Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 23:14

OUVERTURE.

Le Vénérable frappe un coup, qui est répété par les Surveillants, & dit ;

FRERES premier & second Surveillants engagez les FF. de vos Colonnes, à se tenir à l'ordre, pour m'aider à ouvrir la Loge de Compagnon.

Les Surveillants exécutent l'ordre. Ensuite le Vénérable dit ;

D. F. 1.er, quel est le premier foin d'un Surveillant ?

R. C'est de s'assurer si la Loge est couverte & si tous les FF., présents, sont Compagnons.

Le Vénérable dit:

Assurez-vous-en, mon F.

Le premier Surveillant, après s'en être assuré , en rend compte au Vénérable, qui fait les questions suivantes aux Surveillants. ,

D. Que venez-vous faire ici ?

R. Recevoir vos ordres & profiter de vos lumières.

D. Pourquoi nous rassemblons-nous?

R. Pour nous instruire dans l'art royal, en nous livrant à l'étude des sciences qu'il exige.

D. Quel âge avez-vous ?

R. Cinq ans.

D. A quelle heure se fait l'ouverture de la Loge de Compagnon?

R. A Midi.

D. Quelle heure est-il ?

R. Midi.

Le Vénérable dit :

Puisqu’il est Midi, & que c'est a cette heure que commencent les Travaux de Compagnon, FF. premier & second Surveillants, avertirez que je vais ouvrir la Loge de Compagnon à la manière accoutumée.

Les Surveillants répètent l'annonce.

Le Vénérable frappe cinq coups de maillet, les deux premiers précipités & trois lents, qui sont répétés par les Surveillants, après quoi il se lève ainsi que tous les FF. & dit:

A moi, mes FF.'. ?

Tous les Frères guidés par le Vénérable font le signe , puis l’applaudissement par cinq , répété trois fois. Ensuite le Vénérable dit :

FF. premier & second Surveillants f annoncez que les Travaux sont ouverts.

L’annonce finie, le Vénérable frappe Un coup de maillet, qui est répété par les Surveillants & tous les FF. reprennent leur place.

Le Vénérable fait faire la lecture du Procès-verbal des Travaux de l’assemblée précédente, & s'il est trouvé conforme à l'esquisse remise à l'Orateur, & qu’il n'y ait point d'observations, on y donne la sanction.

Nota. Ici les Visiteurs sont introduits comme à l'Apprenti.

 RECEPTION.

Le Vénérable dit ;

F. Expert allez préparer le Candidat t & amenez-le à la porte du Temple, où vous frapperez en Apprenti ?

F. premier Surveillant faites donner la sortie du Temple au F. Expert.

Le premier Surveillant le dit au second, & celui-ci au F. Couvreur qui exécute l’ordre.

Des que le F. Expert a préparé le Candidat, il l'amène à la porte du Temple, où il frappe en Apprenti. Le F. Couvreur en fait l'annonce au second Surveillant qui frappe un coup de maillet y & la fait de même au premier Surveillant, & celui-ci au Vénérable ; Le Vénérable frappe un coup de maillet, & dit :

Faites voir qui frappe ?

Cet ordre parvient au F. Couvrent par le premier Surveillant qui frappe un coup de maillet, & le rend au second, & celui-ci au Couvreur.

Le F. Couvreur entre ouvre la porte, & demande qui frappe ?

Le F.'. Expert répond, C’est un Apprenti qui demande a être admis au Grade de Compagnon.

Le F. Couvreur ferme la porte, & fait parvenir cette réponse au Vénérable, comme ci-dessus.

Le Vénérable dit :

F. premier Surveillant faites-lui demander son nom , fon âge, son travail , s'il a été payé, où il l’a été, s'il est content de ses Maîtres, & s'il présume qu'ils le sont de lui?

L'annonce faite par la voie des Surveillants, le F. Expert répond au F . Couvreur qui a entr'ouvert la porte :

Il se nomme Tubalcain, il a trois ans passés, il a travaillé du Lundi au Samedi soir a la Colonne J. où il a reçu son salaire ; il est content de ses Maîtres & il présume qu'ils le sont de lui.

Le F. Couvreur referme la porte, & fait parvenir cette réponse au Vénérable à la maniere accoutumée.

Le Vénérable dit;

Mes FF. consentez-vous que l'entrée du Temple soit accordée au Candidat ?

Tous les FF. font le signe d'acquiescement en étendant la main sur le Tableau.

Le Vénérable dit :

F. premier Surveillant faites donner l'entrée du Temple au Candidat.

Les Surveillants exécutent l’ordre.

Dès que la porte du Temple est ouverte, le Me. des Cérémonies dit:

Ou est ce téméraire Apprenti qui ose demander le Grade de Comp.

Le F. Expert l'introduit, en disant:

Le voilà, je vous le livre, faites- en ce qu'il vous plaira.

Le Me.des Cérémonies s'en saisit, en disant :

Il est en bonnes mains.

Il lui met la pointe du glaive fur le cœur, qu'il lui fait tenir du pouce & de l’index, & le place entre les deux Surveillants à l'ordre d'Apprenti.

Les Surveillants annoncent que le Candidat est introduit.

Le Vénérable dit:

Comment osez-vous , mes FF., introduire un Apprenti dans ce Temple ? Qui de vous me répondra de son zèle, à peine le connaissons-nous ?

Le Parain après avoir obtenu la parole dit :

Vénérable nous sommes ici trois qui pouvons répondre de lui.

Le Vénérable dit :

Prenez-y bien garde , mon F. , il y va de votre tête & de la sienne , s'il n'a point assez de zèle pour surmonter les obstacles qui vont lui être présentés.

Le Parain répond:

La fermeté que ce F. a montrée dans sa Réception d'Apprenti, sa bonne conduite & le zèle dont il n'a cessé de donner des preuves depuis, me sont un sur garant qu'il surmontera facilement tous les obstacles qui lui seront présentés.

Le Vénérable s'adressant au Candidat, dit :

Quel motif vous engage à solliciter le Grade de Compagnon ?

Sur la réponse du Candidat, le Vénérable lui fait différentes questions analogues, & s'assure s'il a des connaissances suffisantes du grade d'Apprenti; ensuite il dit:

Êtes-vous bien déterminé à passer au Grade de Compagnon.

Sur la réponse du Candidat, le Vénérable dit :

F. Expert, faites commencer les voyages au Candidat, afin que le Midi, l’Orient, le Nord & l'Occident soient témoins qu'il n'y a point de notre faute si cet Apprenti tombe en quelque danger, puisqu'il a eu le temps de la réflexion.

Le glaive sur le cœur, le F. Expert lui fait faire le tour de la Loge en commençant par le Midi.

De retour à l'Occident, les Surveillants annoncent que le Candidat a fait le premier voyage.

Le Vénérable ordonne qu'on le fasse voyager quatre autres fois, & à chaque voyage, il lui fait différentes questions tant sur la discrétion que sur les motifs qui le portent a demander le Grade de Compagnon.

Le cinquième voyage fini, le Vénérable dit au Candidat:

Mon F. voici le moment critique & peut-être le seul où nous puissions user de clémence , persistez - vous toujours à dire que c'est le zèle qui vous porte à demander à être reçu Compagnon.

Sur la réponse du Candidat, le Vénérable dit :

F. Me. des Cérémonies, faites parvenir le Candidat au pied du Trône de la vérité & de la justice, en lui faisant monter les cinq degrés du Temple , puis passer au Nord par les pas d'Apprenti, delà au Midi, au Nord & à l'Orient, par ceux de Compagnon.

Le Me. des Cérémonies prend le Récipiendaire par la main, & le conduit comme ci-dessus jusqu'au Trône, ou il le fait mettre à genoux.

Le Vénérable présente au Candidat la Bible, sur laquelle il doit mettre la main droite , ensuite il lui fait prêter l'obligation suivante.

Nota. Tous les FF. doivent être debout & à l'ordre pendant que le Candidat prête son obligation.

OBLIGATION.

Je promets & m'engage sur ma parole d'honneur & de F., de ne jamais révéler les Secrets qui vont m'être confiés, à aucun Apprenti , encore moins aux Profanes, de ne jamais les écrire, ni les tracer sur aucunes choses mobiles ou immobiles ; & en cas d'infraction, je consens que mon cœur soit arraché , & que mon corps demeure sans sépulture. Que le G. A.' de l'U. me soit en aide !

Le Vénérable lui fait baiser la Bible, & lui dit :

Pouvez-vous assurer, mon F., que l'obligation que vous venez de prêter soit sincère ; prenez garde ! nous lisons au fond des cœurs , & si vous nous en imposiez , vous seriez perdu , ainsi que les trois FF. qui ont répondu de vous.

Sur la réponse du Candidat, le Vénérable dit :

Puisque vous nous assurez que votre obligation est sincère & que le zèle seul vous

guide, il faut la ratifier de votre sang.

F. Expert apportez un verre.

Le F. Expert apporte un verre teint de sang ; alors le Vénérable dit :

Ce verre est encore teint du sang du dernier F. que nous avons reçu, mais n'importe, il servira.

Le Vénérable met la pointe d'un compas sur le cœur du Récipiendaire, prend son maillet comme pour frapper dessus , & lui dit :

Consentez-vous, mon F. , qu'on vous, en tire du cœur, car il nous en faut du plus pur.

Sur la réponse du Candidat, le Vénérable frappe cinq petits coups sur la tête du compas , en disant

Sagesse, Force , Beauté , Paix & Union.

Le Vénérable frappe un coup de maillet, & dit ;

Mes FF. aidez moi à constituer un Compagnon.

Les Surveillants ayant répété, tous les FF. se lèvent, & se mettent à l’ordre, glaive en main.

Le Vénérable pose la lame de son glaive sur la tête du Récipiendaire, & frappe légèrement cinq coups de maillet suivant la batterie de Compagnon , en disant :

A la gloire du G. A. de l’U., au nom du G. O. de France, sous les auspices du S. G. M. & en vertu des pouvoirs qui m'ont été confiés par cette R. L., je vous reçois & constitue Compagnon Maçon.

Le Récipiendaire se relève, & tous les FF. reprennent leur place.

Le Vénérable dit au Récipiendaire :

Mon Frère, de même que les Apprentis se distinguent de ceux qui ne sont pas Maçons , de même les Compagnons se distinguent des premiers, par un signe, un attouchement , une parole, & un mot de passe.

SIGNE.

Le Signe se tait en se mettant a l’ordre, (qui consiste à porter la main droite sur le cœur, les quatre doigts rapprochés les uns contre les autres, & le pouce élevé, ce qui forme l'équerre,) & retirant la main & l'avant-bras de gauche à droite horizontalement jusqu'au-dessous de l'épaule, en laissant ensuite tomber la main perpendiculairement, ce qui forme une équerre.

Ce signe vous rappelle que vous avez consenti d'avoir le cœur arraché, si vous étiez assez malheureux pour révéler des mystères dont lui seul devait être dépositaire.

ATTOUCHEMENT.

L'attouchement se fait en frappant avec le pouce de la main droite, trois coups sur la première phalange de l'index de celui à qui on prend la main, de la même manière que l'attouchement d'Apprenti, & deux autres sur la même phalange du médius.

PAROLE.

La parole est B...... , elle signifie ma force est en Dieu, & s'épèle comme à l'Apprenti,

P A S S E.

Le. mot de Passe est S…., le même que les Israélites avaient pris pour mot du guet dans la guerre contre la Tribu d'Ephraïm.

Les Ephraïmites ne le pouvant prononcer par la difficulté des langages, étaient jetés dans le Jourdain par les Israélites, au passage de ce fleuve.

Il signifie: Épie plein de blé.

Allez maintenant, mon F., vous faire reconnaitre par les FF. premier & second

Surveillants.

Le Candidat accompagné du Me. des Cérémonies va se faire reconnaitre par les Surveillants, en commençant par le premier.

Les Surveillants rendent compte de la justesse des signe , attouchement , parole & mot de passe que leur a donné le Compagnon.

Apres cela le Vénérable frappe un coup de maillet, & dit :

FF. premier & second Surveillants, invitez les FF. de vos Colonnes a reconnaître à l'avenir le F….pour Compagnon, & à applaudir, à sa Réception.

Les Surveillants répètent l’annonce ; Apres l’annonce, le Vénérable frappe un coup de maillet, se lève ainsi que tous les FF. & dit :

A moi mes Frères ?

Tous applaudissent par la batterie du Grade.

Le nouveau Compagnon, qui pendant tout ce temps a dû se tenir à l’ordre entre les Surveillants , demande la parole au premier , & après l'avoir obtenue y il remercie.

Le Vénérable fait couvrir l'applaudissement, frappe un coup de maillet, , & dit ;

Mes FF. reprenez vos places.

Tous les FF.', reprennent leur place.

Le nouveau Compagnon s’assied vis-à-vis le Tableau, & le Me. des Cérémonies lui indique, avec la pointe de fon glaive, les différentes figures dont le Vénérable lui donne l’explication.

CLÔTURE.

Le Vénérable fait faire la quête par le F. Hospitalier, ou par le Récipiendaire, s'il y a eu réception.

Il dit ensuite au F. Secrétaire de faire la lecture de l'esquisse du Procès-verbal.

Cette lecture finie, le Vénérable dit :

FF. premier & second Surveillants, invitez les FF. de vos Colonnes à faire leurs observations sur la rédaction du Procès-verbal des Travaux de ce jour.

S’il n'y a point d'observations, le Vénérable dit :

Aidez- moi, mes FF. à célébrer un vivat en faveur du F. Secrétaire.

Tous les FF. guidés par le Vénérable applaudirent.

Le F. Secrétaire y répond, & toute la Loge couvre son applaudissement.

Ensuite le Vénérable dit :

D. F. premier Surveillant à quelle heure se ferment les Travaux de Compagnon?

R. A minuit.

D. Quelle heure est-il ?

R. Minuit.

Le Vénérable dît :

Puisqu'il est minuit, que les Travaux sont réguliers, les Ouvriers payés & contents, FF. premier & second Surveillants annoncez sur vos Colonnes que je vais fermer la Loge de Compagnon à la manière accoutumée.

Les Surveillants en font l'annonce. Le Vénérable frappe cinq coups, qui sont répétés par les Surveillants, se levé ainsi que toute la Loge, fait prêter le Serment de ne rien révéler de tout et qui s'est fait, ensuite il dit :

A moi mes FF.

Il fait avec tous les FF. , qu'il guide, le signe & les acclamations du Grade.

Après quoi il frappe un coup, qui est répété par les Surveillants, & dit :

FF. premier & second Surveillants annoncez que la Loge de Compagnon est fermée & que nous rentrons dans celle d'Apprenti.

Nota. Ce qui est souligné ne se dit que lorsqu'on a commencé à Travailler au Grade d'Apprenti; dans le cas contraire, le Vénérable dit :

Et que j'invite tous les FF. à se retirer en paix.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens