Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 13:29

La loge doit être tendue en bleu et blanc, à moins qu'elle ne représente quelque ordre d'architecture, et qu'elle ne soit décorée de peintures analogues à la Maçonnerie, mais autant qu'il sera possible le plafond doit représenter un ciel parsemé d'étoiles.

Le trône où se tient le Vénérable doit être exhaussé de trois marches et surmonté d'un baldaquin de quelque étoffe bleue.

A chaque assemblée on étendra sur le plancher le tableau mystérieux.

Ce tableau doit représenter:

1° Les Sept marches mystérieuses et le pavé mosaïque du portique du temple.

2° Les Deux colonnes mystérieuses avec leur monogramme J et B, entre ces deux colonnes, et à la hauteur de leurs chapiteaux un compas ouvert les deux pointes en haut.

3° A gauche de la colonne J, la pierre brute, a droite de la colonne B, la pierre cubique à pointe, et entre le fût de ces colonnes la porte du temple.

4° Au-dessus du chapiteau de la colonne J, la perpendiculaire, et au-dessus de celui de la colonne B, le niveau.

5° Au milieu de la partie supérieure du tableau, on dessinera une équerre: à droite le soleil, à gauche la lune, et au-dessous de la lune la planche à tracer.

6° Le fond de la partie supérieure représentera un ciel parsemé d'étoiles, et le tout sera environné par la houppe dentelée.

7° On dessinera trois fenêtres, une à l'Occident, l'autre à l'Orient et l'autre au Midi.

La Loge doit n'être éclairée que de trois étoiles, portées par trois guéridons, placés, l'un près du Premier Surveillant, l'autre près du Second, et le troisième à l'Orient coté Midi, près de la table du Trésorier.

On placera sur le trône une Bible, un glaive, un compas, un maillet, le tablier et le bijou du Vénérable qui est une équerre attachée à un cordon bleu en sautoir.

Sur l'autel des Surveillants seront pour le Premier le niveau, la perpendiculaire pour le Second, attaché à un cordon bleu en sautoir on y placera aussi un maillet pour chacun.

On placera de même sur la table du Secrétaire, les cordons pour tous les Officiers de la Loge, avec leurs bijoux. Ce sont pour l’Orateur, un livre ouvert ; pour le Secrétaire, deux plumes en sautoir ; pour Le Trésorier, deux clefs en sautoir ; pour l'Aumônier-Hospitalier, un cœur enflammé ; pour le Maitre des Cérémonies, un glaive ; pour l’Expert, deux glaives en sautoir.

Chaque Officier doit s'en décorer avant l'ouverture des travaux.

Le Frère Expert veillera à ce que tout soit placé comme il convient, et à ce que la Loge soit suffisamment éclairée.

S’il y a réception, on mettra sur le trône une paire de gants d’homme, une de femme et un tablier, le tout de peau blanche et neuve.

On préparera aussi tout ce qui sert aux épreuves, comme tonnerre, grêle, chaines, torches inflammables, poêlette pour saigner, une coupe ou calice rempli d’un breuvage amer, tel que du vin mêlé d’un peu d’absinthe etc. de l’eau, du feu, du sel, des serviettes etc. etc. etc.

 

PREPARATION DE L’ASPIRANT

 

Le Profane aspirant sera amené au moins une demi-heure avant l’ouverture des travaux par le Frère qui le présente à la porte du local, et cette porte sera s’il est possible différente de celle d’entrée ordinaire. Là le Frère prendra congé de l’Aspirant, comme s’il se retirait tout à fait.

Le Frère Préparateur s’emparera du Profane, si l’heure d’ouvrir les travaux n’est pas encore venue, il le conduira dans quelque endroit secret, où il ne puisse converser avec qui que ce soit ni voir ni reconnaitre personne. Le Frère Préparateur gardera un extérieur sévère sans rudesse, évitera de lier conversation, et répondra brièvement et mystérieusement aux questions qui pourraient lui être faites par l’Aspirant de manière à lui ôter le désir d’en faire d’autres.

A peu près une demi-heure avant l’ouverture des travaux le Frère Préparateur conduira le Profane à la Chambre des Réflexions.

Cette Chambre doit être fermée aux rayons du jour et éclairée d'une seule lampe : les murs en seront noircis et chargés d'emblèmes funèbres ; afin d'inspirer le recueillement, la tristesse et l'effroi : Des sentences d'une morale pure, des maximes d'une philosophie austère, seront tracées lisiblement sur les murs, ou encadrées et suspendues en divers endroits de la Chambre.

Une tête de mort et même un squelette si l'on peut s'en procurer un, rappelleront le néant des choses humaines.

Il ne doit y avoir dans cette Chambre qu'une chaise, une table, un pain, un vase rempli d'eau claire, du sel et du souffre dans deux petits vases, du papier des plumes et de l'encre.

Au-dessus de la table seront représentés un coq et une horloge de sable, et au bas de ces emblèmes, on mettra ces mots ; Vigilance et Persévérance.

Voici quelques-unes des inscriptions qu'on peut y placer.

 

INSCRIPTIONS

 

Si la curiosité t'a conduit ici, va-t-en.

Si tu crains d'être éclairé sur tes défauts, tu seras mal parmi nous.

Si tu es capable de dissimulation, tremble, on te pénètrera.

Si tu tiens aux distinctions humaines, sors, nous n'en connaissons pas ici.

Si ton âme a senti l'effroi, ne va pas plus loin.

Si tu persévères, tu seras purifié par les éléments, tu sortiras de l'abime des ténèbres et tu verras la lumière.

On laissera quelques temps le Profane seul dans la Chambre des Réflexions, après quoi le Frère Préparateur lui proposera par écrit, les questions suivantes ou de semblables à résoudre aussi par écrit

- Qu'est-ce qu'un honnête homme se doit à lui-même ?

- Que doit-il à ses semblables ?

- Que doit-il à sa patrie ?

On écrira ces questions de manière à laisser entres elles assez d'espace pour contenir les réponses que le profane pourra y faire.

Le Frère Préparateur étant averti, frappe à la porte en la manière accoutumée ; Il rend compte des dispositions du Candidat, et remet au Frère Maître des Cérémonies, qui l'apporte au Vénérable, le papier sur lequel sont les trois questions qu'on lui a proposées à résoudre, et les réponses qu'il y a faites.

Le Frère Préparateur de retour auprès du Candidat, lui fera des observations sur l'importance de la démarche qu’il va faire.

Quand on s'est assuré de sa résolution, on cesse de lui parler on affecte même le silence le plus imposant et on ne répond plus à aucune de ses questions.

Le Frère Préparateur, fait sortir le Récipiendaire de la Chambre des Réflexions, et le met dans l'état où il doit être présenté en Loge, c'est-à-dire, qu'il doit être nue tête, avoir les yeux bandés avec le plus grand soin, être en chemise le bras et le sein gauches découverts, le genou droit nu, le soulier gauche en pantoufle, et n’avoir sur lui ni or, ni argent ni métaux. (Si la saison est rigoureuse, on pourra le couvrir d’un manteau).

Le Frère Préparateur vient apporter à la Loge, les métaux, bijoux, épée etc. du Récipiendaire; il frappe à la Loge et les remet au Frère Maître des Cérémonies qui va les porter au Vénérable.

De retour auprès du Récipiendaire, le Frère Préparateur l'amène à la porte de la Loge à laquelle il frappe trois grands coups irréguliers. Sur la question qui lui est faite, le Frère Préparateur sans quitter le Récipiendaire, dit : C’est un Profane qui demande à être reçu Maçon. Le Frère Préparateur répond ensuite à toutes les demandes qui lui sont faites.

Les portes s’ouvrent, le Frère Préparateur tient le Récipiendaire par les deux mains, il l’entraine jusques entre les deux Surveillants, les portes se referment, le Frère Préparateur dit :

Je vous le livre je n’en réponds plus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MONTALEAU
  • : Instruction du rite Français
  • Contact

Recherche

Liens