Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 10:50

 L'origine du rite

La dénomination de "Rite Français" n'apparaît qu'à la fin du 18ème siècle et ne se généralise qu'après 1804. C'est en effet l'apparition d'autres rites, notamment le Rite Ecossais Ancien et Accepté, qui a conduit à utiliser ce terme pour désigner ce qui avait été, en France, la seule pratique maçonnique depuis la création de la Grande Loge d'Angleterre en 1717, et la rédaction des Constitutions d'Anderson en 1723.

 A cet égard, il est essentiel de souligner les principes fondateurs de ces textes; dans un contexte de conflits politico-religieux ayant déchiré les pays, ils faisaient le pari de l'utopie, celui de refuser la fatalité du dogmatisme et de l'intolérance, et d'affirmer qu'un humanisme éclairé, basé sur le respect des autres et sur la liberté d'examen, saurait dépasser les clivages et faire de la Franc-maçonnerie spéculative le "centre de l'union".

Une des modifications importantes fut ainsi la suppression de l'invocation compagnonnique qui s'adressait à "Dieu et tous ses Saints", expression particulière à l'Eglise catholique romaine, pour la remplacer par l'invocation au Grand Architecte de l'Univers.

De même, les constitutions se réfèrent à "la religion dont tous les hommes conviennent" et non plus à la seule "religion du pays".

 Cette Grande Loge va rapidement essaimer en France, où s'implantera durablement cette maçonnerie de tradition andersonienne, non dogmatique.

Pendant ce temps, en Angleterre, se constitue, en 1751, une deuxième Grande Loge qui prend le nom de Grande Loge des Francs et Acceptés Maçons selon les vieilles institutions. Cette nouvelle obédience se donne le nom d'Anciens et qualifie de Modernes les membres de la première Grande Loge...

 Le Rite Français actuel

Le Rite Français actuel s'inscrit donc dans la tradition des Modernes dont il est l'héritier direct. Il se distingue, depuis ses origines, par des caractéristiques stables : fidélité aux valeurs philosophiques fondatrices, sobriété du rituel et de son appareil, préférence pour une cohérence symbolique plus conceptuelle que figurative.

 Tout en restant très attaché à sa filiation initiatique d'origine, il a témoigné, au cours des siècles, de sa capacité d'évolution :

• Au 18ème siècle, en intégrant les apports symboliques empruntés à la Bible, à l'hermétisme, aux alchimistes, aux traditions chevaleresques et templières. Ce foisonnement fut tel que le Grand Orient de France procéda à une unification des rituels qui aboutit en 1786. Ces textes, imprimés en 1801 sous le titre Le Régulateur du Maçon 1801, sont ainsi le référent qui collationne et unifie les traditions orales ou manuscrites antérieures.

• Au 19ème siècle, par la prise en compte des évolutions positivistes de la société et par le souci de ne pas dissocier les dimensions individuelles et sociales de la réflexion maçonnique.

L'affirmation intransigeante de liberté absolue de conscience conduisit ainsi le Grand Orient de France à supprimer l'obligation d'invoquer le Grand Architecte et à séculariser énergiquement les rituels lors du Convent de 1887.

 Par ailleurs, le Rite Français se distingue des autres rites car il se décline selon plusieurs rituels dans le respect des fondamentaux communs, tant symboliques que philosophiques.

 C'est ainsi qu'à la Grande Loge Féminine de France, le Rite Français, dont la patente fut remise en 1973 par le Grand Orient de France, est présent selon trois déclinaisons:

• Le Rite Français (RF) qui est, pour l'essentiel, le rituel pratiqué au Grand Orient de France selon la codification faite en 1938 par Arthur Groussier. Il se veut un équilibre entre la simplicité, voire l'austérité du rituel et son efficacité symbolique.

• Le Rite Français 1801 qui est spécifique à la Grande Loge Féminine de France. Il a été introduit très peu de temps après le Rite Français, dont il est très proche. Ni le Rite Français , ni le Rite Français 1801 n'invoquent le Grand Architecte de l'Univers.

• Le Rite Français Rétabli (RFR) qui, comme son nom l'indique, se veut opérer un retour aux sources. Rite français traditionnel, il est le plus proche possible des textes fondateurs de 1786 et donc du Régulateur de 1801. L'invocation au Grand Architecte de l'Univers est facultative.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens