Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 16:13

Les maximes de la chambre de réflexion :

Si la curiosité t'a conduit ici, va-t'en!

Si tu crains d'être éclairé sur tes défauts, tu seras mal parmi nous.

Si tu es capable de dissimulation, tremble, on te pénétrera.

Si tu tiens aux distinctions humaines, sors, nous n'en connaissons point ici.

Si ton âme a senti l'effroi, ne va pas plus loin.

Si tu persévères, tu seras lavé par l'eau et purifié par le feu ; tu sortiras de l'abîme des ténèbres, et tu verras la Lumière.

Le tableau de la chambre de réflexion :

Un coq dressé avec l'inscription : Il veille dans les ténèbres et annonce la lumière.

Les questions de la chambre de réflexion :

- Qu'est-ce qu'un honnête homme se doit à lui-même ?

- Que doit-il à ses proches ?

- Que doit-il à son pays ?

- Que doit-il à l'humanité ?

- Que doit-il à Dieu ?

Les trois grands pas d'Apprenti :

Ils se font en partant du pied droit et en assemblant toujours le pied gauche en équerre, le talon gauche derrière le talon droit.

La position du serment :

La main droite sur l'Evangile de Saint-Jean et l'épée, le genou droit nu dans l'Equerre, le pied gauche en pantoufle et la pointe d'un Compas ouvert en équerre placée sur le cœur, l'autre pointe levée.

Le mot de passe :

Tubalcaïn. C'est le nom de celui des fils de Lamekh qui inventa l'art de travailler les métaux.

La batterie :

Elle se fait par trois coups, deux rapprochés, un distant et plus fort: oo - o.

L'ordre :

On se met à l'ordre, la main droite sous la gorge, le pouce en équerre, le coude abaissé. Les pieds sont en équerre, le pied droit en avant et le talon du pied gauche derrière le talon droit.

Le signe :

Etant à l'ordre, on décrit une équerre en portant horizontalement les quatre doigts joints à l'épaule droite et en les faisant redescendre verticalement le long du corps.

Le dessin de l'équerre doit être rigoureusement exact.

Le signe se nomme guttural. Il demande la poignée de main ou attouchement.

La poignée de main ou attouchement :

On place le pouce plié en équerre sur la première et grosse jointure de l'index et on répond en faisant de même. C'est la poignée de main ou attouchement d'un Apprenti Franc-Maçon Entré. On ne doit la faire qu'en Loge ou dans l'obscurité afin qu'elle ne puisse être aperçue d'un manœuvre ou d'un autre profane. Mais si on la fait de jour en dehors de la Loge on doit la couvrir de la main gauche.

On appuie le pouce une fois. On peut aussi, en France et dans certains pays voisins, faire sentir nettement du pouce la batterie d'Apprenti, deux coups rapprochés, un distant et plus fort. Toutefois ceci n'est pas nécessaire et même ne doit pas être fait dans les pays anglo-saxons.

Cette poignée de main, ou attouchement, demande le mot sacré.

Le mot sacré :

C'est BOAZ. Il signifie en hébreu "En Lui, la force". C'est le nom de la colonne d'airain qui se trouvait au Nord devant le porche du Temple du Roi Salomon à Jérusalem, à main gauche en regardant l'Est. Mais on ne doit jamais donner immédiatement ce mot en entier lorsqu'il est demandé en dehors de la Loge. On doit répondre par précaution :

R. Je ne puis qu'épeler, donnez-moi la première lettre je vous dirai La seconde.

D. B

R. 0

D. A

R. Z

D. BO

R. AZ

D. Passez, Boaz.

L'habillement :

Les Apprentis portent toujours en Loge un tablier de peau blanche, de forme arrondie vers le bas. La bavette, triangulaire, est relevée.

Aux trois grades, si le smoking ou l'habit ne sont pas exigés, on viendra en Loge en tenue sombre, et cravate noire.

Les gants :

Ils sont blancs. On doit toujours les porter en Loge à tous les grades. Ils rappellent les gants que mettaient les maçons opératifs pour tailler la pierre. On les retire pour la chaîne d'union.

L'âge :

Les Apprentis ont symboliquement trois ans.

La place :

Le dernier Apprenti reçu prend séance en tête de la colonne du Nord. Il cède la place lorsqu'un nouvel Apprenti est reçu et s'assied à sa droite.

Le baiser fraternel:

Il se donne par trois fois sur la joue droite, la joue gauche et la joue droite. En Loge ouverte, on frappe en même temps la batterie du grade de la main droite sur l'épaule gauche.

Le tableau de la Loge :

Le tableau, unique pour les trois grades, est étendu sur le plancher, au centre de la Loge, recouvert d'un tapis bleu. Il est rigoureusement dans le même axe que le milieu de l'autel.

Il a la forme d'un carré long, de la proportion d'un double carré. Il est entouré à l'extérieur d'une bordure dentelée faite de triangles alternativement blancs et noirs, figurant l'interpénétration de la lumière et des ténèbres, les triangles blancs ayant la base dirigée vers la Loge. Une combinaison appropriée occupe les quatre angles, de façon à ce qu'une pointe se trouve dans les angles de la bordure. Dans cette bordure sont indiqués les quatre points cardinaux Orient - Occident, Midi - Septentrion, en sorte que les deux premiers soient lisibles de l'Ouest et les deux autres de l'extérieur de chaque côté.

Le fond de ce carré long est bleu de ciel, sauf la partie inférieure, l/7e environ de la longueur du double carré intérieur qui figure le Pavé mosaïque noir et blanc vu en perspective droite, ce qui laisse de chaque côté deux écoinçons de la forme d'un triangle rectangle couleur de terre. Sur celui du Sud est figurée une branche d'acacia véritable et les deux lettres M.'. B.*..Sur le Pavé mosaïque est posée la Truelle.

Sur le haut de ce Pavé mosaïque, de chaque côté sont placées les deux colonnes, couleur de bronze. Leur hauteur est de 2/7e environ du double carré intérieur. On les représente soit par deux colonnes d'ordre corinthien, auxquelles on ajoute de façon convenable des pommes de grenades, soit, et de préférence, en s'inspirant des meilleures et des plus récentes reconstitutions archéologiques. Sur la colonne du Nord, il y a la lettre B et sur la base le mot Beauté, sur celle du Sud, J et sur la base, Force.

Au Nord de la colonne B il y a, posée sur la ligne de la base des colonnes, une Perpendiculaire de forme ancienne (le fil à plomb, tombant sur une planchette étroite évidée à la base), et au Sud de la colonne J, sur la même ligne, le Niveau de forme ancienne, un triangle, avec une traverse, du sommet duquel tombe un fil à plomb.

Tout autour de la partie supérieure bleue jusque vers la base des colonnes court la cordelière à houppes, rouge et or, qui comporte sept lacs d'amour, trois de chaque côté et un à l'Orient, dont la forme héraldique doit être rigoureusement respectée. Elle se termine à chaque extrémité au Nord et au Sud par une houppe ou gland.

Au-dessus de la colonne B est figurée une sphère céleste et au-dessus de la colonne J un globe terrestre.

Au centre du double carré est placé le symbole suivant : un point entouré d'un cercle le long duquel sont tracées deux tangentes verticales. Sur le sommet du cercle entre les deux tangentes, un livre ouvert sur lequel est écrit: JEAN, le tout en or.

Dans l'espace entre les colonnes, un peu en dessous des chapiteaux est au Nord la Pierre brute, le Maillet, le Ciseau et la Jauge. La Pierre brute n'est pas un rocher informe, mais a déjà l'aspect d'une pierre dégrossie. Au Sud la Pierre cubique à pointe et la Laie ou mar¬teau bretté. La forme habituelle de la Pierre cubique à pointe est celle d'un cube surmonté d'une pyramide dont la hauteur est égale à la moitié du côté du cube.

En bas, sur la ligne du Pavé mosaïque, formant avec les deux autres bijoux immobiles un triangle rectangle, la Planche à tracer sur laquelle sont les épures et le biveau correspondant à la Pierre cubique à pointe.

Il y a trois fenêtres, une plein Est, une plein Ouest, la dernière plein Sud. Les fenêtres Est et Ouest sont équidistantes par rapport au point central du double carré.

Au Sud entre la colonne J et la houppe dentelée, au-dessus du Niveau, est figuré le Soleil couchant portant le tétragramme hébraïque en or. Dans le coin Nord-Est, la Lune dans son plein entourée de sept étoiles et de nuages. Dans le coin Sud-Est, l'Etoile flamboyante rouge, avec des flammes couleur de feu, portant dans son centre la lettre G en or. L'Etoile est inscrite dans un disque solaire de plein midi. Juste en dessous est le mot: Sagesse.

Au Sud de la colonne J, au-dessus du Soleil, il y a un Levier et une Louve. Au-dessus sur la même ligne, toujours au Sud, l'Escalier en forme de vis, se montant dans le sens solaire, par 3, 5 et 7 marches (sept en tout). Cet escalier doit nettement conduire vers l'Etoile flamboyante.

On figure aussi au centre de la partie supérieure l'Equerre et le Compas ouvert à 90°, entrecroisés, c'est-à-dire formant la double Equerre. L'Equerre est de proportion trois*quatre. Elle est d'or. Le Compas a un corps d'or et des pointes d'acier bleu foncé.

Entre le Soleil et la Lune on lit les lettres A.L.G.D.G.A.D.L.U. et il peut y. avoir aussi sur le tableau le nom de la Loge ainsi libellé

Respectable Loge Française Saint Jean.....N°.. 0.'. de.... , date maçonnique de fondation.

Les trois grandes Lumières :

Ce sont le Soleil, la Lune et le Maître de la Loge. Elles sont représentées par trois chandelles de couleur placées sur trois grands chandeliers triangulaires disposés ainsi, une pointe vers l'Est :

a) à l'angle Sud-Ouest

b) à l'angle Nord-Est

c) à l'angle Sud-Est

On place au centre du chandelier Sud-Ouest une chandelle jaune (le Soleil) Nord-Est une chandelle ivoire (la Lune) Sud-Est une chandelle rouge (le Maître de la Loge).

On respecte pour tous les allumages et extinctions l'ordre de l'énoncé des trois grandes lumières.

Les trois grands chandeliers sont disposés de façon à figurer un rectangle 3x4 dans lequel est inscrit le double carré du tableau. On fait en sorte que le centre des deux rectangles coïncide (fig. 1).

Les lumières de l'autel et des plateaux des Surveillants :

Sur l'autel du Vénérable les trois grandes lumières se trouvent de nouveau placées au Sud sur un chandelier à trois branches, celle du centre étant surélevée.

Une veilleuse rouge figure derrière le chandelier à trois branches, la source perpétuelle de la lumière.

La représentation de l'Etoile flamboyante est placée devant le chandelier à trois branches.

Sur le plateau de chaque Surveillant se trouvent des étoiles correspondant aux colonnes. On se sert de chandelles bleues.

La place et le biijou du Vénérable :

Le Vénérable prend séance à l'Orient.

Il porte une Equerre trois-quatre attachée à un collier bleu sur lequel est brodée une Etoile flamboyante.

Il porte le titre de Très Vénérable.

Le tablier de Maître Installé :

Le tablier de Maître Installé (c'est-à-dire de Vénérable élu ayant reçu l'installation secrète) est de peau blanche bordée de bleu de ciel. Il porte la lettre hébraïque ghimel entourée de deux branches d'acacia en sautoir et de trois lacs d'amour. De part et d'autre sont les deux colonnes.

Sur la bavette il y a l'Etoile flamboyante au centre de l1Equerre trois-quatre et du Compas ouvert à 90° entrecroisés en double équerre. Sous l'Equerre se trouve un arc de cercle gradué, A gauche est le Soleil et à droite la Lune entourée de sept étoiles (c'est-à-dire, lorsque le Maître est à l'Est, au Midi et au Nord).

Le Vénérable en chaire porte sur la bavette sous 1'Equerre et le Compas les lettres S. R.I. et dans le bas du tablier, suspendu la tête en bas aux branches d'acacia, un Maillet.

Les Passés Maîtres (Maîtres Installés sortis de charge) portent au même endroit les lettres Ad. et n'ont pas de maillet. Ils n'ont pas d'étoile sur leur collier et portent l'Equerre accompagnée de la 47e proposition.

La place et le biijou des Officiers dignitaires :

Les Officiers dignitaires sont dans l'ordre:

Le Premier Surveillant (au Sud-Ouest; le Niveau)

Le Deuxième Surveillnt (au Nord-Ouest; la Perpendiculaire)

L'Orateur (à la gauche du Vénérable, au Sud-Est ; le Livre de la Loi)

Le Secrétaire (à la droite du Vénérable, au Nord-Est ; deux plumes en sautoir)

Le Premier Expert (à la gauche du Premier Surveillant une jauge, une épée, et un oeil)

Le Trésorier (à la gauche de l'Orateur ; deux clefs en sautoir)

L'Hospitalier (à la droite du Secrétaire, une bourse)

Le Premier Maitre des Cérémonies (à la gauche du Trésorier, deux cannes en sautoir et une épée)

Le Deuxième Maitre des Cérémonies (à la droite de l'Hospitalier ; deux cannes en sautoir et une épée)

Le Deuxième Expert (à la droite du Deuxième Surveillant ; une jauge, une épée et un oeil )

Le Couvreur (devant la porte et vers le Deuxième Surveillant ; une épée).

Tous les bijoux sont en or, sauf ceux du Deuxième Expert et du Deuxième Maître des Cérémonies qui sont en argent.

Les voyants :

Ils portent les noms des trois colonnes Sagesse, Force, Beauté. Ils sont placés dans l'ordre sur l'autel et sur les plateaux des Premier et Deuxième Surveillants.

Sur l'autel, le voyant Sagesse est placé devant l'Etoile flamboyante

Les outils et le travail des Apprentis :

Ce sont le Maillet, le Ciseau et la Jauge. Ils servent aux Apprentis à dégrossir la Pierre brute, travail qui se nomme aussi épannelage.

Les applaudissements :

Ils se font avec les mains selon le rythme de la batterie : oo - o.

Pour une batterie ordinaire, après l'applaudissement on étend la main droite ouverte en avant et l'on dit Vivat.

La triple batterie est réservée aux Maîtres de Loge. Dans ce cas après la première batterie on dit : Vivat I Après la seconde : Vivat, vivat, Après la troisième : Vivat, vivat, semper vivat!

La batterie de deuil :

Elle se tire en frappant doucement les batteries de la main droite sur l'avant-bras gauche.

La batterie de deuil est toujours triple. Après la première batterie on dit: Gémissons; après la seconde: Gémissons, Gémissons; après la troisième : Gémissons, Gémissons mais Espérons.

On ne retourne aucun décor.

La batterie de deuil est toujours couverte par une batterie d'allégresse.

Le signe de consentement :

Etant assis, étendre la main et la laisser tomber sur le tablier. Ce signe est le même aux trois grades.

Les meubles:

Ce sont l'Evangile de Saint-Jean, le Compas et l'Equerre. Ils servent à prêter les Obligations. Le Compas est ouvert à 90° et lorsque l'Equerre et le Compas sont rassemblés, ils sont toujours entrecroisés aux trois grades, formant une double équerre. Les Maçons ne se servent que d'équerres trois-quatre.

Les entrées et sorties de la Loge d'Apprentis :

Lorsque l'entrée de la Loge est donnée après l'ouverture des travaux on fait les trois grands pas puis on salue du signe, dans l'ordre, le Vénérable, le Premier et le Deuxième Surveillants. On ne fait jamais un tour complet sur soi-même.

Pour sortir, on se place entre les colonnes. On salue du signe, dans l'ordre, le Vénérable, le Premier et le Deuxième Surveillants. On ne fait aucune marche.

Le nom de la Loge d'Apprentis :

La Loge n'est pas le Temple. On ne la désignera donc jamais par ce terme. On dira "La Loge est couverte", ou "Donnez l'entrée de la Loge".

Le tuilage :

Il doit s'effectuer de la façon suivante :

D. Comment se nomme le signe ?

R. Guttural.

D. Pourquoi ?

R. Parce qu'il rappelle le châtiment de mon Obligation.

D. A l'ordre mon Frère.

R. (On le fait).

D. Donnez-moi le signe.

R. (On le donne),

D. Que demande-t-il ?

R, La poignée de main ou attouchement.

D. Donnez-la-moi.

R. (On la donne).

D. Couvrez-la.

R. (On le fait).

D. Que demande la poignée de main ou attouchement ?

R. Un mot.

D. Comment l'appelez-vous ?

R. Le mot sacré.

D. Que signifie-t-il ?

R. En Lui la force. C'est le nom de la colonne d'airain qui était placée au Nord devant le Temple du Roi Salomon.

D. Donnez-moi ce mot.

R. Je ne puis qu'épeler. Donnez-moi la première lettre, je vous dirai la seconde.

D. B

R. 0

D. A

R. Z

D. BO

R. AZ

D. Passez Boaz.

L'exercice de table :

La main droite aux armes!

Haut les armes!

En joue!

Feu!

On boit un peu et on remet le canon vertical.

Bon feu !

On boit un peu plus et on remet le canon de même.

Triple feu !

On vide le canon.

Les armes au repos !

On porte le canon au-dessus de l'épaule droite à la hauteur de la gorge.

Présentez les armes !

On porte le canon horizontalement devant soi dans l'axe du visage le bras tendu.

Un ! On porte le canon au-dessus de l'épaule gauche.

Deux ! On le ramène en travers de la gorge jusqu'à l'épaule droite.

Trois ! On le porte en avant.

Un ! Au-dessus de l'épaule gauche.

Deux !En travers de la gorge jusqu'à l'épaule droite,

Trois ! En avant.

Un ! Au-dessus de l'épaule gauche.

Deux ! En travers de la gorge jusqu'à l'épaule droite,

Trois ! En avant.

Un temps.

Attention ! Un !

On baisse un peu le canon en le portant à gauche mais sans le poser.

Deux !

On le porte à droite mais sans le poser.

Trois !

On le pose très fort d'un seul coup sur la table.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens