Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 22:33

SECONDE PARTIE

Enfin, L'ART ROYAL fut apporté en Grèce dont les habitants ne nous ont pas laissé de témoignage de progrès aussi importants en Maçonnerie avant le Temple de Salomon; quant à leurs plus anciens bâtiments, comme la citadelle d'Athènes, avec le Parthénon ou temple de Minerve, ainsi que les temples de Thésée ou de Jupiter Olympien, etc. ainsi que leurs portiques et forums, leurs théâtres et Gymnases, leurs salles publiques, leurs surprenants ponts, leurs fortifications régulières, leurs puissants bateaux de guerre et leurs palais majestueux, tout ceci fut élevé après le Temple de Salomon et, pour la plupart de ces monuments, même après le Temple de Zorobabel.

Nous ne trouvons nulle part non plus que les GRECS fussent arrivés à aucune connaissance considérable en Géométrie avant le grand Thalès de Milet, le philosophe, qui mourut pendant le règne de Balthazar et aux temps de la Captivité des Juifs. Mais son disciple, PYTHAGORE, le très grand, est l'auteur de la quarante-septième proposition du premier livre d'Euclide qui, si elle est dûment observée, est le fondement de toute Maçonnerie sacrée, civile et militaire.

Le peuple de l'Asie mineure, vers cette époque, donna de grands encouragements aux Maçons pour qu'ils érigent toutes sortes de constructions somptueuses dont l'une ne doit pas être oubliée, car elle est généralement considérée comme la quatrième des Sept Merveilles du Monde, à savoir le Mausolée, ou tombe de Mausole, roi de Carie, entre la Lycie et l'Ionie, à Halicarnasse sur les flancs du mont Taurus en ce royaume, édifié à la commande d'Artémise, sa veuve éplorée, comme splendide témoignage de son amour pour lui. Il était construit du marbre le plus surprenant, mesurait 411 pieds de tour, 25 coudées de hauteur, était surmonté de 26 colonnes ornées de la plus fameuse sculpture, le tout était ouvert de tous côtés avec des voûtes de 73 pieds de large édifiées par les quatre principaux Maîtres Maçons et graveurs de ces temps, à savoir le côté est par Scopas, l'ouest par Léochares, le nord par Brias et le sud par Timothée.

Mais après PYTHAGORE, la Géométrie devint l'étude chérie de la Grèce où apparurent beaucoup de savants philosophes. Quelques-uns d'entre eux inventèrent diverses propositions ou éléments de Géométrie et les rendirent applicables aux arts mécaniques. Nous ne pouvons pas non plus douter du fait que la Maçonnerie resta en bons termes avec la Géométrie, ou plutôt la suivit toujours au fur et à mesure de ses progrès graduels, jusqu'au moment où l'admirable EUCLIDE de Tyr fleurit à Alexandrie, lequel Euclide, rassemblant les éléments épars de la Géométrie, les synthétisa en une méthode qui n'a jamais été améliorée (et pour cela son nom sera toujours célébré), sous le patronage de PTOLEMEE, fils de Lagos, roi d'Egypte, un des successeurs immédiats d'Alexandre le Grand.

Et comme la noble science vint à être plus méthodiquement enseignée, l'Art royal plus généralement estimé et développé parmi les Grecs, ceux-ci, à la fin, arrivèrent à la même habileté et magnificence en cet art que leurs maîtres, les Asiatiques et les Egyptiens.

Le roi d'Egypte qui lui succéda, PTOLEMEE PHILADELPHE, ce grand promoteur des arts libéraux et de toutes les connaissances utiles, rassembla la plus grande bibliothèque de la Terre et fit pour la première fois traduire l'Ancien Testament (au moins le Pentateuque) en grec, devint un excellent architecte et le Maître MAÇON GENERAL, car il éleva, parmi ses autres constructions, la fameuse TOUR DE PHAROS, la cinquième des Sept Merveilles du Monde.

 Nous pouvons croire réellement que les nations africaines, jusqu'à la côte atlantique même, imitèrent vite l'Egypte dans de tels progrès quoique l'histoire soit muette et qu'aucun voyageur n'ait été encouragé à découvrir les restes estimables de ces nations autrefois renommées.

Nous ne devons pas oublier non plus la savante ile de SICILE ou fleurit le prodigieux géomètre ARCHIMEDE lequel, malheureusement, fut mis à mort quand Syracuse fut prise par le général romain Marcellus: car c'est de Sicile tout autant que de la Grèce, de l'Egypte ou de l'Asie que les anciens Romains apprirent à la fois la SCIENCE et 1'ART, car ce qu'ils savaient auparavant était, ou maigre ou irrégulier mais au fur et à mesure qu'ils subjuguaient les Nations, ils firent d'importantes découvertes dans l'une ou dans l'autre et, en hommes avisés, ils emmenèrent en captivité à Rome, non la masse du peuple, mais les arts et les sciences, en la personne des plus éminents professeurs et techniciens; ainsi Rome devint le centre de la Connaissance aussi bien, que du pouvoir impérial jusqu'à ce que les Romains arrivent au zénith de la gloire, SOUS AUGUSTE CESAR sous le règne de qui est né le MESSIE de Dieu, le Grand Architecte de l'Eglise, lequel, ayant donné le calme au monde en proclamant la paix universelle, encouragea hautement les artistes habiles qui avaient été élevés dans la liberté romaine ainsi que leurs savants disciples et élèves, en particulier le grand VITRUVE, le père de tous les vrais Architectes jusqu'à ce jour.

C'est pourquoi on peut croire raisonnablement que le glorieux AUGUSTE devint Grand-Maître de la Loge de Rome car, outre qu'il patronnait Vitruve, il améliora fortement le bien-être des compagnons, ainsi qu'il ressort du grand nombre d'édifices magnifiques [élevés] sous son règne, dont les vestiges sont le modèle et le critère de la Maçonnerie authentique, car ils sont vraiment la synthèse des architectures asiatiques, égyptiennes, grecques et siciliennes, que nous désignons souvent sous le terme de STYLE D'AUGUSTE et que nous ne faisons maintenant qu'imiter sans être encore arrivés à la perfection.

Les vieilles Archives des Maçons contiennent d'importants renseignements sur leurs Loges depuis le commencement du monde dans les nations civilisées, spécialement en temps de paix et lorsque les pouvoirs civils, haïssant la tyrannie et l'esclavage, donnèrent carrière légitime au brillant et libre génie de leurs heureux sujets; car les Maçons étaient toujours au-dessus des autres artistes, les favoris des Puissants et ils leur devinrent nécessaires pour leurs grandes entreprises en toutes sortes de matériaux, non seulement en pierre, brique, bois, plâtre, mais aussi en toile ou en peau ou en quoi que ce soit qui sert à faire des tentes et dans les différentes sortes d'architecture.

Il ne faut pas oublier non plus que les peintres aussi et les statuaires furent toujours considérés comme bons maçons, aussi bien que les constructeurs, les tailleurs de pierre, les briquetiers, les charpentiers, les menuisiers, les tapissiers ou les fabricants de tentes et un grand nombre d'artisans que l'on pourrait nommer qui travaillaient selon la géométrie et les règles de la construction, quoique aucun depuis Hiram Abi ne fût renommé pour son habileté dans toutes les branches de la Maçonnerie: Et là dessus, assez.

Mais parmi les païens, tandis que la noble science de la géométrie était dûment cultivée à la fois avant et après le règne d'Auguste, même jusqu'au V° siècle de l'Ere Chrétienne la Maçonnerie était tenue en grande estime et vénération; et, tant que l'Empire romain subsista dans sa gloire, l'Art Royal fut protégé avec soin jusqu'à l'Extrême Thulé et une Loge était érigée dans presque chaque garnison romaine, grâce à quoi les Romains transmirent généreusement leur habileté aux parties septentrionales et occidentales de l'Europe qui avaient grandi dans la barbarie avant la conquête romaine, quoique nous ne sachions pas exactement pendant combien de temps. Quelques auteurs en effet pensent qu'il y eut quelques vestiges de bonne Maçonnerie datant d'avant cette période dans quelques parties de l'Europe, élevés par le talent surprenant que les premières colonies amenèrent avec elles, tels sont les édifices celtiques érigés par les anciens Gaulois et par les anciens Bretons, aussi qui étaient une colonie de Celtes, longtemps avant que les Romains n'envahissent cette terre.

Mais quand les GOTHS et les VANDALES qui n'avaient jamais été conquis par les Romains, submergèrent, comme un déluge général, l'EMPIRE ROMAIN, ils détruisirent complètement, dans leur rage belliqueuse et leur grande ignorance, beaucoup des plus beaux édifices, dégradèrent les autres et n'en laissèrent échapper que fort peu. De même, les nations asiatiques et africaines subirent la même calamité à la suite des conquêtes des MUSULMANS dont le grand dessein était seulement de convertir le monde par le Feu et l'Epée au lieu de cultiver les Arts et les Sciences.

Ainsi, sur le déclin de l'Empire romain, quand les garnisons de Bretagne furent épuisées, les ANGLES et autres BAS SAXONS, invités par les anciens BRETONS à venir à leur secours contre les SCOTS et les PICTES subjuguèrent finalement la partie sud de cette ile qu'ils appelèrent Angleterre ou terre des Angles; [ces Angles], apparentés aux Goths, ou plutôt une branche des Vandales, avaient les mêmes dispositions guerrières et, comme ils étaient des païens ignorants, ils n'encouragèrent rien d'autre que la guerre, jusqu'à ce qu'ils devinssent chrétiens. Mais alors, trop tard, ils regrettèrent l'ignorance de leurs pères qui avait causé la grande perte de la Maçonnerie romaine, mais ils ne savaient pas comment la réparer.

Toutefois, en devenant un peuple libre (ainsi qu'en attestent les anciennes lois saxonnes) et ayant des dispositions pour la Maçonnerie, ils commencèrent bientôt à imiter les Asiatiques, les Grecs et les Romains en érigeant des Loges et en encourageant les Maçons. Car ils furent instruits non seulement par les fidèles traditions et les restes estimables des BRETONS, mais aussi par des princes étrangers dans les Etats desquels l'Art royal avait été bien préservé des ruines causées par les Goths, particulièrement par CHARLES-MARTEL, roi de France, qui, d'après les anciennes Archives des Maçons, envoya en Angleterre plusieurs artisans experts et savants architectes, conformément aux vœux des rois saxons. Ainsi, durant l'Heptarchie, l'Architecture gothique fut aussi fortement encouragée ici que dans les autres terres chrétiennes.

Et quoique les nombreuses invasions des DANOIS aient occasionné la perte de nombreuses archives, elles n'ont pas empêché cependant, dans les temps de trêve ou de paix, le bon travail, quoique celui-ci ne fût pas réalisé selon le style d 'Auguste. Mieux, les grandes dépenses engagées à cet effet, ainsi que les surprenantes inventions des artistes pour suppléer à l'habileté romaine, aussi bien qu'ils le pouvaient, démontrent leur estime et leur amour de l'Art royal et ont rendu les CONSTRUCTIONS GOTHIQUES vénérables, encore que ceux qui goûtent l'architecture ancienne les considèrent comme n'étant pas l'exemple à imiter.

Et après que les Saxons et les Danois eurent été conquis par les NORMANDS, dès que les guerres eurent pris fin et que la Paix eut été proclamée, la Maçonnerie gothique fut encouragée, même sous le règne du Conquérant et de son fils GUILLAUME-LE-ROUX qui construisit Westminster Hall, peut-être la plus grande salle de l'univers.

D'ailleurs, ni les guerres des Barons, ni les nombreuses guerres sanglantes des rois normands qui leur succédèrent et les conflits qui éclatèrent entre leurs branches ne gênèrent guère la construction des très somptueux et très splendides édifices de ces temps, élevés par le Haut-Clergé (qui, bénéficiant de gros revenus, pouvait bien supporter cette dépense) et même par la COURONNE, car nous lisons que le roi EDOUARD III avait un officier appelé Franc-Maçon du roi ou Inspecteur général de ses bâtiments dont le nom était HENRY YEVELE, employé par le roi pour construire diverses abbayes ainsi que la CHAPELLE de Saint-Etienne à Westminster, où siège maintenant la chambre des Communes en Parlement.

Mais pour l'instruction complémentaire des candidats et des plus jeunes Frères, il existe un certain document d' Archives des Francs-Maçons écrit sous le règne d'EDOUARD IV, de la branche normande, qui donne les renseignements suivants, à savoir que, bien que les anciennes Archives de la Confrérie en Angleterre aient été, pour beaucoup d'entre elles, détruites ou perdues dans les guerres des Saxons et des Danois, pendant que le roi Athelstan, (le petit-fils du Roi ALFRED-LE-GRAND, architecte éminent), le premier roi d'Angleterre oint et qui traduisit la Sainte Bible en langue saxonne, après qu'il eut redonné au pays le repos et la paix, construisit beaucoup de grands ouvrages et encouragea beaucoup de Maçons venus de France qui furent nommés Surveillants de ses travaux et qui apportèrent avec eux les obligations et les règlements des Loges conservés depuis l'époque romaine. Ils persuadèrent aussi le Roi d'améliorer la Constitution des Loges anglaises, d'après le modèle étranger et d'augmenter les salaires des Maçons opératifs.

Que le plus jeune des fils dudit roi, le prince Edwin, qui avait été instruit en Maçonnerie, assuma les charges de MAITRE MAÇON à cause de l'amour qu'il avait pour ledit métier et les honorables principes sur lesquels il est fondé, qu'il acheta une charte de liberté de son père, le roi Athelstan, pour les Maçons qui avaient le droit de correction entre eux (comme on disait autrefois), c'est-à-dire la liberté et le pouvoir de s'administrer eux-mêmes, d'amender ce qui pouvait advenir de mal et de tenir une communication ou Assemblée générale annuelle.

Que, en conséquence, le prince EDWIN convoqua tous les Maçons du royaume pour se joindre à lui dans une Assemblée à YORK. Ils vinrent et formèrent une Loge générale, de laquelle le roi fut GRAND-MAITRE et, comme ils avaient amené avec eux tous les écrits et archives existants, quelques-uns en grec, d'autres en latin, d'autres en français et en d'autres langues, cette Assemblée, à partir de leur contenu, rédigea la CONSTITUTION et les Obligations d'une Loge anglaise. L'Assemblée fit une loi pour que cette constitution fût conservée et observée dans tous les temps à venir et ordonna une bonne paye pour les Maçons opératifs, etc.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens