Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 15:13

La Loge Saint Jean d’Ecosse fut fondée à Marseille le 27 Aout 1751, sous l’impulsion d’un écossais Georges Duvalmon, muni de pouvoirs datés d’Edimbourg le 17 Juin 1751.

Il donna ses pouvoirs à Alexandre Routier le 17 Mai 1762 et la loge prit le titre de Mère Loge Ecossaise de Marseille.

Cette Loge puissante, non seulement par elle-même, mais aussi par les Loges qu’elle crée en France et au delà des mers eut une très grande influence sur le monde maçonnique de l’époque.

Mise en sommeil durant la Révolution, elle reprend ses travaux en 1801, pour les arrêter définitivement en 1814.

Cette Loge pratiquait, un Rite en sept Grades, assez semblable au Rite Français et dont la structure s’organisait ainsi :

Premier Grade : Apprenti

Deuxième Grade : Compagnon

Troisième Grade : Maitre

Quatrième Grade : Maitre Elu, dit des Neuf

Cinquième Grade : Ecossais Vrai d’Ecosse

Sixième Grade : Chevalier de l’Orient

Septième et dernier Grade : Prince de Rose Croix

Les relations entre les deux Rites n’étaient pourtant pas simples et l’observation suivante était adressée à tout candidat au Grade de Maitre Elu dit des Neuf.

« Le grade qui vient de vous être conféré, se retrouve dans le Rite Français, mais avec des changements tels que vous ne pourriez vous faire reconnaitre pour Elu, dans les Loges constituées par le Grand Orient de France, comme les Elus français ne peuvent pénétrer dans nos Conseils parce que malgré la parité des diverses circonstances du grade, les points de reconnaissance diffèrent assez pour que nous ne puissions fraterniser jusque la ; c’est ce qui motive l’obligation que vous avez prêtée, mon frère, de ne communiquer les secrets de vos grades capitulaires à aucun maçon d’un autre rite que celui professé par cette respectable loge.

J’aime à croire que vous n’enfreindrez jamais cet engagement, qui est de rigueur.

Ne vous présentez donc dans les loges françaises, mon frère, que comme maitre, parce que leurs membres ne sont accueillis par nous que dans le symbolique.

D’où viennent,  direz-vous, ces différences entre les mêmes grades dans les deux rites ?

Elles proviennent de ce que le Rite Ecossais donne les grades dans leur antique simplicité, tandis que dans le Rite Français un esprit de réforme, d’innovation a fait faire beaucoup de changements. Plusieurs ne sont pas sans mérite, il faut l’avouer, mais enfin nos pères n’en avaient pas eu l’idée, et chez l’étranger ou l’on est  plus fidèle aux anciennes formules, aux  anciennes coutumes, les grades y ont conservé leur texture primitive, et bref, on n’y reconnait point les hauts grades français, tandis qu’on y reconnait les hauts grades écossais, tels qu’ils se donnent parmi nous.

Cet avantage n’est point à négliger dans ces contrées parce que beaucoup de leurs habitants, dans leurs voyages de long cours, sont en rapport avec différentes nations : il n’y a pas chez toutes des ateliers français, et chez presque toutes il y a des ateliers écossais.

A la vérité ceux qui tiennent en quelque sorte à la glèbe, c'est-à-dire qui ne quittent point le sol de la France, doivent être jaloux de pratiquer les loges de leur pays.

C’est aussi ce qui est loisible au Symbolique, mon frère, pour tous ceux de vous qui, pour une légère rétribution sont affiliés à la Respectable loge de l’Aimable Sagesse* à l’orient de Marseille, et j’ai lieu de penser que cette même loge acquiescera aux propositions que je lui ai fait d’affilier à son Souverain Chapitre, les membres du notre. Lorsque j’aurai une réponse positive à cet égard, je m’empresserai de vous en faire part.

Nota – Cette proposition a été acceptée.

Nota- On peut faire la même observation à tous les candidats que l’on reçoit dans les grades subséquents, en substituant au mot Elu, celui du grade que l’on vient de conférer.

*La Loge de l’Aimable Sagesse, est membre du Grand Orient de France et pratique le Rite Français.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Villant Jean-Claude 16/10/2009 19:10


Bonjour
L'histoire de cette Loge est vraiment un exemple d'anachronisme. Cete loge a bien existée et c'est un Ecossais le fondateur. Le reste est pure fantasme. c'est en 1784 1786 que le Grand Chapitre
Général de France organisa en 7 degré la foulitutude de grades qui s'tait développé en quelques années. En 1751il n'exité que des grades d'Ecossais et celui de Sublime Elu.
Pour notre histoire authentique je trouve dommage que l'on restitue pas la réalité.
La fameuse Loge de Saint Germain reprise dans l'histoire de certaines obédiences est encore pire.


MONTALEAU 17/10/2009 03:47


Merci pour ton commentaire. Tu as tout a fait raison, la prudence doit être de rigueur quand on étudie les loges de ce type.
Si la loge a bien été créée par un écossais, les rituels  pratiqués par la loge au début du 19° Siècle ne sont  qu'un choix volontairement limité dans la masse de hauts grades existant en
France dans la seconde moitié du 18° siècle. La démarche semble très proche du celle du Grand Chapitre Général et donne naissance à un système quasiment équivalent.
Les seuls rituels connus de cette loge sont ceux qui étaient pratiqués en 1812 et qui ont été publiés en fac similé en 1993.
La comparaison avec le rite français qui y figure me semble interressante et montre bien que la légende d'une maçonnerie écossaise pure et universelle était bien ancrée dans l'imaginaire des 
loges de cette époque.
Concernant la loge de saint germain, dont tu parles dans ton commentaire, je pense que c'est une invention pour justifier l'origine stuartiste de la maçonnerie Française un peu en dehors de la
grande loge de Londres.


Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens