Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 13:28

La disposition du local

Il faut trois pièces :

1° La Salle des Pas Perdus

2° La Chambre des Réflexions

3° La Loge

La Salle des Pas Perdus sert également de Chambre de Préparation.

 

Les inscriptions de la Chambre des Réflexions

Si la curiosité t’a conduit ici, va - t’en.

Si tu crains d’être éclairé sur tes défauts, tu seras mal parmi nous.

Si tu es capable de dissimulation, tremble on te pénétrera.

Si tu tiens aux distinctions humaines, sors, nous n’en connaissons point ici.

Si ton âme a senti l’effroi, ne va pas plus loin.

Si tu persévère, tu seras purifié par les éléments, tu sortiras de l’abime des ténèbres et tu verras la lumière.

 

Le tableau de la Chambre des Réflexions

Un coq et une horloge de sable, et au bas de ces emblèmes les mots :

VIGILANCE ET PERSEVERENCE.

 

Les questions de la Chambre des Réflexions

Le Frère Préparateur proposera au profane, les questions suivantes ou de semblables à résoudre par écrit. Qu’est-ce qu’un honnête homme se doit à lui-même ?

Que doit-il à ses semblables ?

Que doit-il à sa patrie ?

 

La préparation physique du Candidat

Il doit être tête nue, avoir les yeux bandés, être en chemise, le bras et le sein gauche découvert, le genou droit nu, le soulier gauche en pantoufle, et n’avoir sur lui ni or, ni argent, ni montre, ni boucles, ni aucun autre bijou ni métaux.

 

La marche

La marche s’effectue par trois pas d’Apprenti.

Le pas d’Apprenti s’exécute en portant le pied droit en avant, comme si on voulait faire un grand pas ; ensuite on pose le pied gauche par le milieu, derrière le pied droit de manière que leur rapprochement forme une double équerre.

 

La position du serment

Le genou droit sur un cousin, sur lequel est tracée une équerre ; le genou gauche élevé ; la main gauche tenant un compas ouvert en équerre, une des pointes appuyée sur la mamelle gauche ; la main droite sur la Volume de la Loi Sacrée et le glaive.

 

L’escalier du Temple

On fait gravir au Néophyte les trois premières marches du Temple.

 

Le mot de passe

TULBACAIN. C’est le nom de celui des fils de LAMEKH qui inventa l’art de travailler les métaux.

 

La batterie

Elle se fait par trois coups, les deux premiers précipités et un lent: 00,- 0

 

L’ordre

L’ordre consiste à porter la main droite tendue à la gorge de manière que le larynx se trouve entre l’index et le pouce. Pour quitter l'ordre, on abaisse simplement la main.

 

Le signe

Le signe se fait en se mettant à l’ordre, puis on élève le coude à la hauteur de la main, ce qui forme une ligne horizontale, on tire ensuite la main horizontalement jusqu'à l’épaule droite, et on la laisse tomber perpendiculairement.

 

L’attouchement

L’attouchement se fait en se prenant mutuellement la main de manière que les quatre doigts de chacune soient dans la paume de la main de l’autre et on pose le pouce sur la première phalange ou jointure de l’index de l’autre ; on frappe ou plutôt on lui fait sentir par un mouvement invisible trois coups avec le pouce sur la jointure, deux précipités et un lent.

 

La parole sacrée

JAKIN. Cette parole signifie, MA FORCE EST EN DIEU.

L’interrogé doit répondre: je ne dois qu’épeler dites moi la première lettre je vous dirai la seconde :

J-A-K-I-N

 

L’habillement

Un tablier de peau blanche, la bavette est relevée.

 

Le glaive

Les Apprentis portent le glaive en Loge.

 

Les gants

Ils sont blancs.

 

L’âge

Trois ans.

 

La place

Les Apprentis se placent dans le bas de la colonne du Nord, près du Second Surveillant.

 

Le baiser fraternel

Il se donne par trois, sur la joue droite, la joue gauche et la joue droite.

 

Le travail

L’Apprenti travaille sur la pierre brute.

 

Le tableau mystérieux

Il doit représenter :

1° Les sept marches mystérieuses et le pavé mosaïque du portique du Temple ;

2° Les deux colonnes mystérieuses avec leur monogramme J et B, entre ces deux colonnes, et à la hauteur de leurs chapiteaux, un compas ouvert les deux pointes en haut ;

3° A gauche de la colonne J la pierre brute, à droite de celle B la pierre cubique à pointe, et entre le fut de ces colonnes la porte du Temple.

4° Au dessus du chapiteau de la colonne J la perpendiculaire, et au dessus de celui de la colonne B le niveau ;

5° Au milieu de la partie supérieure du tableau, il y a une équerre, à droite le soleil, à gauche la lune, et au dessous de la lune la planche à tracer ;

6° Le fond de la partie supérieure représente un ciel parsemé d’étoiles, et le tout est environné, par la houppe dentelée ;

7° Les trois fenêtres, une à l’Occident, l’autre à l’Orient et l’autre au Midi.

 

Les lumières

La Loge doit n'être éclairée que de trois étoiles, portées par trois guéridons, placés, l'un près du Premier Surveillant, l'autre près du Second, et le troisième à l'Orient coté Midi, près de la table du Trésorier.

Les appellations

Le Vénérable de la Loge, lorsqu’on, s’adresse à lui, porte le titre de Très Vénérable.

Les Officiers, les Maitres, les Compagnons, et les Apprentis, portent le titre de Frère.

 

La place et le bijou du Vénérable

Le Vénérable prend séance sur le Trône à l’Orient, il porte une équerre en or, attachée à un cordon de couleur bleu céleste en sautoir.

 

La place et le bijou des Officiers

Tous les Officiers de la Loge, portent pendant les travaux, un cordon de couleur bleu céleste en sautoir, auquel est suspendu le bijou de l’office.

Les Officiers sont dans l’ordre:

Le Premier Surveillant (à l’Occident coté Midi ; un niveau)

Le Second Surveillant (à l’Occident coté Septentrion ; une perpendiculaire)

L’Orateur (à L’Orient coté Midi ; un livre ouvert)

Le Secrétaire (à l’Orient coté Septentrion ; deux plumes en sautoir)

Le Trésorier (à la gauche de l’Orateur ; deux clés en sautoir)

L’Aumônier-Hospitalier (à la droite du Secrétaire ; un cœur enflammé)

Le Maitre des Cérémonies (à la droite du Second Surveillant; un glaive)

L’Expert (à la gauche du Premier Surveillant; deux glaives en sautoir)

 

Le remplacement des Officiers

Un Officier qui demande à sortir de la Loge, doit être remplacé. Le Vénérable, nomme le Frère qui le remplacera jusqu’à son retour. Le Frère désigné s’approche de l’Officier, et reçoit de lui son cordon et si c’est un des Surveillants, son maillet.

 

Le Tuileur

Un Frère armé d’un glaive, appelé Frère Tuileur se tient en permanence hors du local pendant la durée des travaux, pour veiller à la garde extérieure du porche dont il répond.

 

Les applaudissements

Ils se font avec les mains selon le rythme de la batterie d’Apprenti: 00,-0

- Par la batterie ordinaire : elle se tire par deux coups précipités et un lent.

- Par la triple batterie : elle s’exécute en tirant par trois fois la batterie d’Apprenti, suivi du triple Vivat.

Les applaudissements peuvent être exécutés debout ou assis.

 

Signe de consentement

Etant assis, étendre le bras droit en avant à la hauteur de l’épaule, la main en équerre, la paume tournée contre terre, et la laisser tomber sur la cuisse.

 

Le signe d’opposition

Le Frère se lève, sans étendre le bras.

 

Les déplacements

Pendant tous les travaux on ne pourra ni quitter sa place, ni marcher dans la Loge sans permission.

La déambulation s'effectue de la manière la plus simple et la plus directe, sans avoir de sens à respecter.

On ne se déplace jamais à l’ordre.

 

Les entrées

Un Frère qui veut pénétrer dans la Loge après l’ouverture des travaux doit, frapper à la porte par la batterie du grade, le Couvreur répond de même, le Frère réplique de même.

Le Frère qui entre, fait les trois pas d’Apprenti, se met à l’ordre entre les Surveillants, et attend que le Vénérable lui dise de prendre place.

Si le Frère est membre de la Loge, il quitte l'ordre, et regagne sa place seul.

Si c’est un Visiteur, le Maitre des Cérémonies, doit le conduire.

Un travail commencé, ne doit jamais être interrompu pour l’introduction d’un Frère dans la Loge.

Après que le Frère aura frappé en Maçon, le Couvreur frappera à la porte un seul coup, pour l’avertir qu’il a été entendu, et qu’il ne doit pas frapper de nouveau.

Aussitôt que ce travail sera fini, le Couvreur frappera un coup, pour l’avertir, qu’il peut à nouveau demander l’entrée.

 

Les sorties

Un Frère qui veut quitter les travaux, demande la parole, et prie le Vénérable de lui permettre de se retirer.

Le Frère se rend à l’Occident, se met à l’ordre entre les Surveillants, et attend que le Vénérable lui accorde la sortie.

Si le Frère est membre de la Loge, il quitte l'ordre, et sort.

Si c’est un Visiteur, le Maitre des Cérémonies, doit le conduire jusqu’à la porte.

 

La demande de la parole

Un Frère qui veut prendre la parole, s’adresse au Surveillant de sa colonne, en se levant et en étendant la main droite, comme pour le signe de consentement, puis en la laissant retomber naturellement.

Le Surveillant dit : Très Vénérable, un Frère sur ma colonne demande la parole.

Le Vénérable répond : mon Frère, vous pouvez parler.

En Loge, on ne s'adresse qu'au Vénérable.

le Frère doit dire au début de son intervention« Très Vénérable ».

L’intervention terminée, et après avoir reçu l’autorisation du Vénérable, le Frère prend place.

Si plusieurs Frères demandent la parole, c’est au Surveillant à voir qui l’a demandé le premier et à l’annoncer au Vénérable.

Les Surveillants et les Frères placés à l’Orient demandent la parole directement au Vénérable.

Lorsque le Vénérable s'adresse directement à un Frère, celui ci doit se lever et se mettre à l'ordre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens