Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 00:42

Ouverture de la Loge du Compagnon

D.·. Frère 1er Survts.·., à quelle heure se fait l'ouverture de la loge du Compagnon ?

R.·. Très Vénérable à midi plein.

D.·. Frère 2ème Survvts.·., de quel coté du temple était placée la colonne B.·. ?

R.·. Très Vénérable à droite à l'entrée du Temple.

D.·. Que veux dire ce B.·. ?

R.·. Booz qui est la colonne du Compagnon.

D.·. Frère 1er, que signifie Booz?

R.·. Très Vénérable, ma force est en Dieu

D.·. Quel doit être le soin du bon Maçon ?

R.·. De voir si la loge est couverte et si nous sommes en sûreté.

D.·. Vénérable 1er Survts.·., faites voir si nous sommes en sûreté et à l'abri des profanes.

Le 1er le dit au 2eme et le 2eme va voir et dit :

R.·. Frère 1er nous sommes en sûreté et la Loge est couverte.

Le 1er le dit au Maître et le Maître demande :

D.·. Frère 1er Survts\, quelle heure est il ?

R.·. Vénérable Maître midi plein.

Alors le Maître dit :

Puisqu'il est midi plein et que c'est à cette heure que se fait l'ouverture de la loge de compagnon faites moi passer parole, passe, signe et attouchement et leur signification par votre colonne et dites au frère 2éme Survts.·., qu'il en fasse de même par sa colonne.

Le 1er le dit au 2eme et ils le font passer ensemble ; le mot est Booz ; sa signification : ma force est en Dieu, la passe est Kibollete qui signifie : « épi de blé », le signe se fait en faisant l'équerre de la main droite sur le coeur les quatre doigts serrés, le pouce large ouvert, sa signification qu'il consent d'avoir le coeur arraché plutôt que de révéler son secret, l'attouchement se fait en pressant la jointure du médius et la presser deux fois trois coups comme le frappé du compagnon.

Lorsque le tout est parvenu juste au très Vénérable il dit :

Vénérable 1er Survts.·. avertissez le vénérable frère 2éme Survts.·., que les mots, passe, signes et attouchements m'étant parvenus justes, il nous reste à louer le seigneur de ce qu'il ne se trouve aucun profane, ni mauvais maçon parmi nous et que la loge du compagnon est ouverte par ses paroles et signes à l'ordinaire.

Le 1er le dit au 2eme, et le 2eme à tous les frères. Notez que lorsque le Maître et les Survts.·. disent ces paroles eux et tous les frères font le signe et puis on tend la main en avant puis on frappe deux fois trois dans les mains et on dit six fois Vivat. Le maître frappe de son maillet sur l'autel, les Survts le répètent sur le maillet et la Loge est ouverte.

Lorsque le Terrible a entendu frapper les derniers coups de maillet, il mène le Récipiendaire à la porte du Temple où il frappe deux fois trois qui est la marque du Compagnon et le deuxième Survts.·. ayant entendu frapper frappe sur le maillet du premier, le 1er sur le sien. Alors le 2eme dit :

Vénérable 1er Survts.·. on frappe à la porte du temple en Compagnon.

Le 1er le dit au Maître et le Maître dit :

Vénérable frère 1er, envoyez le Vénérable frère 2eme Survts.·. voir qui frappe à la porte du Temple et si c'est le récipiendaire qu'on lui demande son nom, son âge, son travail, s'il a été payé, où il l'a été, s'il est content et si ses maîtres sont contents de lui.

Le 1er répète ceci au 2eme Survts et le 2eme Survts va à la porte où il frappe en Compagnon. Le Terrible répond, il répète et ouvre en disant :

Que demandez-vous ?

Le Terrible répond :

C'est un Apprenti qui désire instamment de parvenir au grade de Compagnon.

Le 2eme Survts lui dit :

Donnez-moi son nom, son âge, son travail, où il a travaillé, s'il a été payé, s'il est content et si ses maîtres sont contents de lui.

Le Terrible répond :

Il se nomme Tubalkin, il a trois ans passés, il a travaillé du lundi au samedi soir à la Colonne I.·., il a reçu son salaire à la dite Colonne, il est content et il présume que ses maîtres sont contents de lui.

Le 2eme ferme brusquement la porte et revient frapper sur le maillet du 1er. Le 1er sur le sien. Le Maître sur l'autel et il fait le rapport du Terrible au 1er Survts et le 1er Survts le rend au Maître et le Maître dit :

Vénérable 1er Survts dites au Vénérable frère 2eme Survts qu'il introduise cet Apprenti selon les règles usitées.

Le 1er le dit au 2eme, le 2eme va a la porte du Temple où il frappe en Compagnon. Le Terrible répond, il répète et ouvre en disant où est ce téméraire Apprenti qui ose demander le grade de Compagnon. Le Terrible le lui livre en disant :

Le voila, faites-en ce que vous en voudrez.

Le second le saisit brusquement en disant :

Il est en bonnes mains et nous allonds voir.

Lors il lui dit :

Prenez ce fer mon frère

Et il lui fait poser la pointe de son épée sur le cœur puis il le mène à l'Occident entre lui et le 1er Survts. Alors, il frappe sur le maillet du premier, le premier sur le sien ; le maître sur l'autel. Alors, le 2eme Survts dit :

Vénérable frère 1er Survts cet Apprenti est introduit.

Le 1er Survts le dit au Maître. Le Maître dit :

Comment mes frères vous osez introduire un Apprenti dans notre Temple, qui de vous me répondra de son zèle ? A peine le connaissons-nous, il y va de votre tête et de la sienne s'il n'a point assez de zèle pour surmonter les obstacles qui vont lui être présentés.

Alors le parrain dit :

Très Vénérable, nous sommes à trois ici qui pouvons répondre de ses bonnes moeurs et de sa conduite et tous les frères peuvent répondre de son zèle par celui qu'il a témoigné dans sa réception d'apprenti.

Alors le Maître dit :

Puisqu'il en est ainsi, Vénérable frère 1er Survts, faites commencer le 1er voyage du frère.

Alors le 1er Survts lui fait mettre la pointe de l'épée sur le cœur et lui fait faire trois tours de Loge en commençant par le Midi. Les trois tours finis, il frappe sur le maillet du 2eme et le 2eme sur le sien. Le Maître sur l'autel. Puis il dit :

Très Vénérable Maître, le frère a fait les premiers voyages.

Alors le Maître lui dit :

Mon frère, ce que vous avez passé jusqu'ici sont des petites épreuves en comparaison de ce qu'il vous reste à passer. Il est encore temps de vous dédire ; voyez si vous persistez dans la résolution d'être admis au grade de Compagnon.

Le Récipiendaire ayant répondu que oui, le Maître dit :

1er Survts, faites finir les voyages de ce frère. Que l'Occident, le Midi, l'Orient et le Nord soient témoins qu'il n'y a point de notre faute s'il tombe en quelque danger et qu'il a eu le temps de la réflexion.

Alors le 1er lui fait faire encore trois tours de la même façon que les trois précédents. Ces trois tours finis, arrivé à l'Occident, le 1er frappe sur le maillet du second, le second sur le sien, le Maître sur l'autel. Alors, le premier Survts dit :

Très Vénérable, les voyages de ce frère sont finis.

Le Maître dit alors au Récipiendaire :

Mon frère voici le moment critique et peut être le seul où nous puissions avoir de la clémence. Persistez-vous toujours à dire que c'est le zèle qui vous induit à demander le grade de Compagnon ?

Le Récipiendaire répond :

Oui, Très Vénérable.

Alors le Grand Maître dit :

Frère 1er Survts, faites-le parvenir au pied du trône de la Vérité et de la Justice en lui faisant monter les sept degrés du Temple puis passer au Nord par le pas d'Apprenti ; puis au midi, au Nord et à l'Orient par le pas de Compagnon.

Alors le 1er Survts remet son épée dans le fourreau et lui montre comment il faut qu'il fasse pour monter les sept degrés et pour faire sa marche d'Apprenti et de Compagnon. Etant arrivé à l'orient, il se met à genoux sur le compas comme l'Apprenti, met la main sur la Bible et prête l'obligation :

Moi, un tel, je promets et je promets ma parole d'honneur et de frère de ne jamais révéler les secrets des Compagnons aux Apprentis, encore moins aux profanes ni de les tracer ni écrire sur papier, marbre, pierre, airain, ardoise ni autre chose mobile. Au cas d'infraction, je consens à être déshonoré et de passer pour infâme. Que mon corps soit percé de toutes les épées de mes frères, mon cœur arraché et mon corps demeure sans sépulture. Ainsi soit-il.

Alors, le Grand Maître dit :

Pouvez-vous dire, mon frère, que ce soir, sincèrement, que vous nous avez prêté cette obligation, prenez garde, nous lisons ici au fond des cœurs, si vous nous en imposez vous êtes perdu vous et les trois frères qui sont ici votre caution.

Alors les trois frères se retirent en arrière. Le Récipiendaire ayant répondu que c'est sincérité et zèle

le Maître dit :

Puisque c'est avec sincérité que vous dites que c'est le zèle qui vous fait demander le grade de Compagnon, il faut que vous nous ratifiez de votre sang en signant l'engagement et l'obligation que vous nous avez prêtés. Frère Terrible, apportez un verre.

Il met la pointe du compas à chaire nue sur le cœur du candidat. Le Terrible apporte un verre teint de sang en dedans. Le Maître dit :

Ce verre n'est point propre, il y a encore du sang du dernier frère que nous avons reçu mais n'importe, il servira.

Alors, il prend le marteau faisant semblant de vouloir frapper sur la tête du compas dont la pointe est sur le cœur du Récipiendaire. Il dit trois fois :

Consentez-vous mon frère que l'on vous en tire du cœur car il nous faut du plus pur ?

Le Récipiendaire ayant répondu que oui, il fait semblant de lui poser directement la pointe du compas sur le cœur et dit :

Vous y consentez ?

Il doit répondre oui, alors le Maître frappe doucement trois petits coups en disant Force, Sagesse et Beauté. Le verre se trouve sous la pointe du compas quoiqu'il ne doive point sortir du sang puisque ce n'est que pour intimider le Récipiendaire. Cette cérémonie finie, le Maître le fait lever et lui mets le tablier en lui disant :

Je vous décore mon frère de ce tablier que les plus grands potentats se sont faits un honneur de venir s'en décorer parmi nous, quittant toutes les splendeurs du trône pour venir prendre le titre de frère et je vous constitue Compagnon Maçon.

Il frappe deux fois trois coups sur son épée. S'il est Rose Croix, la pose au dessus de la tête, mais s'il n'est point Rose Croix, il frappe sur ses épaules, trois à chaque épaule puis il l'embrase. S'il est Rose Croix, il lui fait baiser son gant puis il lui dit de s'aller faire reconnaître à tous les frères. Ce qu'il fait comme ci-devant.

Les deux Loges se ferment avec les mêmes cérémonies qu'elles s'ouvrent, à la réserve que pour la fermer, le premier Survts répond quand le Maître demande l'heure qu'il est pour la fermer, il répond qu'il est minuit plein.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens