Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 12:42

L'origine et la déclaration mistérieuse

(Traduction fraçaise de Masonry Dissected)

-1743-


 L'Origine des Francs-Maçons

  L'institution originelle de la société des Francs-Maçons, est fondée sur les Arts & les Sciences principalement sur la Géométrie.

Il est constant que l'art d'Architecture & la belle science d'édifier, a pris son commencement en l'élévation de cet étonnant & monstrueux batiment de la Tour de Babilone. C'est d'où le celebre mathématicien Euclide a tiré ses leçons, lesquelles se sont communiquées à Hiram chef des ouvriers employés à la construction du temple de Salomon.
Mannon grec de nation, a puisé dans cette source & après s'être rendu celebre en sa profession, s'étant perfectionné dans les Mathématiques, il a enseigné l'architecture à Charle Martel qui fut ensuite Roi de France. C'est le Roi d'Angleterre Ethelstone qui fut le premier en ce Royaume instruit de l'Architecture & qui fit tant de cas de Mathématiques, qu'il ordona une assemblée annuelle à Yorck pour y recevoir les nouveaux Maçons avec beaucoup de ceremonies, ce qui se pratiqua de la maniere suivante.
Un des anciens tenant le livre, sur lequel les nouveaux Maçons mettoient la main pendant que le maitre faisoit la lecture des statuts, en conformité desquels ils s'obligoient d'être fideles à leurs Confreres sans exception, & secourables dans les occurrences selon l'exigence des cas : d'ailleurs, cet engagement les soûmettoit de procurer de l'ouvrage aux ouvriers & de les recompenser.
Dans cet siécles reculez, la société des Maçons ne consistoit qu'en Architectes & Mathématiciens, & leur reception effective exigoit un examen circonspect. Cette exactitude par rapport aux Sciences est changée de nos jours en ignorance ; en récompense les noms de Franc-Maçon & de Maçon accepté, n'ont été connus que depuis peu de tems.
Avant l'établissement des Chambres des Sociétés réglées il n'y avoit pas des rapport ordonnés, à faire, comme il se pratique à l'heure qu'il est, de trois en trois mois, cette coûtume ayant été introduite depuis l'an 1691.
C'est en cette année 1691. que la Société s'est formée de toutes les especes de conditions, la Noblesse & les gens de Qualité, les Ducs & les Comtes, n'ont pas dedaigné de s'associer, des Jurisconsultes, des Marchands, des Boutiquiers, faisant entrer dans cet Ordre jusqu'au peuple, des Artisans, même des Chartiers, admettant tous à ce mystere sans exclusion de personne, en les distingant en trois classes, on n'oublioit d'y reçevoir des Medecins pour avoir soin de la santé des Freres.
L'Incorporation de la première Classe se fait à grand frais, la dépense de la seconde Classe n'est pas fort importante, & une Couronne suffit pour la troisiéme Classe. Dans chaque Classe on distribuë la marque d'honneur d'Adam, ainsi qualifié afin de s'arroger un tître plus ancien que ceux des Ordres de Chevalerie de l'Etoile & de la Jaretiére.
Les Maçons effectifs, ont êté formés du nombre des Maçons acceptés : de ceux deux especes sont sortis les Gormogons dont Volgi êtoit Grand-Maitre, qui a conté son origine des Chinois, les écrits de cet ancien Volgi, authorisent l'opinion des Préadamites qui font entendre ceux, qui ont prècedés les autres ; savoir la famille de Stuarts & des Jacobites, & les Adamites font sous entendre les personnes du gouvernement depuis la révolution de l'an 1688. & sont là en estime chez la plupart des Confrères.
La société la plus publique & la plus frequentée, est celle du grand Scalheber c'est une compagnie choisie de personnes qui aiment la conversation, leur entretien roule sur le commerce & sur d'autres matieres interessantes, sans se contraindre : leur but êtant d'étendre leur amitié jusqu'à un point sans bornes. Le cas arrivant, qu'un nouveau Frere après sa Reception & connaissance des mysteress de la société, s'en dégoute, soit à cause des frais qu'on renouvelle de trois en trois mois, soit pour les raports reglés & à faire dans un terme pareil, ou d'autre mal-satisfaction, & qu'il vient de s'en détacher ; en ce rencontre l'on ne doit jamais avoüer, qu'il ait eu connoissance des mysteres comme Frere incrusté, quoiqu'il ait été legitiment incorporé dans une Chambre érigée de la société.

Detail de ce qui s'exige pour la Reception
d'un Aprentif parmi les Francs-Maçons,
par Demandes & Reponses
-D'où venez Vous ?
Du College ou Société de saint Jean.
-Qu'est-ce que l'on Vous a commandé ?
Les bien-Nobles Confreres & Co-Membres du College de saint Jean m'ont ordonné de vous saluer cordialement trois fois.
-Que voulez vous faire ici ?
Je ne pretend pas suivre ma propre volonté, mais plutôt contraindre mes desirs, en observant les Préceptes des Maçons & de faire journellement des progrès en cette profession.
-Etes Vous Maçons ?
L'on me tient pour tel, êtant reçû par les Freres & Membres.
-Comment peut-on être assuré que vous êtes Maçon ?
Par des signes & par des preuves complettes touchant les observations principales de mon entrée.
-Qu'est ce que c'est des signes ?
Tous les angles quarrez & recti-angles.
-Quelles sont les preuves ?
Des certains jeux de mains fraternels ordonnés.
-Eclaircissez moi les points principaux de vôtre entrée ?
En me donnant de la lumiere touchant le premier chef, je vous éclairerai concernant le second.
-Ne les publierai Vous point ?
Je les cacherai toûjours.
-Qu'est-ce que vous cacherez ?
Toutes les choses secretes & mysterieuses des Maçons, si ce n'est envers un bon & legitime Frere, après avoir duëment interogé, & accepté dans un bien-noble College reglé par les Freres & Membres.
-Où est-ce qu'on vous a fait Maçon ?
Dans un College complet & reglé .
-en quoi consiste un College complet & reglé ?
Il faut sept personnes ou davantage.
-Quelles sont telles ?
Un Maître, deux Inspecteurs, deux Ouvriers, & deux Aprentifs acceptez.
-Combien faut-il pour un petit College ?
Cinq Personnes.
Quels sont ces cinq ?
Ce sont un Maitre, deux Inspecteurs, un Ouvrier, & un Aprentif accepté.
-Qui est-ce, qui vous introduit dans ce College ?
Un Aprentif accepté.
-De quelles circonstances vôtre introduction fut-elle accompagnée ?
Cette entrée se fit ni nud, ni habillé, ni chauffé, ni nud pied, sans aucun métal, dans une figure ambulante & non surnaturelle.
-De quelle maniere avez vous eu accés ?
En frappant fortement trois fois.
-Qui est-ce qui vous a reçu ?
Un jeune Inspecteur.
Comment vous a t'il placé ?
Il me conduisit du côté du Nord-Est du College, & de là en retournant vers le côté Oüest ; enfin, il me presenta à l'ancien Inspecteur.
-Que fit l'ancien Inspecteur à vôtre égard ?
Il me proposa & m'enseigna, qu'en avançant trois pas, je m'approcherois du Maître du College.
-Que fit le Maître du College à vôtre sujet ?
Il me fit Maçon.
-Avec quelles ceremonies cela se faisoit-il ?
J'entrai en Office en faisant le serment de Maçon. Voicy le posture, où je me tenois, couché sur les genoux, le corps dans un quarré touchant par la circonference la poitrine gauche nuë, & mettant la main nuë sur la Bible.
-Avez vous retenu l'engagement de votre profession ?
Je ferai de mon mieux, pour en expliquer le contenu.
Je proteste & jure en preference du tout-puissant DIEU, devant cette bien-noble Assemblée, que je tairai & cacherai iles Secrets mysterieux des Maçons, ou de la Societé des Maçons, dont on voudra me faire la communication; jamais je ne les découvrirai, si ce n'est à quelque veritable & legitime Frere & Membre : De plus, je promets & assure que je ne les publirai point d'une façon non permise, ni par la voye de l'écriture, ni par celle de l'Impression, ni par le dessin, ni par sculpture, tant en bois qu'en pierre, en imitant quelque caractere intelligible ou alphabet reconnoissable. Le tout sous le chatiment restrictoire, Que la Langue me soit tirée de la bouche, & le Cœur de la poitrine gauche que la Tête me soit coupée & toutes ces piéces jettées dans la mer, où pendant les vingt quatre heures il y a deux fois flux & reflux, un peu éloigné du Rivage pour y être enterrées & enfoncées sous le sable de la mer, à la façon des mariniers, le Corps reduit en cendres, qui seront jettées au vent afin de ne plus conserver aucun souvenir d'un traiter de Maçon.
-De quelle forme est la Chambre du College ?
C'est un quarré long.
-De quelle longueur est elle ?
D'est en Oüest
-De quelle largeur ?
Du Nord au sud.
-De quelle hauteur ?
Des pouces, des pieds, des coudées innombrables, aussi haut que le ciel. (chaque coudée, fait deux pied de Paris)
-De quelle profondeur ?
Jusques au centre de la terre.
-En quel endroit est placée cette chambre ?
Sur un fond sacré, soit sur la montagne la plus haute, ou dans un valon le plus profond ou dans quelque autre lieu caché.
-Quelle est sa situation ?
Tout en Est & Oüest.
-Pourquoi cette assiétte ?
Pour imiter les Eglises & les Chapelles.
-Quels sont les fondements de cette Chambre ?
Trois grands Piliers.
-Quels Piliers donc ?
Ces trois colomnes ou Piliers sont la Sagesse, le Force, & la Beauté.
-Quelle est la raison ?
La Sagesse pour l'ordonnance, la Force pour soûtenir, & la Beauté pour l'ornement.
-Quel en est le plat-fond ?
C'est un Ciel de Nuées embelies de toute sorte Couleurs.
-Y a-t'il des meubles ?
Vraiment.
-Quels sont ces ajustements ?
Des ouvrages à la mosaïque, une Cométe & une piéce garnie d'or.
-A quel usage sont employés ces effets ?
Le pavé de la Chambre est orné d'ouvrages à la Mosaïque, la Comète se trouve au centre, & tout le tour de la Chambre est tapissé d'un brocard d'or.
-Y a t'il d'autres Ornements ?
La Bible, un Compas, & un Quarré.
-Qui est le Proprietaire de ces piéces ?
La Bible appartient à DIEU, le Compas au Maître, & le Quarré est destiné pour l'Ouvrier.
-Y a-t'il encore d'autres choses précieuses ?
Oui, il y a encore autre chose.
-Qu'est-ce qu'il y a donc ?
Il y a encore six Pièces, trois à toucher & trois non à toucher.
-Quelles sont les Pièces à toucher ?
Une Regle pour tirer des lignes parfaites & droites, le plomb pour examiner la droiture des murailles horisontalement & le cordon pour mesurer le fond perpendiculairement.
-Quelles sont les trois autres ?
Une planche, une pierre-brute, & un marteau pointu.
-A quel usage sont destinez ces materiaux ?
La planche sert au Maître pour dessiner des plans, la pierre vient à propos à l'ouvrier pour aiguiser ses Instruments, le Marteau pointu est utile à un Aprentif accepté.
-Cette Chambre ne manque-t'elle pas de luimere y fait-t'il clair ?
Il y a trois clartés.
-Quels sont ces trois clartés ?
Le Solei, la Lune & le Maitre Maçon du College.
-Il faut expliquer cela davantage.
Le soleil le jour, la Lune la nuit, & le Maître pour gouverner son College.
-Se trouve-t'il des clartés immobiles dans cette chambre du College ? Oüi
-Combien en y a t'il ?
l'On y voit trois.
-Comment sont elles rangées ?
En Est, en Sud & en Oüest.
-De quelle utilité sont elles ?
Pour éclairer les Ouvriers tant durant le travail que pendant leur répos.
-Pour quelle raison n'en a t'il pas au Nord ?
Parce qu'il n'y a pas de rayons du Soleil de ce côté-là.
-Quelle place occupe vôtre Maître au College ?
Il se tient en Est.
-Pour quelle raison ?
Comme le Soleil se leve en Est précedé par l'Aurore, ainsi se place le Maître en Est, applicant sa main droite sur la poitrine gauche, ayant un Angle rentrant au cou, ce qui a sa signification, c'est pour ouvrir le College & distribuer la manœuvre aux Ouvriers.
-Où sont placés vos Inspecteurs ?
Ils sont debouts en Oüest.
-Quelle est leur occupation ?
Comme le soleil se couche en Oüest pour finir le Jour, ainsi les Inspecteurs ce rangent de ce côté-là attachant leurs Mains droites sur leurs Poitrines gauches, ayant au cou le Plomb d'Espagne & la ficelle pour mesurer ce qui a sa signification, afin de fermer le College après avoir dechargé & payé tous les Travailleurs,
-Où est que se tient l'Aprentif reçu ?
Au sud.
-Que fait-il ?
Il fait attention à tout, dont on veut l'instruire, il fait aussi les honneurs de la Salle, en reçevant & complimentant les nouveaux Freres.
-Où est posté l'Aprentif accepté le plus recemment ?
L'on lui a assigné le Nord.
-De quoy prend il soin ?
Il veille à écarter les étrangers & les curieux.
-Quel est la punition d'un étranger q'uon attrape ?
On le place sous une goutiere durant une forte pluye afin que les eaux le penetrent depuis la tête jusques aux pieds & que ses souliers en soyent remplis.
-Quels sont les Mysteres des Maçons ?
Des signes, des Preuves & beaucoup de Verbiages.
-Où gardez-vous ces Mysteress ?
Dans ma Poitrine gauche.
-Avez-vous la Clef (laquelle est la Langue) de ces mysteres ? Sans doute.
-En quel lieu est elle mise en garde ?
Dans une boëtte d'os (qui sont les dents) laquelle ne s'ouvre & ne se ferme qu'avec une clef d'yvoire.
-Est elle penduë ou couchée ?
Elle est penduë.
-A quoy est elle attachée ?
A une courroye de six pouces (courroye est l'attache de la Langue) ou à une bouclé, laquelle est la Gorge ou les Levres.
-De quel metal ou mineral est-elle ?
Ni de l'un, ni de l'autre, c'est une Langue apologetique laquelle parle mieux à la loüage d'un Frere absent qu'en sa presence.
-Combien y a-t'il d'Elements fondamenteaux pour les Maçons ?
Il y en a quatre.
-Comment les nomme t'on ?
Le Point, la Ligne, la surface, & un Corps-Compact.
-Expliquez cela ?
Le Point ou le Point central empêche toute erreur du Maître ne faisant la circonférence, la Ligne est une Longueur sans largeur, la Surface est une Longueur avec une largeur, un Corps-Compact entoure le tout.
-Combien y a-t'il de signes capitaux ?
J'en connoiss quatre. Quels sont il ? Ceux qui concernent la gorge, la Poitrine les mains, & les pieds. Cela demande quelque explication. Le Gosier puisqu'il aide à la prononciation, la Poitrine regarde l'interieur, la Main sert à toucher les mains & autres choses, le Pied par raport au marcher.
-Que vous faut-il aprendre pour devenir Celebre Maître Maçon ?
Le silence, la modestie & un bon entretien.
-Qu'aprenez vous pour devenir un Maçon Ouvrier ?
J'aprens à colorer, à faire un quarré, à polir des pierres inégales, à égaliser la surface, & à tirer une muraille en droiture.
-Avez vous veu aujourd'hui le maître de vôtre College ,
Je l'ai veu.
-Quel habillement porte t'il ?
Un habit jaune (qui signifie le Compas de cuivre) & des bas Bleus (qui sont les pointes d'acier du Compas.
-Combien avez vous servi auprès du maître du College ?
Depuis le matin du Lundi, jusques au soir du samedi.
-Comment avez vous servi ?
Avec de la chaux, des charbons de bois, & une pelle de terre.
-Quelle signification a cela ?
La Liberté, le serieux, & le Zele.
-Dites-moi le signe d'un Aprentif accepté.
Le signe & la preuve, en est, d'étendre les quatres doigts de la main droite en frottant doucement la Gorge. Autre preuve, le gros du pouce droit, s'applique sur le premier membre du premier doigt du Frere, qui exige le mot de guet.
-Donnez-moy le mot de guet ?
BOAZ, ou le mot de BOAIEs.
-Donnez-moy encore un autre mot.
JOACHIM, ou le mot JAKHIN.
-Quel âge avez vous ?
Moins de sept ans.
-Pourquoi fait-il jour ?
Afin que l'on puisse voir.
Pourquoy fait-il unit ?
C'est pour entendre pendant son silence.
-Quel vent fait-il ?
Tout Est & Oüest.
-Quel heure est-il ?
Il est midi ou minuit.

Reception & qualités necessaires d'un Frere
Ouvrier, Sujet à l'Examen.
-Etes vous Frere-Ouvrier ?
C'est ce que je suis.
-Pourquoi vous a-t'on fait Frere-Ouvrier ?
A cause de la lettre G.
-Que signifie ce G ?
C'est la Geometrie ou la cinquiéme science.
-Avez-vous voyagé ?
J'ai fait voyage en Orient & en Occident.
N'avez-vous jamais maçonné ?
J'ai maçonné à l'édification du Temple.
-Où est-ce qu'on vous a payé ?
Dans la Chambre interieure.
-Comment avez-vous eu entrée dans la Chambre ?
En passant au travers d'une anti-Chambre.
-Au passage de l'Anti-Chambre qu'y avez-vous remarqué ?
J'y ai veu deux grandes Colomnes.
-Comment les appele t'on ?
J. & B. qui signifie JOACHIM, & BOAZ.
-De quelles hauteur sont elles ?
De dix-huit coudées.
-De combien est leur circonference ?
De douze coudées.
-Quels ornements y a-t'il ?
Il y a deux Chapitaux.
-De quoy sont ils composes ?
Ils sont composés de rets & de pomes de Grenade.
-Par quel chemin avez-vous penetré jusqu'à la Chambre interieur ?
J'y ai monté par un escalier derobé fait en escargot.
-Combien de dégrez a cet escalier ?
Il y a sept ou davantage.
-Pourquoy le nombre sept ou davantage ?
Puisque sept ou plus, compose un College complet.
-En entrant par la porte de la Chambre interieure qu'y avez-vous remarqué ?
D'abord un Inspecteur se presenta à ma vuë.
-Vous a-t-il questioné ?
Il me fit trois demandes.
-Quelles étoient ces demandes ?
Il me demanda un signe, une preuve, & le mot de guet.
-De quelle hauteur est la porte de la Chambre interieure ?
Elle est aussi haute qu'aucun étranger ne sauroit y arriver avec la main pour y ficher un éclat de bois.
-Etant entré dans la chambre, qu'est-ce qui a frappé le plus vôtre vûë ?
J'y vis quelque chose ressemblant à un D....
-Que signifie ce D...?
Il represente une chose plus grande que vous.
-Qui est donc plus grand que moi ? qui suis Franc-Maçon accepté & Maître de la société.
Le grand prudent Architecte du rond du monde ou celui qui fut mené sur le haut du Temple.
-sauriez vous repeter la leçon de la lettre D...
Je tacherai de reussir : au mileu du Temple de salomon un D... cette lettre se voit & se reconnoit parfaitement, cependant la signification n'en est connuë que de peu de monde.
-Mon Ami parce que vous prétendez apartenir à cette société, rien ne doit vous empecher de m'expliquer la signification de ce D...
C'est par les sciences que plusieurs especes de corps ont reçu des lumieres, dont nous avons l'inspection. Je ne decouvrirai toutefois mes pensées, qu'aux hommes.
-Vous en ferez donc part à des hommes sinceres ?
-s'ils meritent cette avantage.
-Je suis sinceres, aussi bien que digne de l'honneur de vous rendre respectable, & je vous ordonne de me faire entendre à l'instant par des paroles & par des signes, si vous me comprenez tant que je vous comprens ?
Ce D... renferme mysterieusement le mot de Guet & la cinquiéme science, ou Geometrie avec un art convenable & une prononciation non affectée.
-Mon ami vôtre reponse est juste & je changerai le mot d'ami en celui de Frere, si vous me découvrez les francs fondements comme il faut.
Les sciences sont mysterieusement composées par un Architecture admirable ressemblant à un anagramme ; un point, une ligne & un coin externe : cependant un corps compact fait la derniere.
-Je me felicite de l'heureuse rencontre en Vous salüant amicalement. Et tous les Bien-Nobles Freres & Co-Membres d'où je suis venu.
Ils vous salüent, salüent salüent triplement de cœur, en vous priant de m'aprendre vôtre Nom.
Je suis un tel... Soyez le bien venu Frere par la Grace de...

Reception & Qualités Requises
d'un Maître par l'examen.
-Etes-vous un Maître Maçon ?
Je le suis, éprouvez-moi, interrogez-moi, & si vous le trouvez bon, rejettez-moi.
-Où étoit vôtre Maître precedent ?
Dans une société de Maître complette.
-Combien faut-il pour une societé de maître complette ?
Elle est composée de trois Maîtres.
-Par quel moyen êtes vous parvenu à la Maîtrise ?
Par le secours de DIEU, par le quarré & par ma diligence.
-De quelle façon vous a-t'on déclaré Maître ?
A l'aide du Quarré & du Compas.
-Je pense que vous avez été auparavant Aprentif reçu.
J'ai vu Joachim & Boaz, j'ai été fait Maître avec un Diamant, une pierre inégale & un Quarré, ce qui ne se pratique pas souvent.
-En vrai Maître Maçon vous savez donc parfaitement la regle de trois, & M. B. ? c'est Mach-Benah qui vous rendra franc, & s'il vous manque quelque chose en l'art de Maçonnerie, on vous l'apprendra dans ce College ou Societé.
J'entens ce métier sans exception, je connois les clefs de tous les Colleges.
-Vous êtes un Garçon heroïque, d'où venez-vous ?
Je viens d'Orient.
-Ou allez-vous ?
Je vais en Occident.
-Qu'allez-vous faire là ?
J'y chercherai ce qui a été perdu & enfin retrouvé.
-Qu'est donc cette chose perduë & retrouvée ?
Le mot de Maître Maçon.
-Par quelle occasion a-t'il été perdu ?
Par trois coups furieux ou par la mort de nôtre grand Maître Hiram.
-Comment est-il peri ?
Chargé de l'érection du Temple de salomon en qualité de Maître Maçon, en faisant selon sa coûtu la visite des ouvrages à midi, les travailleurs s'étant absentés pour dîner, entré, au Temple trois scelerats qu'on suppose des Freres Ouvriers, se posterent aux trois portes du Temple, en voulant sortir, il fut arrêté & on lui demanda le Mot d'un Maître, s'excusant qu'il ne l'avoit pas reçu d'une pareille façon, recommandant la patience & que dans peu cela se trouveroit : sa reponse ne satisfaisant point l'Interrogateur, il lui donna un grand coup, dont il chancela. Il croyoit de passer par la seconde porte, mais il y fut regalé de même d'un coup effroyable, après avoir fait une semblable replique, enfin à la troisiéme porte, où il se presenta, il fut frappé si durement qu'il mourut.
-Qu'emploioïent ces assassins pour le tuër ?
Des coups meurtriers, des instruments durs ; & des santinelles puissantes.
-Comment en userent-ils ensuite ?
Ils sortirent le corps mort du Temple par la porte d'Occident & le cacherent sous un monceau de pierre jusqu'a minuit.
-En quel tems ce Crime se fit-il ?
De nuit pendant que tous le monde reposoit.
-Que firent-ils encore ?
Ils le porterent sur une haute montagne & lui donnerent une sepulture commune.
-Quand est-ce que l'on s'apperçu de son absence ?
L'on ne s'en apperçut que le septiéme jour.
-Quand est-ce qu'il fut retrouvé ?
Ce fut quinze jours après.
-Qui est-ce qui l'a trouvé ?
Par order du Roi salomon quinze aimables Freres sortirent par la porte Occidentale du Temple & se rangerent à droite & à gauche en séloignant l'un de l'autre, à une distance convenable qu'ils pouvoient s'entendre. De plus ils étoient convenus qu'en cas le mot de Maître ne se trouva point auprès du corps, le hazard leur en fourniroit un autre. Un de ces Freres fatigué en montant la montagne s'assit, & tira avec facilité de la terre quelques branches & s'appercevant que le font y avoit été remué fraichement, il appella les autres Freres, en examinant, ils reconnurent que ce corps y avoit été enterré dans un fosse commune, six piéds vers l'Orient, six piéds vers l'Occident & autant en profondeur ; cette sepulture êtoit couverte de quelque terre legere & un peu de verdure. surpris d'étonnement ils s'éclaterent en criant grace à DIEU, nôtre Maître a eu une belle maison, ils refermerent la fosse en y attachant pour tout ornement une branche de Cassia ; puis ils en firent raport au Roi salomon.
-Que commanda ce Roi savant ?
Il ordonna de le déterrer & de faire son enterrement avec ceremonie, le corps étant accompagné par quinze Freres Ouvriers avec des gands blancs & de tabliers : ce qui devoit encore se pratiquer aujourd'hui parmi les Maçons.
-De quelle maniere Hiram fut-il élevé ?
De même que les autres Maçons quand ils l'obtienent.
-Comment cela se fait-il ?
Par les cinq points de la Confrairie.
-Quels sont ces points ?
1. Main contre main, 2. pied contre pied, 3 jouë contre jouë, 4. genou contre genou, 5. & puis la main au dos. A l'élévation de Hiram on le prit à l'extremité des doits, dont la peau se quitta, ce que l'on nomma le vernis, on apelle poigner le mouvement de la main droite, ou par son extention en pliant le doigt du milieu, & en étendant le premier doigt & le quatriéme, en le penchant vers les côtez du pli. Le signe c'est d'appliquer sur la poirine gauche le pouce droit, en étendant les autres doigts.
-Comment apelle-t-on un Maître Maçon ?
Je m'apelle Cassia & je sort d'un College reglé & complet.
-Où est-ce que l'on a enterré Hiram ?
Dans l'intérieur du Temple.
-Par quelle porte y a-t-il été porté ?
Par la porte du Couchant.
-Quels sont les bijoux d'un Maître !
Les Vestibule, les Fenêtres du toit & la planche quarrée.
-Expliqué moi cela?
-Le Vestibule signifie le Garçon dant l'interieur, les Fenêtres du toit denotent les ouvertures ou clartés interieures, la Planche quarrée designe le fond d'une planche. Rendez-moi la parole des Maîtres ?
-Il lui parla à l'oreille & disoit avec l'assistance de cinq de la Confrairie MachBenah c'est à dire un Maître Ovrier. Quand vous voyez des Maçons-Ouvriers à l'ouvrage & que vous souhaitez de distinguer un Maçon reçu des autres, prenez une piéce de brique & demandez leur quelle odeur si trouve, un Maçon reçu vous repondra sur le champs, qu'elle ne sent ni le cuivre, ni le fer, ni l'acier, mais qu'il porte uniquement l'odeur d'un Maçon. En l'interrogeant sur son âge, il repliquera j'ai passé les sept ans, ce qui est la marque d'un Maître.
Voila tous les Interogats, les Declarations & toutes les distinctions d'un Maître & ses Aprentifs.
Cette fameuse Confrairie possede quatre-vingt & onze Colleges, distribuées en differens endroits de la Grande Bretagne, où ils tiennent leurs Assemblées en des tems reglés. On vient de faire partir pour l'Amerique des Maîtres, afin de dresser quelques Colleges dans les Colonies Angloises. Depuis peu cet Order s'est étendu en France, Allemagne & en Italie, tout aussitôt que la Cour en a été instruite, on a pris des mesures pour en empêcher les progrès en défendant les Asemblées à Paris & ailleurs, quoiqu'il y avoit des grands Seigneurs incorporés en cette Société.
L'inquisition s'en est mêlée à Rome & à Florence, où l'on espere pourtant que cette nouveauté sera tollérée, parce que le Souverain dans son voyage en Angleterre, il n'y a pas long-tems, a bien voulu s'y faire inscrire.
Plusieurs Princes, Ducs, Marquis, Comtes, même des Souverains, ont bien voulu entrer en cet Ordre, l'on ne doit pas supposer, qu'ils ont été obligés à se soûmettre à toutes ces postures genantes, à tous ces Interrogats & explications ; vrai semblablement la Confrairie les a dispensé de toutes ces extravagances : il est probable, qu'on leur a caché, sinon en tout, du moins une partie de ces ceremonies, tant du serment que des autres Statuts & Coûtumes, étant de l'intérêt de la Compagnie, que non seulement le veritable but de l'intention demeure ignoré, mais aussi que des Personnes distinguées d'autres Pays que l hazard y fait entrer, ne s'apperçoivent pas du menu ; on a soin plûtot de les divertir de toute Reflexion en les régalant magnifiquement.
A considerer superficiellement & à l'exterieur apparant, le détail des questions & réponses d'un établissement, dont le bruit a rempli tout le monde, l'on peut juger sans temerité, qu'il y a la dessous caché quelque mistere impenetrable au plus grand nombre de Membres.
Ce qui regard le nom de Franc-Maçon, a une double signification, & est composé de deux mots. Par le mot Franc, l'on prétend denoter que la societé se pique d'une grande Liberté, d'une franchise en leurs manieres, d'une constance & fermeté inébranlable dans leurs desseins, prenant pour modele une muraille forte cimentée par la main d'une habile Maçon, pour qu'elle n'a rien à craindre de la violence du Vent.
Et le mot de Maçon, ne désigne autre chose, qu'un Ouvrier qui travaille avec ses instruments pour la construction d'une muraille de pierres ou de briques, employant un alliage de chaux & de pierres démelés avec de l'eau, pour lier ces pierres ou ces briques pour l'érection d'un Edifice, où il plusieurs Ouvriers, lesquels sont subordonnés à des Maîtres qui dependent d'un Architecte qui en a la direction : en peut de mots, un Franc-Maçon signifie un libre Ouvrier.
Voila donc la méthode étudiée pour leur façon d'agir, comme aussi les Interrogats & les Reparties, le Ceremoniel & les Explications, les Gestes des mains & les autres Actions semblant assez conformes à cette description ; nonobstant on assure qu'il n'y a rien contre le Roi, la Religion ni contre la Loi, cependant plusieurs circonstances de ce Mystere ne laissent pas d'être contredites, ce qui n'empêchera nullement d'y ajouter foi, étant certifiées par des personnes dignes de toute créance, comme aussi par samuel Pritchard déclaré juridiquement par serment le 13. d'Octobre 1730. devant moy
R. HOPKINS.

LA JUSTIFICATION DE L'AUTEUR

PAR LUI-MÊME VIS-A-VIS

DE LA PARTIE LÉSÉE DE L'HUMANITÉ

 Traduction réalisée en 1930 par l'Œuvre de Editions Maçonniques

de la Loge

la Parfaite intelligence et l'Etoile Réunies (Orient de Liège).

 De toutes les impostures que l'humanité a vues naître, aucune n'est aussi ridicule que le Mystère de la Maçonnerie, qui a amusé le monde et suscité des hypothèses variées. Ce prétendu mystère infirmé a été publié bien qu'imparfaitement et l'article essentiel, c'est-à-dire le serment a été plusieurs fois imprimé dans les journaux, mais il est entièrement authentique dans le Daily Journal du samedi 22 Aout 1730 et il concorde en véridicité avec celui qui est donné dans la présente brochure ; quand l'obligation au secret est abolie, le susdit secret devient inefficace et par conséquent il doit être complètement supprimé. C'est ainsi que quelques Maçons opératifs (Maçons acceptés, d'après l'expression de bon ton) venant de la première et de la plus ancienne Loge constituée (selon le Livre de la Loge à Londres) firent une visite à une Loge importante de cette ville. L'entrée leur fut refusée, parce que leur ancienne Loge avait été transférée dans un autre immeuble ; ce qui bien qu'en opposition avec ce grand mystère nécessite une autre constitution au prix d'au moins deux guinées, avec une réception élégante, prétendûment imputée à des buts charitables, ce qui, si c'était justement appliqué mériterait de grands éloges à une entreprise aussi digne. Mais on peut en douter. Et il est plus raisonnable de penser que cet argent est employé à constituer un autre système de Maçonnerie, le vieux bâtiment étant tellement en ruines, que à moins qu'il ne soit réparé par quelque mystère occulte il ne tardera pas à être réduit à néant.

J'ai été amené à publier ce grand secret pour le bien public, à la requête de divers Maçons et j'espère qu'il donnera entière satisfaction et qu'il aura l'effet désiré en empêchant tant de personnes crédules d'être attirées dans une société si pernicieuse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens