Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 00:47


On peut résumer l'histoire de la Franc-maçonnerie à celle de la longue succession de ses puissants protecteurs. Des St-Clair écossais aux Stuarts en passant par Frédéric II de Prusse, la Franc-maçonnerie ne doit son existence qu'aux soins prodigués par les puissants du moment. Fruit de l'idéalisme du XVIIIème siècle, toutes les têtes couronnées se sont penchées sur l'enfant prodige porteur de tous les espoirs d'une société qui se cherchait et la France n'a pas échappé à la règle : de l'éphémère duc d'Antin en passant par le comte de Clermont au régicide Duc de Chartres, prince de sang et ennemi juré du roi par opportunisme, la Franc-maçonnerie aura vécu à l'ombre de ses protecteurs ne cherchant qu'à se livrer aux délices de l'Art royal entre deux parties de triquet ou de chasses à cour ... On "maçonne" à tour de bras ici et là dans les ailes du château ou dans les bonnes auberges sans prendre réellement conscience de la portée du message délivré.

Pour l'essentiel, la maçonnerie relève de la mondanité et "le laboratoire social" se résume principalement à une nouvelle façon de pratiquer la sociabilité ainsi que l'a très bien montré par ailleurs André Kervella à la suite de Pierre Yves Beaurepaire dans son ouvrage "Réseaux maçonniques et mondains au siècle des Lumières".

Pourtant dans l'ombre, des hommes avisés cherchaient un peu plus loin et organisaient méthodiquement son administration nationale. L'enjeu était la réforme des institutions et le rétablissement des finances du Royaume. Le but : trouver à la noblesse d'épée une nouvelle place "sociétale" ayant pris conscience qu'à la noblesse de sang il convenait de substituer une noblesse de mérite, certes toujours élective mais non plus par le rang ni la seule condition de classe (les trois ordres). Telle fut la préoccupation majeure du Duc de Montmorency-Luxembourg dont la discrétion n'aura d'égale que la solidité de l'œuvre accomplie autour de la naissance du premier Grand Orient national, autrement dit du Grand Orient de France. Pour le premier baron de France il n'en fallait d'ailleurs pas moins. En passant de la Grande Loge dite de Clermont ou encore Grande Loge de France au Grand Orient( 1773) c'était aussi assurer une ère de réforme en conformité avec l'esprit du temps contre l'archaisme provincial qui montrait à l'évidence tous les signes décriés de l'ancien régime. Au final la naissance du Grand Orient de France en 1773 coïncide avec les aspirations de la noblesse - le philosophe Montesquieu en est un exemple - qui cherche de son côté à assoir une nouvelle légitimité en conformité avec l'émergence du tumultueux tiers état qui entend se faire entendre...

"Longue est la cohorte des « grands » d’une époque dont même le souvenir s’efface quelques années après leur mort. Dans la hiérarchie de l’Ancien Régime, la maison de Montmorency, avec sa noblesse « de temps immémorial », prenait place juste après les dynasties régnantes. Charles de Montmorency-Luxembourg est donc un personnage important dans le Paris de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Pourtant, si sa vie peut encore retenir l’attention de l’historien, ce n’est pas par son rang dans la société de son temps, mais pour une raison qui l’aurait probablement étonné. Fondateur du Grand Orient de France, puis « administrateur général » de l’obédience jusqu’à la Révolution, il est un personnage clé pour mieux comprendre les liens entre la franc-maçonnerie, les Lumières et la Révolution. Car, en dépit de ce qui a beaucoup été écrit, la question est plus difficile qu’il n’y paraît.

La place des loges dans les Lumières puis la Révolution française reste l’une des questions classiques de l’historiographie du XVIIIe siècle. D’abord dénonciation formulée par certains contre-révolutionnaires, l’association de la franc-maçonnerie aux événements de 1789 à 1793 a ensuite été revendiquée par les Frères républicains de la fin du XIXe siècle. Mais, à la suite de Mathiez, nombre d’historiens professionnels du xxe siècle lui ont finalement contesté tout rôle réel dans l’orage révolutionnaire, cantonnant les loges à de simples sociétés de banquet et de réjouissances. Le débat a été relancé ces vingt dernières années avec les travaux de Ran Halévyl et Margaret Jacob.

Selon des modalités un peu différentes, tous deux lui attribuent un rôle important dans la mise en œuvre et la diffusion d’une sociabilité démocratique préparant la modernité politique.

Fondée sur deux principes nouveaux - élection et représentation - la formation du Grand Orient de France en 1773 est exemplaire de l’émergence de cette nouvelle sociabilité démocratique. Or, le véritable artisan de la transformation de la Première Grande Loge de France, c’est le duc de Montmorency-Luxembourg. C’est aussi lui qui, pendant plus de quinze ans, veillera méticuleusement à l’application de ces principes à la tête du Grand Orient comme « administrateur général ». Au grand désarroi des Frères... il exigera même d’être élu ! Dans les premiers jours de l’année 1789, le Grand Orient envoyait à toutes les loges de sa correspondance une circulaire pour rendre compte de son activité. Nul doute que le texte en ait été, si ce n’est rédigé directement, en tout cas validé par l’administrateur général. L’introduction est particulièrement intéressante. On y lit en effet :

« Éclairée sur leurs véritables intérêts, les LL :. ont senti la nécessité d’être gouvernées de manière uniforme, & de se soumettre à des règlements tirés de l’essence même de leur association : ce motif les a engagées à se réunir pour former un centre commun, & elles ont arrêté que le corps qui les régirait serait composé de leurs représentants ; en conséquence elles ont attribué à ce corps la puissance législative, & l’ont établi juge de leurs différents. La constitution du G :.O :., est donc purement démocratique : rien ne s’y décide que par le vœu des LL :., porté aux Assemblées générales par leurs représentants. »

Bien sûr, l’ambiance générale qui commence à marquer la société française en ce début d’année 1789 n’est peut-être pas tout à fait étrangère à ces paragraphes ; mais force est de constater que le texte s’inscrit aussi dans la continuité de la doctrine maçonnique patiemment mise en œuvre par Charles de Montmorency Luxembourg depuis 1773.

Mais, de la démocratie maçonnique à la démocratie politique, il y a un pas que le duc ne franchira pas. Les événements bousculent parfois les idées. D’autres prendront le relais. Le duc accueille favorablement les états généraux. On le sait en froid avec la cour dont il méprise la futilité. Aussi, quand l’atmosphère devient menaçante, la noblesse le porte-t-elle à sa tête, pensant ainsi cacher la cause du deuxième ordre derrière un visage respecté. En quelques mois, sa situation devient intenable et sa position - très délicate après la prise de la Bastille - le conduit à quitter la France dès le 15 juillet 1789. Mais si, incontestablement, il tourne le dos à la Révolution, il ne rallie pas la contre-révolution. Son souhait de rentrer en France sous le Consulat - la mort l’en empêchera - montre aussi qu’il admettait le nouvel ordre social et qu’il n’avait rien de commun avec ceux qui n’avaient « rien appris ni rien oublié ».

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens