Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 00:13

CHRONOLOGIE

1784

24 août. —Réunion des Francs-Macons de la douzième classe du régime des Philalètes à Paris. L'on arrête qu'on assemblera en Convent tous les Frères instruits de tous les pays et de tous les Rites pour parvenir , par le concours des lumières, par le rapport des observations et l'examen des traditions orales et écrites , à éclaircir les points les plus essentiels de la doctrine, et à déterminer la nature , l'ori¬gine, la filiation historique ainsi que l'état actuel de la vraie science maçonnique ; enfin , son but réel et les moyens les plus sûrs pour parvenir à le connaître.

14 septembre. — Signature et envoi de la première circulaire de convocation : elle annonce l'ouverture du Convent pour le mardi 15 février 1785.

26 octobre. — Arrêté portant que le Grand Orient de France ne sera pas appelé à cette assemblée, quoique la proposition en eût été faite dans une précédente séance.

13 novembre. — M. Savalette de Langes est nommé président du Convent ; M. le baron de Gleichen, Commandeur des Ordres de Danemarck, et M. le marquis de C. D. B. sont nommés Secrétaires, l'un pour la langue allemande, et l'autre pour la langue française.

Envoi de la seconde circulaire et des proponenda.

28 décembre. — Lecture au Convent de lettres du prince Ferdinand de Brunswick et de Lunebourg, de MM. de Saint-Martin et Mesmer, dans lesquelles ils refusent de participer aux opérations de cette réunion.

1785

15 février. —Ouverture du Convent de Paris sous la présidence de M. Savalette de Langes. On arrête les règlements de l'assemblée et l'on dresse le tableau général, des noms des membres convoqués à cette réunion.

19. — Le Convent de Paris arrête que les circulaires et proponenda seront envoyés à Cagliostro, qui se faisait aussi appeler le comte Félix.

1 o mars. Celui-ci répond au Convent, lui promet la vérité, et de faire voir, par des actes et des effets visibles, Dieu et les esprits intermédiaires qui existent entre l'homme et lui : mais il exige , avant tout , que la bibliothèque et les manuscrits des archives de la Loge des Philalètes soient livrés aux flammes.

26 mai. — Fermeture du Convent de Paris.

1786

Le.Convent de Paris adresse aux Maçons une troisième circulaire pour rendre compte des opérations de 1785 , et annoncer une prorogation de l'assemblée pour le 15 juillet 1786. Dans cette circulaire les convocateurs s'expliquent sur le but final du Convent ainsi qu'il suit: « Nous croyons devoir annoncer avec franchise que le but, le désir et l'espérance des convocateurs, de tous les présents aux premiers travaux ; et d'un grand nombre de ceux dont nous avons reçu des mémoires, est de profiter de la réunion des lumières et du zèle des Frères, pour, d'après les caractères de la science de nous connus, et presque généralement avoués , tenter de créer, d'abord entre nous , ensuite propager par nous dans toute l'Europe une nouvelle association Philalète , en rédigeant ce qui nous est connu de la Maçonnerie , et surtout en la réformant et purifiant de manière à former un Corps de Maçons ou hommes de désirs capables de bien chercher la vérité, disposés à tout sacrifier pour la mériter, et dignes , autant que la faiblesse humaine peut le permettre , de la posséder; et ce vœu de nos cœurs est d'autant plus raisonnable, que nous nous croyons plus que jamais certains qu'elle existe ; que le plus grand nombre des Maçons de ce siècle ne la cherchent pas , ne la méritent pas, ne la trouveront jamais , et que, sans doute, c'est la faute des Maçons et non de la Maçonnerie.»

Cette prorogation du Convent indiquée pour le 15 juillet, n'eut pas lieu; elle fut remise à l'année suivante.

1787

8 mars. — Ouverture de la seconde assemblée du Convent de Paris dans l'hôtel de M. Savalette de Langes, rue Saint-Honoré.

15. — Eteilaa est appelé aux séances attendu sa réputation d'instruction dans les sciences occultes. On sait que ce particulier faisait, à Paris, des cours publics de magie, et qu'il y exerçait la profession de tireur de cartes.

3 avril. — Le prince de Liesse-Darmsladt envoie un mémoire et un plan de réforme de la Franche-Maçonnerie.

24. — Rapport sur une somnambule qui, dans ses crises magnétiques, a donné, à M. Lenormand, les développements les plus intéressants sur des matières théosophiques et métaphysiques : à ce rapport était joint le procès-verbal de tous les dires de la crisiaque magnétique.

Ce second Convent eut vingt-neuf séances, et fut fermé le 26 mai. Voici la lettre que M. Savalette écrivit pour déterminer la fin des assemblées :

« MM. FF., le peu de zèle du très-petit nombre de convoqués qui, plus par considération de politesse et d'amitié que par un véritable intérêt, viennent rarement, pour rester peu de temps, aux assemblées du Convent, me prouve, à mon grand regret , qu'il est non-seulement prudent mais même nécessaire d'y renoncer. Je propose donc... d'arrêter sa clôture, etc. » On nomma une commission intermédiaire pour la suite des opérations ; elle s'assembla le 8 juin, et ce fut la seule et dernière réunion.

DOCUMENTS

PROPONENDA

Pour le Couvent fraternel convoque à Paris, le 15 février i785, par les Philalèles.

I.

Quelle est la nature essentielle de la science maçonnique, et quel est son caractère distinctif ?

I I.

Quelle époque et quelle origine peut-on lui attribuer raisonnablement ?

I I I.

Quelles sociétés, quels corps ou individus peut-on croire l'avoir anciennement possédée? quels sont les corps par lesquels elle a successivement passé pour se perpétuer jusqu'à nous?

I V.

Quelles sociétés, quels corps ou individus peut-on croire en être, dans ce moment, les vrais dépositaires ?

V.

La tradition qui l'a conservée est-elle orale ou écrite ? V I.

La science maçonnique a-t-elle des rapports avec les sciences connues sous le nom de sciences occultes ou secrètes ?

V I I.

Avec laquelle ou lesquelles de ces sciences a-t-elle le plus de rapport, et quels sent ces rapports ?

VIII.

Quelle nature davantage doit-on attendre de la science maçonnique ?

I X.

Quel est celui des Régimes actuels qui serait le meilleur à suivre, non comme coordination générale, mais comme le plus propre à faire faire aux disciples zélés et laborieux de prompts et utiles progrès dans la vraie science maçonnique ?

X.

Pourquoi, d'un accord général, tous les Maçons appellent-ils Loge leurs assemblées et le lieu dans lequel elles se tiennent? Quelle est l'origine et la vraie définition du mot Loge, du mot Temple, autre nom donné, par l'usage, au lieu de l'assemblée : de la phrase ouvrir et fermer les travaux ; du mot écossais ou d'Ecosse , pour les hauts grades ; du mot de Vénérable, donné parles Français au Maître de la Loge, et de celui de Maitre en chaire, donné par les Allemands ?

FORMES ET RÈGLES DES ASSEMBLÉES

Que les Philalètes, uniquement comme convocateurs ont cru devoir arrêter provisoirement, sauf à être confirmées, modifiées ou changées par le Couvent lui-même dans sa première assemblée.

1°. Tous les convoqués sont priés d'avertir à l'adresse donnée, de leur arrivée et du lieu de leur demeure : il serait bien à désirer qu'ils arrivassent dès le commencement du mois.

2°. Tous présenteront leurs deux lettres de convocation, sans lesquelles ils ne pourront être admis , à moins d'être présentés par un des commissaires aux archives.

3°. L'assemblée sera tenue en forme de Loge au grade d'apprenti.

4°. Elle sera présidée parle T. C. F. de Langes, l'un de nos plus anciens Philalètes, qui fera tenir les maillets de l'Occident par les deux premiers arrivés à chaque assemblée.

5°. Chaque Surveillant du jour choisira sur les colonnes un expert pour ramasser et compter les scrutins, s'il y a lieu.

6°. Il sera tenu deux protocoles ; l'un en allemand, dirigé par le F. baron de Gleichen ; l'autre en français , dirigé de même par le F. marquis de Chefdebien. Ils seront écrits sous la dictée de ces deux FF. par deux des Philalètes choisis par eux, qui n'auront pas voix pour n'être pas distraits : ces quatre FF. signeront tous les actes émanés du Convent, comme secrétaires.

Les convoqués se placeront indistinctement sans rang marqué pour les séances ; mais le rang pour opiner sera réglé par le sort entre les présents à la première assemblée : ceux des convoqués qui successivement arriveront ensuite prendront rang à mesure de leur arrivée.

Le tableau d'appel formé par écrit, les voix seront prises d'abord pour les préavis, une seconde fois pour les avis.

Les questions simples qui peuvent se décider par une simple alternative, le seront par le scrutin aux fèves.

Les questions qui ne peuvent se réduire à la simple alternative, seront délibérées à voix haute ; chaque avis différent écrit par le Président, et tous les avis réduits à deux, en rappelant toujours le plus faible pour revenir.

Les avis réduits à deux, le plus fort (ne fût-il que d’une voix) sera l'avis du Convent ; sauf la protestation de ceux qui n'y voudront consentir , laquelle ils présenteront par écrit et signée d'eux, pour être jointe aux pièces du protocole ; il leur en sera donné acte.

Tous les membres du Convent seront les maîtres de rédiger leurs protocoles particuliers, ou de copier celui des secrétaires.

Personne ne parlera sans être appelé par le Président, ou sans demander la parole : une fois l'avis donné, personne ne pourra parler que pour revenir simplement à un autre avis , en sorte que personne ne puisse opiner plus de deux fois sur le même objet, à moins d'une permission expresse du Président.

Les assemblées auront lieu tous les matins, depuis huit heures jusqu'à midi, excepté les dimanches et les jeudis, sauf les autres jours où le Convent arrêterait de vaquer, suivant les circonstances.

Les Comités particuliers n'auront lieu que le soir, et jamais au local du Convent, pour laisser la liberté de relire, de copier les actes et d'examiner les mémoires envoyés sur les circulaires.

Comme ils seront provoqués par un des membres du Convent, personne n'en pourra prétendre l'entrée que du consentement de celui qui aura provoqué le Comité et qui, conformément à la première circulaire, fera son choix parmi les convoqués.

Excepté les convoqués, tous les Maçons qui se présenteront seront obligés de se soumettre à l'examen des Commissaires aux archives des Philalètes, lesquels seront seuls maîtres d'accorder ou de refuser l'entrée du Convent, et ce, jusqu'à la première assemblée du Convent seulement, qui, conformément à la première circulaire, nommera le Comité des examens.

Tous les Philalètes résidant à Paris auront l'entrée du Convent; mais sept d'entre eux seulement pourront y délibérer : les autres se contenteront d'écouler, à moins que le Président ne leur accorde la parole ; mais, dans aucun cas, ils n'auront voix au Convent par-delà le nombre de sept.

Les Philalètes correspondants auront tous voix et séance comme les autres convoqués, et ne sont pas compris dans les sept.

Les FF.... feront fonctions de Maîtres des cérémonies.

MANIFESTE DE CAGLIOSTRO

Le Grand-Maître inconnu de la Maçonnerie véritable a jeté les yeux sur les Philalètes et les deux invitations qu'ils ont répandues dans le peuple de leurs Frères.

Touché de leur piété, ému par l'aveu sincère de leurs besoins, il daigne étendre la main sur eux et consent à porter un rayon de lumière dans les ténèbres de leur Temple.

L'existence d'un seul Dieu qui fait la base de leur foi, la dignité originaire de l’homme, son pouvoir et sa destination, tout, en un mot, ce qu'ils croient, le Grand-Maître inconnu veut le leur prouver.

Ce sera par des actes et des faits, ce sera par le témoignage des sens, qu'ils connaîtront Dieu, l'homme et les intermédiaires spirituels créés entre l'un et l'autre; connaissance dont la vraie Maçonnerie offre les symboles et indique la route.

Que les Philalètes, donc, embrassent les dogmes de cette Maçonnerie véritable ; qu'ils se soumettent au régime de son chef suprême, qu'ils en adoptent les constitutions.

Mais , avant tout, le sanctuaire doit être purifié ; avant tout, les Philalètes doivent apprendre que la lumière peut descendre dans le Temple de la foi et non dans celui de l'incertitude….

Qu'ils vouent aux flammes ce vain amas de leurs archives : ce n'est que sur les ruines de la tour de confusion que s'élèvera le temple de la vérité.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens