Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 13:20

RITUEL ET RÈGLEMENT

DE LA LOGE DE L "HEUREUSE –ALLIANCE"

DE LA VILLE D’UZERCHE

L’ART ROYAL

Une communication de l’abbé Brousse, en trois parties, (sur une centaine de pages), a réalisé la transcription de manuscrits provenant de la Loge l’Heureuse Alliance qui existait à Uzerche en Corrèze, avant la Révolution, probablement dès 1767.

Elle comptait 18 Frères, tous notables.

Elle n'a pas été au nombre des Loges qui se sont placées sous les auspices du Grand Orient en 1773.

Son affiliation à cette Obédience ne s’est effectuée qu’en janvier 1781.

En 1784, elle s'installe au 6 de l'actuelle rue Jean Gentet à Uzerche (Corrèze).

Elle comptera près de 80 Frères à la veille de la Révolutions.

Le premier de ces manuscrits date de 1780.

Il a trait aux trois grades bleus du Rite Français, (Ouvertures et Fermetures des Travaux, Initiation, Réception au 2°Grade, Réception au 3° Grade et Loge de table.)

Le second concerne le Règlement de Loge et date du 8 juillet 1782 ( 8ème jour du 5ème mois 5782 )

 Documents aimablement communiqués par Monsieur Gilbert Beaubatie

( Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, année 1914 )

 

DESCRIPTION DE LA LOGE


 Elle doit former un carré long, tandus dune tapisserie bleue avec des colonades, au dessus desquelles seront des trophées maconniques ;à l’orient sera placé un petit autel sur lequel sera la bible, un compas et un maillet ; au dessus un dais avec des rideaux de taffetas ou autres étoffes bleues ; sur le devant la houpe dentellée placée sur le frontispice du dais avec cimétrie, dont les houpes viennent servir de ligament aux rideaux ; derrière l’autel un fauteuil en vemours bleu pour le Vénérable au dessus duquel sera placée l’étoille flanboyante avecla lettre G :. au milieu, un transparent à ctté ; à droite sera de même une petite table triangulaire où sera placé l’orateur sur un tabouret au dessus duquel sera aussi le soleil et une lumière sur la table à gauche ; du ctté du 7on (*) sera aussi une petite table où sera placé le secrétaire sur un tabouret ; au dessus sera la lune en transparant ; du cotté du midy au 7on (lisez septentrion) seront des banquettes peintes en bleu pour les frères ; les maîtres les plus anciens occuperont le midy et les apprentis et compagnons occuperont le 7on ainsi que les jeunes maîtres qui se placeront à cotté du secrétaire ; à l’occident de chaque cotté de la porte seront placés les deux colonnes J:. B :., la colonne J :. du cotté du 7on devant laquelle sera placé le 2e surveillant sur un tabouret, la colonne B :. du cotté du midy devant laquelle sera placé le 1er surveillant sur un tabouret ; ils auront chaqu’un devant soy un grand chandelier triangulaire ou sera placé sur chaqu’un leur maillet qui sert pour faire executer les ordres du venerable.

 Derrière les deux collones du cotté du midy sera en peinture et en relief Arpocrate le dieu du sillence et au 7on Minerve déesse de la sagesse ; en face de la porte a lorient un troisième chandelier triangulaire comme celuy des survts

 – le ciel sera tendu d’un tapis bleu céleste parsemé détoilles dor ; le pavé à la mosaïque au milieu duquel sera le tracé de la loge

 

– au bas des 7 marches du temple au fond desquelles est un compas a demy ouvert ; au dessous au pied de lauteil un Equerre ou on fait metre le genouil dessus au recipiendaire ; la loge doit être éclairée par neuf chandeliers à 3 branches savoir : 4 au midy, 3 au 7on et 2 à loccident au dessus d’Apocrate et lautre au dessus de Minerve

 

– tout ainssi disposé le Vble les Sts et officiers ainssi que tous les ff comme il a été dit on procède aux travaux suivants

TRADUCTION ( * ) 7 on = Septentrion.


 

OUVERTURE DE LA LOGE

V.M. Frère 1er survt êtes vous maçon ?


1ER SURV. Très Vble, mes ff et compagnons me reconnaissent pour tel.


V.M. A quoy connaîtray je que vous etes maçon ?


1ER SURV. Par mes signes, parolles et atouchements.


V.M. Quels sont les signes d’un f ?


1ER SURV. Tous Equerres niveaux et perpendiculaires.


V.M. Quels en sont les attouchements ?


1ER SURV. Certains que les ff se donnent entr’eux pour se reconnaître


V.M. Quelle heure est-il f 2eme Surt ?


2EME SURV. Midy plain très vénérable.


V.M. Quel est le devoir des Surts f :.1er ?


1ER SURV. Devoirs si nous sommes couverts et si tous les ff :. présents sont maçons.


V.M. Quel age aves vous comme apprentif ?


1ER SURV. Trois ans.


V.M. Mes ff, puisque vous avés trois ans et qu’il est midy plain cest lheure que les maçons se mettent à louvrage, assurés-vous si les ff sont maçons et si nous sommes couverts.


Jcy descente par la voye du f Me des cérémonies qui demande le mot de passe à tous les ff le rapporte au 2e Survt qui le rapporte au 1er, celuy ci au Venble qui dit :


V.M. F 1er Survt donnés lattouchement au 2e ainssi que le mot sacré et faites le moy parvenir chaqu’un par votre collonne.


Le 1er surveillant le donne au 2 et puis le prennent du f Le plus près deux qui en fait de même à son voisin jusqu’à ce quil est parvenu au secretaire et au f orateur qui le donne au Venble.


V.M. Il est juste.


V.M. Mes ff er et 2e Surveits annoncés chaqu’un sur votre colonne que je vais ouvrir la loge d’apprentif par les signes accoutumés aydés moy mes ff.


V.M. A Lordre.


Tous les ff se lèvent de bout, mettent la main droite en équerre sous la gorge.


V.M. Quel est le premier point de notre obligation f 1er Survt ?


1ER SURV. Davoir plutôt la gorge coupée que de révéler nos secrets.


V.M. Ne perdons jamais de vue mes frères une si grande obligation


V.M.


Il fait le signe.

On tire la main horisontalement à lépaule droite la laissant tomber diagonalement sur la hanche droite ; on fait les acclamations ainssi


V.M. La loge est ouverte.

Mes ff reprenés vos places et qu’on se tiène avec descence.


Si on est assemblé ce jour pour quelque réception on fait les questions suivantes après lesquelles on procède comme cy-après.

Si au contraire on traite des affaires de la loge la parolle doit être portée par le 1er Survt ; si c’est un f qui ait quelque chose à proposer apres que le 1er Survt a demandé la lecture des anciens travaux au Vble il demande la parolle au Surt de la collonne et après luy avoir été accordée par le Vble se tient debout, fait sa proposition qui doit être succincte et il doit se reassoir que par ordre du Vble.

 

QUESTIONS PRELIMINAIRES A LA RECEPTION.

 

V.M. Quel motif nous rassemble aujourd’hui f 1er Survt ?

 

1ER SURV. La proposition de l’ordre, t. vble, et un gentilhomme profane proposé et accepté dans nos derniers travaux, ou que le f tel a à proposer à la respectable loge.

 

S’il a été proposé et scrutiné et que ce soit le jour marqué pour la réception on procède comme cy-après, si au contraire il est proposé ce jour là on fait ce qui suit et ne peut être admis qu’un mois apres s’il est du lieu.

 

QUESTIONS A UN PROFANE A PROPOSER.

 

Le f qui doit proposer le profane se lève, demande la parole au 1er Surt de sa collonne et après luy avoir été accordée par le Vble, dit :

 

T. Vble après avoir depuis longtemps épié les démarches du profane – un tel – je n’ay rien trouvé en luy qui m’enpeche de le proposer à la respectable loge ; son caractère et ses mœurs sont conformes a ceux dun vray maçon et je présume qu’un jour il pourrait être un ornement de notre ordre.

 

Cecy dit le f reprend sa place par ordre du Vble qui dit :

 

V.M. Mon frère je suis très sensible au zelle que vous marqués, je vais proposer le profane à la R loge très convaincu que les ff qui le connaissent luy rendront la justice qui luy est düe et luy accorderont leurs suffrages.

FF. 1er et 2eme Surts, FF. orateur, secretaire, officiers, dignitaires, mes ff maîtres et compagnons et apprentifs qui composés cette respectable loge, notre très cher frère ****** a la faveur de nous proposer le profane – tel –

Consentés vous mes FF. qu’il passe à lescrutin ?

 

On y acquiesse en etendant la main sur le tableau et quand un f connaîtrait des raisons qui pourraient exclure le profane il ne doit pas le dire il doit attendre le scrutin et aucun f ne doit si opposer excepté que le f qui le propose peut être soupçonné d’etre capable de proposer un mauvais sujet reconnu de plusieurs frères, alors un pour tous se leve de la forme ordinaire expose les raisons et si elles sont claires il est exclu sans autre formalité et le f qui porte ces raisons doit le faire sans témoigner aucune aigreur au f qui l’a proposé au contraire avec douceur et affabilité

S’il est une table on procède insi.

 

MANIERE DE SCRUTINER

 

Le Vble ayant demandé l’escrutin, le fsecrétaire le sort. Le Vble le met sur lauteil, compte autant de fèves noires que de blanches, après quoy il met sa boette de chaque cotté et dit :

 

V.M. Que chaque fviène prendre icy une fève noire et une fève blanche ; il se fournit lui-même et il fait passer au forateur et secrétaire.

 

Le Me des ceremonies après que tous les offsont fournis va porter au 1er et 2e Survts ne pouvant quitter leurs places sans se faire relever ce qui menerait trop loin.

 

Quand tout le monde est fourni le Vble dit :

 

V.M. Je vous exhorte mes ff, à n’avoir aucun égard pour le profane proposé, mais aussi qu’aucune affaire que vous pourries avoir eu avec luy ne nous prive du plaisir de l’admettre parmy nous si dailleurs vous luy en connaissés les qualités requises.

 

Alors le Vble commence le 1er a metre sa fève, ensuitte un fde chaque collonne chaqu’un a son tour.

Le tout fini, le Me des ceremonies prend les boettes les portes au 2 Survts qui mettent les fèves et rapporte les boittes sur lautel ou étant placées il met ses fèves une dans chaque boitte, salue le Vble et reprend sa place.

Le Vble ouvre la boitte et s’il trouve qu’il y ait des blanches avec des noires ou des noires avec des blanches.

 

Na qu’une seule suffit pour l’esclure pour toujours.

 

V.M. Je suis faché que le profane n’ait pas eu tous les suffrages.

 

Cella dit, On procède aux travaux ordinaires de la loge commençant par la lecture des derniers travaux.

 

Le cas arrivant que le proposé soit accepté le Vble dit : Mes ff célébrons un vivat en faveur du profane proposé et accepté par la voix unanime.

 

Après lequel on convient du jour de la réception qui doit être fixé par une personne de l’endroit à un mois de distance de lacceptation et sil a été scruptiné à la dernière loge et accepté alors on procède à la réception comme il suit :

 

ORDRE DE RECEPTION

 

1 Le parrain qui a proposé le candida doit savoir prévenir les fraix de réception ainssi que les fraix du blanchissage et des autres fraix conformément aux statuts et règlements de la loge.

 

2 Il doit être muni du tout avant que de lintroduire sans quoy il doit icy même de ses propres fonds le consigner entre les mains du trésorier avant son introduction dans la loge.

 

3 Il doit luy indiquer le jour – sans lui dire qu’un tel jour, à une telle heure il se trouve à un tel endroit , qu’une personne ira le prendre là pour affaire.

 

4 Le jour venu le parain prend avec luy un fexpert , luy indique lendroit ou le candidat l'attend.

 

5 Le f expert se transporte à lheure dite au lieu indiqué, demande Monsieur*******.

 

Après lavoir salué luy dit :

 

EXP. Mr suivés-moy sil vous plait jay quelque chose a vous dire dans un endroit.

 

Il le conduit à la loge sans luy dire autre chose et faire en sorte quand il entre qu’il n’apperçoive pas aucun des membres, le met dans la chambre noire et luy dit :

 

EXP. Vous nignorés peut être pas Mr le motif de ma mission mais en ce cas je suis charmé de vous en prévenir sur le bon rapport qu’on a fait de vous à la respectable loge et sur la demande qui luy a été faite par un de vos amis de vouloir bien vous admettre parmy nous elle a bien voulu vous accepter esperant que vous donnerés des preuves authentiques de votre zelle et empressement à etre initié dans nos mistères.

 

Cella dit – sort brusquement

 

Après sa réponse le ferme dans la chambre et va rendre compte a la loge de sa mission qui pour lors doit être ouverte.

 

  Il frappe en maçon ; le f terrible y repond ; après sa reponse le f terrible dit :

 

F. EXP. f 2e Surt on frape a la porte du temple en maçon.


2EME SURV. f 1e Surt on frape a la porte du temple en maçon.

 

1ER SURV. V. Maître on frape a la porte du temple en maçon.

 

V.M. 1er Survt faites voir qui s’est et si c’est un f de la loge admettes le sous le mot de passe.

 

Le 1er Surt le dit au 2e, celuy cy au fterrible.

 

  Le f terrible qui frape en dedans et demande qui frape a la porte du temple en maçon. Sur la réponse il entrouvre la porte la pointe de son glaive en dehors, luy demande le mot de passe

 

Après lavoir reçu il lintroduit et referme la porte

 

Le f expert en entrant salue le Vble à lordre et à la marche, rend compte de sa mission, annonce le récipiendaire dans la chambre noire, prend place par ordre du Vble.

 

Il doit y avoir dans la chambre noire une petite table, une chandelle, un livre de dévotion que le fexpert qui y conduit le candidat luy ordonne de lire ainssi qu’une chèse pour s’asseoir.

 

Alors le Vble pour qu’il n’y ait point de confusion ordonne à chaqu’un des frères la conduite qu’il doit tenir dans la cérémonie et ordonne à chaqu’un de ceux qui doivent ayder dans la réception ce quil a à faire avec la dernière descence et gravité.

 

Tout cella fait il dit :

 

V.M. f me des ceremonies voulés vous avoir la bonté d’aller préparer le candidat et quand il sera prêt vous reviendrez nous en faire part.

 

Le Maître des ceremonies sort avec deux ff deputés à cet effet saluent le Vble de la loge et vont à la chambre noire. Les deux frères se cachent et le maître des ceremonies ouvre la porte et après avoir salué le candidat luy dit :

 

M. D.C. Mr voici l’heureux moment où vous allés parvenir à entrer dans nos mistères, létat où vous vous trouverés ne doit point vous surprendre nous ne pouvons trop vous assurer de l’homme fragille et quelque pure que soit votre intantion il ne nous appartient pas de scruter au fond de votre cœur.

 

M. D. C. Ce n’est qu’au grand maître de toutes choses qu’est réservée cette connaissance.

 

C’est par une soumission aveugle que nous vous connaîtrons digne d’être dans notre ordre respectable .

 

Voyes si vous voulés vous conformer à subir toutes les épreuves requises par nos lois, répondé ; ensuitte :

 

je suis charge encore de vous dire que rien parmy nous n’est suspect ny contraire aux lois divines et humaines à l’état et à la religion ainsi reflechissés mûrement.

 

il attend sa réponse – après :

 

M. D. C. Puisque vous voulés Mr mètre toute votre confiance en moy et nous marquer aveuglément toute votre résignation je vous prie de me remètre tous les metteaux que vous avés sur vous or argent fert et généralement quelquonque que vous pouvés avoir, source funeste du vice dont je vous prive pour un moment pour vous marquer la pureté avec laquelle on doit entrer dans notre temple respectable.

 

Luy otant l’habit,


M. D. C. Quittés tous les ornements qui vous couvrent, c’est pour vous montrer que lhomme vertueux pauvre ou riche est égallement admis parmis nous.

 

luy faisant maître les souliers en pantoufle,

 

M. D. C. Ses souliers en pantoufle marquent que dors énavant danq quel état que vous soyés vous devez être prêt de voller au secours de vos frères.

 

lui decouvrant le genouil droit,

 

M. D. C. le genouil découvert marque que vous devés être toujours prêt à le fléchir devant leternel.

 

luy passant le bras droit nud.

 

M. D. C. Le passement de bras nous sert dun signe assuré de l’état de votre sexe pour n’être pas surpris par celuy qui est le symbole de l’indiscretion et qui n’est point admis parmy nous –

 

faites bien vos reflexions sur tout ce que je vous ai dit et songés quil y va de la vie du premier mouvement que vous ferés pour vous débander les yeux.

 

Il sort en faisant beaucoup de bruit et alors les deux frères qui sont près de là le remplacent lépée à la main dans un profond silence.

 

Des qu’il a otté les metteaux il doit avoir un mouchoir blanc, et lui bander les yeux – il va rendre compte à la loge que le récipiendaire est prêt.

 

M. D. C. Alors le Vble donne l’ordre à un caquun de ce quil doit faire dans la réception – il y a même des loges ou après les ordres donnés ont suspent les travaux par des coups de maillet jusques à ce que les epreuves exterieures soient finies qui alors reprennent leur cours par un coup de mailet – dememe tout ainssi ordonné le maître des ceremonies sort ainssi que tous les ff employés à quelque fonction en sillence et va retrouver le candidat.

 

Il ouvre la porte avec beaucoup de bruit et lui dit :

 

M. D. C. Aves vous bien fait vos reflexions Mr sur ce que je vous ai dit il y a un moment ?

 

Réponse du candidat.

 

M. D. C. Je suis encore chargé de vous dire si ce nest point un esprit de curiosité qui vous porte à faire cette demarche pour ensuitte en faire un badinage et divulguer nos mistères aux profanes vulgaires ; si par malheur pour vous s’était là vos sentiments je vous conseille de vous retirer d’icy il en est encore temps. ;

dites moy la dessus votre dernière pensée.

 

Réponse du candidat.

 

M. D. C. Suivés moy Mr et mettés toute votre confiance en celuy qui vous guide, observés un profond sillance et surtout ne marqués aucune frayeur n’y crainte.

 

Il le fait voyager a lextérieur de la loge mais déçament accompagné des deux offqui l’ont gardé dans la chambre noire, les autres etant chaquun à la place quil leur a ete ordonné de se tenir par le Vble pour ayder aux épreuves telles quelles sont prescrites pour luzage de la loge.

 

ces epreuves exterieures finies, le me des ceremonies le remet dans la chambre noire il le fait asseoir et luy dit :

 

M. D. C. Les difficultes et les peines que vous venés déssuyer en faisant le trajet ne sont rien en comparaison des épreuves rigoureuses que lon exigera de vous – étant entré en loge : voyés si vous vous sentés assés de courage et de force pour les supporter ou bien retirés vous il en est encore tems.

 

Si le candidat persiste,


M. D. C. Frères qui m’aidés dans nos travaux apportés la coupe d’aliance pour fortifier le candidat et luy donner le courage nécessaire pour subir toutes les epreuves quon va exiger de luy.

 

Il luy donne un vere de vin ou de liqueur luy disant :

 

M. D. C. Reflechissés vous Mr, mais songés que c’est le dernier vère de vin que vous boirés parmy nous de votre vie profane.

 

Alors tous les ff se retirent en silence dans la loge et les travaux reprennent leurs cours ordinaire par un coup de maillet par le Vble repeté par les Survts.

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

V.M. ff 1er et 2eme Survts annoncés que la loge suspendue a repris son cours et que tout y soit observé régulièrement et avec descence.

 

M. D. C. cecy anoncé en la forme ordinaire le me des ceremonies conduit à la porte du temple le recipiendaire et frape un grand coup qui est annoncé par le f terrible au 2e Survt celuy-ci au 1er et ce dernier au Vble qui dit

 

V.M. Survt faites voir qui frappe à la porte du temple en profane.

 

Cecy rapporté en la forme ordinaire au f terrible il entrouvre la porte la pointe de son epee en dehors et dit :

 

F. TERR. Qui est ce qui frappe a la porte du temple en profane ?

 

M. D. C. C’est un gentilhomme profane qui demande dêtre admis parmy nous.

 

Le f terrible après avoir pris cette reponse ferme la porte et dit :

 

F. TERR. Retires vous profanes !

 

Puis, rend la reponse au 2e Survt qui l’annonce à lordinaire.

 

M. D. C. Le f Me des Ceremonies frape un 2e coup, comme le 1er annonce de même quil est dit cy dessus.

 

V.M. Faites luy demander son nom, son surnom, son âge, sa qualité, son pays, et la religion quil professe.

 

On execute lordre du Vble en la forme ordinaire et on rapporte la réponse.

 

cecy fait et rapporté, le Vble dicte au sécretaire.

 

V.M. Un tel… agé de… natif de… professant la religion…

 

dans cette intervalle le Me des ceremonies frape le 3e coup égal aux deux premiers annonce de même.

 

V.M. Mes ff cpnsentés vous que le profane tel… soit introduit et admis parmy nous ?

 

On y acquiesse en étendant la main sur le tableau.

 

V.M. Qu’on l'introduise et qu’il soit placé entre les deux survts.

 

Le f terrible ouvre les deux batans de la porte avec grand bruit.

 

Pendant ce tems le Me des cérémonies lui dit :

 

F. TERR. Armés vous de fermeté et de courage je vous abandonne.

 

le f terrible le prend par le bras l’entre avec précipitation, le remet au 2e survt qui le remet au 1er qui s’empare de luy luy prenant une main et luy appuyant l’autre sur lepaule luy dit :

 

1ER SURV. Vous aves peur ? ou quelque chose de semblable

 

Tous les ff debout et à lordre pendant cette pause observent le silence.

 

V.M. A moy mes ff ?

 

On fait le signe et on donne en laissant tomber la main un grand coup sur la basque de l’habit et on fait du bruit avec le tablier apres quoy le vénérable luy fait les questions suivantes.

 

V.M.Que demandes vous Mr ?

 

CANDIDAT D’être reçu maçon.

 

V.M. Dites moy Mr n’est ce pas un esprit de curiozité qui vous engage à faire cette demande aussi temeraire quaudacieuse pour enssuitte divulguer nos mistères aux profanes et nous tourner en ridicule ?

 

Repondés !

 

Réponse du Candidat.

 

V.M. Prenes garde Mr à ce que vous nous dites, faites y bien attention et sachés que nous avons en mains de quoy punir les prévaricateurs.

 

V.M. Connaissez vous l’état que vous allés embrasser quelque maçon indiscret vous aurait-il devoilé quelquun de nos mistères ?

 

Je vous somme de nous dire la verité.

 

Repondés !

 

L’etat ou vous paraissés devant nous nous marque une aveugle soumission de votre part et peut être pourrions-nous y ajouter la bonne foy.

Il est à souhaiter pour vous quelle soit sincerre et que vous laccompagnies de la fermeté et du courage que vous devés nous montrer en pareil cas.

 

Vous sentes vous cette fermeté et ce courage que vous voules nous montrer pour subir les rigoureuses epreuves imposees par nos loix ?

 

Repondés !

 

V.M. Metés la dernière attention à ce que je me fais l’honneur de vous dire. Tout ce que vous aves fait jusques icy n’est rien en comparaison de ce que vous avés à faire prenés y garde et répondés à mes questions ou bien retires vous sur le champ

 

Réponse du Candidat.

 

V.M. Vous parlés aveuglément mais on va voir si vous avés cette fermeté et ce courage que vous avés l’audace de soutenir d’un front si serein.

 

V.M. F expert chirurgien prépares vous à tirer du sang du candidat!

 

V.M. Mr marqués nous la partie ou vous voulés être saigne ?

 

Après sa réponse le f expert chirurgien approche, lui met la ligature à la partie quil luy a indiquée et demande combien il faut luy en tirer.

 

VM. Dites moy Mr consentes vous et êtes vous prêt à verser votre sang pour le bien de l’ordre et le secours de vos ff ?

 

Réponse du Candidat.

 

Fexpert chirurgien dites luy la quantité ?

 

V.M. Mes ff combien ?

 

Les uns disent beaucoup, les autres moins et enfin on conclut pour une petite quantité soit une once plus ou moins.

 

V.M. Tires luy telle quantité afin que par cette purification on luy tire le reste de sang qui le relie aux foles passions des mortels et le délie des vices

 

Le f expert chirurgien fait la ligature, fait semblant de le piquer avec un curedent ou un morceau de glace qui fait le même effet. Il doit y avoir un fqui fait couler quelques gouttes d’eau tiède sur la picure.

 

Cella fait,

 

V.M. Vous sentes vous mal à lestomac ?

 

Quelqu’un des ff aurait-il un flacon ?

 

Il est arrivé quelques fois que dans cette purification il s’en est trouvé certains qui sont évanouis.

 

Réponse du Candidat.

 

V.M. F expert purifiés le par le feu afin que par cette purification on le dégage, désunisse des grossiers mortels et qu’on l’unisse aux vertus.

 

Alors le frère chargé de cette fonction prend deux ou trois chandelles allumées d’une main, de l’autre une évergette où on a semé beaucoup de faine, frote dessus avec sa main, fait voler la poudre à travers les luminons, ce qui fait une grande fumée quil luy fait passer devant la figure sans néanmoins la brûler ce à quoy il faut prendre garde.

 

Cella fini : il y a des loges où on purifie par l’air mais c’est une purification nuisible à la santé, cest pourquoy je la passe sous silence et je passe à la marque du fer laissant à chaqu’un la liberté de faire ce quil avizera.

 

V.M. Persistés vous encore ?

 

Répondés !

 

Après sa réponse,

 

V.M. Ce nest pas le tout, nous avons accoutumés parmy nous de porter une marque pour nous reconnaître voyés Mr si vous voulès vous conformer aux loix et à quel endroit vous voulés quon vous lapplique.

 

Repondes !

 

Après sa réponse,

 

F expert appliqués luy notre marque. Le fer est-il chaud ?

 

Le f expert alors luy frote la partie et luy echauffe la main, les autres soufflent avec un souflee et lexpert dit : portés le fer s’il est chaud. On fait semblant de l’apporter, on a un morceau de glace qu’on luy applique sur la partie qui fait le même effet du fer chaud.

 

Cella fait,

 

V.M. Persistés vous encore ?

 

Repondes ?

 

V.M. Prenes garde Mr toutes les epreuves qu’on a exigé de vous ne sont rien en comparaison de celles qui vous restent à faire ; vous n’aves quun pas pour arriver mais il est dangereux. J’espère que vous ne démentirés pas cette fermeté courageuse que vous avés montré jusques à present.

 

Persistes vous ?

 

Repondes ?

 

V.M. F premier survt faites faire les dernières épreuves au candidat luy faisant faire les 3 voyages de loccident par la voye du midy au 7on

 

Alors le 1er survt le prend par la main et luy dit :

 

1ER SURV. Prenez garde Mr la route que vous allés suivre est épineuse et dangereuse, mettes votre confiance en celuy qui vous guide.

 

Il lui fait faire les trois voyages autour du tracé de la loge observant de luy faire, à chaque tour, saluer l’orient par une inclinaison – les 3 voyages finit le place à loccident entre luy et le 2me survt.

 

On annonce quil a fini les trois voyages.

 

V.M. Persistes vous ?

Repondés !

 

Sur sa réponse,

 

V.M. F Me des cérémonies faites éxecuter les 7 marches du temple au candidat pour luy montrer quil a 7 monstres à terrasser et 7 vertus à pratiquer.

 

Le Me des ceremonies luy fait faire 7 pas comme s’il montait un escalier qui doivent le conduire au pied de lauteil où étant arrivé luy fait mettre le genouil droit à terre sur l’équerre la main droite sur levangile, luy fait tenir de la main gauche un compas demy ouvert sur le cœur et en cette posture prononce lobligation suivante que le Vble luy dicte après que le forateur luy a dit ce qui suit :

 

OR. Vous alles embrasser un etat respectable où il ny a rien contre la loy, contre la religion ny contre les mœurs. Le Vble vous dira le reste.

 

V.M. Répétes avec moy :

 

Je fais serment et m’engage à la présence du GADL qui est Dieu et de cette respectable assemblée de ne jamais révéler les secrets de la Maçonnerie qui me seront confiés aux profanes, de ne jamais en parler que devant des maçons réguliers ; je m’engage de plus d’aider et secourir mes ff de tout mon pouvoir, et si j’enfreins cette obligation je consens à avoir la gorge coupée et quil ne soitplus fait mention de moy parmy les hommes ; ainsi que Dieu me soit en ayde et son saint evangile.


Le Vble alors prend son épée luy appuye la lame sur la tette et dit : par le pouvoir que j’ay et du consentement de cette respectable loge je vous reçois maçon, frape 3 coups dessus ainsi : 00 0

 

Cella fait,

 

V.M. Relevés vous !

 

V.M. Précipités le au bas du temple !

 

V.M. Les 2 survts le prenent et le remetent à loccident entr’eux deux.

 

Etant là,

 

V.M. Que demandes vous ?

 

On lui souffle : La Lumière.

 

0 Tout le monde fait le signe donne un grand coup de main sur le basque de lhabit.

 

V.M.

 

OR. Tous les ff prenent leurs épées et tournent la pointe du cotté du candidat, cachent autant que faire se peut leur figure par lopposition.

 

V.M.

 

Le Mr des ceremonies doit être tout prêt derrière le candidat pour luy enlever le bandeau.

 

En cette posture le Vble ainsi que tous les ff restent une pause après quoy le Vble luy dit :

 

V.M. Toutes ses epees que vous voyés contre vous sont pour marquer quelles sont tirées pour votre deffense si par malheur il vous arrive quelque accident fâcheux comme aussi pour votre destruction si vous étiés réfractaire aux en engagements que vous venés de contracter.

 

Cella suffit !

 

Mon f allés vous habiller et je vous feray part après de nos mistères.

 

Le f Mre des ceremonies sort avec le candidat va luy remettre ses meteaux après quoy il le reconduit à la loge ou il frape en maçon, on l’annonce et il entre le recipiendaire entre les deux survts, après quoy le Vble dit :

 

V.M. F Mre des ceremonies campés le recipiendaire en maçon et faites le parvenir par trois pas travailler à la pierre brute.

 

Le Mre des ceremonies campe le candidat en maçon et luy fait faire les 3 pas, luy fait saluer le Vble luy donne le maillet et le fait frapper 3 coups ainsi sur la pierre brute.

 

V.M. Monsieur nous avons parmy nous des signes attouchements pour nous reconnaître que je vais vous communiquer ; auparavant voicy un tablier blanc que je vous fais présens le plus ancien des ordres et qui par sa blancheur vous marque la candeur de l’ame d’un bon maçon.

 

V.M. Voilà une paire de gans d‘homme qui vous demontrera qu’un bon maçon na doit jamais tremper ses mains dans l’iniquité.

 

V.M. Voilà une paire de gans de femme que vous ferés présens a votre maçonne.

Ils sont pour leur marquer que pour détruire l’idée vulgaire nous nous souvenons d’elles dans nos délibérations.

 

V.M. Voilà le signe qui est le premier point de notre obligation : davoir plutôt la gorge coupée que de révéler nos secrets – on met la main sur la gorge on la tire ainsi à lepaule droite la laissant tomber sur la hanche.

 

l’attouchement : luy prenant sa main droite avec la sienne luy appuyer le pouce sur la 1er phalange de lindex et luy donner trois petites secousses qu’il luy fait répéter.

 

le mot sacré est JAKIN que je vais epeler avec vous.

Dites moi la 1er lettre, je vais dire la 2e JAKIN Kin – JAKIN.

C’est le nom de la 1er collonne qui était a lentrée du temple de Salomon où s’assemblaient les apprentifs.

 

le mot de passage est TUBALKIN.

 

V.M. Jusqu'à présent je m’étais servi du mot de Mr permettés que vous donnant le baiser de paix je le change en celuy de tendre frère.

 

Il lembrasse par trois fois et luy dit :

 

V.M. Allés maintenant vous faire reconnaître par tous les ff, le cher mètre des cérémonies aura la bonté de vous conduire.

 

Le Mre des cérémonies le prend, luy fait commencer par le 1er survt ensuitte par le 2, après l’orateur, le secrétaire et ensuitte les dignitaires les maîtres et compagnons et les apprentifs.

 

En luy donnant la place dhonneur à la droite du Vble il finit par luy cette ceremonie.

 

L’orateur prononce un discours succint analogue à la reception après lequel le Mre des cérémonies prens le nouveau reçu lépée a la main le conduit au bas du tableau de la loge ou il lui fait l’explication suivante.

 

S’il est reçu compagnon de suite on le remet après la réception ainsi que le discours.

 

EXPLICATION DU TABLEAU.

 

V.M. Ce qui s’offre a vos yeux mon Tcf sont des figures simboliques qui tendent à la perfection de la maçonnerie par exemple.

 

Le Compas que vous avés tenu sur le cœur dans votre réception vous marque en décrivant un cercle que nos actions ne doivent jamais sécarter du sentier de la vertu.

 

L equerre que porte le Vble sert à former nos mœurs.

 

Les niveaux que porte le 1er survt, de conserver toujours une pareil unité avec nos ff.

 

La perpendiculaire que porte le 2ème survt à soutenir dans la paix et l’union.

 

V.M. Cette houppe dantelée est la parfaite image de la vertu que doit pratiquer un bon frère.

Le Soleil père de la nature qui vivifie toutes choses excite en nous le désir de connaître plus à fond nos mistères.

La Lune qui la nuit nous eclaire fait allusion aux maçons qui ne doivent jamais être dans les ténèbres.

Cet astre radieux appellé etoile flamboyante où est située la lettre – G -, que tout compagnon doit reverer, nous représente la majesté suprême du G.A.D.L..

Ces deux collonnes sont celles où vous avés travaillé en qualité d’apprentifs et de compagnons, la 2ème signiffie *************

La 1er j’espère en Dieu.

En effet mon fun apprentif espère par son zelle faire du progrès dans l’ordre. Ces deux collonnes furent le choef d’œuvre dun habille maçon qui conduisit l’ouvrage du temple de Salomohn et que tout bon maçon révère.

Les 7 degrés que l’on vous adit être les 7 monstres que vous devés terrasser représentent les 7 péchés capitaux que tout bon maçon doit fouler aux pieds.

Les 7 vertus qu’il doit pratiquer est les 7 jours de la semaine dont le GADL en employa six à la construction du genre humain et se reposa le 7e.

Le pavé mosaïque fait connaître la parfaite union des ffqui quoique séparés sont toujours unis ensemble.

Cette voute arsurée vous marque l’immensité de notre ordre répandu sur la surface de la terre et des eaux ou se trouvent nos ff.

Cette pierre brute ou vous avés travaillé comme apprentif montre que toutes vos actions doivent s’executer suivant la pratique des vertus.

Les 3 pas que vous avés fait représentent les 3 colonnes qui soutiennent notre loge connue sous les noms de force, sagesse et beauté, vertus que doit pratiquer tout bon maçon. En faisant consister la force dans son union avec ses ff, la sagesse dans ses mœurs et la vertu dans son caractère, c’est ce que cette Vble loge espère de vous mon TCF et qui vous fera parvenir avec zelle a un grade plus eminent.

 

L’explication finie le Vble dit :

 

V.M. A moy mes ff ?

 

Célébrons un vivat en faveur du f. nouvellement initié.

 

Tous les ff se lèvent debout a lordre, font les acclamations par trois fois 3et cella fait le me des ceremonies fait répondre le recipiendaire ainsi :

 

RECIP. Très Vble 1er et 2e Survts, ff orateur et secrétaire officiers et dignitaires de cette respectable loge, sensible à la faveur que vous venes de ma faire, pénétré de la plus vive joye et reconnaissance je vay répondre avec les mêmes honneurs.

 

Cella fait on procède aux travaux de la loge, ensuitte à l’instruction suivante après laquelle on signe les travaux avant la clauture.

 

INSTRUCTION

 

L’instruction finie on procède aux travaux de la loge, on en fait lecture après laquelle tous les ffvont se signer, apres quoy on procède à la clauture comme il est cy apres dit.

 

CLOTURE DE LA LOGE

 

V.M. Quelle heure est il f 1er survt ?

 

1ER SURV. Minuit plein très venerable.

 

V.M. Combien de temps travaillent les maçons ?

 

1ER SURV. Depuis le lundy jusques au samedy a minuit.

 

V.M. Demandés si personne na rien a proposer pour la propagation de lordre sur les 2 collonnes ?

 

Après le rapport du 1er et 2e surt,

 

V.M. Puisquil est minuit plein, il est temps de finir nos travaux . FF 1er et 2e survts annoncés chaqu’un sur vos colonnes que je vais fermer la loge par les signes accoutumés.

 

Alors tous les ff se levent debout ainsi que le Vble qui dit :

 

V.M. Promettes mes ff sous les mêmes obligations que vous avés contractées de ne rien révéler de ce qui s’est passé aujourd’hui parmy nous aux profanes pas meme aux ff absents.

 

On acquiesse en étendant la main sur le tableau.

 

V.M.

 

1ER SURV.

 

2EME SURV.

 

Le Vénérable fait le signe ainsi que tous les ff.

 

V.M. Que vous reste-t-il à faire f 1er survt ?

 

1ER SURV. A bénir l’Eternel, à soulager l’indigent.

 

V.M. Ne perdez pas de vue cette obligation mes frères,

 

Retirés vous en paix, la loge est fermée.

Document transmis par notre B.A.F. VOLKER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens