Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 16:00

1728-1729 LA GRANDE LOGE DE FRANCE

La première apparition de l’expression Grande Loge de France se trouve dans le Pouvoir remis à Paris, le 25 Novembre 1737, par le comte de Derwentwater au baron de Scheffer : Nous lui conférons Nôtre plein Pouvoir de Constituer une ou plusieurs Loges dans le Royaume de Suède; de faire des Maîtres Maçons, et de nommer les Maîtres et Surveillants des Loges qu’il constituera, les quelles seront subordonnées à la Grande Loge de France. Mais cette Grande Loge avait été créée en France en 1728 ou 1729 lors d’un séjour à Paris du duc de Wharton (1698-1731) qui fut le premier Grand Maître des loges du royaume de France.

Wharton avait été élu Grand Maître de la premier Grande Lodge, le 25 juin 1722 à Londres. Nous savons qu’il occupa ensuite la même fonction en France grâce à l’acquisition, effectuée en 1956 par la Bibliothèque nationale, d’une copie manuscrite du plus ancien ensemble connu de textes réglementaires dont se dotèrent les loges de France en 1735 Outre Les Devoirs Enjoints aux maçons libres, cet ensemble comprend en effet un texte intitulé Règlements Généraux modelés sur ceux donnés par le très haut et très puissant Prince Philipe Duc de Warthon Grand Maitre des loges du royaume de France, avec les changements qui ont été faits par le présent Grand Maitre Jacques Hector Macleane chevalier Baronet d’Ecosse, et qui ont été donnés avec l’agrément de la Grande Loge, a la grande assemblée tenue le 27. Décembre 1735, jour de Saint Jean l’Evangéliste, pour servir de règles a toutes les loges du dit Royaume.

Les successeurs de Wharton furent James Hector Maclean (1703-1750) puis Charles, duc de Derwentwater (1693-1746), élu le 27 décembre 1736. Les premiers Grands Maîtres français furent ensuite Louis de Pardaillan, duc d’Antin (1707-1743), probablement élu en 1738, Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont (1709-1771), élu le 11 décembre 1743, et Louis Philippe Joseph (1747-1793), duc d’Orléans puis duc de Chartres en 1785 à la mort de son père, élu le 24 juin 1771.

1773 LE GRAND ORIENT DE FRANCE (GODF)

En 1773, après quatorze réunions tenues à Paris, une majorité des Maîtres de Loges de la Grande Loge adoptèrent les Statuts de l’Ordre Royal de la Franc-Maçonnerie en France dans lesquels une nouvelle expression, Grand Orient de France, était adoptée pour désigner l’obédience.

Ces Statuts, adressés à toutes les loges du Royaume avec une circulaire de trente-cinq pages datée du 26 juin 1773, comprenaient une modification importante : la quasi-totalité des Maîtres de loges parisiens qui occupaient alors leur charge à vie, en vertu des patentes qu’ils avaient reçues de la Grande Loge, devaient dorénavant être élus chaque année par les membres de leur loge, comme c’était déjà le cas pour les Maîtres des loges de province. En désaccord avec ce changement, de nombreux Maîtres parisiens firent sécession et poursuivirent leur activité au nom et en vertu des Règlements de l’ancienne Grande Loge de France.

Après la Révolution, les deux corps nommèrent des commissaires qui décidèrent de leur réunion. Les membres de l’ancienne Grande Loge acceptèrent les modifications votées en 1773. Le Traité d’Union qui mettait fin à l’existence de la Grande Loge de France et recréait l’unité de la maçonnerie française fut ratifié le 22 juin 1799.

 

Alain Bernheim

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens