Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 15:03

L'ATTRIBUTION CORRECTE DE SAGESSE, FORCE ET BEAUTE

AUX OFFICIERS DE LA LOGE FRANÇAISE.

Jean van Win

Est-il si surprenant de trouver, dans un rituel archaïque daté de 1758, Sagesse attribuée au Vénérable, Force au Premier Surveillant, et Beauté au Second Surveillant?

Auparavant, il est vrai, les rituels, les divulgations et les tableaux de loge mentionnent les attributions les plus fantaisistes et les plus variées.

De nos jours encore, certaine obédience belge irrégulière, la Grande Loge de Belgique, ignore l'attribution de Sagesse au Vénérable, et la conteste comme n'étant pas traditionnelle ! Et de nombreuses loges belges, pratiquant un rite endémique dit « Moderne Belge », donnent la Beauté au Vénérable Maître !

L'objection faite à une attribution "correcte" aussi précoce qu’en l’année 1758 repose sur le fait que semblable association n'apparaît, pour la première fois, que dans la divulgation Three Distinct Knocks (TDK 1760), ou : les Trois Coups Distincts.

Qu'en est-il?

La publication de TDK date en effet de juillet 1760. On peut déduire, compte tenu des délais de rédaction, de composition, de correction, d'impression, de rognage, de brochage,etc. que le texte reflète une situation rituelle prévalant déjà en 1759, et sans doute auparavant. Un an au plus sépare donc cette attribution de celle du rituel de 1758. On peut donc les concevoir, me semble-t-il, comme contemporaines.

D'autre part, l'énumération "correcte" Sagesse, Force, Beauté, dans cet ordre, apparaît successivement dans :

- Le Ms Wilkinson (1727) qui précise Sagesse pour inventer, Force pour soutenir, Beauté pour orner,

- Le Masonry Dissected (1730) qui reprend la même séquence.

- Le discours de Ramsay (1737), parle d'un Ordre dont la base est la Sagesse, la Force et la Beauté du génie.

- Le Catéchisme des Francs-Maçons (1744) nous dit : « trois colonnes: la Sagesse, la Force et la Beauté. La Sagesse, pour entreprendre ; la Force, pour exécuter ; & la Beauté, pour l'ornement ».

- La Déclaration Mystérieuse (1743)

- Le Sceau Rompu (1745).

De plus, nous savons que, contrairement à la maçonnerie des Antients, les loges "modernes" postaient les surveillants à l'Ouest. Sans entrer dans les détails, n'est-il pas admissible de penser que l'attribution au Vénérable, au Premier Surveillant et au Second Surveillant s'est faite quasi automatiquement, dès lors que les chandeliers ont connu, dans certaines loges écossaises, la disposition SE, SO et NO, au lieu du classique NE, SE et SO des loges modernes ?

L'association Sagesse - Force - Beauté / Vénérable - Premier et Second Surveillants n'est pas « moderne ». Elle n'est pas héritée de la maçonnerie de 1717, mais bien de la maçonnerie des Antients. Aucun rituel, aucune divulgation française n'en fait état, sauf le rituel de 1758.

La première loge moderne à montrer l'attribution correcte se trouve dans Schibboleth (1765).

Par contre, l'iconographie du temps, en France, sans être formelle, montre une position des flambeaux dite "écossaise" qui peut être identifiée comme étant SE, SO, NO, position qui deviendra celle du rite « moderne belge ».

Il serait vain et présomptueux de refaire les études fouillées qui ont été consacrées à l'attribution correcte de Sagesse, Force, Beauté. Régulièrement, depuis 1727, tout semble converger pour mener, un jour, à la connexion entre Sagesse, Force, Beauté et Salomon, Hiram de Tyr, Hiram Abif, les chandeliers du SE, SO, NO, et le Vénérable, le Premier et le Second Surveillants.

Tout ceci a dû connaître une gestation lente et progressive.

Ce que TDK réalise, en 1760, c'est un aboutissement: la formulation claire de l'association.

Je constate que deux ans auparavant, en 1758, un Vénérable de langue française dicte la même idée à son copiste/secrétaire. Convergence de déductions ? Une telle formulation d'un usage nouveau ne peut être subite. Nous savons que l'auteur de TDK, devenu abusivement membre d’une loge à Paris, se rend ensuite à Londres où il visite une loge des Antients. Les contacts entre Paris et Londres étaient apparemment fréquents (« There was frequent contact between London and Paris, so mutual influence is likely »).

Harry Carr, se référant à certaines divulgations françaises antérieures à 1760, écrit qu'elles sont « sufficient to show how far the English texts of the 1760's reflected, or had been influenced by the European developments during the 30-year gap ».

Un exemple divertissant est fourni par la divulgation Mahhabone, imprimée en 1766 à Liverpool. L'auteur avoue avoir essayé dès 1753 de publier son livre. Cette compilation de divulgations préexistantes contient plusieurs mots qui n'apparaissent pas dans la maçonnerie anglaise, et des phrases à la construction grammaticale inconnue, incorrecte et franchement comique pour un Britannique: « Venerable Master… the Acacia is known to me… A terrible Brother… I came to conquer my Passions and correct my vices ».

Le plagiat de divulgations françaises, notamment, Le Maçon Démasqué (1751), est naïvement évident, et confirme que dans les années 1750-60, l'information maçonnique traversait le Channel dans les deux sens avec une certaine intensité.

La présence de l'attribution correcte sur le Continent, deux ans avant TDK, ne paraît pas de nature à disqualifier l’émergence d’une déduction pratiquement simultanée sur les deux rives de la Manche, ce qui semble plus acceptable que l'hypothèse d'une copie, faite par l'un et l'autre, d'un troisième document, commun et antérieur, perdu aujourd'hui, et dont nul n'a jamais entendu parler…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elfriede Elisabeth John 04/06/2013 03:25

Merci pour ce renseignement. J'ai mis longtemps à le trouver et il est précieux.
Frat.'.
E.John

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens