Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 16:38

DESCRIPTION DE LA LOGE

 

La loge est décorée comme pour les apprentis à l'exception de l'étoile flamboyante qu'on éclaire et qu'on ajoute au tableau ainsi que la pierre cubique à pointe et deux lumières de plus du côté de l'occident.

 

 

  OUVERTURE DE LA LOGE

 

Les survts et tous les ff sont placés comme à la loge d'apprentis.

 

V.M. 1er Survt, êtes-vous compagnon ?

 

1ER SURV. Ouï, très Vble, je le suis.

 

V.M. Pourquoy vous êtes-vous fait recevoir compagnon ?

 

1ER SURV. Pour connaître la lettre – G -.

 

V.M. Que signifie cette lettre ?

 

1ER SURV. Géométrie ou 5° des sciences.

 

V.M. Où est située cette lettre ?

 

1ER SURV. Au milieu de l'étoile flamboyante.

 

V.M. Quel est votre devoir, f 1er survt ?

 

1ER SURV. De voir si la loge est couverte et si tous les ff présents sont compagnons.

 

V.M. Comment aveés-vous été reçu compagnon ?

 

1ER SURV. En passant de la colonne J. à la colonne B..

 

V.M. Quel âge avés-vous ?

 

1ER SURV. Cinq ans, très Vble.

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Midy plein.

 

V.M. A midy plein, mes ff, c'est l'heure que les compagnons se mettent à l'ouvrage.

 

FF. 1er et 2ème survts, avertissez les ff que je suis dans l'intention d'ouvrir la loge de ce grade.

 

Les survts annoncent en la forme ordinaire.

 

Le Vble fait le signe et les acclamations de ce grade et dit :

 

V.M. Mes ff., la loge est ouverte.

 

Après avoir été annoncé par chaque survt sur sa colonne, le Vble procède à ce qui suit

 

V.M. Quel motif nous rassemble, f. 1er survt ?

 

1ER SURV. La proposition de l'ordre et d'un apprentif de cette loge qui désire parvenir au grade de compagnon.

 

V.M. Mes ff., le f. tel, qui répond de l'apprentif proposé demande qu'il soit admis au grade de compagnon si vous l'en jugés digne.

 

On étand la main sur le tableau et suppose que lacquiessement soit général, on fait les acclamations en la forme ordinaire.

 

Cela exécuté,

 

V.M. F. M. des cérémonies, allés préparer le candidat et luy faites entendre que par grace, la loge le dispense du tems qu'il avait à faire avant que d'obtenir ce grade.

 

Le M. des Cérémonies sort avec le f. tuileur, ferme et couvre la loge, se tient à la porte.

 

Le M. des Cérémonies salue le candidat et luy dit que la loge, à l'avenir, contant sur son zelle, discrétion et ferveur à remplir les devoirs des maçonsn, a conclud de le faire passer au grade de compagnon, lequel ne se donne qu'après trois ans d'apprentissage, luy fait répéter la marche, signes, mots et attouchements d'apprentif

 

Puis, il le conduit à la porte de la loge, habillé en apprentif et à l'ordre de ce grade, il frappe en compagnon.

 

Le f. tuileur va annoncer au 2ème survt qui le dit au 1er et celuy ci au Vble qui de faire voir qui s'est.

 

RECEPTION

 

Le f. tuileur, par ordre des survts, armé de son glaive, entrouvre la porte, la pointe en dehors et demande :

 

TUIL. Que demandés vous ?

 

M. D. C. C'est un apprentif de cette loge qui désire être reçu compagnon.

 

On ferme la porte et on rapporte cecy comme dessus.

 

V.M. Faites le introduire avec le mot de passe et le campés à l'ordre et à la marche d'apprentifs.

 

On l'introduit ainsy et le Vble luy dit :

 

V.M. Mon frère, cette respectable loge, en faveur de votre zelle, veut bien vous dispenser de faire le temps prescrit aux compagnons, elle espère que vous en serés reconnaissant et que la seconde lumière quelle va vous donner, vous donnera plus de fortitude dans vos travaux.

 

V.M. F. M. des Cérémonies, faites voyager le f. de lorient à loccident par la voye du midy et le faites travailler en apprentif et compagnon.

 

Le M. des Cérémonies le prend par la main et luy fait faire trois tours de la loge, au 3ème, le campe à la pierre brute où il le fait frapper dessus en apprentif, enssuite il annonce au 2ème survt que le récipiendaire a fait son premier voyage et travaille en apprentif.

 

Ceci, rapporté au maître en la forme ordinaire, le Vble dit :

 

V.M. Faites lut faire ses deux derniers voyages et travailler ensuitte sur la pierre cubique par la baterie ordinaire de ce grade.

 

Le M. des Cérémonies, après avoir exécuté les ordres du maîitre et finit, annonce comme dessus.

 

V.M. Faites moy parvenir le f. par 3 pas de compagnon en passant de la colonne J. à la colonne B..

 

On luy fait faire cette marche pour se rendre à l'autel devant lequel il met le genou droit dans l'équerre où il prête l'obligation suivante :

 

OBLIGATION

 

V.M. Répétes avec moy :

 

V.M. Je promet et mangagr, paraule dhonneur et de maçon, en présence du G.A.D.L. et de cette respectable loge, de ne jamais révéler le secret des compagnons aux apprentifs et encore moins aux profanes comme aussi d'aider et de secourir mes frères de tout mon pouvoir et ce, sous peine d'avoir le cœur arraché si je suis réfractaire à ma parole ainsi que Dieu me soit en ayde.

 

Pendant cette obligation, tous les frères sont découverts et ont leurs épées à la main sur la tette du candidat.

 

Le M le fait relever, luy pause son épée sur la tette, frappe dessus en compagnon, disant :

 

V.M. Par le pouvoir que jay et celuy que me donne cette respectable loge, je vous recoits compagnon maçon.

 

Il le relève et luy donne les signes, mots et attouchements pour se faire reconnaitre à ses ff. après qu'il les a recus.

 

SIGNES, MOTS ET MARQUES.

 

Le signe est de porter la main droite sur le cœur et la tirer du cotté droit comme si lon voulait se larracher.

Le mot qui ne se prononce quen loge sepelle comme celuy d'apprentifs est :

B. O. O. Z.

Le mot de passe est : Schibolet. Lattouchement est de prendre la main droite, appuyer le pouce sur la première phalange du 2ème doigt e donner les secousses et pulsations ainsi que la baterie de ce grade quoyque, par des innovations, on ait voulu la changer en donnant 3 pulsations, savoir : une sur l'index, l'autre sur le 2ème doit et la 3ème sur l'index ou la jointure, ce que je nay jamais approuvé étant irrégulier.

 

Ensuitte, le M. des Cérémonies fait l'explication du tableau au grade d'apprentif et va se faire reconnaitre à tous les ff, commancant par les survts et ensuitte les visiteurs guidés par le M. des Cérémonies, après quoy, lorateur prononce le discours suivant

 

OR. Mon T.C. F., le très vénérable ordre des f. maçons dans lequel vous venés d'entrer et dans son institution un acte de sagesse dont l'amour de la fraternité fait la baze et le fondement le plus solide.

 

Mon dessin nest pas aujourdhuy de vous parler de son origine mais le devoir de ma charge m'oblige de vous faire connaître que non-obstant la corruption des hommes, il s'est trouvé toujours des amateurs de la sagesse qui ont pris p)laisir à cultiver la vertu, les arts et les sciences dans toute leur étendue , sans parler des exemples que nous ont laissé les Egyptiens, les Grecs et les Romains.

 

Notre ordre seul, par son antiquité, l'emporte infiniment sur bien d'autres et nous fournirait des modèles dignes detre imités par tout le monde.

apprendrez à le connaître quand vous serés plus particulièrement instruit de nos mistères.

 

Je me contenteray maintenant de vous marquer le but de notre sage fondateur et ce qu'il s'est proposé en instituant notre ordre et les règles qu'il a jugé à propos de nous prescrire, ses intentions, pour nen faire quun seul corps, de faire revivre, autant qu'il est possible, le tems heureux d'estrée, de Saturne et d'Erée et nous procurer tous les avantages qu'une harmonie fraternelle peut y enfermer.

 

OR. Pour y parvenir, il nous prescrivit des devoirs, des obligations qui se réduisent à la pratique des vertus morales qui composent le caractère de l'honnet homme et d'un maçon.

 

L'humanité par exemple, la charité envers nos frères, sont les premières règles de notre art. Les loix de l'amitié nous sont sacrées, lempire sur les passions et la suppression de l'amour-propre nous sont particulièrement recommandées.

 

( ICI, UNE PAGE A ETE DECHIREE. ELLE A PEUT-ETRE ETE REMPLACEE PAR CE QUI SUIT QUI SE TROUVE A LA FIN DE L'OUVRAGE !)

 

OR. C'est au sentiment, seul, dans ses règles qui doivent être aussi de pur sentiment. Des hommes qui ne sont, en effet, liés et subordonnés que par le sentiment, n'admètes que des sujets capables d'en respecter l'empire.

 

L'esprit de domination et de supériorité est bany de nos loges et nous savons accorder une parfaite égalité avec une parfaite subordination.

 

La discrétion, la droiture, la générosité, sont les vertus essentielles d'un bon frère et, sans elles, la qualité de franc-maçon n'est qu'un fanthomme.

 

( FIN DE L'ADDITION DE LA DERNIERE PAGE)

 

Suite du texte

 

OR. … notre ordre respectable et que, conformément aux ff. de cette respectable loge, nous observons exactement les devoirs et obligations que vous avés contracté, bien persuadés que sans cella, il est inutile de se flatter d'être vray maçon.

 

Icy, le récipiendaire remercie par un petit discours la loge, des grâces qu'elle vient de luy accorder.

 

On procède à l'instruction suivante qui n'est pas fort étendue, ayant expliqué, auparavant, celle d'apprentif qui l'est beaucoup plus.

 

INSTRUCTION

 

DEMANDE Etes-vous compagnon ?

 

REPONSE Oui, je le suis, très Vénérable.

 

DEMANDE Pourquoi vous êtes-vous fait compagnon ?

 

REPONSE C'est pour connaître la lettre – G -.

 

DEMANDE Que signifie-t-elle ?

 

REPONSE Géométrie ou S des Sciences.

 

DEMANDE Où est-elle située ?

 

REPONSE Au milieu de l'Etoile flamboyante.

 

DEMANDE Comment avés vous été reçu compagnon ?

 

REPONSE En passant de la colonne J. à la colonne B..

 

DEMANDE Que signifie cette colonne ?

 

REPONSE Ma force est en Dieu.

 

DEMANDE Sur quoy avés vous travaillé ?

 

REPONSE Sur la pierre cubique en pierre.

 

DEMANDE A quoy vous sert-elle ?

 

REPONSE A éguiser les outils des compagnons.

 

DEMANDE Que signifie la houppe dentelée ?

 

REPONSE La parfaite union des ff..

 

DEMANDE Que signifie l'étoile flamboyante ?

 

REPONSE La majesté du G.A.D.L..

 

DEMANDE Combien avés vous de meubles ?

 

REPONSE Trois, le maillet, la bible, le compas.

 

DEMANDE A quoy servent-ils ?

 

REPONSE Le maillet à donner lordre, la bible à preter l'obligation, le compas à compasser nos mœurs.

 

DEMANDE Combien y a-t-il de bijoux ?

 

REPONSE Six, trois mobiliers et trois immobiliers.

 

DEMANDE Quels sont les trois mobiliers ?

 

REPONSE L'équerre que porte le Vble, le niveau que porte le 1er survt, la ligne de plomb que porte le 2ème survt.

 

DEMANDE A quoy servent ces bijoux ?

 

REPONSE L'équerre pour régler nos actions, le niveau pour nous égaller à nos ff., la ligne de plomb que toutes grâces vient d'en haut.

 

DEMANDE Combien avés vous d'ornements dans votre loge ?

 

REPONSE 3, la houppe dentelée, le pavé mosaïque, l'étoile flamboyante.

 

DEMANDE Que représentent ces trois ornements ?

 

REPONSE La houppe dentelée représente la parfaite image de la vertu que doit pratiquer un bon frère, le pavé mosaïque, quoique séparé ou est toujours uni, l'étoile flamboyante, la majesté suprême.

 

DEMANDE Qui entoure la loge ?

 

REPONSE L'union des frères.

 

DEMANDE Sur quoy est-elle fondée ?

 

REPONSE Sur trois piliers : force, sagesse, beauté.

 

DEMANDE Donnez moy une explication de cella !

 

REPONSE Le Vble est la sagesse pour entreprendre, le 1er survt, la force pour soutenir, le 2ème survt, la beauté pour orner.

 

DEMANDE Tout bon maçon doit-il posséder trois vertus ?

 

REPONSE Oui, très Vble, en faisant consister la sagesse dans ses mœurs, la force dans son union avec ses ff., la beauté dans son caractère.

 

DEMANDE Ou s'assemblent les apprentifs pour recevoir leur salaire ainsi que les compagnons ?

 

REPONSE Les apprentifs à la colonne J., les compagnons, à la colonne B..

 

DEMANDE Ou sont situées ces colonnes ?

 

REPONSE A l'occident, vis-à-vis l'une de l'autre.

 

DEMANDE Quelle hauteur ont-elles ?

 

REPONSE Dix-huit coudées.

 

DEMANDE Combien de circonférence ?

 

REPONSE Douze coudées.

 

DEMANDE Quelle épaisseur ?

 

REPONSE 4 doits.

 

DEMANDE De quoy sont-elles ornées ?

 

REPONSE D'un chapiteau couvert de pommes de grenades, sans nombre.

 

DEMANDE F. 1er survt, donnés le signe d'attoichement au 2ème degré !

 

Ils se le donne.

 

DEMANDE Est-il juste ?

 

REPONSE Oui, très Vble.

 

DEMANDE Donnez le mot d'ordre !

 

REPONSE Dites moy la 1ère lettre, je dirai la 2ème.

 

DEMANDE B.

 

REPONSE O.

 

DEMANDE O .

 

REPONSE Z.

 

DEMANDE Bo.

 

REPONSE Oz.

 

DEMANDE Dites moi le mot de passe !

 

REPONSE Scibolet.

 

DEMANDE Que signifie t il ?

 

REPONSE Epie de bled en hébreux, mot de ralliement qu'avaient les Israélites sur les bords du Jourdain.

 

DEMANDE Etes vous content de votre salaire ?

 

REPONSE Je le suis, très Vble.

 

DEMANDE Si vous aviés perdu un frère, où le trouveriés vous ?

 

REPONSE Entre les deux colonnes.

 

DEMANDE Avés vous vu votre maître ?

 

REPONSE Oui, très vénérable.

 

DEMANDE Comment est il habillé ?

 

REPONSE D'or et dazur.

 

DEMANDE Quest ce qui couvre son chef ?

 

REPONSE Un triangle.

 

DEMANDE Que sernés vous à votre maître ?

 

REPONSE Craye, charbon et chyment.

 

DEMANDE Quel âge avés vous ?

 

REPONSE Cinq ans et plus.

 

L'on demande si on a rien à proposer pour la propagation de l'ordre et sur la réponse on ferme la loge comme suit, préalablement avoir fait courir la boïtte des pauvres.

 

CLOTURE DE LA LOGE

 

V.M. Où se tient le Vble en Loge ?

 

1ER SURV. A l'orient, de même que le soleil se lève en cette partie, le Vble si tient pour ouvrir et fermer la loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents.

 

V.M. Où se trouvent les survts ?

 

2EME SURV. A loccident, de même que le soleil se couche en cette partie, les survts si tiennent pour ayder le Vble à fermer la loge.

 

V.M. Depuis quand travaillés vous ?

 

1ER SURV. Depuis le lundy à midy jusqu'au samedy à midy.

 

V.M. Quelle heure est il ?

 

2EME SURV. Minuit plein.

 

V.M. Avés vous été payé ?

 

1ER SURV. Je suis content.

 

V.M.

 

V.M. F. 1er et 2ème survts, faites avertir qu'il est minuit plein, que nous sommes payés et contents et que je suis dans le dessein de fermer la loge de compagnon, le tout annoncé en la forme ordinaire.

 

On ferme paer le signe après lequel on fait la chene.

 

V.M. Retirons nous en paix, la loge est fermée.

 

FIN DE LA LOGE ET DU TRAVAIL DE COMPAGNON

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens