Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 14:54
DEMANDES D’OUVERTURE

D.              quel est le devoir d'un surveillant en loge ?

R.               savoir si la loge est bien couverte.

D.              ou se tient le vénérable en loge ?

R.              à l'orient.

D.              Pourquoi ?

R.              parce que de même que le soleil parait à l'Orient pour commencer

la carrière du jour, ainsi le vénérable s'y tient pour ouvrir la loge, éclairer les ouvriers et les mettre en œuvre.
D.              à quelle heure s'ouvre la loge ?

R.              à midi plein.

D.               quelle heure est-il ?

R.              Midi plein.

INSTRUCTION GENERALE

D.              Etes-vous Maçon ?

R.              mes frères et compagnons me reconnaissent pour tel.

D.              à quoi reconnaitrai-je que vous êtes maçon ?

R.              à mes signes, mots et attouchements.

D.               qu'entendez-vous par signes ?

R.               tout Equerre, niveau et perpendiculaire.

û.              qu'entendez-vous par attouchements ?

R.               certains attouchements réguliers que les maçons ont pour

se reconnaitre.
D.               qu'entendez-vous par mots ?

R.               certaines paroles que j'épèlerai avec vous si vous me donnés

la première lettre.
D.              Pourquoi vous êtes vous fait recevoir maçon ?

R.               pour voir la lumière.

D.               qui vous a obligé à vous faire recevoir maçon ?

R.              ma propre volonté.

D.              à qui vous êtes vous adressé pour vous faire recevoir maçon ?

R.              à un de mes amis que j'ai ensuite reconnu pour frère.

D.               qu'a fait de vous cet ami ?

R.               il m'a conduit dans une chambre obscure et m'a livré à mes réflexions.
D.              qu'a t’on fait de vous ensuite ?

R.               on m'a tiré de la chambre des réflexions et après m'avoir préparé on m'a conduit à la porte de la loge.
D.              Comment étiez-vous ?

R.              ni nu, ni vêtu, mais d'une manière décente.

D.              comment vous a t’on introduit en loge ?

R.              par trois grands coups.

D.               que signifient ces trois coups ?

R.               frappez on vous ouvrira, demandez on vous donnera, cherchez et vous trouverez.
D.              qu'avez vous vu en entrant en loge ?

R.              Rien que l'esprit humain puisse comprendre.

D.               quels métaux aviez-vous quand vous avez été introduit en loge ?

R.              aucun, parce que lors de la construction du temple de Salomon les Cèdres du Liban furent envoyés tout taillés et prêts à mettre en œuvre, de sorte qu'on n'entendit aucun coup de marteau et qu'il ne fallut qu'une force majeure pour les employer, d'ailleurs les métaux étant le symbole du vice on doit en dépouiller celui qui se fait recevoir maçon.

D.               qu'a t’on fait de vous en loge ?

E.               on m'a fait voyager de l'orient à l'occident par le nord.
D.               que cherchiez-vous dans vos voyages ?

R.               la lumière

D.               quat-on fait de vous après vos voyages ?

R.               on m'a conduit aux pieds du trône du vénérable ou j'ai prêté mon serment de maçon,

D.              Comment étiez-vous en prêtant votre serment ?

K.               j’avais le genou droit nu et plié sur une Equerre, le pied

gauche en pantoufle, l'Epaule gauche nue, les yeux bandés, la main droite sur la bible, tandis que de la gauche je tenais un compas dont la pointe était sur la mamelle gauche.

D.               qu'a t’on fait de vous après votre obligation prêtée ?

R.               on m'a conduit à l'occident de la loge et placé entre les deux surveillants, on m'a donné la lumière.

D.              qu'avez vous vu quand on vous a donné la lumière ?

R.              trois grandes lumières, le soleil, la lune et le vénérable.

D.              à quoi servent ces lumières ?

R.              Le soleil à éclairer les frères du jour, la lune de nuit, et le vénérable en loge sur les travaux maçonniques.
D.              n'avez vous point vu d'autre lumière ?

R.               trois grands flambeaux qui représentent le vénérable et les deux surveillants.

 D.              De quelle forme est votre loge ?

R.              d'un quarré long.                                                                                                               

  D.              Quelle est la longueur ?

R.              De l'Orient à l'Occident.

D.              Quelle est sa largeur ?

R.              Du Septentrion au Midi.

D.              Quelle est sa hauteur ?

R.               des pieds et des coudées sans nombre.

D.              Quelle est sa profondeur ?

R.              de la surface au centre.

D.              de quoi est couverte votre loge ?

R.               d'un Dais celeste parsemé d'étoiles d'or.

D.              ou est située votre loge ?

R.               sur la plus haute montagne, dans la plus basse vallée, où jamais coq n'a chanté, lion rugi, femme n'a caquette.
D.              Pourquoi répondez-vous ainsi ?

R.              Pour faire connaitre qu'on peut tenir loge partout ou se trouvent des maçons,  et que toutes celles répandues sur la face de la terre n'en forment qu'une par l'union et l'intelligence qui règnent entre elles.

D.               que venez-vous faire en loge ?

R.              Vaincre mes passions, soumettre mes volontés et faire des progrès dans la maçonnerie.
D..            Quels sont vos travaux en loge ?

R.              C'est d'y élever des temples à la vertu, et d'y creuser des cachots pour les vices.
D.              Pourquoi appelez vous vos assemblées loges ?

R.              C'est en mémoire de divers campements que firent les Israélites dans le désert.

D.              Pourquoi vos assemblées sont-elles dédiées à SÏ Jean ?

R.              C'est pour apprendre aux maçons combien ils doivent être unis, puis qu'ils s'assemblent sous les auspices de celui qui ne prêcha jamais que la paix, la concorde et l'union de ses frères ; d'ailleurs les maçons s'étant unis aux chevaliers de St Jean ils en adoptent le patron.

 D.              Sur quoi est soutenu votre loge ?

R.              Sur trois colonnes qui font allusion au vénérable et aux deux Surveillants qui sont sagesse, force et Beauté.
D.              Que signifient ces mots ?

R.              La sagesse est pour entreprendre, la force pour exécuter, et la beauté pour l'ornement.
D.              Dans quelle loge avez vous été reçu ?

R.              dans une loge juste et parfaite.

D.              Qu'entendez-vous par une loge juste et parfaite ?

R.              C'est que trois maçons forment une loge, cinq la composent, et sept la rendent juste et parfaite.

Donnez-moi votre mot sacré.

(on le donne)

D.              Quel est ce mot ?

R.               C'est le nom d'une des deux colonnes d'airain qui étaient placées à l'entrée du temple et ou les apprentifs allaient recevoir leur salaire.

D.              Quelle hauteur avait cette colonne ?

R.              Dix huit coudées.

D.              Sa circonférence ?

R.              Douze coudées.

D.              Son épaisseur ?

R.              Quatre doigts parce qu'elle était creuse pour servir à renfermer les outils des apprentifs.
D.              De quoi était-elle ornée ?

R.              D'un chapiteau surmonté d'un globe lumineux et orné de pommes de grenade d'or sans nombre.

Donnez moi votre mot de passe.

(on le donne)

D.              Quel est ce mot ?

R.              C'est le nom d'un célèbre ouvrier fils de la Meque, celui qui inventa l'art de fondre les métaux.
D.               que signifie votre signe ?

R.               Il me rappelle mon serment,  et la peine que je subirais si j'étais assez lâche pour révéler les secrets de la maçonnerie.

D.              Que signifie votre attouchement ?

R.              De tendre toujours une main secourable à mes frères.

D.              ne vous a-t-on rien donné quand vous avez été reçu maçon ?

R.              on m'a décoré d'un tablier, on m'a donné une paire de gants d'homme  et une de femme le tout en peau blanche.
D.               que signifie la blancheur ?

R.              La stabilité de notre ordre et la pureté de nos moeurs.

D.              Pourquoi vous a t’on donné des gants de femme ?

R.              pour en faire présent à celle qui mériterait le plus mon estime et me faire connaitre que quoique les femmes ne soient pas admises parmi nous, elles ne sont pourtant pas méprisées des maçons.

D.              Qu’est-ce qu'un maçon ?

R.              C'est un sujet soumis et fidèle à son souverain et à l'Etat, un homme discret et sage et un ami parfait.
D.              Combien avez-vous de bijoux en loge ?

R.              Six,  trois mobiles, trois immobiles.

D.              Quels sont les bijoux mobiles ?

R.               l'Equerre que porte le Vénérable qui sert à donner forme à ce qui n'en a pas et qui est la figure de la justesse et de l'Equité dont un maçon ne doit jamais s'écarter.

Le Niveau que porte le premier surveillant qui sert a tirer une ligne droite et à nous faire connaitre la parfaite égalité qui règne entre les maçons et la perpendiculaire qui décore le second qui sert à élever perpendiculairement sur la base, doit nous faire connaître que toutes nos actions doivent être dirigées par la sagesse du Grand architecte de l'univers.

D.              Quels sont vos bijoux immobiles ?

R.              La planche à tracer qui sert aux maitres pour leurs desseins et qui est la figure du nouveau genre de vie que nous devons suivre étant maçon ;  la pierre cubique à pointe sur laquelle les compagnons aiguisent leurs outils, nous fait connaitre que nous devons sans cesse travailler a épurer nos mœurs et acquérir s'il nous est possible ce degré de perfection qui nous reproche de notre auteur, et la pierre brute sur laquelle travaillent les apprentifs qui est la figure de nos imperfections dont nous devons sans cesse travailler à nous corriger.

D.               avez-vous des ornements dans votre Loge ?

R.              oui nous en avons trois,  le Pavé mosaïque qui ornait l'intérieur du temple, la houppe dentelée qui en couvrait les extrémités, et l'Etoile flamboyante qui éclatait dans le sanctuaire.

D.              avez-vous des meubles dans votre loge ?

R.              nous en avons trois, le maillet qui fait écouter les ordres du Vénérable, le Compas qui sert à compasser nos actions et le Glaive qui sert à punir les infractaires.

D.               avez-vous des fenêtres dans votre loge ?

R.              oui,  il y en a trois, une à l'orient, une à l'occident et l'autre au midi.

D.              Pourquoi n'en avez vous point au septentrion ?

R.              C'est parce que le soleil ne l'éclaire point, ou n’y porte que faiblement ses rayons.
D.              ou se tiennent les apprentifs ?

R.               au septentrion comme les moins instruits de la loge.

D.              ou se tiennent les Maitres ?

R.               au Midi.

D.              ou se tiennent les Compagnons ?

R.              répandus par toute la loge pour la renforcer.

D.              Pourquoi les loges s’ouvrent elles à midi ?

R.              parce que les travaux des maçons peuvent paraître sans crainte au grand jour et qu'ils ont besoin de la plus grande lumière.

D.              Comment s'appelle un apprentif ?

R.              Horus.

D.              quel âge avez-vous ?

R.              Trois ans

Il fait allusion aux trois coups de mon introduction en Loge et aux trois marches d'un escalier en forme de vis que j'ai monté pour entrer dans le temple.

DEMANDES DE FREMETURE

D.              ou se tiennent les surveillants en loge ?

R.              à l'Occident.

D.              Pourquoi ?

R.              Parce que comme le soleil termine sa carrière à l'occident, de même les surveillants s'y placent pour veiller sur les ouvrages, fermer la loge et renvoyer les ouvriers contents.

D.              à quelle heure se ferme la loge ?

R.              à Minuit.

D.              Quelle heure  est-il ?

R.              Minuit plein.

INSTRUCTIONS POUR LES VISITEURS

D.              d'où venez-vous ?

R.              De la loge de St Jean.

D.               qu'apportez-vous ?

R.              Bon accueil à tous les frères de cette Respectable Loge.

D.              n'apportez-vous rien de plus ?

R.              Le V.ble de ma loge vous salue par trois  fois trois.

D.              Que venez-vous faire ici ?

R.              Vaincre mes passions, soumettre mes volontés et faire des progrès dans la maçonnerie.
D.               que demandez-vous ?

R.              une place parmi mes frères.

N. B.

Lorsqu'un maçon entre dans la loge qui se trouve ouverte et qu'on lui fait la demande
D.              D'où venez-vous ?

R.              De l'orient.

Partout ailleurs il fait la réponse mise dans l'article des visiteurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens