Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 00:31
Règles fondamentales de la franche Maçonnerie

 Comme l'ordre de la franche maçonnerie ne fut établi qu'en vue de rendre les hommes plus vertueux et de les unir par les liens de la plus parfaite amitié, ses sages instituteurs recueillirent ce qu'il y avait de plus épuré dans la morale pour se former des lois et des règles qu'ils nous ont transmises et auxquelles tous les initiés dans cette confrérie sont obligés de se conformer. Ces lois regardent nos devoirs premièrement envers le Grand Architecte de l'Univers qui de sa parole créa toutes choses. Deuxièmement envers le Souverain, les magistrats et généralement ceux que Dieu a destiné pour nous gouverner ici bas. Troisièmement envers le prochain c'est à dire envers toute créature humaine qui pétrie du même limon et animée du même esprit primitif mérite les même égards que nous demandons d'elle.

Nos devoirs envers Dieu sont de Lui témoigner une humble reconnaissance de ses bienfaits en Lui rendant un hommage qui n'est du qu'à Lui seul et s'appliquant à connaître et exécuter Sa saine volonté.

C'est un grand crime parmi les maçons de n'être pas un citoyen paisible, obéissant et soumis aux ordres qui nous viennent de la part du Souverain ou des magistrats ou d'autres personnes préposées.

La troisième de nos règles fondamentales c'est d'être non seulement charitables envers le prochain mais encore d'agir avec lui d'une manière civile et polie et de lui ôter tout sujet de scandale. En menant une vie honnête réglée et conforme à la bonne morale, ne jamais faire sentir la supériorité que nous avons sur les autres et savoir faire la distinction de l'hypocrite toujours fourbe d'avec le maçon, plaindre le premier mais cacher ses défauts voila ce qui s'appelle le vrai maçon.

 Il est de nécessité dans les loges régulières d'avoir des caveaux pour faire voyager le récipiendaire les yeux bandés avant de l'introduire en Loge pour y venir subir les arcanes et faire les voyages requis pour cette réception qui se fait comme il est démontré à la page suivante.

 Il y a des Loges où on se sert pour éprouver le zèle du candidat d'une planche remplie de clous de l'on nomme «clous de picart». On lui fait tâter ces clous en lui disant qu'il monte sur une chaise et qu'il faut qu'il saute dessus les pointes de ces clous sans soulier et pendant qu'il monte sur la chaise, on substitue une autre planche avec des clous de cire noire imitant les vrais clous qu'on lui a fait toucher.

L'Apprenti-Maçon premier grade de l'ordre, façon d'ouvrir cette loge et la réception véritable de ce grade.·.

 Après s'être assuré des bonnes mœurs et conduite du récipiendaire par une exacte perquisition que trois frères dénommés à ce sujet sont obligés de faire et qu'ils ont assuré que celui que l'on a proposé est digne que l'on l'admette dans l'ordre, on fait passer les deux autres scrutins et les voix rassemblées se trouvent supérieures pour qu'il soit admis dans l'ordre. Le proposé doit compter les luisants taxés par la loge pour sa réception, en suite de quoi le Grand Maître et tous les frères, se trouvent à la Loge et s'assemblent comme suit :

Le Grand Maître à l'orient et les Survts.·. à l'occident ; les Maîtres de droite et de gauche, les Compagnons au midi, les Apprentis au nord.

La loge assemblée de cette façon, le Maître que l'on nomme Très Vénérable frappe un coup de maillet que les Survts.·. répètent. Puis le Maître dit ce qui suit.

 Ouverture de la Loge

 D.·. Premier Survts.·. je demande le silence pour l'ouverture de la Loge d'apprenti.

R.·. Le 1 er Survts.·. dit Frère 2 ème Survts.·. le Vénérable vous prie d'avertir les Frères qui composent cette vénérable Loge qu'il demande le silence pour faire l'ouverture de la Loge. Le deuxième Survts.·. dit : «Mes Frères le Très Vénérable Maître vous prie d'observer le silence pour l'ouverture de la Loge d'Apprenti.»

 Alors le Maître fait les questions suivantes :

D.·. Vénérable 1er Survts.·. qu'est ce qui vous a surpris le plus lors de votre entrée dans le Temple ?

R.·. Très Vénérable, deux grandes Colonnes.

D.·. Vénérable 2ème Survts.·., comment nomme-t-on les deux Colonnes qui ont frappé le Vénérable Frère 1er Survts.·.?

R.·. Très Vénérable, elles se nomment la colonne I.·. et celle B.·.

D.·. Vénérable Frère 1er Survts.·. de quelle utilité étaient ces deux colonnes ?

R.·. Très Vénérable, la colonne I.·. servait pour assembler les apprentis qui moyennant un mot, une passe et un signe y venaient pour recevoir le salaire de leurs travaux et déposer leurs outils, et la colonne B.·. servait pour assembler les compagnons qui aussi moyennant un mot, une passe, un signe et attouchement y venaient déposer leurs outils et recevoir le salaire de leurs travaux.

D.·. Vénérable Frère 2ème Survts.·. que signifie la lettre I.·. qui se trouve sur la colonne de l'apprenti ?

R.·. Très Vénérable, elle veut dire Jakin.

D.·. Vénérable Frère 1er Survts.·., que signifie la lettre B.·. qui se trouve sur la colonne des compagnons ?

R.·. Très Vénérable, elle signifie Booz.

D.·. Vénérable Frère 2ème Survts.·., que doit savoir un maçon ?

R.·. Très Vénérable, obéir, travailler et se taire.

D.·.Vénérable 1er Survts.·. à quelle heure se fait l'ouverture de la loge d'apprenti maçon ?

R.·. Très Vénérable, à Midi plein.

D.·. Vénérable 2ème Surveillant, quelle heure est il ?

R.·. Très Vénérable, il est midi plein.

D.·. Puisqu'il est midi plein et que c'est à cette heure que se fait l'ouverture de la loge d'apprentis et que commencent nos travaux, Vénérable Frère 1er Survts.·., dites au Vénérable Frère 2ème Survts.·. qu'il me fasse passer par sa colonne, le mot, la passe, le signe et l'attouchement et leurs significations et vous mes Frères passez la même chose par votre Colonne afin de nous assurer que nous sommes ici tous Frères.

Le premier le dit au deuxième et ils les font passer ensemble chacun par sa colonne. Le mot est Jakin et s'épelle lettre à lettre ; sa signification est « ma force en lui ». La passe Tubalkin ; sa signification est le fils de Lamek, le premier qui inventa l'usage des métaux. Le signe se fait en portant la main droite en équerre au col et la tirer en ligne directe jusqu'à l'épaule droite puis la laisser tomber ; la signification du signe est que l'on a consenti d'avoir la gorge coupée plutôt que de révéler le secret de l'apprenti maçon. L'attouchement se fait en prenant la main droite de celui que vous attaquez appuyant le pouce sur l'index et le pressant trois petits coups comme les Maçons frappent

Le tout étant parvenu juste au maître, il dit :

Vénérable Frère 1er Survts.·. le mot, passe, signe et attouchement m'étant parvenus juste, il nous reste à louer le Seigneur de ce qu'il ne se trouve point de profane parmi nous pour troubler nos travaux. En conséquence avertissez le Frère Vénérable 2ème Surv.·. qu'il avertisse les maîtres, compagnons et apprentis qui composent cette vénérable Loge que la Loge de l'apprenti maçon est ouverte.

Il fait le signe en le disant, toute la loge le fait aussi.

Le 1er le dit au 2ème en faisant le signe avec toute la loge. Le 2ème le dit à tous les Frères en faisant le signe tous ensemble.

Alors le Vénérable frappe trois coups de son maillet. Les Survts.·. les répètent l'un après l'autre et la Loge est ouverte.

ensuite de quoi le maître dit :

Vénérable frère 1 er Survts.·. pourquoi nous sommes nous assemblés ?

Il répond :

Très Vénérable pour la réception d'un profane qui demande d'être initié dans nos sacrés mystères.

Le Grand Maître dit :

Mes frères personne ne s'oppose-t-il point à cette réception et lui connaît-on toutes les qualités requises pour l'admettre parmi nous ?

 Alors tous les frères tendent la main droite en avant sur la loge, ce qui signifie qu'ils applaudissent aux choix, puis le Maître et tous les frères frappent trois fois dans leur mains et disent trois fois vivat, puis ils restent dans un profond silence.·.

Et le Vénérable dit :

Vénérable Frère 1er Survts.·. envoyez le frère terrible pour apprêter le récipiendaire.

Le 1er dit au 2eme Survts.·. qu'il envoie le Terrible pour apprêter le récipiendaire et que lorsqu'il l'aura apprêté, il le conduise à la porte du temple pour qu'il soit introduit. Le Terrible sort de la loge et va trouver le récipiendaire en lui disant :

Monsieur, c'est donc vous qui vouliez apprendre les secrets des maçons et être admis parmi eux.

Lorsqu'il a répondu, il lui dit :

Armez vous de patience et de courage !

Puis il lui fait quitter tous les métaux comme argent, boucles, agrafes, boutons de manche, habit, puis il lui fait mettre le bras droit nu, et il lui bande les yeux et lui met le soulier gauche en pantoufle et le genoux droit découvert.

En cet état, il le conduit à la porte de la Loge en lui disant :

Monsieur c'est ici qu'il faut montrer de la fermeté et ne vous étonner de rien.

Puis le Terrible frappe trois coups à la porte ce qui est le frapper de l'apprenti. Le 2 eme Survts.·. ayant entendu frapper, frappe sur le maillet du 1er et le 1er sur le sien, le maître sur l'autel, alors le 2 eme Survts.·. dit au 1 er :

Vénérable frère 1er Survts.·., on frappe à la porte du temple en apprenti

et le 1er dit :

Vénérable Maître on frappe en apprenti à la porte du temple.

alors le maître dit :

Vénérable frère 1er Survts.·., envoyez voir qui frappe à la porte du temple par le vénérable frère 2eme Survts.·.

Le 1 er le dit au second et le second va à la porte où il frappe en apprenti. Le Terrible répond, le 2eme répète et ouvre en disant d'une voix grosse et contrefaite :

Que demandez vous?

Le terrible répond :

C'est un profane qui demande d'être reçu maçon.

Le 2ème Survts.·. ferme brusquement la porte et revient frapper sur le maillet du 1 er et le premier sur le sien, le Maître sur l'autel alors le 2ème Survts.·. dit au premier :

Vénérable frère premier Survts.·. c'est un profane qui demande d'être initié dans nos sacrés mystères et de voir la Lumière.

Le premier dit au Maître et le Maître dit:

Vénérable frère 1er Survts.·., envoyez le Vénérable frère 2ème Suvts.·., lui demander son nom, son âge, sa qualité et sa religion et si ce n'est point par esprit de curiosité qu'il demande d'être initié parmi nous.

Le 1er le dit au deuxième et le 2eme va à la porte du temple où il frappe en apprenti. Le terrible répond.

Le 2ème répète et il ouvre en disant :

Donnez moi le nom l'âge, la qualité et la religion de ce profane et qu'il dise si ce n'est point par esprit de curiosité qu'il demande d'être maçon.

Le terrible répond :

Il se nomme ...... il est âgé de ...... catholique apostolique et romain ou non et c'est le zèle et non la curiosité qui le mène.

Le 2ème Survts.·. ferme brusquement la porte et revient faire son rapport au premier et le premier le rend au Maître et le Maître demande si personne ne s'oppose à la réception de ce profane, tous les frères tendent la main en avant en forme de consentement puis le Maître dit :

Frère premier Survts.·., dites au Frère deuxième qu'il introduise ce profane.

Le premier le dit au second et le second va à la porte du temple où il frappe en apprenti. Le terrible répond. Le deuxième répète et ouvre en disant :

Où est-il qu'on me le livre.

Le terrible le pousse sur le 2ème Survts.·. en disant :

Le voilà, je vous l'abandonne.

Le deuxième Survts.·. le saisit en disant brusquement :

J'en réponds.

Puis il lui met la pointe de l'épée sur le c¦ur la lui faisant tenir avec l'index et le pouce puis il le conduit droit à l'occident.

Il faut remarquer que lorsqu'il entre on doit faire un bruit épouvantable avec des reneittes au vent, des vessies avec des pois dedans, d'autres avec leurs épées ; on fait aussi suivre le récipiendaire d'une flamme faite avec de la résine pillée et l'on fait rouler un gros boulet pour imiter le tonnerre.

Lorsque le récipiendaire est arrivé à l'occident entre les deux surveillants tout le bruit cesse et le grand maître et tous les frères lèvent les deux mains en l'air et les laissent tomber avec fureur sur leurs tabliers puis le 2eme Survts.·. frappe sur le maillet du premier, le 1er Survts.·. sur le sien, le Maître sur l'autel.

 et le 2ème Suvrts dit :

Vénérable Frère 1er Surveillant, le profane est introduit.

Le 1er dit :

Très Vénérable Maître, le profane est introduit.

alors le Maître dit :

comment mes frères vous osez introduire un profane dans ce lieux Sacré, qui de vous autres me répondra que c'est le zèle et non la curiosité qui l'a induit à vouloir s'introduire parmi nous pour être initié dans nos secrets.

Alors le parrain répond

Moi, très vénérable, je réponds de la pureté des sentiments de ce profane et d'ailleurs les épreuves qu'il doit passer doivent répondre de son zèle et de sa probité.

Alors le grand maître dit :

Vénérable frère 1er surv.·. faite commencer les voyages de ce profane selon les règles usitées parmi les bons maçons.

Alors le 1er Surveillant, le saisit et lui fait prendre la pointe de son épée et lui fait tenir sous la mamelle droite puis lui fait faire un tour de loge en commençant par le septentrion.

Pendant qu'il fait ce tour les mêmes bruits qu'à son entrée recommencent. Le tour finit le 1 er surv.·. frappe sur le Maillet du 2 me et le deuxième sur le sien, le Maître sur l'autel. Le 1er dit :

Très Vénérable maître le voyage du profane par le nord est fini.

Alors le Maître lui dit :

Monsieur ce que vous avez passé jusqu'ici n'est qu'un échantillon des épreuves qu'il faut que vous passiez, voyez si vous vous sentez assez de force et de courage pour continuer le 2eme.

Alors le 1er lui remet la pointe de l'épée sur le coeur et le fait voyager un tour par le midi, alors les feux et les bruits recommencent et, le tour fini, le 1er refrappe sur le maillet du second et le second sur le sien, le maître sur l'autel.

Le 1er Survts.·. dit :

Très Vénérable Maître le 2eme voyage du profane est fini.

Alors le maître dit :

 Monsieur ce que vous avez passé jusqu'à cette heure n'est rien en comparaison des épreuves qu'il vous reste à souffrir, voyez si vous voulez poursuivre et s'il vous reste assez de force et de courage pour les surmonter.

Le récipiendaire ayant répondu qu'il est prêt à tout pour faire connaître son zèle, le grand maître dit :

Frère 1er Surveillant, faites continuer les voyages de ce profane.

Le 1er les fait continuer dans la même forme que les précédants.

Le troisième voyage finit le 1er refrappe sur le maillet du 2 eme et le 2 eme sur le sien, le maître sur l'autel. Le 1er dit :

très vénérable maître les voyages du profane sont finis.

Alors le maître dit :

c'est ici monsieur que vous devez vous armer de force et de patience pour essuyer les épreuves que nous exigeons. Vous consentez donc à tout ce que nous allons exiger de vous.

Le récipiendaire ayant répondu que oui, le grand maître demande :

le fer est il chaud ?

Le 1er Surveillant répond : oui très vénérable.

Alors le maître dit :

monsieur comme il faut que tout bon maçon soit marqué du sceau de Salomon sur la partie de votre corps, voulez-vous que l'on vous l'applique ordinairement c'est sur l'épaule.

Pendant ce petit discours, on lui fait sentir la chaleur près de l'épaule avec une pelle rougie. Lorsque le récipiendaire à répondu que l'on le pose selon la coutume, on lui pose sur la partie échauffée un morceau de glace ; alors le Grand Maître dit :

Frère 1er Surveillant, faites parvenir monsieur auprès du trône de la vérité et de la justice.

Le 1er Surveillant, le mène par trois pas auprès du maître, le faisant mettre à genoux, le genou droit sur le compas, du gauche formant l'équerre, la main droite sur la bible, alors le grand maître lui dit :

Monsieur, suivez exactement ce que je vais vous dicter et d'une parole intelligible, pour prêter l'obligation qui va vous lier aux maçons.

Alors il lui fait prêter le serment.

Formule d'obligation

Je m'engage, foi d'homme d'honneur, de garder les secrets des maçons et de la maçonnerie vis à vis des profanes de ne jamais révéler ce qui va m'être confié devant cette honorable compagnie. Au cas d'infraction, je consens d'être déshonoré, d'avoir la gorge coupée et que ma mémoire soit en horreur à tous les honnêtes gens.. Ainsi-soit-il.

 Alors le maître lui dit :

Levez vous.

Il se lève et le maître lui dit :

Monsieur nous lisons au fond des c¦urs, dite vraie est-il sincère votre engagement avec nous et n'est ce point par esprit de curiosité, est ce le pur zèle qui vous a porté et induit à vous faire maçon ?

le récipiendaire répond :

Non monsieur, c'est le zèle.

alors le maître dit :

Que l'on le fasse voyager hors du temple sacré il nous en impose

Le 1er et le 2eme surveillants l'enlèvent et le transportent debout à l'occident. Etant là un grand bruit recommence, puis tous les frères lèvent les deux bras en l'air et les laissent retomber sur leur tablier, alors on observe pendant un petit temps un grand silence que le vénérable interrompt en disant :

Que l'on lui fasse voir la Lumière, il y a assez longtemps qu'il en est privé.

Toute la loge met l'épée à la main, la pointe tendue vers le récipiendaire et on lui fait voir clair. Lors le maître lui dit :

toutes les épées que vous voyez, monsieur, sont pour vous percer le coeur au cas que vous soyez assez lâche pour révéler nos secrets, mais aussi elles sont pour votre défense si vous êtes maçon discret.

Il frappe un coup de marteau, on remet les épées dans le fourreau et le maître dit :

Faites parvenir monsieur par les trois pas d'apprenti jusque au trône

Le 1er Surveillant lui fait faire la marche d'apprenti en le menant auprès du maître qui le constitue apprenti ; s'il est rose-croix, le récipiendaire est à genoux et il le constitue en frappant trois coups sur son épée. S'il n'est pas rose-croix, le récipiendaire est debout, et il le constitue sur l'épaule gauche. Puis il lui donne le mot Jakin et lui dit qu'il s'épelle lettre à lettre ; alors il lui donne la passe Tubalcaïn, la signification est le fils de Lameque le premier qui inventa l'usage des métaux et celle de Jakin est ma force est en lui. Alors il lui donne les gants d'homme et lui dit :

Je vous donne ces gants pour travailler avec nous, leur blancheur est allégorique à la candeur et pureté de tout bon maçon et que la noirceur du moindre vice ne doit jamais habiter parmi nous ;

Voici aussi des gants de femme que je vous donne pour que vous en fassiez présent à celle que vous estimez le plus et à la plus vertueuse ; quoique ce sexe enchanteur croie que nous les mésestimions, nous ne lassons point de les aimer avec décence mais point assez pour leurs révéler des mystères qu'elles ne sauraient s'empêcher de divulguer ; allez mon cher frère vous faire reconnaître et je souhaite que par les suites vous puissiez devenir un illustre protecteur de notre Art Royal.

Alors il va se faire reconnaître en commençant par le 1er et le 2ème Surveillants, puis ensuite des frères en grade et lorsqu'il  s'est fait reconnaître par tous les frères il revient entre le 1er et le 2ème Surveillants ou ayant resté un certain temps, le maître le regarde et dit :

Frère 1er Surveillant que demande encore ce nouveau maçon.

Le 1er Survts.·. répond :

Très Vénérable, il demande la grâce de parvenir au grade de Compagnon.

Le Vénérable lui répond :

Comment, mon Frère, vous voudriez que pour lui nous passions au dessus de nos règles et statuts qui nous défendent de communiquer le grade de Compagnon avant qu'il n'ait fait trois années d'apprentissage et que nous ne soyons bien sûr de sa probité et de sa discrétion. Par où me ferez-vous voir qu'il ait mérité cette grâce.

Le 1er Survts.·. répond.·. :

Très Vénérable, je réponds de la probité de ce Frère. Quand à sa discrétion, les épreuves qu'il doit passer dans le grade de Compagnon doivent nous en répondre et le zèle qu'il a témoigné pour être reçu maçon et sa patience dans ses voyages méritent une petite récompense et que l'on ait égard vis à vis de lui.

Le Vénérable dit :

Puisque vous répondez si hardiment de ce frère à votre considération nous allons procéder à la réception de Compagnon pour ce frère. Frère 1er Survts.·. faites-le sortir et qu'il s'habille sans cependant mettre de col ni faire tenir le col de sa chemise.

Alors, le 1er le dit au second et le second au Frère Terrible. Le Frère Terrible le prend et le mène à la chambre obscure. Lorsqu'il est dehors, le Maître dit :

Mes Frères, personne ne s'oppose-t-il à la Réception de cet Apprenti pour le Compagnonnage.

Tous les Frères tendent la main en avant ce qui fait voir le consentement puis on frappe trois fois dans les mains et on dit trois vivat vivat vivat.

Alors le Maître dit :

1er Survts.·. faites observer le silence.

 Le 1er le dit au 2eme et le 2eme à tous les Frères.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens