Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 00:51

Lettre de J.B.Willermoz à la Triple Union de Marseille (1805)

willermo2.jpg

Dans l’examen que j’ai fait du cahier ou registre des ffres présents aux tenues de Loge depuis le 24 juin dr je trouve 32 tenues en moins de 7 mois, ce qui l’un dans l’autre place une tenue par semaine.

Ce nombre là me paraît vraiment exorbitant pour une aussi grande ville que la vôtre où l’on peut présumer que le plus grand nombre des ffres est fort occupé à ses affaires, il paraît impossible qu’ils puissent être généralement exacts à des tenues si répétées, et je ne m’étonne plus que le plus grand nombre soit si inexact ; il serait donc injuste de tenir des registres de présence pour des hommes qui ne peuvent pas être présents.

J’observe encore que ces tenues tombent fréquemment sur des jours de dimanche ; ces jours là peuvent convenir sans doute à la majorité des ffres pendant l’hiver, mais présumant que l’on a chez vous comme à Lyon le goût des campagnes pendant l’été ou la belle saison, ce doit être pour cette saison là un grand obstacle à la fréquence des tenues, et spécialement à celles des dimanches. C’est pourquoi à Lyon où l’on n’en tenait que deux par mois pendant l’hiver on les réduisait souvent à une pendant l’été. Pour me former une idée juste de l’utilité ou de l’inconvénient de la fréquence qui a eu lieu il faudrait savoir:

1°) Si la généralité des membres agrégés l’a demandée ou au moins consentie car ces arrangements doivent toujours se prendre à la pluralité absolue de ceux qui ont droit de suffrage délibératif, c’est-à-dire, des Maîtres agrégés.

2°) Il faut savoir si les instructions sont toujours choisies et préparées de manière à pouvoir satisfaire ou réveiller l’appétit de la généralité ; car si c’était pour répéter toujours à peu près les mêmes, il serait bien difficile que la satiété ou même l’ennui ne s’y introduisent pas.

Je crois donc, mon V. & B. A. fre qu’il est nécessaire un autre plan qui puisse être agréable à tous, et de le concerter essentiellement avec le comité des ffres Ecoois.  auquel vous communiquez librement cette partie de ma lettre, étant l’élite des membres qui composent la Loge entière, ils doivent connaître et pourvoir dans une juste mesure à ses besoins. Ne connaissant point assez vos localités, je ne pourrai point proposer ici de règles absolues, mais seulement des conseils fondés sur les règles et les besoins ordinaires.

Il est indispensable de caser chaque mois, et s’il se peut dans la 1re huitaine du mois, une Loge de cérémonie suivie d’un banquet maç.dans laquelle on réserve, autant qu’il en est possible, la réception du 1er grade et même les promotions aux 2me & 3me.Si le travail ou la décoration employées ce jour là ne permettent pas  d’y introduire avant la fin les ffres d’un grade inférieur pour participer à l’instruction de clôture, ils ne sont invités ce jour là que pour l’heure du banquet. Si cependant les ffres réunis d’un gr. Supérieur trouvent plus convenable de choisir un autre jour pour le conférer, on est libre de le faire.

Si pour la Loge de cérémonies il n’y a point de réception à faire, le V. M. doit concerter avec les principaux officiers les plus instruits le plan des instructions & discours qui sont jugés convenables pour ce jour là parce que cette séance cérémonielle doit être exclusivement remplie par des réceptions, promotions ou instructions générales, et on doit ces jours là éviter de traiter des matières sujettes à de longues discussion, à moins qu’il y eut nécessité à une délibération très urgente.

Il est plus convenable de tenir 8 ou 15 jours après une Loge de délibération sans banquet, c’est-à-dire une séance spécialement réservée pour toutes les discussions et délibérations qui concernent l’administration de la Loge pour les scrutins de réception, d’agrégations, d’affiliations, de promotions au 2ème et 3ème gr. et enfin pour tout ce qui concerne les finances, la discipline et l’administration de la Loge. Voilà les deux seules tenues auxquelles la totalité des membres doit être astreinte ; savoir, comme on l’a déjà dit, une Loge de cérémonie et d’instruction, et une pour traiter toutes les affaires, dans lesquelles seules on doit tenir ouvert le registre des présents ; mais les jours affectés à ces deux tenues doivent être fixés invariablement par les règlements particuliers, soit pour toute l’année, soit pour chacune des deux saisons en particulier. Si on est dans le cas de changer de jour pour l’une ou l’autre, le choix de ces deux jours doit être délibéré par la totalité des ffres convoqués ad hoc sur la proposition faite pour tel ou tel jour par le comité des Ecsais dont le V. M. en est l’organe, de manière que tous les ffres sans exception sachent le premier janvier quels sont les jours fixés pour toute l’année pour l’une et l’autre [mot illisible] ; ce qui est le seul moyen de prévenir toute plainte et mécontentement bien ou mal fondé à ce sujet ; mais lorsqu’il s’agit d’affaires majeures comme par exemple un changement de local , un plan général de bienfaisance, etc., etc., etc. la Loge doit être convoquée extraordinairement et la lettre de convocation doit faire connaître à chacun quel sera l’objet de la délibération , si toutefois il n’exige pas le secret ; afin que chacun ainsi prévenu puisse faire un effort particulier pour y apporter son opinion et son suffrage. Et si l’affaire exige une maturité de réflexion, on doit laisser à tous les ffres le temps de faire les siennes sans précipitation et en envoyer la décision à une autre assemblée de huitaine, de quinzaine ou d’un mois suivant les cas. Les maîtres, membres agrégés, ont seuls voix délibératives pour décider toute question relative au financement et à l’administration générale de la loge. On peut donner dans ces cas là la voix consultative aux apprentis & compagnons présents pour les former peu à peu .

Il y a cependant partout quelques circonstances particulières qui conduisent aux suspensions entières des travaux pour un temps [mot illisible] ou seulement un changement de jour pour tenir les séances. Pour exemple à Lyon il était d’usage [mot illisible] de suspendre tous travaux [mot illisible] toujours pendant le mois des vendanges et par le même motif on devançait ou on retardait ceux qui tombaient sur les 10 à 12 jours de carnaval ; on croyait devoir des arrangements à la convenance générale des ffres de toutes classes. La sagesse de cet arrangement devrait s’étendre aussi chez vous dans le mois où se tient la foire de Beaucaire............

à ce genre de choses. Ces voix consultatives ne sont que la discussion, mais elles ne comptent point pour arrêter les délibérations. S’il s’agit d’un scrutin pour réception ou promotion aux gr. Supérieurs à celui d’apprenti les Maîtres qui ne sont qu’affiliés ont droit de suffrage définitif parce que ces réceptions ne regardent point la Loge seulement mais bien l’O.entier dont ils font partie. Si dans le courant du mois un fre demande d’être promu à un grade supérieur au sien, cette promotion ne devant jamais avoir lieu qu’après un ou plusieurs examens approfondis sur les gr. qu’il a déjà, le comité Ecsais toujours présidé par le V. M. nomme dans son sein parmi les ffres les plus instruits un comité d’examinateurs composé de 3 ffres au moins et de 7 au plus ; un plus grand nombre ne pourrait qu’embarrasser ou intimider l’examiné. Ce comité concerte le jour le plus convenable pour commencer les examens et si ce jour éprouve quelque obstacle majeur de la part de l’examiné, il doit être changé de concert avec lui. Sur le rapport fait en Loge de cet examen par le V. M. au nom du comité examinateur elle tient le scrutin d’admission ou de suspension jusqu’après un second examen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens