Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 14:10

Une loge est une assemblée d'hommes vertueux et par conséquent respectables.

 

Tout homme raisonnable doit avoir pour principe de mériter l'estime d'une société de laquelle ol est membre et le premier moyen qu'il doit employer, c'est d'observer exactement les loix auxquelles il s'est soumis soit par état ou obligation.

 

Celles de la Maçonnerie ont pour base l'honneur, la décence et l'humanité. Un f. peut bien prévariquer parce qu'il est homme, mais il a le courage de se corriger parce qu'il est f.m.

 

L'ouverture d'une loge n'est autre chose que le coonsentement unanime de commencer les travaux.

 

Chez les anciens, cette cérémonie se faisait par une prière adressée à la divinité.

 

Cette maxime religieuse s'est perdue dans les différents troubles que la catholicité essuya.

 

Les chrétiens poursuivis jusques dans les plus secrets retranchements durent symboliser tous les principaux points de leur religion et pour ôter tout soupçon aux tyrans qui les persécutaient, ils prirent le nom de maçons.

 

Ainsi, ces hommes éclairés et vertueux, sous des emblèmes matériels, rendaient toujours hommage au Dieu suprême qui les avaient créés.

 

Ce fut alors que l'ouverture des loges devint une observance simple, courte, symbolique comme tout le reste et tout à fait indépendante de l'instruction.

 

OUVERTURE DE LA LOGE D'APPRENTIF

 

Le Vble, assis à l'O.faisant face aux deux Frères surveillants qui doivent être à l'occident, frappe les coups d'apprentifs sur l'autel et dit :

 

V.M. Silence, mes ff. !

 

Et en loge, on doit savoir que les deux surveillants en font autant sur leurs colonnes.

 

Ces paroles prononcées, toute l'assemblée se range sur deux lignes parallèles, ensuite, le vénérable dit :

 

V.M. Frères 1er et 2ème surveillants, engagés nos chers frères dans tous leurs grades et qualités, de vouloir bien nous aider à ouvrir la loge d'apprentif maçon !

 

Le second surveillant en dit autant sur sa colonne qui est celle du nord.

 

V.M. Frère premier survt, êtes-vous maçon ?

 

1ER SURV. Tous mes chers frères me connaissent pour tel.

 

V.M. Quel est le premier devoir d'un maçon ?

 

1ER SURV. C'est de voir si la loge est couverte.

 

V.M. Faites-vous en assurer par l'expert !

 

Comme dès l'instant que le Vble a frappé les 3 premiers coups chaque officier doit avoir pris sa place. Le survt observe si l'expert remplit ses fonctions, après quoi il répond :

 

1ER SURV. Elle l'est, très vénérable.

 

V.M. Pourquoi nous assemblons-nous, f. 2ème survt ?

 

2EME SURV. Pour élever des temples à la vertu et creuser des cachots pour les vices.

 

V.M. Combien de temps devons-nous travailler ?

 

1ER SURV. Depuis midy jusqu'à minuit.

 

V.M. Combien faut-il de temps pour faire un apprenti ?

 

2EME SURV. Trois ans.

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

2EME SURV. Près de midy.

 

V.M. En considération de l'heure et de l'âge, avertissons tous nos chers frères que la l. d'apprentif maçon est ouverte et que nous allons commencer les travaux à la manière accoutumée.

 

1ER SURV. Mes chers frères sur vos colonnes, je vous avertis de la part du Vble que la loge d'apprentif maçon est ouverte et que nous allons commencer les travaux à la manière accoutumée.

 

V.M. Le second survt répète les paroles du premier et lorsqu'il a fini, le Vble ainsi que tous les ff. se lèvent, font le signe d'apprentif puis les applaudissements et crient trois fois " Vivat".

 

Ensuite, chacun se rassoit après que le Vble eu dit :

 

V.M. Mes ff., reprenez vos places et tenez-vous y avec décence !

 

Et c'est alors que le Vble commence le catéchisme.

 

Après, il se repose jusqu'à la réception, s'il y a quelque récipiendaire.

 

CATECHISME DES APPRENTIFS

 

DEMANDE Mon Frère, d'où venez-vous ?

 

REPONSE Très vénérable, de la loge de St. Jean.

 

DEMANDE Que fait-on à la loge de St. Jean ?

 

REPONSE On y élève des temples à la vertu et l'on y creuse des cachots pour les vices.

 

DEMANDE Qu'apportez-vous ?

 

REPONSE Salut, prospérité et bon accieul à tous les ff.

 

DEMANDE QUE VENEZ-VOUS FAIRE ICI ?

 

REPONSE Vaincre mes passions; soumettre ma volonté et faire de nouveaux progrès dans la Maçonnerie, etc…,


DEMANDE Lorsque ces demandes ont été faites à un f. qui arrive après l'ouverture de la l., le Vble luy dit :

 

V.M. Mon frère, que demandez-vous ?

 

REPONSE D'être admis à vos augustes travaux.

 

V.M. Prenez place mon cher frère, vos lumières et vos vertus vous en donnent le droit.

 

V.M. Célébrons un vivat en applaudissements !

 

POUR LA CLOTURE DE LA LOGE

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Minuit.

 

V.M. Quel âge avez-vous ?

 

2EME SURV. Trois ans.

 

V.M. En vertu de l'heure et de l'âge, avertissez-tous nos chers frères que nous allons fermer la loge, en terminant de la manière accoutumée.

 

1ER SURV. Les deux survts obéissent, chacun sur sa colonne ensuite, toute l'assemblée, à l'invitation du Vble, fait le signe d'apprentif et les acclamations.

 

Après quoi, le Vble dit :

 

V.M. Mes frères, la loge est fermée !

 

Les deux survts répètent ces paroles.

 

LOGE DE TABLE

 

Tout ce qui constitue le service de table doit former trois lignes parallèles, c'est-à-dire que les assiettes forment la première, les bouteilles et les verres, la seconde et les plats de service et les lumières forment la dernière.

 

Les verres sont nommé, s canons, les bouteilles, barriques, le vin rouge, poudre rouge, le vin blanc, poudre forte, le pain se nomme pierre brute, les mets, quels qu'ils soient, matériaux, les lumières, étoiles, les assiettes, tuiles, les couteaux , glaives et le sel, sable.

 

Tout étant disposé tel qu'on la vu cy-dessus, le Vble se lève (l'assemblée en fait autant), frappe les coups d'apprentif sur la table.

 

V.M.

 

Les survts luy répondent de même; ensuite le Vble dit :

 

V.M. Frères 1er et 2ème survts, engagés tous nos chers frères de vouloir bien nous aider à ouvrir la loge d'apprentif maçon et cette destruction de table !

 

1ER SURV. Mes frères, …

 

2EME SURV. Mes frères, …

 

Le second survt ayant fini, le Vble et toute l'assemblée font le signe d'apprentif et les acclamations ordinaires (voir à la page 28 des statuts, art 2 et suivants)

 

On doit prêter une oreille attentive aux coups de maillet, soit que les maîtres ou les survts frappent et quitter tout ce que l'on pourrait faire afin d'entendre ce qu'ils vont proposer et pouvoir y souscrire.

 

Il n'est pas plus permis de parler d'affaires de cœur ou d'intérêt dans cette loge que dans les autres.

 

La moindre faute contraire à la bienséance est punie.

 

L'ivresse et la gourmandise y sont traitées comme elles le méritent, c'est-à-dire comme de grands vices.

 

Enfin, le seul sentiment qu'un maçon doive avoir, c'est de se faire estimé dans une assemblée d'hommes choisis, liés par l'honneur et l'amitié.

 

L'homme sensuel qui s'oubliant lui-même, oublie le respect qu'il doit à la société, ne mérite que le mépris général.

 

C'est toujours au commencement du banquet que l'on porte les trois premières santés d'obligation (voir les statuts).

 

Il suffit ici de rapporter la 1ère, attendu que les autres ne luy diffèrent en rien que par les noms et les titres.

 

1ERE SANTE

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

V.M. F. 1er et 2ème survts, faites charger et aligner les armes pour la première santé d'obligation.

 

1ER SURV. Mes frères sur ma colonne, alignés et chargés vos armes pour la 1ère santé d'obligation très intéressante à notre ordre et que le Vble va proposer.

 

2EME SURV. Mes frères, …

 

Après que le second survt a fini, toute l'assemblée charge les canons de poudre rouge et dès que les barriques sont reposées, le Vble dit :

 

V.M. Frères 1er et 2ème survts, les canons sont-ils chargés e alignés ?

 

Ils répondent. Voir page 29 des statuts)

 

Sitôt que les survts ont répondu, le Vble se met à l'ordre; toute l'assemblée en fait autant puis il annonce la santé de la manière suivante :

 

V.M. Frères premier et second surveillants, annoncez à tous vos chers frères que la santé que j'ay le plaisir de proposer est celle du roi, notre illustre monarque glorieusement régnant, pour la conservation duquel nous ne cessons de faire des vœux ainsi que pour la prospérité de l'état de ses armes.

 

V.M. Nous joindrons à cette santé, celle de notre auguste eine, celle de la famille royale et de tout ce qui a le bonheur de leur appartenir.

 

C'est pour des santés si chères qu'il faut tirer ces canoncées de poudre rouge avec le zèle d'une amittié respectueuse en faisant, feu, bon feu, parfait feu.

 

1ER SURV. Mes ff. sur une colonne, la santé proposée par le Vble est celle du roi, etc ..(voir plus haut).

 

C'est pour les porter (ces santés) avec toutes les distinctions de la franche maçonnerie, qu'il vous prie de tirer ces cnoncée de poudre rouge avec le zèle d'une amitié respectueuse et de faire feu, bon feu, parfait feu.

 

Le second survt en dit autant sur sa colonne et dès qu'il a fini, le Vble commande l'ordre de la manière suivante :

 

V.M. La main droite aux armes !

On porte la main aux armes

Haut les armes !

On élève le verre devant soi à mi hauteur de la poitrine

Feu, grand feu et parfait feu

Alors, on boit par trois fois.

 

Tous les frères ayant consommé leur poudre, le Vble dit :

 

V.M. Les armes en avant !

 

On apporte le verre à la hauteur de la poitrine en observant cependant qu'il faut l'éloigner autant que cela se peut et qu'il soit au même niveau que ceux des autres et, en imitant toujours le Vble et ayant les yeux fixés sur luy afin d'être exact et de ne pas précipiter ou retarder les mouvements.

 

On porte le verre à la mamèle gauche puis à la droite; ensuite on rapporte le verre à la hauteur de la poitrine, observant toujours l'alignement.

 

Lorsqu'on a fait cet exercice trois fois, le maître ajoute :

 

V.M. Bas les armes ! une, deux, trois !

 

On pose le verre en trois tems sur la table, c'est-à-dire qu'au premier on pose le verre un peu horizontalement à gauche, puis on le rapporte parallèlement à droite, ensuite on le pose fortement sur la table, ensuite on frappe trois fois trois coups dans ses mains et l'on crie trois fois " Vivat ".

 

Tout cet exercice doit se faire avec assez d'exactitude et d'habileté pour que l'assemblée fasse en même temps, le même mouvement et que les verres ne produisent qu'un seul coup.

 

Ensuite, on s'assoit. (voir art. 7)

 

Lorsqu'on répond aux santés des princes, celui qui le fait doit aller se placer debout, l'épée à la main, entre le 1er et le second survt et s'y tenir jusqu'à ce que tout le monde se rassoit. Alors, il remet son épée dans son fourreau, prend son canon (qu'un f. servant luy apporte) et remercie en ces termes :

 

REPONSE Vble Maître si digne du ranh où je vous vois élevé, frères 1er et 2ème surveillants, ff. dignitaires, (ff. visiteurs, s'il y en a), ff. membres et ff. nouvellement initiés, le roi mon maître, sensible aux soins ordinaires que vous prenez de porter sa santé, a bien voulu me faire préposer pour vous en témoigner sa juste reconnaissance.

 

Ainsi, ne pouvant mieux m'acquitter de ses sentiments envers vous et vous faire connaître ceux que inspirez qu'en me servant des armes des maçons, je vais tirer cette canoncée de poudre rouge à votre gloire et faire bon feu, grand feu et parfait feu.

 

Alors il boit en observant les formalités.

 

SANTE DU VBLE PORTEE PAR LES 3 PREMIERS OFFICIERS

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

V.M.

 

V.M. F. 1er et 2ème survt, que demandez-vous ?

 

1ER SURV. Très Vble, le f. orateur, le f. 2ème surveillant et moi, nous vous prions de vouloir bien permettre de charger les armes et les aligner pour une santé qui nous est chère que nous avons à proposer.

 

V.M. Mes ff., dans tous vos grades et qualités, chargez et alignez pour une santé que les chers ff. orateur et surveillants ont à vous proposer !

 

Tous les ff., généralement ainsi que le Vble, chargent leurs canons.

 

Dès qu'ils ont fini, le Vble dit :

 

V.M. FF. 1er et 2ème survts, tous les canons sont-ils chargés et alignés ?

 

Les survts regardent et après que tout est en ordre, ils répondent – oui – ensemble.

 

V.M. L'orient se joint à vos désirs.

 

Quelle est la santé que vous avez à nous proposer ?

 

1ER SURV. C'est la vôtre, très Vble.

 

Mes ff., la santé que les très chers ff. orateur, second surveillant et moi avons le plaisir de vous proposer, est celle de notre vénérable maître présent et de tout ce qui a le bonheur de lui appartenir.

 

C'est pour une santé si chère, qu'il faut nous réunir afin de tirer ces canoncées de poudre rouge, avec les distinctions de l'illustre, franche et royale maçonnerie et, par trois fois, bon feu, grand feu, et parfait feu.

 

2EME SURV. Mes ff., … Il répète.

 

OR. Mes ff., … Il répète.

 

Après que l'orateur a fini d'annoncer la santé, le 1er surveillant commande l'ordre de la manière qu'on l'a vu cy-dessus et lorsque toute l'assemblée, excepté le Vble, a fait feu et fini les acclamations ordinaires, le Vble, qui doit avoir son canon chargé, remercie selon 'usage et dès qu'il a applaudi, le 1er survt dit :

 

1ER SURV. A moi, mes ff..

 

Alors, toute l'assemblée, excepté le Vble, recommence les applaudissements et on finit par les acclamations.

 

DERNIERE SANTE

 

V.M. 1er et 2ème survts, faites charger et aligner les canons pour la dernière santé d'obligation de notre ordre.

 

1ER SURV. Mes frères, …

 

2EME SURV. Mes frères, …

 

Après que l'assemblée a obéi, les survts disent :

 

1ER SURV. Très Vble, les armes sont chargées et alignées.

 

2EME SURV. Très Vble, les armes sont chargées et alignées.

 

Alors, le Vble et tous les assistants se lèvent, puis se croisent les bras, se prenant réciproquement la main gauche et la droite et forment une chaîne, tous ensemble, sans excepter les ff. servants en cet état.

 

Le cantique fini, le Vble fait les trois demandes suivantes :

V.M. F. 1er et 2ème survts, tous les ff. sont-ils à l'ordre ?

 

1ER SURV. Ils y sont, très Vble.

 

2EME SURV. Ils y sont, très Vble.

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Minuit.

 

V.M. Quel âge avez-vous ?

 

2EME SURV. Trois ans.

 

V.M. N considération de l'heure et de l'âge, etc …, etc …,

 

Le reste est tout à fait semblable à la clôture de la loge d'apprentif,

 

c'est-à-dire :

 

en considération de l'heure et de l'âge, avertissez tous nos frères que nous allons fermer cette L. en terminant nos travaux à la manière accoutumée.

 

Les 2 ff. survts obéissent, chaqu'un sur sa colonne.

 

Ensuite, toute l'assemblée, à l'invitation du Vble, fait le signe d'apprentif.

 

Les acclamations.

 

Après quoi, le Vble dit :

 

V.M. Mes f., la loge est fermée.

 

Les survts répètent ces paroles.

 

1ER SURV. Mes ff., la loge est fermée.

 

2EME SURV. Mes ff., la loge est fermée.

 

BLANCHISSAGE

 

Le maître des cérémonies ayant fait préparer le candidat, l'ayant fait habiller en compagnon, fait répéter les mots sacrés, de passe et la marche des 1er grades de la maîtrise, conduit le candidat à la porte de la loge où il frappe en compagnon, etc …

 

M. D. C.  00 0 0 0

 

REPONSE C'est un apprentif et compagnon qui demande l'augmentation de ses salaires en désirant être reçu maître.

 

Le nom, la qualité, la religion, l'âge et si le candidat a fait son tems et si les maîtres sont contents de luy.

 

On l'introduit la face tournée vers l'occident. Avant d'entrer, on luy défend de tourner la tête, ny à droite, ni à gauche, qu'il y en aurait assez pour le faire chasser.

 

Le f. Terrible tient deux épées; le 2ème survt s'est saisit d'une et en applique la pointe sur l'estomac du récipiendaire; le maître des cérémonies luy dit d'en soutenir la lame avec le bras.

 

V.M. Que m'amenés-vous là, Vble M. des Cérémonies ?

 

M. D. C. C'est un apprentif et compagnon qui demande l'augmentation de ses salaires en désirant d'être reçu maître.

 

Après les questions, le maître des cérémonies lui arrache son tablier, luy otte ses gants et les jette de cotté, luy disant :

 

M. D. C. Je vous dégrade de ces ornements que vous n'êtes plus digne de porter.

 

On lit les lettres s'il y en a et, après tout ce préambule, on ordonne de le faire voyager neuf voyages.

En passant devant le Vble, il quitte la main du conducteur et salue en compagnon.

 

On ordonne de lui faire voyager neuf voyages, la face tournée du cotté du mur, du midy à l'O., par le nord et l'occident; on luy fait d'autres questions, sil persiste, on le fait tourner et on lui fait voir le simulaire, placer les pieds en équerre, ensuite, passer dessus, en marche de maître.

 

Trois f. dont deux au midy, un au sepon, armés chacun d'un rouleau de carton, luy frappant à chaque pas, un coup sur l'épaule, disant :

 

LES FF. Pensés à la mort.

 

La marche faite, le candidat devant l'autel, les pieds en équerre vis-à-vis le compas tracé à l'O., le Resp. le fait mettre à genou devant l'autel, la main droite sur les statuts, les deux ff. surveillants, à côté de luy.

 

Le maître lui fait prêter l'obligation, etc …, etc …, le reçoit en frappant en maître de son épée sur sa tête et on le fait lever et placer à la troisième marche.

 

On fait les acclamations par trois fois.

 

On descend le tableau suspendu, etc …, etc …, difficile à lire, signes et mots entrecoupés.

 

Pendant le discours, on aura soin de faire lever en silence, le f..

 

Deux ff.à côté du candidat, auront soin de croiser leurs jambes droite et gauche derrière celles du candidat, afin qu'il soit plus aisé de le renverser.

 

4 ff. tiendront le drap élevé pour le couvrir, un autre lui mettra son tablier sur le visage pour l'en couvrir et, par-dessus, le linge teint de sang ou un mouchoir rouge et blanc.

 

On le transporte; le 1er survt luy met le pied droit en équerre, le second lui met la main droite sur le cœur, à l'ordre de compagnon.

 

On retourne en ..., on allume les 9 bougies, le tout en silence.

 

2EME SURV. Malgré tout notre zèle, nous n'avons rien trouvé.

 

Pendant cela, le M. des Cérémonies va poser une branche d'accassia sur le drap dont est couvert le candidat.

 

1ER SURV. Très respectable, nous avons cherché partout et nous n'avons rien trouvé.

 

Alors, le maître découvre le candidat par gradation. Etant découvert, tous font le signe d'horreur. Le Me dit :

 

V.M. C'est luy ! C'est le corps de notre R.Me qui a été assassiné. Le voilà encore à l'ordre de compagnon !

 

Tous font le signe d'appel, ensuite le Me prend le candidat par l'index qu'il laisse glisser en disant :

 

V.M. Jakin.

 

Ensuite, par le second doigt, de la même main que la première, en disant :

 

V.M. Booz.

 

Ensuite on fait la chaîne en prononçant à l'oreille M.,B.

 

Ensuite, le Me relève le candidat par les cinq points parfaits de la maîtrise.

 

Après que le M. des Cérémonies lui a ceint son tablier, la bavette tombant en avant, le candidat s'assoit à gauche du Vble et l'orateur fait son discours.

 

OUVERTURE DE LA L. DE COMPAGNON

 

Tout étant disposé pour le grade, le Vble frappe en compagnon :

 

V.M.

 

Les survts y répondent de même.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

V.M. F. 1er et 2ème survts, engagés nos chers frères tant du côté du midi que du côté du nord de vouloir bien nous aider à ouvrir laloge de compagnon maçon.

 

Les deux survts obéissent en la manière accoutumée, après quoi le Vble leur fait les demandes suivantes :

 

V.M. F. 1er survt, d'où venez-vous ?

 

1ER SURV. Vble, je viens de travailler dans le temple en qualité de compagnon.

 

V.M. Que venons-nous faire ici ?

 

1ER SURV. Recevoir vos ordres et profiter de vos lumières.

 

V.M. Que devés vous observer en qualité de 1er compagnon ?

 

1ER SURV. Si tous les ff. sont à l'ordre.

 

Il observe et répond en raison de ce qu'il voit.

 

V.M. Pourquoi nous rassemblons-nous ?

 

1ER SURV. Pour nous instruire dans l'art royal en nous livrant à l'étude des sciences qu'il exige.

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Midi plein.

 

V.M. Quel âge avés-vous ?

 

1ER SURV. Cinq ans.

 

V.M. En vertu de l'heure et de l'âge, avertissez nos ch. ff. que la loge de compagnon est ouverte et que nous allons commencer les travaux en la manière accoutumée.

 

1ER SURV. Idem.

 

Lorsque le 2ème survt a fini, le Vble et toute l'assemblée se lèvent, font le signe de compagnon et les acclamations; ensuite on s'assoit et l'instruction commence.

 

POUR LA CLOTURE

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Minuit

 

V.M. Quel âge avés-vous ?

 

1ER SURV. Cinq ans.

 

V.M. En vertu de l'heure et de l'âge, avertissés tous mes chers ff. que nous allons fermer cette loge en terminant nos travaux en la manière accoutumée.

 

Les deux survts le redisent.

Ensuite, toute l'assemblée, à l'invitation du Vble, fait le signe de compagnon et les acclamations. Après quoy, le Vble dit:

 

V.M. Mes ff., la loge est fermée.

 

Les deux survts répètent ces paroles.

 

MAITRISE

 

La maîtrise est la récompense des sciences et des vertus.

Tout étant disposé, le R. frappe en maître.

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

Ensuite, le R. dit :

 

V.M. FF. 1er et 2ème survts, engagés tous nos Vbles maîtres de vouloir bien nous aider à ouvrir la respectable l. de maître.

 

1ER SURV. Vbles maîtres, je vous invite etc …, etc …

 

2EME SURV. Vbles maîtres, je vous invite etc …, etc …

 

V.M Vbles survts, tous les ff. sont-ils à l'ordre ?

 

1ER SURV. Oui, très respectable.

 

2EME SURV. Oui, très respectable.

 

V.M. Vble 1er survt, quel est le soin qui nous rassemble ?

 

1ER SURV. Celui de recouvrer la parole de maître qui a été perdue.

 

V.M. S'il est ainsi, mes frères, allés au nord et au midi, reconnaître tous les maîtres que vous y trouverés. Sans doute que par leurs lumières, nous retrouverons la parole perdue ensuite, vous viendrés à l'O. pour me la rendre.

 

Les survts vont, chacun près leurs colonnes, recevoir de chaque frère, l'attouchement de maître, sans aucun signe, et leur donnant le baiser de paix.

 

Ils en reçoivent le mot sacré de la maîtrise que l'ordre exige et, continuant jusqu'au respectable, ils le lui rendent avec les mêmes formalités.

Après quoi, ils retournent à leurs places.

 

V.M. Vble 1er survt, à présent que la parole est retournée, que vous reste-t-il à faire ?

 

1ER SURV. Tracer des planches qui doivent servir d'exemple aux compagnons.

 

V.M. Avec quoi devons-nous travailler ?

 

1ER SURV. Avec de la craie, une terrine et du charbon.

 

V.M. Que signifient ces 3 choses ?

 

1ER SURV. Zèle, ferveur et constance.

 

V.M. Quel âge avés-vous ?

 

1ER SURV. 7 ans.

 

V.M. Quelle heure est-il ?

 

1ER SURV. Midi plein.

 

V.M. En vertu de l'heure et de l'âge, avertissés tous nos chers ff. que la respectable l. de maître est ouverte et que nous allons commencer nos travaux en la m. ac..

 

Le 1er et le second survts répètent ces paroles.

Ensuite, on fait le signe et les acclamations de maître.

Après quoy, l'instruction.

 

CLOTURE

 

On ferme la l. de maître comme celle de compagnon.

Il n'y a que le nom, le signe et les attouchements à changer.

 

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens