Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 14:10

PREMIERE PARTIE : LES DEMANDES D'APPROCHE.

D. 1 Entrez-vous ou passez-vous ?

R. Je passe.

D. 2 D'où à où passez-vous ?

R. Du Nord au Sud.

D. 3 Quel âge avez-vous ?

R. Cinq ans.

D. 4 Que signifie le mot de passe ?

R. Il signifie épi. C'était le mot de passe des Israélites en guerre avec la tribu d'Ephraim. Les sentinelles placées par Jephté sur le bord du Jourdain demandaient ce mot à ceux qui se présentaient et les Ephraïmites, ne sachant le prononcer, étaient massacrés et précipités dans le fleuve.

D. 5 Donnez-le moi.

R. Schibboleth.

DEUXIEME PARTIE : LES DEMANDES SYMBOLIQUES

D. 1 Etes-vous Compagnon du Métier?

R. Je le suis.

D. 2 Où avez-vous été reçu Compagnon ?

R. Dans une Loge de Compagnons juste.

D. 3 Qu'est-ce qui fait une Loge de Compagnons juste ?

R. Cinq. A savoir : trois Maîtres et deux Compagnons.

D. 4 Avez-vous travaillé ?

R. Oui, Très Vénérable.

D. 5 A quoi avez-vous travaillé ?

R. A la construction du Temple.

D. 6 Par où entrait-on dans le Temple du roi Salomon ?

R. Par la porte de l'Orient.

D. 7 Qu'avait fait dresser le roi Salomon de chaque côté de cet

te porte ?

R. Deux grandes colonnes.

D. 8 De quelle matière étaient-elles ?

R. D'airain.

D. 9 Quelle était leur hauteur ?

R. Dix-huit coudées.

D. 10 Leur circonférence ?

R. Douze coudées.

D. 11 Leur épaisseur ?

R. Quatre doigts.

D. 12 Pourquoi cela ?

R. Parce qu'elles étaient creuses.

D. 13 De quoi étaient-elles ornées ?

R. De chapiteaux hauts de cinq coudées, décorés de lys et de deux rangées de cent pommes de grenade chacune, séparées par un réseau de chaînettes.

D. 14 De qui étaient-elles l'œuvre ?

R. D'un Maître habile et intelligent, Hiram Abif, fils d'un bronzier tyrien et d'une veuve de la tribu de Nephtali.

D. 15 Comment les représente-t-on couramment en France dans les Loges maçonniques ?

R. Par deux colonnes d'ordre corinthien.

D. 16 De quoi en surmonte-t-on aussi la représentation ?

R. De deux globes. L'un, au Sud, représentant la Terre, l'autre, au Nord, figurant la Sphère céleste.

D. 17 Pourquoi cela ?

R. Pour figurer l'opposition du jour et de la nuit et pour marquer l'universalité de la Maçonnerie.

D. 18 Où se tint la première Loge à Jérusalem ?

R. Dans le porche du Temple du roi Salomon.

D. 19 Combien y a-t-il de principes géométriques en Maçonnerie ?

R. Quatre.

D. 20 Quels sont-ils ?

R. Le point, la ligne, la surface et le volume.

D. 21 Expliquez-les moi.

R. Le point est le centre à partir duquel un Maçon ne peut s'égarer, la ligne est longueur sans largeur, la surface longueur et largeur, le volume longueur, largeur et épaisseur.

D. 22 Si autour de ce point vous tracez un cercle, que lui ajoutez-vous ?

R. Deux grandes parallèles, l'une au Nord, l'autre au Sud.

D. 23 Que représentent-elles ?

R. Saint Jean Baptiste qui a annoncé la Vraie Lumière et Saint Jean l'Evangéliste qui l'a répandue.

D. 24 Que placez-vous au-dessus de ce cercle ?

R. L'Evangile de Saint Jean.

D. 25 Pourquoi cela ?

R. Parce qu'il unit les deux Saint Jean. L'Evangéliste y a en effet dit du Baptiste: "Il y eut un homme envoyé de Dieu dont le nom était Jean. Il n'était pas lui-même la lumière, mais le témoin de la lumière".

D. 26 Pourquoi encore ?

R. Parce que si un Maçon suit fidèlement ce cercle autour de ce point, il rencontrera nécessairement ces deux grandes parallèles qui le conduiront vers la Loi d'Amour de l'Evangile de Saint Jean et qu'ainsi il ne pourra jamais s'égarer.

D. 27 Quels sont les cinq ordres de l'architecture antique et classique ?

R. L'ordre toscan, l'ordre dorique, l'ordre ionique, l'ordre corinthien, l'ordre composite.

D.28 Quels sont les cinq principaux éléments de l'architecture romane ?

R. L'arc en plein cintre, la voûte en berceau, le contrefort, la voûte d'arêtes et la coupole.

D. 29 D'où vient la forme de l'arc en plein cintre ?

R. De l'arc-en-ciel.

D. 30 Quels sont les cinq principaux éléments de l'architecture gothique ?

R. L'arc brisé, la croisée d'ogives, l'arc boutant, le pinacle à fleurons, la rose.

TROISIEME PARTIE : LES CIRCONSTANCES DU PASSAGE.

D.1 Qu'a-t-on exigé de vous pour passer Compagnon ?

R. D'avoir présenté en Loge mes impressions d'initiation et un travail sur un sujet donné par le Très Vénérable, ainsi que de prouver que je connaissais parfaitement les quatre parties de l'Instruction du premier grade.

D. 2 Où avez-vous été conduit avant votre Passage ?

R. Dans un lieu retiré pour être préparé.

D. 3 Qui était avec vous dans ce lieu ?

R. Un Préparateur.

D. 4 Comment vous a-t-il préparé ?

R. En s'assurant que j'avais bien compris la signification du premier grade et les problèmes posés par la transformation de la Maçonnerie opérative en Maçonnerie spéculative.

D. 5 Que vous a-t-il dit encore ?

R. Que la plus grave erreur serait de demeurer dans la Franc-Maçonnerie par intérêt matériel ou à contrecœur et qu'il était encore temps d'y réfléchir.

D. 6 Que vous a-t-il demandé enfin ?

R. De répondre par écrit à cinq questions.

D. 7 Où vous a-t-on conduit ensuite ?

R. A la porte de la Loge de Compagnons.

D. 8 Comment vous êtes-vous annoncé ?

R. Par la batterie d'Apprenti.

D. 9  Qu'a-t-on demandé ?

R. Qui frappe ?

D. 10 Qu'a-t-on répondu ?

R. C'est un Apprenti qui désire d'être reçu Compagnon.

D. 11 Qu'a-t-on demandé à nouveau ?

R. A-t-il travaillé, a-t-il fait son temps, croit-il que son Maître est content de lui ?

D. 12 Qu'a-t-on répondu ?

R. Que j'avais travaillé à dégrossir la Pierre brute, que j'avais fait mon temps, que je croyais que mon Maître était content de moi.

D. 13 Qu'avez-vous fait lorsque vous avez été admis ?

R. J'ai fait les trois pas d'Apprenti, et j'ai salué le Très Vénérable du signe de mon grade.

D. 14 Que vous a dit ce dernier ?

R. Mon Frère N... votre admission dans cette Loge de Compagnons vous laisse espérer que votre demande d'augmentation de salaire a été favorablement reçue. Persistez-vous donc à vouloir faire de nouveaux progrès dans la Maçonnerie ?

D. 15 Qu'avez-vous répondu ?

R. Que je persistais.

D. 16 Que fit alors le Premier Surveillant ?

R. Il m'a présenté au Maître de la Loge. Puis, après avoir prié le Frère Premier Expert de l'assister, il m'a fait mettre les pieds en équerre face à l'Est, en bas et au milieu du tableau et fait montrer comment marcher par trois grands pas de l'Occident à l'Orient, en partant du pied droit.

D. 17 Comment marchent les Compagnons ?

R. Par un pas du pied droit au Midi, un second pas du pied gauche au Nord et un troisième pas du pied droit à l'Orient.

D. 18 Pourquoi met-on l'épée à la main lorsqu'on reçoit des Obligations de Compagnon ?

R. C'est pour écarter les Apprentis, les manœuvres et les indiscrets.

D. 19 Que vous dit-on lorsque vous êtes arrivé à l'Orient ?

R. Le Frère Orateur m'a appris qu'à ce moment de la cérémonie les Maçons de Métier anglais donnaient connaissance à celui qui allait être libéré des liens de l'apprentissage et accéder au rang de Compagnon Franc-Maçon, de l'histoire traditionnelle du Métier telle qu'elle se trouve dans les manuscrits anglais dont le plus ancien date du XlVe siècle et que l'on désigne sous le nom de "Old Charges" ou, en français, d'"Anciens Devoirs".

Il a ajouté que cette histoire était purement légendaire mais qu'elle était tellement liée à la Tradition maçonnique qu'il était nécessaire de m'en donner lecture.

D. 20 Quels en sont les principaux traits ?

R. Cette légende décrit l'invention des métiers et des arts libéraux avant le déluge et raconte comment ces enseignements furent inscrits sur deux colonnes, l'une de pierre qui ne serait pas endommagée par les eaux, l'autre de terre cuite qui ne pourrait être détruite par le feu.

D. 21 Qui a retrouvé l'une de ces colonnes ?

R. Le grand Hermès, père des Sages, qui enseigna les arts libéraux aux autres hommes.

D. 22 Combien y a-t-il d'arts libéraux ?

R. Sept, ou trois et quatre.

D. 23 Quels sont les trois premiers ?

R. La grammaire, la rhétorique et la logique.

D. 24 Quels sont les quatre derniers ?

R. L'arithmétique, la géométrie, la musique et l'astronomie.

D. 25 Quel est le plus important de ces arts libéraux ?

R. La géométrie, car sur elle reposent tous les autres arts libéraux.

D. 26 Qui donna aux Francs-Maçons leurs premiers Devoirs ?

R. Nemrod, qui leur enjoignit d'être sincères les uns envers les autres et de s'aimer les uns les autres. Et il leur donna aussi des Devoirs concernant la Maçonnerie.

D. 27 Qui donna encore des devoirs aux Maçons ?

R. Le roi David.

D. 28 Qu'advint-il après la mort de ce roi ?

R. Salomon, son fils, construisit le Temple que son père avait projeté et augmenta le nombre de ses Maçons en sorte qu'il eut à sa disposition quatre-vingt mille ouvriers, tous Francs-Maçons. A ce nombre il en ajouta trois mille trois cents qui furent nommés Surveillants de ses travaux.

D. 29 Que lui envoya Hiram roi de Tyr ?

R. Du bois de cèdre du Liban pour le Temple et un homme habile et intelligent, fils d'un bronzier tyrien et d'une veuve de la tribu de Nephtali, nommé lui aussi Hirarn et surnommé Abif, le "Maître", qui devint le chef de tous ses Maçons.

D. 30 Que fit enfin le roi Salomon ?

R. Il confirma les devoirs et les usages que son père avait donnés aux Maçons.

D. 31 Que vous dit ensuite le Frère Orateur ?

R. Qu'il était d'usage dans la Maçonnerie opérative de donner aussi connaissance à celui qui allait passer Compagnon, des "Devoirs" proprement dits, c'est-à-dire des clauses morales et professionnelles qu'il devait s'engager à respecter désormais avec une extrême rigueur. La plupart de ces -clauses n'ont plus de raison d'être aujourd'hui puisque nous ne-sommes plus des Maçons de pratique ou opératifs mais des Maçons spéculatifs. Toutefois leur esprit ne saurait nous laisser indifférents. C'est pourquoi il m'en a été fait lecture.

D. 32 Citez-m'en un article remarquable.

R. Les Maçons opératifs anglais devaient donner du travail aux Compagnons qui se présentaient à eux selon les usages pour au moins une quinzaine et s'ils ne le pouvaient pas ils devaient leur donner de l'argent pour qu'ils puissent se rendre décemment à la prochaine Loge. C'est une règle que respectait aussi le Compagnonnage français.

D. 33 De quoi vous donna ensuite connaissance le Frère Orateur ?

R. Des formules de l'Obligation fondamentale et de l'Obligation complémentaire de Compagnon.

D. 34 Qu'avez-vous fait ensuite ?

R. J'ai prêté ces Obligations de Compagnon Franc-Maçon.

D, 35 Que vous dit le Maître après ces Obligations ?

R. Afin de sceller définitivement ces Obligations, baisez l'Evangile, ce que je fis.

D. 36 Qu'advint-il après cela ?

R. Le Deuxième Expert me conduisit hors de la Loge et m'enseigna les points de mon Passage.

D. 37 Que reçûtes-vous en premier après votre retour dans la Loge ?

R. L'attouchement.

D. 38 Et ensuite ?

R. Le mot sacré qui, donné par le dernier Compagnon Passé, circula parmi tous les Frères et me fut communiqué par le Maître de la Loge.

D. 39 Qu'est pour vous ce mot sacré?

R. Mon nom de Maçon.

D. 40 Quelle est la réponse à ce mot sacré ?

R. Le mot sacré du grade précédent.

D. 41 Qu'est cette réponse ?

R. Egalement un nom.

D. 42 Que forment ces deux mots ainsi rassemblés ?

R. Le mot du Maçon qui permettait aux Compagnons opératifs de trouver travail, aide et assistance dans toutes les Loges.

D. 43 Le mot sacré de Compagnon a-t-il un équivalent ?

R. Oui, Force et sa réponse est alors Beauté.

D. 44 Que disent à ce sujet les anciens documents maçonniques anglais ?

R. La raison pour laquelle la Maçonnerie a reçu un secret fut que la construction de son Temple plut à Dieu. C'est pour¬quoi en partie par mérite, mais bien plutôt par libre grâce, ils obtinrent un nom G t un nouveau commandement semblable à celui que le Christ donna à ses disciples de s'aimer les uns les autres.

D. 45 Quel était ce nom et ce commandement ?

R. Leur nom signifie Force, sa réponse Beauté, et leur commande ment Amour. Force et Beauté se rapportent aux deux alliances, l'une de justice, l'autre de libre grâce.

D. 46 Que devaient apporter les Compagnons opératifs lorsqu'ils avaient été admis à se présenter dans une Loge ?

R. La Salutation rituelle, ou salutation de l'Etranger.

D. 47 Que vous dit le Maître de la Loge lorsqu'il vous eut communiqué le mot sacré ?

R. Il me pria de porter désormais la bavette de mon tablier abaissée.

D. 48 Que vous dit-il ensuite ?

R. "Mon Frère, puisque vous avez reçu les signes, attouchements et mots de votre nouveau grade et puisque vous connaissez la Salutation rituelle des Compagnons étrangers, vous pouvez prendre la route afin de parfaire vos connaissances en Franc-Maçonnerie. C'est ce que le Compagnonnage de notre pays appelle faire son "Tour de France", après quoi le Compagnon, devenu habile ouvrier, était définitivement reçu".

D. 49 Qu'avez-vous appris dans votre premier voyage ?

R. J'ai mis la pierre que j'avais déjà dégrossie en chantier et

j'ai achevé de la tailler à l'aide du marteau bretté ou laye.

D. 50 Comment se nomme la partie inférieure de la pierre ?

R. Le lit de pose.

D. 51 La partie supérieure ?

R. Le lit d'attente.

D. 52 La partie apparente ?

R. Le parement.

D. 53 De quels instruments les Maçons s'aident-ils pour tailler la pierre ?

R. De panneaux et de biveaux de bois. Le panneau guide dans un plan et le biveau permet de passer d'un plan à un autre.

D. 54 Qu'avez-vous appris dans votre deuxième voyage ?

R. A transporter la pierre que j'avais taillée jusqu'à sa place

définitive dans l'édifice. Le levier me permet de la déplacer horizontalement, le treuil et la louve me permettent de la lever.

D. 55 Que représente en Maçonnerie le Levier ?

R. C'est l'emblème de la Force.

D. 56 De combien de parties se compose la louve ?

R. De trois, de la louve elle-même et de deux louveteaux.

D. 57 Qu'avez-vous appris dans votre troisième voyage ?

R. J'ai placé le mortier sur le lit d'attente de l'assise inférieure en sorte que le joint entre les deux pierres ait exactement l'épaisseur prévue. J'ai posé la pierre et rempli le joint montant.

D. 58 Quelle est la signification de la Truelle en Maçonnerie ?

R. De même qu'avec cet outil le Compagnon dispose le mortier qui doit unir toutes les pierres de l'édifice, de même avec la Truelle le Maçon spéculatif répand l'amour fraternel qui doit unir tous les Maçons de la Loge et aussi tous les hommes de la terre, entreprise longue et difficile. De plus, avec la Truelle, le Maçon spéculatif efface les défauts et les erreurs de ses Frères tant qu'ils demeurent dans les voies de l'honneur et de la probité afin que rien ne nuise jamais à la bonne harmonie de la Loge.

D. 59 Qu'avez-vous appris dans votre quatrième voyage ?

R. J'ai vérifié la pose de ma pierre à l'aide du Niveau et de la Perpendiculaire. En effet, en règle générale, si nos assises ne sont pas exactement horizontales et si nos murs ne s'élèvent pas rigoureusement à la verticale, les édifices que nous construisons ne tarderont pas à s'écrouler pour notre honte et celle du Métier.

D. 60 Qu'avez-vous appris dans votre cinquième voyage ?

R. J'ai vérifié avec l'Equerre la pierre angulaire de l'édifice et ainsi je ne vérifierai moi-même car les Maçons sont des pierres vivantes pour la construction de leur Temple spirituel.

D. 61 Que représente la pierre angulaire en Maçonnerie ?

R. Le modèle suprême de tous les Maçons et c'est pourquoi l'Equerre est pour nous l'outil le plus précieux.

D. 62 Avez-vous été payé ?

R. Je suis content.

D. 63 Où avez-vous été payé ?

R. Dans la Chambre du Milieu.

D. 64 Avant d'accéder à la Chambre du Milieu qui avez-vous rencontré ?

R. Le Premier Surveillant.

D. 65 Que vous a demandé le Premier Surveillant ?

R. Un signe, un attouchement, un mot.

D. 66 Comment êtes-vous parvenu à la Chambre du Milieu ?

R. Par un escalier en forme de vis situé du côté Sud du Temple et qui se montait par trois, cinq et sept.

D. 67 Que vous rappellent ces nombres ?

R. Ceux qui font une Loge juste et parfaite.

D. 68 Lorsque vous êtes entré dans la Chambre du Milieu, qu'avez-vous vu ?

R. L'Etoile flamboyante qui se trouvait au centre.

D. 69 Qu'y avait-il au centre de cette Etoile flamboyante ?

R. La lettre G.

D. 70 Pourquoi vous êtes-vous fait recevoir Compagnon du Métier ?

R. Pour connaître la lettre G.

D. 71 Que signifie cette lettre ?

R. Géométrie, cinquième des Arts Libéraux. La Maçonnerie toute entière est régie par la Géométrie et les Maçons opératifs doivent avoir une connaissance approfondie de cette science.

D. 72 La lettre G. n'a-t-elle pas une autre signification ?

R. Si Très Vénérable, Grandeur et Gloire.

D. 73 Que voulez-vous dire ?

Beaucoup plus grand que vous.

D. 74 Qui peut être beaucoup plus grand que moi qui suis Maçon Libre et Accepté et Maître de cette Loge ?

R. Dieu lui-même, le premier et le plus sublime Géomètre de l'Univers, dont le nom commence par cette lettre dans plusieurs langues.

D. 75 Que signifie l'Etoile flamboyante ?

R. Représentée dans la tradition française par un pentagramme, dans d'autres traditions par un hexagramme, dans d'autres encore par une simple gloire lumineuse, elle est l'emblème du génie qui élève aux grandes choses.

Mais elle est avant tout le symbole de ce feu sacré, de cet¬te lumière divine dont le Grand Architecte de l'Univers a formé nos esprits et grâce à laquelle nous pouvons pratiquer l'Amour, chercher la Vérité et nous régler sur la Justice.

D. 76 Pourquoi l'Etoile flamboyante est-elle l'emblème du Vénérable ?

R. Parce qu'il doit s'efforcer de répandre avec humilité dans la Loge cette lumière divine.

D. 77 Qu'a fait alors le Maître de la Loge ?

R. Il m'a reçu Compagnon Franc-Maçon.

D. 78 Où vous pria de vous rendre après cela le Très Vénérable ?

R. A l'Occident afin de me faire reconnaître par les Frères Deuxième et Premier Surveillants.

D. 79 Qu'avez-vous communiqué au Deuxième Surveillant ?

R. Le signe, l'attouchement et le mot.

D. 80 Qu'avez-vous apporté au Premier Surveillant ?

R. La Salutation rituelle.

D. 81 Où fûtes-vous placé ensuite ?

R. Entre les colonnes et le Très Vénérable invita les Frères à applaudir à mon Passage.

D. 82 Qu'avez-vous demandé ?

R. J'ai demandé et obtenu la faveur de tirer ma première batterie de Compagnon en l'honneur de la Respectable Loge qui venait de me passer à ce grade.

D. 83 Où vous a-t-on placé enfin ?

R. En tête de la colonne du Midi.

QUATRIEME PARTIE : LE TUILAGE, LES POINTS DU PASSAGE.

D. 1 A quoi connaîtrai-je que vous êtes Compagnon du Métier ?

R. A mes signes, attouchements, mots et aux points de mon Passage.

D. 2 Donnez-moi les points de votre Passage.

R. On les donne : on frappe oo - o - oo à la porte de la Loge

on fait les trois pas de Compagnon à l'ordre du deuxième grade en partant du pied droit; on s'incline devant le Maître de la Loge ; on se relève, on fait le signe et on se remet à l'ordre. On dit: Me voici, moi, le plus jeune et le dernier Compagnon Passé qui ai prêté et renouvelé mes Obligations devant le Grand Architecte de l'Univers, qui est Dieu, et sur l'Evangile de Saint Jean.

D. 3 Donnez-moi le premier point de votre Passage.

R. Je garde, je cache,

D. 4 Que cachez-vous ?

R. Tous les secrets ou mystères d'un Compagnon, sous un châtiment qui ne saurait être: moindre que d'avoir le sein gauche ouvert, le cœur arraché et jeté en pâture aux oiseaux de proie...

On fait le signe et on se remet à l'ordre. ... ce qui est le deuxième point.

D. 5 A qui les cachez-vous ?

R. A tout Apprenti ou à toute personne étrangère à la Franc-Maçonnerie sauf à un Compagnon que j'aurai reconnu pour tel après un examen rigoureux ou dans le sein d'une Loge de Compagnons juste et régulièrement assemblée.

D. 6 Donnez-moi les autres points de votre Passage.

R. J'ai promis de même, ma vie durant, de ne pas léser un Frère ni de permettre qu'il le soit et, dans toute la mesure du possible, de l'avertir à temps de tous les dangers, sans aucune exception, qui pourraient le menacer.

J'ai promis enfin, pour aussi longtemps que durera mon appartenance, de me conduire en Compagnon loyal et sincère, d'accorder une part raisonnable de mon activité à la Loge et à la Fédération et de répondre à tous appels et toutes convocations qui me seront adressés par les Maîtres mandatés à cet effet lorsque je serai dans la distance de mon câble de halage.

D. 7 Combien y a-t-il de signes principaux en Maçonnerie ?

R. Quatre.

D. 8 Quels sont-ils ?

R. Le guttural, le pectoral, le manuel et le pédestre.

D. 9 Pourquoi cela ?

R. Le guttural et le pectoral servent à rappeler nos Obligations, le manuel à donner l'attouchement, le pédestre à marquer un Maçon exact à mettre ses pieds en équerre.

D. 10 Comment se nomme le signe de Compagnon ?

R. Pectoral.

D. 11 Pourquoi ?

R. Parce qu'il rappelle le châtiment de mon Obligation.

D. 12 A l'ordre mon Frère.

R. (On le fait).

D. 13 Donnez-moi le signe.

R. (On le donne).

D. 14 Que demande-t-il ?

R. La poignée de main ou attouchement.

D. 15 Donnez-la moi.

R. (On la donne).

D. 16 Couvrez-la.

R. (On le fait).

D. 17 Que demande la poignée de main ou attouchement ?

R. Un mot.

D. 18 Comment l'appelez-vous ?

R. Le mot sacré.

D. 19 Que signifie-t-il ?

R. Il établira. C'est le nom de la colonne d'airain qui était placée au Sud devant le Temple du roi Salomon.

D. 20 Donnez-moi ce mot.

R. Donnez-moi la première lettre, je vous dirai la seconde.

D. 21   J

R.         A

D. 22   K

R.        H

D. 23   I

R.        N

D. 24 JA

R. KHIN

D. 25 Passez, JAKHIN,

LA SALUTATION RITUELLE OU SALUTATION DE L'ETRANGER.

D. 1 D'où venez-vous ?

R. Très Vénérable, je viens d'une Respectable Loge de Maîtres et de Compagnons consacrée à Saint Jean.

D. 2 Qu'apportez-vous ?

R. Les Maîtres et les Compagnons de cette Respectable Loge d'où je viens vous saluent bien, vous saluent bien, vous saluent bien.

D. 3 Dieu salue bien les Maîtres et les Compagnons de la Respectable Loge d'où vous venez. Quel est votre nom mon Frère ?

R. JAKHIN.

D. 4 Le mien est BOAZ. Soyez le bienvenu mon Frère.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens