbayes et de palais épiscopaux, sur les pierres tombales, innombrables dans les inégalables églises baroques des îles de Malte et de Gozo, où on les contemple dans leurs compositions de marbres multicolores, et en bien d’autres lieux encore.

tAL3

Georges de Crayencour nous apprend que « le chapeau somme l’écu et son cordon garni de nœuds (ou ganses) et terminé par des houppes disposées en triangle, l’entoure…Sur la signification des nœuds et des houppes, les avis sont partagés »…On ne croit pas si bien dire, et voilà une perplexité que se partagent fraternellement éminences et francs-maçons !

De nos jours, la majorité des tableaux de loge de l’Europe continentale, dérivés de la maçonnerie française, portent en leur chef une harmonieuse « houppe dentellée ». Cet ornement est-il simplement esthétique ? Possède-t-il une autre signification, qui se serait perdue ? Résulte-t-il d’une simple erreur de traduction, bien bizarre, malgré la fréquence de ces dernières lors des premiers pas de la maçonnerie d’esprit français ?

Cette ravissante houppe provient-elle de la simple fantaisie d’un artiste maçon, qui a voulu « faire joli » ? Mais ce serait alors un cas unique dans l’iconographie maçonnique, qui fait allusion, de façon générale, à quelque sens caché décryptable par un petit nombre...

Regrettable dérive supplémentaire, à mon avis personnel, certains ateliers ont reporté la houppe dentellée sur la partie supérieure des parois septentrionale, orientale et méridionale de la loge (qui est devenue temple, comportant même un autel !), sous le plafond. Elle est, de surcroît et trois fois hélas, souvent assortie d’un ensemble zodiacal, pour moi très incongru mais dont on trouve qu’il fait très « opératif ». Ce qui démontre bien à quel point une « tradition » peut être évolutive…Cet ensemble composite symbolise, dit-on, l’union universelle des francs-maçons ! Voilà comment une pauvre petite veuve peut se faire faire une prolifique descendance, grâce à l’imagination de ses « enfans ».

La confusion entre la fine houppe dentellée héraldique et la grosse corde à nœuds des compagnons bâtisseurs est ici, de toute évidence, à son comble. Cette corde à nœuds est autre chose, et j’ai fait moi-même la démonstration de la construction de l’angle droit grâce à la simple corde à douze nœuds, ayant recours au carré de l’hypoténuse par 3, 4 et 5 nœuds. Mais cet instrument opératif n’a absolument rien à voir avec le débat sur la houppe !

Revenons à la question : disposé en chef sur le tableau de la loge, comportant originellement deux lacs d’amour qui s’aimèrent à ce point qu’ils en compteront bientôt douze, que peuvent bien symboliser ces élégants entrelacs aux yeux méditatifs de nos Frères et Sœurs contemporains ?

On peut y voir, et c’est mon cas, bien autre chose qu’un simple ornement héraldique, ce qu’il n’a jamais été en maçonnerie, à mon sens. Car il serait, dans cette dernière hypothèse, le seul élément à n’avoir qu’une fonction esthétique, ce qui constituerait un cas sans pareil parmi les éléments constitutifs du tableau de loge. Cette interprétation est donc invraisemblable et, à mon humble avis, à rejeter.

Le choix délibéré de ce cordon rappelle au Maçon que le tableau de la loge synthétise, tel un blason, l’ensemble des éléments symboliques concernant le grade pratiqué. Toutefois, un élément majeur relatif au grade de Maître est déjà présent dès le tableau du grade d’Apprenti.

En effet, pareille anticipation est parfois le cas d’un grade initiatique à un autre, où ce qui ne sera explicité que dans tel grade se trouve déjà en germe, non ostensiblement, dans tel autre grade qui le précède. Par exemple, au XVIIIe siècle, le tableau de loge du Rite Français au grade d’apprenti comporte déjà une étoile flamboyante, mais non explicitée.

Quant au « cordon de la Veuve », il rappelle au Maître Maçon que tous, par Hiram qui vit éternellement en nous, nous sommes les « Enfans de la Veuve ». Ceci est immédiatement perceptible dans une société de classes, telle celle du XVIIIe siècle, où l’héraldique est largement répandue et familière à tous, et sert aussi de moyen d’identification ; cet art est alors couramment et banalement pratiqué avec des sens d’identification connus de tous.

Les symboles sont parlants, même si leur langage s’apparente au double langage voire à la cryptographie ; le sens néanmoins se perd lorsque la société évolue, et que sa composition sociologique se modifie, en l’occurrence vers la démocratisation, dès l’instauration de l’Empire.

Les maçons du XIXe, du XXe et du XXIe siècle sont de moins en moins des familiers et des connaisseurs de l’art héraldique, sauf peut-être en Allemagne, en Espagne, en Autriche et en Suisse, où cet art est resté très vivace et populaire. Il n’est pas de municipalité ou de ville, dans les pays précités, qui n’arbore fièrement ses armoiries.

L’interprétation du « Cordon de la Veuve » qui est mienne me paraît plus enrichissante, au plan symbolique, que les dissertations réputées « ésotériques », sur les thèmes de l’universalité, du nombre huit couché (sic !), de l’Infini, du Zodiaque, des manouvriers maçons moyenâgeux « qui avaient des secrets venant des pyramides » (sic), des fils d’Isis, des Druides et je passe volontiers les Templiers, les Rose Croix et les Alchimistes !

Cette conclusion n’est bien entendu pas LA vérité. Si elle l’était, nous sortirions du cadre d’une philosophie interprétative pour entrer dans celui de la science, de l’emblématique, de l’allégorie, du sigle, de la pensée unique. Où serait dès lors le plaisir de la découverte et surtout, ce qui est encore bien plus enthousiasmant, la volupté de la recherche, voire la véritable « chasse au sens caché » qui devient l’incontournable double nature du maçon blanchi sous le harnais ?

« A chacun sa Vérité » dit une célèbre pièce de théâtre. A quoi Ponce Pilate répond, du fin fond de sa Judée : « La Vérité ? Quelle Vérité »…avant d’aller se laver les mains, geste hautement symbolique !

Repost 0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 13:57

 

Du G.O. de France, le 10° jour du 11° mois de l'an de la V.L. 5779 

 

A LA. GLOIRE DU G. A. DE L'UNIVERS,

AU NOM ET SOUS LES AUSPICES DU S. G. M.

LE G.O. DE FRANCE,

A TOUTES LES LL. RÉGULIÈRES DU ROYAUME,

SALUT, FORCE, UNION.

TT.CC. FF.,

Nous avons la faveur de vous envoyer, dans le Billet ci-joint, le nouveau mot donné dans notre Assemblée générale du vingt-septième jour du dixième mois de cette année, & nous vous prions d'observer :

1°. Que ce billet ne peut être ouvert qu'en L. par le Vénérable, ou en son absence, par l'Officier qui préside.

2°. Que tous les Membres de notre G. O. ont prêté leur obligation de ne donner qu'en L. le mot que nous vous faisons passer, & que vous ne pouvez le recevoir ni le communiquer qu'aux mêmes conditions.

3°. Qu'il doit être donné a voix basse, par le Vénérable, à chacun des Membres de la L. & qu'il ne peut être donné aux Visiteurs qui seroient présens.

4°, Que le F. thuileur doit le demander à chaque Assemblée, à tous les FF, qui se présentent pour être introduits, mais qu'il ne doit le faire qu'à l'entrée de la L., & dedans.

5°. Que ce mot ne peut être communiqué hors de l'Attelier, à un Maçon quelconque, fût-il un des Membres de l'Attelier.

6°. Qu'il ne doit jamais être donné aux FF. Servans.

7°. Que lorsqu'un F. Visiteur qui n'aura point le mot; vous présentera un Certificat d'une L. régulière ou de notre G.O., vous devrez, avant d'introduire ce F., examiner s'il a pu assister aux Travaux de la L. dont il est Membre. Si c'est par sa négligence qu'il a été privé de recevoir le mot nouveau, vous ne pourrez point l'admettre ; mais s'il s'est trouvé dans l'impossibilité de se présenter à sa L., il suffira qu'il ait un Certificat, pour mériter de partager vos Travaux ; cependant vous lui demanderez l'ancien mot.

8°. Qu'il en doit être de même pour un F., ancien Membre d'une L. qui aura été régulière, mais qui ne subsistera plus. Vous vous assurerez si ce F. a eu le tems de se faire aggréger à une autre L., parce qu'un Maçon n'est jamais régulier quand il n'est pas Membre d'une L. régulière.

9°. Que vous ne devez jamais communiquer le mot à un F. Visiteur, à moins que vous ne soyez spécialement invités à le faire par une Planche de la L., dont le F. Visiteur est Membre. Alors la Planche de cette L. doit rester déposée dans vos Archives.

10°. Et enfin, qu'on ne doit demander le mot à un F. Visiteur , qu'après l'avoir reconnu & thuilé suivant l'usage.

Nous profitons de cette oçcasion pour prier les LL. qui n'ont point reçu les trois premières Parties du troisième Volume de l’ Etat du G.O. de France, de les faire retirer.

Nous sommes, avec les sentimens de la plus tendre fraternité, par les N. M. Q. V. S. C.

TT. CC. FF.,

Vos affectionnés & très-dévoués FF. les Officiers du G. O..

Signé, TASSIN , Président de la Chambre d'Administration.

HARVOIN , second Surveillant,

PEYRILHE, Orateur.

Arrêté au G. O. de France, lieu très – éclairé, très-régulier & très-fort, où règnent l'Union, la Paix & l’Harmonie, les jour, mois & an avant dits.

Timbré et Scellé par nous Garde des Timbre et Sceaux du G.O.de France

Par Mandement du G;O. de France (Signature) Secrétaire Général

Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 23:27

L’épisode rituélique du Neuvième Maître

dans le manuscrit des Rituels du Marquis de Gages

Transcription corrigée depuis le Manuscrit FM4-79

BNF, Site Richelieu, Département des Manuscrits – Division occidentale

28 janvier 2011

Par le F\ Zénon, Maître-Maçon de la Grande Loge Mixte Universelle

 

Comme le jour commençait à pointiller et de crainte d’être découvert ils le mirent sous les décombres du Temple puis fermèrent Les portes et s’enfuirent.

 Tous Les ouvriers étant revenus au travail ils y vinrent comme Les autres pour examiner si l’on ne découvrirait rien de leur crime et voyant que la fin des travaux approchait, ils se cachèrent encore au même endroit et lorsqu’ils jugèrent que tout le monde  reposait, ils ôtèrent notre maître de dessous les décombres, le sortirent hors du Temple fermant encore bien les portes. Ils le transportèrent sur le mont Sinaï ayant envie de le porter dans l’endroit le plus inaccessible de la montagne afin que leurs crime resta enseveli. Mais comme le jour approchait de paraitre, ils firent vite une fosse de sept pieds de longueur de trois pieds de largeur et de six de profondeur et le mirent vite dedans le recouvrant de terre et pour reconnaitre l’endroit ils prirent une branche d'acacias dont cette montagne était couverte et la plantèrent sur la fosse afin de pouvoir le transporter plus loin a plus grand loisir et comme ils étaient effarouchés de leurs crime en couvrant notre maître ils laissèrent tomber une Equerre et un Compas dans la dite fosse, donc l’équerre à la tête et Le compas aux pieds et se retirèrent sans y prendre garde pour revenir vite à Leurs travaux.

 Le troisième jour de l’assassinat le Respectable Salomon ne voyant point paraitre le Respectable Hiram selon sa coutume, pour Lui faire part des nouveaux plants qu’il traçait craignit qu’il ne lui fut arrivé quelque chose et pour ne point faire du bruit il fit appeler tous Les maitres pour savoir ce qu’il pouvait être devenu, mais tous Les maitres étant rendus à la chambre interne et Salomon Leur ayant fait la demande s’ils n’avaient point vu le Respectable maitre Hiram ils répondirent que depuis trois jours il n’avait paru dans aucun atelier, alors Salomon dit qu’il fallait que l’on eut assassiné. Les maitres pour faire voir qu’ils n’avaient point trempé Leurs mains dans son sang se lavèrent les mains et dirent qu’ils étaient ignorants. Salomon alors dit qu’il fallait faire une exacte recherche partout à la sourdine et tacher de savoir ce qu’il pouvait être devenu.

Mais Comme tous Les maitres pour montrer Leur Zèle voulaient aller faire cette recherche Salomon dit qu’il n’en fallait que neuf et pour ne point faire de jaloux  il les fit tirer au scrutin, neuf des plus zélés y tombèrent, Les autres, Salomon leurs ordonna de retourner à leurs ateliers pour ne point faire soupçonner que l’on ne se fut aperçu de l’absence du maître Hiram. Les neuf qui étaient tombés pour aller a la recherche tinrent conseil ensemble et dirent qu’il fallait fouiller Les environs de Jérusalem a neuf Lieu a la ronde et que Le neuvième jour, ils se retrouveraient tous ensemble sur la montagne de Sinaï surnommée La montagne d’acacias a cause de la grande quantité d'arbres qu’il y avait qui portaient ce nom. Pour mettre Leurs dessin a exécution, trois partirent par la porte d'occident, trois par la porte du midi et trois par celle de L’orient et ils voyagèrent trois fois trois jours sans rien découvrir. Le neuvième jour s’étant tous retrouvés sur la dite montagne et s’étant fait rapport de l’inutile recherche qu’ils avaient faite, huit dirent que lassés de courir inutilement ils s’en retournaient a Jérusalem faire leurs rapport a Salomon. Mais Le neuvième plus zélé que les autres Leur dit qu’il ne s’en retournerait point qu’il n’eut fouillé toute cette montagne, mais fatigué Lui même il voulut se reposer. Pour cet effet, s’appuyant a une branche d’acacias pour s’assoir par terre, la dite branche Lui resta dans la main, et par ce moyen il vit la terre fraiche et nouvellement remué, il s’imagina que cela devait renfermer quelque mystère, il se releva promptement et courut rappeler ses camarades Leur faisant part de ce qu’il venait de Lui arriver, en Leurs montrant l’endroit. Pour Lors, ils dirent tous ensemble qu’il fallait fouiller et creuser la terre en cet endroit et d’abord ils le firent, ils n’avaient pas creusé cinq pieds, qu’ils trouvèrent une Equerre a la tête d’un cadavre qu’ils aperçurent et un compas aux pieds. Le dit cadavre était au signe de Compagnon la main gauche le long de la même cuisse [etc.]

D\ Les maitres étant venu faire le rapport au roi que l’on n’avait point vu Hiram depuis trois jours que résolut Ce roi

R\ il dit qu’il fallait que Hiram eut été assassiné et Les maitres pour montrer Leurs innocence se lavèrent d’abord Les mains

D\ que fit donc Salomon pour en avoir des nouvelles positives

R\ il dit qu’il fallait en faire une Exacte recherche partout aux environs de Jérusalem et comme tous Les maitres pour témoigner Leur zèle voulaient être du nombre de ceux qui la devaient faire. Salomon Leur dit qu’ils ne pouvaient tous s’absenter des travaux sans donner des soupçons et pour ne point faire des jaloux il Les fit tirer à les scrutins, en disant qu’il n’en fallait que neuf et que ceux qui ne seraient point du nombre retourneraient aux travaux sans faire semblant de rien et espionneraient  Les différents mouvements qui pourraient se faire parmi les ouvriers

D\ Les scrutins tirés que firent Les maitres et quel arrangement prirent t’ils pour faire Cette recherche

R\ Ceux qui ne furent point élu par Les scrutins revinrent  le lendemain aux travaux Comme si de rien n’était mais Les neuf des plus zélés a qui Le sort avait donner le choix pour faire la dite recherche tinrent Conseil ensemble et convinrent qu’il fallait fouiller Les environs de Jérusalem a neuf lieu a la ronde pendant neuf jours et que Le neuvième ils se retrouveraient tous ensemble sur Le mont Sinaï surnommé, la montagne d’acacias pour se faire part de Leurs recherches

D\ Comment partirent t’ils

R\ trois par la porte d’orient trois par la porte d’occident et trois par la porte du midi et ils fouillèrent tous Les environs de Jérusalem pendent neuf jours et Le neuvième ils se trouvèrent sur La dite montagne ou s’étant fait rapport des Leurs inutiles recherches, ils restèrent dans un morne silence et dans l’affliction d’être obligé de retourner a Jérusalem sans avoir pu faire aucune découverte

D\ quelle fut leurs résolutions

R\ huit, accablés de lassitude résolurent de s’en retourner a Jérusalem pour donner part de Leurs inutiles recherches au roi Salomon mais Le neuvième plus zélé dit qu’il ne s’en retournerait pas qu’il n'eut fouillé toute cette montagne, mais fatigué Lui même il voulut se reposer et pour cet effet, il s’appuya à une branche d’acacia pour s’assoir, la dite branche Lui resta dans la main et il aperçut la terre mouvante dans cet endroit et fraichement remuée

D\ que fit-il alors

R\ Se doutant que cela renfermait quelque mystère il appela ses huis camarades qui revinrent et Leurs ayant fait part de ce qu’il venait de lui arriver, Leur montrant l’endroit ils jugèrent à propos de fouiller la terre en cet endroit et ils se mirent tous  à l’ouvrage ayant creusé cinq pieds de profondeur ils aperçurent un cadavre et le dégarnissent de la terre qui pouvait Le couvrir encore ils virent qu’il était au Signe de Compagnon un linge rempli de Sang Lui couvrant la face et trouvent dans La dite fosse une Equerre et un Compas [etc.]

 

L’épisode rituélique du Neuvième Maître

dans le manuscrit des Rituels du Marquis de Gages

Transcription directe depuis le Manuscrit FM4-79

BNF, Site Richelieu, Département des Manuscrits – Division occidentale

28 janvier 2011

Par le F. Zénon, Maître-Maçon de la Grande Loge Mixte Universelle

Page 24 - Recto

 (page 25 : Comme lejour commancoit)

apointiller et crainte detre decouvert ils le mire sous les decombres du Temple puis fermere Les portes et sanfeure Tous Les ouvriers Etant reveneu au travail il ivinre comme Les autres pour Examiner Sy Lon nedecouvriroit rien de leurs crime et voÿent que Lafin des travaux approchoit, ils secachere Encore au maime Endroit Et lorsquils jugere que tout Lemonde  reposoit ils autere notre maître dedessous Les décombres Lesortire hors du Temple ferment encore bien les portes ils le transportere seur Lemont Sidnay ayent En vie de leportais dans Lendroit Leplus inaccessible de Lamontagne afin que leurs crime restat Ensevelly mais Comme le jour aprochoit deparoitre, ils fire vitte unne fosse de sep piez de Longueur de trois piez de Largeur et de Six de profondeur et lemire vitte dedans lerecrouvrent de terre et pour reconnoitre Lendroit ils prire unne Branche d'acasias donc cette montagnie Etoit couverte et laplantere seur Lafosse afin depouvoir letransporter plus loing aplus grand loisir et comme ils etoit efarouchés de leurs crime En couvrent notre maître ils lessere tomber unne EKerre et un Compas dans Laditte fosse donc LeKerre  Lataite et Le compas aupiez et Seretirere Sans iprendre garde pour revenir vitte à Leurs travaux, Le troisième jour de Lassassin Le respéctable Salomont ne voÿent point paroitre lerespéctable hiram Se lon Sacoutume pour Luy faire part Des nouveaux plants quil tracoit creignit quil ne luy fut arrivé quelque chose et pour nepoint faire dubruit il fit appeler tous Les maitres pour scavoir cequil pouvoit Etre devenu mais tous Les maitres etant rendeu ala chambre interne et Salomont Leur aÿent fait Lademande Sils navoit point vu Lerespéctable maitre hiram ils répondire que depuis trois jours il navoit paru dans aucun atellier alors Salomont dit quil faloit que Lon Leut asasiné Les maitres pour faire voir quils navoit point trempé Leurs mains dans son Sang Se Lavere Les mains et dire quils Etoit igno[rents] Salomont alors dit quil faloit faire unne Exates recherche partout alaSourdinne et tacher de Scavoir cequil pouvoit Etre devenu mais Comme tous Les maitres

Page 24 – Verso

pour montrer Leur Zelle voulloit aller faire Cette recherche Salomont dit quil nanfaloit que neuf et pour nepoint faire dejalloux il Les fit tirrer à Lescreutin neuf des plus Zellés yitombere Les autres Salomont leurs ordonna de retourner aleurs atellier pour ne point faire Soupsonner que Lon ne Sefeut aperceu de Lapsence dumaître hiram Les neufs quy Etoit tombé pour aller a Larecherche tinre conseil Ensemble et dire quil falloit foullier Les Environs de jerusalem aneuf Lieu alaronde et que Le neuvieme jour ils Se retrouveroit tous Ensemble seur Lamontagnie de Sidnay Seur nomé La montagnie dacasias a cause de Lagrande cantite d'arbres quil i avoit quy portoit cenom pour mettre Leurs dessin alexecution, trois partire parlaporte d'occident, trois par Laporte dumidy et trois par Celle de Lorient et ils voÿagere trois fois trois jours Sans rien decouvrir Le neuvieme jour Setant tous retrouvés seur Laditte montagnie et Setant fait rapport de Linutille recherche quils avoit faitte huit dire que lassé de Courir inutilement ils Sen retournoit ajerusalem faire leurs rapport aSalomont mais Le neuvieme plus zellées que Les autres Leurs dit quil ne Sen retourneroit point quil neut foullier toute Cette montagnie mais fatigué Luy maime il voulleut Serepauser pour cet efait Sappuÿent a unne Branche Dacasias pour Sasoir parterre Laditte Branche Luy resta dans Lamain et par cemoÿen il vit Laterre freche et nouvellement remeue il Simmagina que Cella devoit renfermer quelque mistaire il Sereleva prontement et coureut rappeler Ses camarades Leur fesent part de cequil venoit de Luy arriver En Leurs montrant Lendroit pour Lors ils Dire tous Ensemble quil falloit foullier et creuser Laterre En cet Endroit

Page 25 - recto

et dabord ils Lefire ils ne Leure pas creusées cinc piez quils trouvere unne EKerre a la taite dun cadavre quils aperceure et un Compas aupiez LeDit cadavre Etoit au Signie de Compagnon Lamain gauche Lelong de Lamaime cuisse [etc]

Page 28 – Recto

D Les maitres aÿent veneufaire Lerapport auroy que Lon navoit point veu hiram depuis trois jours que resolleut Ceroy

R il dit quil falloit que hiram Eut Eté assasinné et Les maitres pour montrer Leurs inocence Selavere dabord Les mains

D que fit don Salomont pour En avoir des nouvelles positives

R il dit quil falloit Enfaire unne Exate recherche partout aux Environs dejerusaleme et Comme tous Les maitres pour temoignier Leurs Zelle voulloit Etre dunombre de ceux qui Ladevois faire. Salomont Leurs dit quil nepouvoit tous sapsenter des travaux Sans donner des Soupson et pour ne point faire des jaloux il Les fit tirrer àles creutin En disent quil nen falloit que neuf et que Ceux quy neseroit point dunombre retourneroit aux travaux Sans faire Semblant derien et Espionneroit Les differents mouvements quy pouroit Sefaire parmy Les ouvrier

D Les creutin tirré que fire Les maitres et quelarangement prire tils pour faire Cette recherche

R Ceux quy ne feure point Eleu par Lescreutin revinre Lelandemain aux travaux Comme Sy derien nétoit mais Les neuf deplus Zellés aquy LeSort avoit donner Lechoix pour faire Laditte recherche tinre Conseil Ensemble et convinre quil falloit foullier Les Environs dejerusalem aneuf lieu a laronde pendant neuf jours et que Le neuvieme ils Seretrouveroit tous En Semble Seur Le mont Sidnay Sur nomé Lamontagnie dacasias pour Sefaire part de Leurs recherche

D Commant partire-tils

R trois par Laporte dorient trois par la porte doccident Et trois par Laporte dumidy et ils foulliere tous Les Environs de jerusalem pendent neuf jours et Le neuvieme ils Setrouvere Seur Laditte montagnie ou Setant fait rapport des Leurs inutille recherche ils resterre dans un morne Sillance et Dans Lafliction detre obligé deretourner ajérusalem Sans avoir peu faire auCunne deCouverte

Page 28 – Verso

D quelle feut Leurs resollution

R huit acablé de Lassitude resolleure de San retourner ajerusalem pour donner part de Leurs inutilles recherche auroy Salomont mais Le neuvieme plus zellé dit quil ne San retourneroit pas quil n'eut foullié toute Cette montagnie mais fatigué Luy maime il vouleut Sereposer et pour cet Efait il Sapuÿa à unne Branche dacasias pour sasoir Laditte Branche Luy resta dans Lamain et il aperccut Laterre mouvente dans Cet Endroit et frechement remué

Dque fitil alors

R Sedoutant que Cella renfermoit quelque mistaire il apella Ses huis Camarades quy revinre et Leurs aÿent fait part de Ce quil venoit de Luy arriver Leur montrant Lendroit ils jugere apropaux De foullier Laterre En Cet Endroit et ils semire tous  Louvrage aÿent Creusé cinc piez deprofondeur ils aperseure un cadavre Et Ledegarnissent de Laterre qui pouvoit LeCouvrir Encorre ils vire quil Etoit au Signie de Compagnon un Linge remply Se Sang Luy couvrent Laface et trouvent dans La Ditte fosse unne EKuerre et un Compas [etc.]

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens