Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:07

OUVERTURE DE LA LOGE DE COMPAGNON

Tout étant disposé pour donner ce grade le vénérable frappe en compagnon; les surveillants lui répondent de même.

Frères, premier et second surveillants, engagez nos chers frères, tant du côté du midi que du nord, de bien vouloir nous aider à ouvrir la loge de compagnon maçon.

Les deux surveillants obéissent à la manière ACcoutumée. Après quoi, le vénérable leur fait les demandes suivantes, et qui sont les seules qu’on doive faire aux deux premiers officiers pour ouvrir cette loge.

D. Frères, premier surveillant, d'où venez-vous ?

R. Très-vénérable, je viens de travailler dans le temple en qualité de compagnon.

D. Que venez-vous faire ici?

R. Recevoir vos ordres et profiter de vos lumières.

D. Que devez-vous observer en qualité de premier compagnon?

R. Si tous les frères sont à l'ordre. (Il observe et répond en raison de ce qu'il voit.)

D. Pourquoi nous rassemblons-nous?

R. Pour nous instruire dans l'art royal, en nous livrant à l'étude des sciences qu'il exige.

D. Quelle heure est-il?

R. Midi plein.

D. Quel âge avez-vous?

R. Cinq ans.

Le vénérable: En vertu de l'heure et de l'âge, avertissez nos chers frères que la loge de compagnon est ouverte, et que nous allons commencer nos travaux à la manière accoutumée.

Le premier surveillant: Mes frères du côté du midi...

Le second surveillant: Mes frères du côté du nord...

Lorsque le second surveillant a fini, le vénérable et toute l'assemblée font le signe de compagnon et les acclamations; ensuite on fait des réceptions, s'il y a des récipiendaires, ou sans quoi l'on commence l'instruction.

CATÉCHISME DES COMPAGNONS

D. Mon frère, quel sujet vous amène?

R. Très-vénérable, je viens à l'assemblée des compagnons pour recevoir vos ordres et profiter de vos lumières.

D. Comment êtes-vous parvenu à ce grade?

R. Par le zèle, le travail et la prudence.

D. Que vous a-t-on appris en vous recevant compagnon?

R. La signification de la lettre G.

D. Que signifie cette lettre?

R. Géométrie, cinquième des sciences, et la plus utile à un maçon.

D. Où avez-vous été reçu compagnon?

R. Dans une loge parfaite.

D. Quels sont ceux qui composent une telle loge?

R. Six, désignés par les six lumières, qui sont un vénérable maître, deux surveillants, deux maîtres et un compagnon.

D. Comment vous a-t-on reçu?

R. En me faisant monter les sept degrés du temple.

D. Que vous a-t-on donné après vous avoir reçu?

R. Un signe, un attouchement, et deux paroles.

D. Donnez-moi le signe. (Pour réponse on le fait.)

D. Comment le nommez-vous?

R Pectoral.

D. Que signifie-t-il?

R Que je garde les secrets des maçons dans le cœur, et que je préférerais l'avoir arraché plutôt que de les révéler aux profanes.

D. Donnez l'attouchement au frère second.

(On obéit, et lorsqu'il est conforme à l'ordre, le second surveillant répond:)

R II est juste, très-vénérable.

D. Dites-moi le mot sacré des compagnons.

(On le dit comme on l'a appris.)

D. Que signifie ce mot?

R La force est en Dieu.

C'est le nom de la colonne qui était au midi, près de la porte du temple où s'assemblaient les compagnons.

D. Avez-vous travaillé depuis que vous êtes compagnon?

R. Oui, très-vénérable, j'ai travaillé dans le temple de Salomon.

D. Par quelle porte y êtes-vous entré?

R. Par la porte de l'occident.

D. Qu'avez-vous remarqué près de cette porte?

R. Deux grandes colonnes.

D. De quelle matière étaient-elles?

R. D'airain.

D. Quelle était leur hauteur?

R Dix-huit coudées.

D. Leur circonférence?

R. Douze coudées.

D. De quelle épaisseur d'airain?

R. Quatre doigts.

D. De quoi étaient-elles ornées?

R. De chapiteaux.

D. Que soutenaient-elles?

R. Des globes en forme de sphère, parsemés de lys et de pommes de grenade.

D. Combien y en avait-il?

R. Cent et plus.

D. Pourquoi dites-vous cent et plus?

R. Pour marquer que les bons maçons doivent être sans nombre.

D. A quoi servait l'intérieur de ces colonnes?

R. A renfermer les instruments de géométrie et le trésor pour payer les ouvriers.

D. A qui était dédiée la loge où vous avez été reçu?

R. A saint Jean le Baptiste.

D. Pourquoi?

R. C'est que du temps des guerres de la Palestine, les chevaliers maçons se réunirent aux chevaliers de St-Jean-de-Jérusalem pour combattre les infidèles. Comme ils s'étaient mis sous la protection de ce grand Saint, et qu'ils remportèrent la victoire, ils lui rendirent grâces à leur retour, et convinrent qu'à l'avenir toutes les loges lui seraient dédiées.

D. Dans quel endroit est située votre loge?

R. A l'orient de la vallée de Josaphat, dans un lieu où règnent la paix, la vérité et l'union.

D. Quelle forme a-t-elle?

R. Un carré long.

D. Quelle longueur?

R. De l'orient à l'occident.

D. Sa largeur?

R. Du midi au septentrion.

D. Sa hauteur?

R Des coudées sans nombre.

D. Sa profondeur?

R. De la surface de la terre au centre.

D. De quoi est-elle couverte?

R. D'un dais céleste parsemé d'étoiles.

D. Qui soutient un si vaste édifice?

R. Deux grands piliers.

D. Comment les nommez-vous?

R Sagesse et force.

D. Expliquez-moi cela.

R. Sagesse pour inventer, et force pour soutenir.

D. Avez-vous des ornements dans votre loge?

R. Oui, très-vénérable, au nombre de trois, qui sont: le pavé mosaïque, la houppe dentelée et l'étoile flamboyante.

D. Que représentent-ils?

R. Le pavé mosaïque représente le seuil du grand portique du temple, la houppe dentelée, les ornements extérieurs, et l'étoile flamboyante le centre d'où part la vraie lumière.

D. Ces ornements ne renferment-ils pas quelque moralité?

R. Oui, très-vénérable; le pavé mosaïque, formé de différentes pierres jointes ensemble par le ciment, marque l'union étroite qui règne entre les maçons, étant liés par la vertu; la houppe dentelée est l'emblème de l'ornement extérieur d'une loge par les mœurs des frères qui la composent; et l'étoile flamboyante est le symbole du soleil de l'univers.

D. Avez-vous aussi des bijoux dans votre loge?

R. Oui, très-vénérable, au nombre de six, dont trois mobiles et trois immobiles.

D. Quels sont les trois mobiles?

R. L'équerre, le niveau et la perpendiculaire.

D. Pourquoi les appelez-vous mobiles?

R. Parce qu'ils passent d'un frère à l'autre.

D. A quoi servent-ils?

R. L'équerre sert à former des carrés parfaits, le niveau à égaliser les superficies, et la perpendiculaire à élever des édifices droits sur leur base.

D. Quels sont les trois bijoux immobiles?

R. La pierre brute; la pierre cubique ou à aiguiser, et la planche à tracer des maîtres.

D. Quel est leur usage?

R. La pierre brute sert aux apprentis à travailler, la pierre cubique sert aux compagnons pour aiguiser leurs outils.

La planche à tracer, aux maîtres pour former leurs dessins.

D. Tous ces bijoux n'ont-ils pas quelque signification symbolique?

R. Oui, très-vénérable; l'équerre nous annonce que toutes nos actions doivent être réglées sur l'équité; le niveau que tous les hommes sont égaux, et qu'il doit régner une parfait union entre des frères; et la perpendiculaire nous démontre la stabilité de notre Ordre, étant élevé sur les vertus: la pierre brute, à laquelle travaillent les apprentis, est l'emblème de notre âme, susceptible de bonnes

ou de mauvaises impressions; la pierre cubique qui sert aux compagnons pour aiguiser leurs outils, nous fait ressouvenir que ce n'est qu'en veillant sur nous-mêmes que nous pouvons nous garantir des vices; et la planche à tracer des maîtres, est le bon exemple qui nous facilite la pratique des plus éminentes vertus.

D. Combien y a-t-il de sortes de maçons?

R. De deux sortes: les maçons de théorie, et les maçons de pratique.

D. Quels sont les maçons de théorie?

R. Ce sont ceux de notre ordre qui élèvent des Temples à la vertu, et creusent des cachots pour les vices.

D. Quels sont les maçons de pratique?

R. Ce sont des ouvriers qui construisent des édifices matériels.

D. A quoi sert la maçonnerie de théorie?

R. Elle sert, par ses principes et par sa morale sublime, à épurer nos mœurs et à nous rendre utiles à l'État et à l'humanité.

D. Quelles sont les lois de la maçonnerie?

R. Punir le crime et honorer la vertu.

D. Que doit éviter un maçon?

R. L'envie, la calomnie et l'intempérance.

D. Que doit-il observer?

R. Le silence, la prudence et la charité.

D. Pourriez-vous me dire combien il y a de points dans la maçonnerie?

R. Ils sont sans nombre, mais ils se réduisent à quatre principaux; savoir, le guttural et le pectoral, qui nous rappellent notre obligation, ainsi qu'on l'explique en les faisant; le manuel, qui sert à donner l'attouchement pour se reconnaître; et le pédestre qui nous démontre que tout bon maçon doit marcher dans la voie de l'équité dont l'équerre est le symbole.

D. Comment voyagent les compagnons?

R. De l'occident au midi, du midi au nord, et du nord à l'occident.

D. Que signifie cette marche?

R. Qu'un maçon doit voler au secours de ses frères, fussent-ils aux extrémités de la terre.

D. Où sont placés les compagnons en loge?

R. Au midi, pour recevoir l'ordre des maîtres.

D. Où sont-ils payés?

R. A la colonne B.

D. Quel est le mot de passe des compagnons?

R. Schibboleth.

D. Que veut dire ce mot?

R. Épi, en hébreu; c'est le mot du guet du camp de Jephté, capitaine des Israélites. Lorsque la tribu d'Ephraïm se révolta, Jephté s'empara des bords du Jourdain par lesquels Ephraïm devait retourner; et tous ceux qui se présentaient au passage et qui ne pouvaient prononcer ce mot, étaient massacrés et précipités dans le fleuve.

D. Avez-vous vu votre maître aujourd'hui?

R. Oui, très-vénérable.

D. Comment était-il habillé?

R D'or et d'azur.

D. Que signifient ces deux mots?

R. Qu'un maçon doit conserver la sagesse au sein des grandeurs dont il peut être revêtu.

D. Quel âge avez-vous?

R. Cinq ans.

D. Quelle heure est-il?

R. «Minuit.

Cette loge se ferme comme la précédente; il n'y a que le nom, le signe et les applaudissements à changer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

van Win Jean 25/01/2010 18:25


J'ai publié autrefois un rituel de 1758 qui est daté sur sa première page. C'est sans doute le plus ancien rituel de langue française dont on soit certain de la date, la plupart des autres, publiés
notamment par Berheim ou Snoek, ayant été "estimés" quant à leur datation. Ce rituel, dit "Eléments de la Maoçonnerie", est rempli de choses curieuses, d'archaïsmes mais aussi de préfigurations
étonnantes. T'intéresse-t-il ?


MONTALEAU 25/01/2010 18:50


Beaucoup.
Merci de ton aide efficace.
Je suis également à la recherche des rituels des trois premiers grades du Rite Ecossais Philosophique, qui, est je crois pratiqué en Belgique.
Fraternellement


Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens